827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

LE BAC
L'histoire qui suit s'est déroulée il y a 4 ans. J'avais alors 18 ans. Il y avait un mec dans ma classe que je connaissais depuis 2 ans, il s'appelait Anthelme. Grand, mince, un peu musclé et imberbe, je fantasmais sur lui surtout depuis que je l'avais vu torse nu à la piscine. On se parlait de temps en temps, mais sans plus.
Puis le jour des résultats du bac, on se retrouva à faire la queue, l'un à côté de l'autre, pour récupérer toute la paperasse. On discutait tranquillement et puis d'un coup il posa sa tête sur mon épaule. Je n'osais plus bouger, à la fois surpris et un peu excité. Il resta ainsi de longues secondes... Puis les lycéens devant nous avancèrent et il releva sa tête. Nous avons continué à discuter, passant plus d'une heure avant d'arriver à la nana qui donnait le papier. Il était alors près de midi.
Comme il habitait près du lycée et moi un peu plus loin, il me proposa de venir déjeuner chez lui. Il ne voulait pas manger seul et j'ai donc accepté, profitant de l'occasion. Il s'est donc mis au fourneau, je le voyais transpirer à s'activer... Je le matais, tranquillement assis. Après avoir mangé, on est allé dans sa chambre, décor plus sympa que la cuisine. Au bout de quelques minutes, il se leva et me dit :
- C'est dingue ce que ça donne chaud de faire la cuisine... Je vais me prendre une petite douche et me changer... Je reviens dans 5 minutes.
Puis il revint dans la chambre, il était simplement vêtu d'un caleçon. Je n'avais plus qu'une envie maintenant... Il est allé vers son placard pour se rhabiller, mais je me suis levé à ce moment et suis venu vers lui. Il m'a alors demandé, avec un air faussement innocent :
- Tu veux quelque chose ?
Ma main s'est posée sur son bras et nos regards se sont croisés. Pendant plusieurs secondes rien ne s'est passé, j'attendais une réaction de sa part. Puis sa tête s'est approchée de la mienne, et n'y tenant plus, je me suis alors jeté sur ses lèvres et sa bouche. Nos langues se sont enroulées l'une sur l'autre un long moment...
Nos êtres vibraient de désir, mes mains parcouraient son corps et se sont attardés sur ses fesses, ses tétons qui durcissaient sous mes doigts. Puis soudain il m'a poussé sur son lit qui se trouvait à côté. Et on a ainsi continué à se rouler une pelle monumentale. Je sentais sa queue se raidir à travers le caleçon... De son côté il s'est occupé de me retirer short et T-shirt, si bien qu'en deux minutes, j'étais moi aussi en caleçon.
Nos deux bites se frottaient l'une contre l'autre pendant notre étreinte. Je lui ai donné encore quelques petits baisers au coin des lèvres, et j'ai commencé à descendre et à titiller ses tétons avec ma langue. Je voyais bien qu'il appréciait beaucoup, il frémissait... J'ai décidé de passer à la vitesse supérieure, pendant que je continuais avec ma langue, ma main caressait sa queue, tout d'abord à travers le tissu, puis je me suis aventuré à la glisser sous son caleçon. J'ai alors enfin senti sa verge qui avait atteint un volume et une rigidité impressionnants. Je l'ai regardé dans les yeux :
-J'ai très envie !
Il sourit et me répondit en ôtant lui-même son caleçon. Sa bite était relativement fine : moins épaisse que la mienne, elle la dépassait en longueur. J'ai alors commencé à branler lentement sa queue, tandis que ma bouche s'en approchait. Je l'ai léché de la base jusqu'au gland, sur lequel j'ai donné de petits coups de langue. Je me suis attardé quelques instants sur son beau gland, le léchant telle une friandise. Anthelme soupirait de plaisir, ce qui m'excitait encore plus. Puis j'ai enfourné le reste de sa bite dans ma bouche.
Je ne bougeais pas la tête, laissant ma langue tournoyer autour de sa queue. Au moment où j'ai voulu commencer à lui sucer plus activement, il m'a dit :
- Arrête.
Il m'a levé la tête. Je le regardais, un peu étonné.
- Ça te plaît pas ? lui dis-je
- Au contraire... mais à vrai dire, j'aimerai te rendre la pareille.
Je suis ainsi revenu vers ses lèvres, lui donner un baiser, et suis passé au dessus de lui, de manière à ce qu'il puisse me sucer pendant que je le suçais. Il a retiré mon caleçon, depuis longtemps tendu par le désir, et a reçu en récompense mon sexe qui lui sauta au visage. Il l'a alors attrapé et mis en bouche. J'ai ainsi gobé sa bite et ai commencé à la sucer goulûment, jouant avec ma langue toujours autour de son gland. Je faisais de longs mouvements avec ma tête, et j'entendais derrière Anthelme qui poussait de petits gémissements. Lui de son côté, calquait son rythme sur le mien. Au bout de quelques minutes de ce traitement, j'ai senti que, gagné par l'excitation et le plaisir, il allait jouir. C'est d'ailleurs ce qu'il a fait cinq secondes plus tard. Ceci a eu pour effet de provoquer ma jouissance à ce moment. Je me suis alors retourné et nous nous sommes embrassés à nouveau. Pendant un long moment, nous sommes restés ainsi, joignant baisers et caresses.
Mais, rapidement nous avons recommencé à bander... Anthelme me dit :
- J'ai envie de te sentir en moi.
Tout en l'embrassant, mes mains se sont dirigées vers ses fesses, et j'ai glissé un de mes doigts dans sa raie. J'ai senti un petit frémissement qui s'est amplifié quand mon doigt a pénétré son petit trou. Il a fini par se détendre un peu, et j'ai donc rajouté un doigt supplémentaire. Puis j'ai cessé de l'embrasser et je me suis approché de son trou... Ma langue en a frôlé l'entrée... J'ai alterné lèche et jeu avec mes doigts... Anthelme soupirait.
- Viens. et se mit sur le dos. J'ai soulevé ses jambes et ai présenté mon gland devant son trou. J'ai poussé lentement, profitant de ce moment, et ne voulant pas lui faire mal. Je sentais la sueur de son excitation faciliter la pénétration... De son côté, il respirait bruyamment... Je me suis enfoncé le plus loin possible, sans me presser, dans son petit cul. Une fois le fond atteint, je suis resté immobile, attendant qu'il soit totalement décontracté. Puis j'ai commencé à ressortir ma queue de son cul, avant de l'enfiler à nouveau. J'ai fait ça plusieurs fois, à un rythme plutôt lent. Anthelme poussait de longs soupirs. J'ai alors accéléré un peu la cadence.
Rien que de voir Anthelme gémir de plaisir, je bandais comme jamais. Je limais son cul, variant de temps en temps la vitesse. Lui s'amusait à le contracter créant une pression autour de ma bite des plus agréables. Il jouait également avec sa langue et ses lèvres, m'excitant encore davantage. Sachant que je ne pourrai tenir plus longtemps, j'ai alors décidé de finir en beauté. Je lui donnais des coups de reins de plus en plus rapides et violents, jusqu'à ce que je vienne dans son cul. À ce moment je me suis effondré sur son corps, léchant ses tétons au passage. Anthelme me regarda alors et me dit :
- Je veux te faire la même chose.
Je me suis positionné sur son ventre, et j'ai senti ses doigts s'introduire entre mes fesses. Il a donc préparé mon cul, humidifiant ses doigts avec sa salive de temps en temps. Puis je me suis mis au dessus de sa queue, encore toute dure. Je me suis empalé dessus, faisant coulisser lentement sa longue bite dans mon cul. Cela m'a fait un peu mal au début, mais l'excitation et la douceur d'Anthelme aidant, je réussis à être complètement enculé. Je balançais mon bassin d'avant en arrière. D'une main je caressais son torse, de l'autre ses couilles.
J'ai vu dans son regard qu'il avait plus qu'envie que je bouge le long de sa queue. Je me suis donc relevé, puis me suis rassis plusieurs fois, afin d'être bien ouvert. Prenant appui sur son torse dont rien que le toucher m'excitait, j'ai commencé les va-et-vient._images2_
Anthelme s'est rapidement joint au mouvement en montant les fesses, me pénétrant ainsi plus fortement. Le plaisir était si intense que je me suis surpris à pousser de légers cris, suivi de près par Anthelme qui a gémi également. Je continuais à lui caresser les bourses d'une main, elles étaient désormais toutes dures. Il s'est soudain mis à accélérer la cadence et, pendant quelques minutes, il m'a véritablement défoncé. J'ai alors senti un liquide me remplir le cul, tandis qu'Anthelme arrêtait de bouger... Je me suis allongé sur lui et nous nous sommes embrassés tendrement.
Au cours de l'été, nous nous sommes retrouvés plusieurs fois, mais à la rentrée ses études l'ont poussé à s'éloigner géographiquement. Nous nous sommes ainsi séparés, nous nous parlons encore parfois via internet, néanmoins nous ne nous sommes pas encore revus.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.