827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Avec Marc à la plage
En fin juin de l'année suivante, Marc m'a téléphoné. il m'a dit qu'il venait d'obtenir son permis de conduire et que ses parents lui ont offert une voiture pour la réussite de ses cours, Il avait obtenu son diplôme avec mention. Il m'a demandé si je voulais allez avec lui un jour ou deux à la côte Belge. J'ai dit à Marc : "Je dois demander à mes parents s'ils veulent bien." J'ai demandé à ma mère, elle m'a répondu : "Tu as 17 ans maintenant, tu n'es plus un enfant, tu ne dois plus nous demander si tu peut sortir, je te demande juste d'être raisonnable et de contrôler correctement tes fréquentations, de ne pas sortir avec n'importe qui." En effet je venais d'avoir 17 ans il y avait à peine quelques jours. J'ai donc répondu à Marc que quand il le voulait, juste qu'il me prévienne assez tôt pour pouvoir préparer mes affaires éventuellement. Il m'a dit : "Dans deux jours ça te va ?" Je lui ai dit : "Ok pas de problèmes, à quelle heure passes-tu me chercher ?" Il m'a dit à 7h30, c'était tout bon pour moi.
Et deux jours après, à l'heure indiquée, Marc était là. Il a sonné à la porte, je l'ai fait entré. Nous avons bu une tasse de café, puis nous sommes partis. Marc avait une belle voiture rouge genre de voiture de sport, je l'ai complimenté sur sa réussite, il m'a dit qu'il le voulait vraiment. Nous avons roulé pendant 1 heure environ, et Marc m'a dit : "Je dois pisser, et j'ai besoin de me détendre, j'étais tellement impatiant d'être avec toi que je n'ai persque pas dormi depuis que je t'ai téléphoné." Il s'est arrêté à une zone de repos le long de l'autoroute. Quand il a garé sa voiture neuve, il s'est retourné vers moi, et m'a dit : "David il y a longtemps que je voulais te le dire, je t'aime David, je suis amoureux de toi. Depuis le week-end de fin d'année passé chez ton cousin, je t'aime vraiment, je n'ai pas osé te le dire avant David, j'avais peur de ta réaction envers moi."
J'ai dit : "Enfin Marc, on est amis intimes et tu as peur de ma réaction envers toi ?" Il m'a répondu : "J'avais peur que tu rejettes mon amour pour toi." J'ai ajouté : "C'est vrai. J'aurais pu te dire que je ne t'aimais pas, que c'était juste pour le sexe, mais je dois te le dire, je t'aime aussi Marc, de tout mon coeur, de toute mon âme, de tout mon corps, je te veux à moi pour toujours." Il m'a souri et nous nous sommes embrassés longuement, très longuement même. J'aimais vraiment Marc, sincèrement. Quand Marc est sorti de sa voiture, je l'ai suivi. Il est allé à la toilette, moi aussi. Nous avons pissé puis nous avons fait un petit tour dans l'aire de repos en nous tenant main dans la main sous les yeux offusqué de certaines personnes qui eux aussi étaient dans l'aire de repos, mais je m'en suis complètement moqué, je voulais être avec mon amour pour toujours.
Après quelques temps, nous sommes remontés en voiture et nous nous sommes encore embrassés Marc et moi. Nous étions heureux, nous avions toute notre vie devant nous pour en profiter et nous avons repris le chemin de la mer. En route, j'ai mis ma tête contre le bras de mon amour, simplement. J'étais heureux et lui aussi. J'avais une furieuse envie de lui, j'étais excité, je voulais son sexe dans ma bouche mais je suis resté contre lui à me blottir simplement. De temps à autres, Marc me caressait les cheveux et le visage, je voyais bien aussi qu'il avait envie de moi mais comme il conduisait, je n'ai pas trouvé cela prudent. Il a même pendant un petit temps caressé mon entre-cuisse et la bosse que formait mon sexe dans mon jeans, mais rien de plus. Il était prudent, je me sentais en confiance avec lui.
Quand nous sommes arrivés à la mer, Marc a garé sa voiture, et nous nous sommes mis à la recherche d'un hôtel pas trop cher. Nous étions jeunes et comme tout les jeunes, pas très riches. De temps à autres, on s'embrassait, puis nous avons continué à chercher jusqu'au moment où nous avons trouvé celui qui nous convenait. Il était à l'écart de la plage, mais pas vraiment loin. Nous avons déposé nos affaire dans la chambre. Ha oui, j'oubliais de vous dire, à l'entrée, le réceptioniste nous a fait un grand sourire, il savait pour nous. Cela n'a pas été très difficile pour lui de voir que nous étions amoureux, mais sa femme apparement n'était pas contente de nous voir, nous deux homosexuels, dans son hôtel, et elle ne s'est pas génée pour nous le dire. Je lui ai dit : "Madame, vous ne devez pas avoir de craintes, nous sommes très discret." Cela a paru la décoincer un peu. Donc après avoir défait nos bagages, j'ai dit à Marc que j'allais prendre une douche pour me rafraîchir un peu car il faisait très chaud. Nous avions la chance avec nous, il faisait un temps merveilleux. Marc m'a di : "J'en prendrais une aussi, c'est vrai qu'il fait chaud."
J'ai pris mes affaires de douche et je me suis dirigé vers la salle de bain. Je pensais que Marc allait me suivre, mais non. Curieusement, il restait dans la chambre. Après que je me sois déshabillé, je suis venu voir ce que Marc faisait puisqu'il ne m'avait pas suivi, il était tellement fatigué, qu'il était tombé endormi sur le lit. C'est à ce moment que je me suis souvenu qu'il m'avait dit que depuis deux jours, il avait à peine dormi. Je suis retourné dans la salle de bain, j'ai pris une bonne douche et quand je suis sorti de la salle de bain avec juste un serviette de bain autour de la taille, je me suis dirigé vers le lit. Je me suis blotti contre mon amour, et je me suis endormi aussi.
Après je ne sais combien d'heures, je me suis réveillé, toujours contre Marc. Celui-ci s'était réveillé bien avant moi, avait pris une douche et était revenu contre moi sur le lit, et simplement me regardait dormir. Je lui ai fait un grand sourire, il m'a dit : "Je t'aime !" et il m'a embrassé. Il a commencé à laisser ses mains courir sur mon corps, partout, il faut dire que j'avais profité des six mois qui m'avaient séparé de mon amour pour faire un peu de musculation et que mon corps s'était un peu plus musclé depuis que je n'avais plus vu Marc. Il m'a dit qu'il aimait encore plus mon corps depuis que j'étais plus musclé, je lui ai répondu que je l'avais fait pour avoir un corps aussi beau que le sien.
Quand il a mis sa main sur la serviette de bain, je bandais déjà très fort. Je me suis mis aussi à le caresser partout et quand j'ai mis ma main sous sa serviette à lui, quelle n'a pas été ma surprise, il était aussi excité et complètement dur, mais ses soit-disant petites couilles étaient devenue beaucoup plus grosses, au moins aussi grosses que les miennes. Je l'ai regardé dans les yeux et en rougissant, il m'a dit : "Oui tu me l'avais bien dit qu'elles devaient encore grandir et grossir, maintenant, je n'ai vraiment plus de complexe. Je lui ai répondu qu'il n'y avait pas de quoi en avoir la preuve, j'étais amoureux de lui, tel qu'il était, mais sûrement pas anormal.
Je me suis penché pour voir cela de plus près et il avait une queue d'enfer. Maintenant j'avais même l'impression quelle avait encore grandit et grossit aussi et je lui ai dit. Il m'a dit qu'en effet, le tout avait changé. Alors je me suis mis à le lécher, à la sucer, à lécher ses couilles, à les mettre en bouche (pas facile maintenant), à les faires rouler avec ma langue. Puis je me suis mis à vraiment le sucer et avec mon autre main que j'avais mis en coupe autour de ses balles, je les caressais doucement, je les pressais délicatement. Quand j'ai senti qu'il se raidissait, je me suis préparé à recevoir sa charge de nectar onctueux dans la bouche et il s'est mis à jouir à grand très grand jets. J'ai eu énormement de mal à tout avaler. Moi qui aimais le sperme, j'étais vraiment servi avec Marc, il en avait beaucoup ! Quand ses jets ont fini, j'ai continé un peu à le lecher pour bien tout faire sortir.
Quand j'ai eu fini, Marc m'a dit à mon tour. Il a enlevé ma serviette, s'est mis à siffler en coup. J'ai été étonné et je lui ai demandé : "Pourquoi tu siffle ?" Il m'a dit : "Il n'y a pas que mon sexe qui s'est développé, le tien a changé aussi, tu a beaucoup plus de poils, tes balles sont devenues plus grosses, ton sexe est plus grand et plus gros aussi." Je lui ai dit que je n'avais pas remarqué ça, qu'il me semblait que ça n'avait pas changé, que maintenant qu'il le disais, que oui c'est vrai que j'ai plus de poils, mais à part cela elle me semblait comme avant. Il m'a dit : "On mesurera plus tard pour voir, mais j'en suis sûr."
Il m'a léché et sucé comme je l'ai fait pour lui, et comme depuis son coup de téléphone, je ne m'étais pas masturbé dans l'espoir de pouvoir le suivre si par hasard, nous faisions l'amour ensemble, je n'ai donc pas tenu longtemps avant de jouir dans sa bouche à grands jets chaud aussi. Il a continué à me sucer jusqu'à ce que je n'aie plus rien comme sperme qui coule de ma bite.
Il s'est couché à côté de moi, m'a dit : "J'aime ton sperme, depuis que j'ai appris grâce à toi le goût que ça avait, j'ai toujours envie d'en avoir en bouche." Je l'ai regardé dans les yeux et il a ajouté : "Le tien bien sûr, pas celui d'un autre. Depuis la fin de l'année passée, je n'ai couché avec personne d'autre, je suis tellement amoureux de toi que depuis, je voulais t'être fidèle." Je lui ai répondu : "Je suis désolé de te dire que je n'ai pas été fidèle comme toi, j'ai couché encore souvent avec mon cousin Luc, mais personne d'autre à part lui. Je tiens à te le dire de façon à ce qu'il n'y ait pas de secret entre nous. Mais à partir de ce jour, il n'y aura plus personne à part toi mon amour." Nous nous sommes embrassés et je lui ai dit : "Je t'aime Marc, comme je n'ai jamais aimé personne avant." Il m'a répondu : "Moi aussi je t'aime comme je n'ai jamais aimé personne avant toi." Nous nous sommes blottis et nous avons continué à nous embrasser et à nous caresser jusqu'au soir.
En soirée j'ai dit à Marc : "J'ai envie de toi Marc !" Il m'a repondu : "Moi aussi j'ai envie de toi David." Et je me suis mis sur Marc qui était sur son dos, je l'ai embrassé dans le cou, sur ses petits seins, dans les poils de sa poitrine. Je les ai léché, j'ai léché son nombril, et pour finir j'ai pris son sexe en bouche et je l'a sucé doucement pour qu'il soit complètement excité. j'ai levé ses jambes et j'ai léché abondement son anus, j'ai mis ma langue dedans, il gémissait de bonheur. J'entendais bien à ses gémissements qu'il aimait le traitement que je donnais à son cul. J'ai enduit de salive mon pénis et j'ai entrepris de lui faire l'amour. J'ai poussé mon gland dans ses entrailles, il est entré difficilement, il soufflait comme s'il faisait un grand effort. Je l'ai caressé, j'ai attendu qu'il se délasse un peu puis j'ai introduit la moitier de ma longueur. J'ai attendu encore et je me suis finalement entré à fond en son corps. Je me suis mis à aller et venir, j'avais ses jambes qui reposaient sur mes épaules. Il me disait de continuer, plus fort, plus profond, il adorait ce que je lui faisais, vraiment. J'avais l'impression que ça lui faisait vraiment plaisir. J'ai pris une de mes mains et j'ai commencé à la masturber au rithme de mes pénétrations, après deux minutes à peine il m'a dit : "Je vais jouir !" Et il a joui sur lui. Encore une grande quantité de sperme comme à son habitude... Cela a déclenché ma jouissance de voir son éjaculation, et je me suis mis aussi à éjaculer dans son corps. Quand nos jets ont été épuisés, je suis sorti de lui et j'ai commencé à le lécher pour nettoyer son sperme.
J'ai encore été étonné de sa force car j'ai à peine eu terminé de le nettoyer avec ma langue qu'il m'a mis sur mon ventre, il a léché mes fesses et mon trou, il a mouillé de salive sa queue et il a commencé à l'introduire dans mon derrière. Sa queue était plus grosse, j'avais un peu mal quand il entrait en moi m'ai je n'ai rien dit, je voulais le sentir me remplir très fort avec sa belle pièce. Quand il s'est mis à aller et à venir dans mon anus, je sentais à chaque fois ses couilles qui battaient contre moi, ça m'excitait très fort et je n'ai pas hésité à gémir de plaisir. Je lui disais : "Hummm, continue plus fort Marc, remplis moi avec te belle queue, je veux te sentir à fond en moi !" Il a alors commencé à me limer par saccades, je sentais qu'il allait venir très bientôt quand dans un grand râle, il a éjaculé. J'ai vraiment senti les jets de son sperme chaud me remplir, j'ai aimé la sensation. Il s'est retiré après avoir eu finit de jouir en moi et après m'avoir retourné sur le dos, il s'est couché sur moi et m'a dit : "Je t'aime, je veux être avec toi toujours, partout et tout le temps." Il m'a embrassé, nos langues ont joué ensemble pendant un grand moment puis il s'est mis sur le côté contre moi et nous avons repris notre souffle. Je lui ai dit : "J'ai aimé tes couilles qui frappaient contre moi à chaque fois que tu entrais en moi, je t'ai senti plus gros et plus fort qu'en décembre, tu m'as rendu heureux." Il m'a dit : "Moi aussi j'ai senti que ton sexe était plus gros et j'ai aussi senti tes balles qui frappaient contre moi à chaque mouvement quand tu me faisais l'amour. Je t'aime David !"
Quand on a eu repris notre souffle, nous avons pris une douche ensemble. Je l'ai encore sucé, il est encore venu à grands jets dans ma bouche et il m'a même demandé d'en garder un peu pour lui. Quand je l'ai embrassé, il a bu son sperme, pas tout parce que j'ai du en avaler pas mal sinon je n'aurais pas réussi à tout tenir dans ma bouche, et il m'a dit : "J'aime le goût du sperme !" Je lui ai répondu : "Moi aussi, mais je veux tout partager avec toi..." Nous nous sommes essuyés, et habillés, et nous sommes sortis pour aller chercher de quoi souper.
Marc ne m'avait pas invité pour plus d'un jour car tout comme moi, l'argent faisait défaut, et j'ai demandé à Marc s'il me permettait de payer la nourriture. Il a hésité mais devant mon insistance, il a fini par être d'accord. Oui j'avais insisté car je ne voulais pas qu'il paye tout et quand ma mère avait su que Marc m'invitait pour deux journées et une nuit à l'hôtel (en chambre à double lits, je ne pouvais pas lui dire dans le même lit bien sûr), elle m'avait donné un peu d'argent pour nos sorties en me disant de ne pas laisser Marc tout payer. Marc m'a dit : "Alors demain, on téléphone et on reste une nuit et un jour en plus, si tu es d'accord David ?" Je lui ai dit : "Avec toi, toujours !" Et il m'a embrassé.
Nous avons trouvé un petit snack où nous avons pris notre souper à emporter et nous sommes allés dans les dunes. Il faisait encore très chaud et un souper à l'extérieur nous a fait du bien. Marc m'a dit : "Je n'avais plus rien mangé depuis hier soir car ce matin, j'avais l'estomac en boule et je n'ai rien su prendre d'autre que le café que tu m'as donné." Je lui ai sourit et je lui ai dit : "Moi aussi j'avais l'estomac qui était noué et ce matin j'ai pris une demie tasse avant ton arrivée puis une en ta compagnie." Notre repas a été pris en un temps record car nous avions très faim.
Après le repas, nous nous sommes baladés main dans la main dans les dunes, nous nous embrassions souvent, j'étais sous son charme, j'étais amoureux de lui réellement et je sentais que lui aussi était amoureux de moi. Dans les dunes, nous avons couru l'un après l'autre, nous nous sommes roulés dans le sable, nous avons joué des heures. La température est tombée et nous sommes retournés à l'hôtel. À la réception, Marc a demandé au réceptionniste s'il y avait un problème pour lui, si nous restions la nuit suivante aussi. Il nous a sourit et nous a dit : "Si vous êtes aussi discret qu'aujourd'hui, il n'y a pas de problème, même ma femme n'y verra aucun inconvénient." Il nous a même dit que dans sa jeunesse, qu'il était bisexuel et qu'il a eu des difficultés pour que lui et son ami trouve un hôtel, qu'il comprenait notre situation et que tant que les clients ne remarquent rien sur personne, que nous pouvions rester aussi longtemps que nous le voulions et que si nous revenions plus tard, il y aurait toujours de la place pour nous. Nous l'avons remercié et nous sommes partis vers notre chambre.
Arrivés dans la chambre, Marc m'a embrassé fiévreusement, comme s'il y avait plusieurs jours que nous ne nous étions vu. Il m'a pris par la main et m'a demandé : "Tu viens prendre une douche avec moi ?" Je lui ai dit oui et nous sommes allés nous laver. J'ai lavé Marc partout et lui m'a aussi lavé partout. Quand nous avons eu fini, il m'a dit : "J'aime après m'être lavé, rester sous l'eau chaude pour me relaxer pendant quelques minutes." Je dois dire que de mon côté, j'ai essayé de rester sous la douche après avoir été lavé et que c'est un bon truc pour se détendre. J'ai embrassé Marc en le serrant très fort dans mes bras, je sentais son sexe durcir contre le mien qui commençait à durcir aussi. Marc est tombé à mes genoux et a entrepris de me sucer. Il me suçait à fond, je sentais son nez dans les poils de mon sexe. D'une main il caressait et jouait avec mes couilles et de l'autre main, il avait mis deux doigts dans mon anus et massait ma prostate. Parfois même il remontait jusqu'au gland qu'il gardait en bouche et il faisait tourner divinement sa langue entre le gland et le prépuce puis reprenait la longueur entière de mon sexe dans sa bouche. Après quelques minutes, j'ai commencé à sentir l'éruption volcanique qui se préparait dans mes balles, je me suis mis à gémir plus fort et je lui ai envoyé toute la sauce que j'avais. Il a avalé mon sperme gouluement et quand il s'est relevé, il m'a embrassé en m'en donnant un bonne partie à boire, mon sperme avait bon goût, un peu sucré et salé à la fois, mais je l'aimais.
Je ne voulais pas rester sans permettre à mon amour lui aussi de jouir. Je lui ai demandé de s'asseoir dans le fond du bac de la douche et je me suis mis à cheval sur son sexe. Je ne lui ai pas permis de faire le moindre mouvement, c'est moi qui guidait tout les mouvements. J'ai mis son sexe contre mon anus, et j'ai entré son sexe en une fois sur toute sa longueur dans mon trou. Il a été surpris, il poussé un cri de surprise et de délice, il a aimé entrer en moi en une fois directement. Je me suis mis à monter et à descendre le long de son sexe, il était tellement excité que je suis sûr qu'en moins de 45 secondes, il a joui en moi. J'ai senti, jets après jets, son sperme chaud entrer en moi, j'aimais cette sensation.
Quand je me suis retiré, il s'est remis debout dans la douche et j'ai vu sur son regard qu'il était un peu déçu de ne pas avoir tenu plus longtemps. Je lui ai demandé si tout allait bien, il m'a répondu : "Trop court..." Je me suis mis à genoux et j'ai entrepris de le sucer comme il me l'avait fait. Il a joui après dix minutes dans ma bouche et par gourmandise, j'ai tout avalé. Quand je me suis remis debout, je lui ai dit : "J'aime faire l'amour avec toi, tu n'es jamais fatigué, tu es toujours prêt pour moi, je t'adore mon amour." On s'est embrassé tendrement et nous sommes sortis de la douche pour nous sécher. Nous sommes restés nus et nous sommes allés sur le lit.
On s'est blotti l'un contre l'autre et on est tombés de sommeil. Vers trois heures du matin, nous avons été réveillés par un couple dans une chambre à côté de la nôtre. Ils faisaient l'amour bruyamment. On s'est regardés et nous avons ri. J'ai embrassé Marc qui a commencé à me caresser j'ai été très vite fort excité, et Marc m'a dit : "Fais-moi l'amour, remplis-moi avec ta belle grande queue !" Il s'est couché sur le ventre et je me suis mis derrière lui. J'ai léché son anus, j'ai mis ma langue dans son trou, j'ai mis de la salive sur ma bite, je l'ai mis à l'entrée de son trou et j'ai poussé légèrement. D'un coup, Marc a poussé son derrière sur ma pine qui est entrée sur toute sa longueur. J'ai poussé un grand râle de satisfaction et je me suis mis à le limer, à grande vitesse, il aimait la sensation. Il gémissait si fort que je me suis couché sur lui pour mettre ma main sur sa bouche pour lui faire signe d'être silencieux et il a compris sans que je n'aie rien dit. Parfois il gémissait un peu plus fort mais il se reprenait vite. Quand j'ai senti la pression monter, je lui ai dit : "Prépare-toi à recevoir mon jus dans ton cul, ça va venir !" Et j'ai lancé mon sperme du fond de mes couilles dans son corps. Il m'a dit : "Je sens les jets chaud entrer en moi !" Quand j'ai eu fini de jouir, je suis resté quelques instants couché sur son dos jusqu'à ce que mon sexe sorte seul de son anus. Je me suis mis sur le dos à côté de lui et je lui ai caressé les fesses avec ma main droite.
Il a repris son souffle et s'est blotti contre moi, il m'a chuchoté : "J'ai joui pendant que tu me faisais l'amour, j'ai jouis trois fois." Je l'ai regardé dans les yeux et j'ai dit : "Trois fois, c'est pas possible que tu aies autant de sperme en réserve, je n'arriverai jamais à tenir le coup, si je dois jouir autant de fois que toi !" Il m'a embrassé et m'a dit : "Je vais te montrer comment tenir le coup très bientôt..." Et nous nous sommes endormis.
Au matin, je me suis réveillé avec Marc qui me regardait encore. Il m'a dit : "Bonjour mon amour, as-tu bien dormi ?" J'ai répondu : "Très bien merci mon amour, " et on s'est embrassés. Marc m'a caressé, il avait envie de moi, je l'ai laissé faire. Il m'a sucé puis a léché mon anus longuement, il a joué avec ses doigts dedans et dehors, puis il s'est enduit le sexe de salive et il a poussé son sexe délicatement dans mon anus. Il m'a fait l'amour encore meilleur que les autres fois, plus je faisais l'amour avec lui, mieux c'était. Quand il a eu déversé son merveilleux nectar chaud en moi, il m'a dit : "On va savoir maintenant si ta queue n'a pas changé de taille !"
Et il a sorti de son sac un mètres ruban du genre mètre de couture et il a mesuré mon sexe. Résultat : je mesurais 17, 5 centimètres, j'avais pris 1 centimètre en six mois à peine. Il a pris le diamètre aussi, il m'a dit 6 centimètres. J'avais pris un demi centimètre de largeur en plus, je ne m'en étais pas aperçu. J'ai dit : "À ton tour Marc !" Je l'ai fait mettre sur le dos, et je l'ai sucé pour lui donner la pleine forme, cela n'a pas été très long. J'ai pris les mesures, 20 centimètres et six centimètres de diamètre aussi. Quand je lui ai dit les chiffres, j'ai senti qu'il était fier de son service trois pièces, aussi fier que lorsqu'il m'a donné mes dimensions.
Il m'a dit : "Je vais te montrer en attendant de connaître le moyen de jouir aussi fort et aussi souvent que moi, comment faire pour que tu saches suivre le rythme." Il s'est mis sur le dos et a commencé à se masturber, il m'a dit : "Je vais te montrer comment je fais pour me calmer." Il a masturbé sa queue pendant que je le caressais, il m'a dit : "Avec tes caresses, ça va aller très vite !" Il avait à peine dit cela qu'il giclait son sperme, et à mon grand étonnement, il a continué de se branler sans même arrêter une seconde. Moins d'une minute après, son sperme coulait encore pour la deuxième fois sur moins de deux minutes, et il a continué à se masturber encore sans arrêter. Je lui ai dit : "Tu vas être épuisé !" Il a rit et a continué, il a joui une troisième fois, et encore après une quatrième fois. Après il m'a regardé, je me suis mis à le lécher jusqu'à ce qu'il soit propre. Par contre le lit lui, c'était fini, les drap étaient mouillés et pas qu'un peu.
Alors je lui ai dit : "Tu n'est pas épuisé après avoir joui quatre fois sur moins de dix minutes ?" Il m'a répondu : "Maintenant je suis tranquille pour 4 ou 5 heures, mais passé ce temps, j'en aurai encore vraiment fort envie..." J'en restais la bouche grande ouverte, je ne comprenais pas comment il pouvait faire pour en arriver là.
Nous nous sommes lavés, embrassés, caressés, et il bandait encore, je n'ai pas insisté car je n'en croyais pas mes yeux. Nous nous sommes habillés dans des vêtements sexy et moulants comme nous aimions, et en sortant, il s'est dirigé vers sa voiture. Dans le vide poche, il a pris un sachet de pilules vertes, il l'a mis en poche. J'avais une crainte dans mon esprit, il prenait des médicaments pour pouvoir tenir un régime pareil, et nous sommes partis vers la plage.
En cours de route il m'a dit : "Tu as vu le sachet de pilules vertes que j'ai mis dans ma poche ?" Je lui ai dit que oui. Il m'a dit : "Voilà le secret de mes nombreuses et puissantes éjaculations." Nous sommes arrivés à notre dune près de le mer, celle où nous avions joué la veille. Nous nous sommes assis et je lui et demandé pourquoi il prenait des pilules pour jouir comme cela. Alors il m'a dit : "C'est un prêtre chinois qui m'a donné ces pilules il y a trois ans, il m'a dit : n'en prends pas plus que deux, et n'en prends plus jamais après si tu ne veux pas devenir impuissant." "J'en ai pris deux, il y a trois ans et depuis, je suis comme je suis, pour le restant de ma vie, le prêtre m'a dit il n'y a aucun retour en arrière et que je n'ai rien à craindre pour ma santé, si tu le veux, tu peux en avoir je te les donnes de bon coeur..." Je l'ai regardé avec un grand sourire, je lui ai dit : "Je croyais que tu prenais une drogue qui augmentait tes capacité sexuelles..." Il a rit aux éclats et m'a dit : "Le prêtre m'a expliqué que ces pilules agissaient sur la commande du cerveau et de la production des glandes sexuelles, ou quelque chose de semblable mais qu'une fois que l'on avait changé la commande que le chemin inverse était impossible."
Je lui ai demandé : "Tu aimerais que j'en prenne ?" Il m'a dit : "C'est à toi de savoir, je voudrais bien que tu les prennes, oui, mais c'est toi qui dois décider." Je lui ai dit : "Je vais les prendre parce que j'en ai envie, mais aussi parce que tu as envies que je sois comme toi." Alors par amour, je les ai prises. Il m'a dit de les avaler, de m'étendre sur le sable et de respirer profondément, ce que j'ai fait. J'ai senti ma tête tourner puis je ne me suis plus souvenu de rien. Quand je suis revenu à moi, que j'ai ouvert les yeux, j'étais tout engourdi, mes couilles me faisaient assez mal, mais Marc était là à côté de moi. Il me souriait, il m'a dit : "N'aies aucune crainte, dans un quart d'heure, tu seras comme avant avec un petit plus apréciable..."
Nous nous sommes embrassés. J'avais très mal aux couilles, je lui ai dit et il m'a répondu que c'était normal, que lui aussi avait eu cet effet mais qu'il a très vite passé. Il m'a aussi dit : "Tu es resté endormi pendant trois heures, et pendant ton sommeil, tu as au moins joui 10 fois." J'ai regardé mon entre- cuisse, j'étais trempé comme si j'avais pissé dans mon froc, mais les effets commençaient déjà à se dissiper. Je lui ai demandé : "10 fois ?" Il a rit et a dit : "Après 6, j'ai arrêté de compter mais tu en as encore eu quelques unes." Après dix petites minutes, je me sentais comme avant, et humide. Il a rit. J'ai retiré mon jeans et mon t-shirt et nous sommes allés nous baigner dans l'eau de la mer toute proche. J'avais oublié de dire nous avions mis nos maillots de bain, car j'avais dit à Marc que j'avais envie de nager un peu.
Quand nous sommes sortis de l'eau, Marc m'a dit : "Nous avons oublié nos essuies !" Je lui ai dit : "C'est pas grave, on va vite sécher avec le temps qu'il fait." Il m'a demandé : "On va prendre un bain de soleil maintenant ?" Je lui ai dit : "Pourquoi pas." Nous sommes allés nous coucher dans les dunes en plein soleil, il devait être 15 ou 16 heures à mon avis. Nous sommes restés couchés quelque temps, on ne s'est jamais lâché la main mais après ce qui m'a parut être plus ou moins 30 minutes, j'ai demandé à Marc s'il n'avait pas faim car j'avais la dalle. Il m'a répondu : "Je crève de faim !" Nous avons mis nos vêtements et j'ai été soulagé de voir que mon jeans avait séché correctement.
Nous nous sommes dirigés vers l'hôtel car j'ai dit à Marc qu'il me semblait que l'hôtel avait un bon restaurant et que l'on devait bien cela au gentil réceptionniste qui n'a pas fait de difficulté pour louer une chambres à deux homosexuels. Il m'a dit : "J'ai jeté un oeil hier sur la carte, les prix sont corrects." Et nous nous sommes installés à une table dans le jardin. Quand j'ai voulu demander à Marc ce qu'il prenait comme apéritif, il m'a dit : "Pas d'alcool pour toi pendant 24 heures !" Je lui ai dit : "Heureusement que tu me préviens." Il m'a dit : "De toutes façon, je n'aime pas." Je lui ai redit : "Ne t'inquiète pas si je te propose d'en prendre un c'est que j'ai assez d'argent pour le payer." Mais il a préféré prendre un thé glacé, j'en ai pris un aussi, et nous avons passé notre commande pour le repas. Nous avons pris le grand jeux avec les entrées les plats consistants, les desserts, car encore une fois l'amour nous avait fait sauter le déjeuner et le dîner.
Pendant le dessert, j'ai commencé à avoir envie de faire l'amour. Je l'ai dit à Marc qui m'a dit : "Ça y est, maintenant tu es comme moi, ça a même été plus vite que pour moi !" Nous avons fini notre dessert à une grande vitesse, j'ai rapidement payé l'addition et nous sommes montés à notre chambre. Les draps avait été changés et tout était en ordre. Je l'ai fait remarquer à Marc qui m'a dit : "Nous sommes bien tombés, c'est un hôtel très correct." J'ai dit à Marc : "Je prends une douche et j'arrive !" J'ai été à la douche, je me suis déshabillé en vitesse et je suis entré sous celle-ci. Marc m'avait suivi et il m'a très vite rejoint sous l'eau.
Il m'a embrassé et m'a dit : "Aujourd'hui, je suis le plus heureux des hommes." J'avais du mal à comprendre de quoi il parlait, il a bien vu que je ne savais pas vraiment pourquoi et il a dit : "Maintenant, je sais sans avoir eu à te le demander, que tu m'aimes vraiment. Tu vas voir cette nuit va être la meilleure de toute ta vie car tu vas pouvoir faire l'amour aussi souvent et aussi fort que moi, j'ai vu que tu étais prêt à faire tous ce que je voulais." Je lui ai dit : "Pourquoi tu avais un doute mon amour ?" Il m'a embrassé et a répondu : "Non j'ai eu la preuve que j'étais tout pour toi sans même te l'avoir demandé." Pendant qu'il m'embrassait, j'ai eu une érection, ma queue me faisait mal tellement elle était bandée, j'ai dit à Marc que je n'avais jamais eu une érection si forte. Il m'a dit : "C'est normal, toute ta sexualité est en train de changer, ta queue va même grandir encore plus d'ici quelques jours, tu vas avoir deux ou trois centimètres de plus en longueur et un peu en grosseur aussi, tout va être sexuellement plus fort et plus grand, même ta jouissance quand tu vas juter, le bien être que tu vas ressentir va être plus fort plus long, tu ne le regretteras pas."
Marc s'est mis à genoux et m'a taillé un pipe comme il savait si bien le faire. Je suis rapidement venu, j'ai cru que je n'allais pas arrêter de jouir, le sperme a coulé encore et encore, c'était tellement meilleur que j'ai bien cru que j'allais m'évanouir, j'étais si faible sur mes jambes. Quand enfin mon sperme a arrêté de couler, Marc s'est levé et m'a embrassé, il avait tenu dans sa bouche une grande quantité de mon sperme pour me permettre de boire mon nouveau cru, mon sperme m'a encore paru meilleurs. Quand nous avons eu fini de s'embrasser, il m'a dit : "Quelle giclée ! Je n'ai jamais eu autant de sperme dans ma bouche en une fois." Je lui ai demandé : "Il y en avait tant que ça ?" Et il a répondu : "Oui c'est pas pour blaguer mais il y en avait beaucoup, tu verras tout à l'heure."
On est sortis de la douche, on s'est essuyés et on est allés sur le lit, nus. Je me suis mis sur le côté et j'ai regardé Marc, il bandait fort. J'ai tendu ma main sur son sexe et je l'ai branlé. Il s'est allongé sur le lit et je l'ai masturbé. Après deux ou trois minutes, j'ai senti son sexe durcir dans ma main, et il a joui, j'ai continué à le branler, il n'a rien dit. Il est resté aussi dur, et après encore deux ou trois minutes j'ai senti son sexe durcir encore, et il a encore joui. J'étais émerveillé et je lui ai dit : "Marc pour moi ton sexe est la plus belle chose que j'aie jamais vu de ma vie !" Il s'est tourné vers moi et m'a dit : "Le tien est mon bonheur." Il m'a embrassé, il m'a dit : "Couche toi sur le dos."
Marc m'a caressé et il m'a masturbé comme je venais à peine de lui faire. Quand je suis venu dans sa main, le sperme a éclaboussé partout, sur ma figure, dans mes cheveux, sur ma poitrine, sur mon ventre, il y en avait partout ! J'avais les yeux grands ouverts, je voyais mon sperme aller dans tout les coins, et je bandais encore. Comme il me l'avait montré au matin, comme je venais de lui faire, Marc a continué de me branler, je n'en revenais pas, j'avais joui en une fois autant de sperme qu'en plusieurs jours. J'ai très rapidement senti que j'allais encore jouir et j'ai juté encore partout. Quand j'ai eu fini de venir, Marc m'a pris par la main et nous sommes allés nous rincer sous la douche. Nous avions du sperme qui coulait de partout, nous avons laissé des traces sur le parquet. Au retour, Marc les a essuyées avec une serviette. nous nous sommes remis sur le lit. Marc m'a demandé comment je me sentais, je lui ai montré mon sexe en érection et il m'a dit : "Hummm je vois que maintenant on va pouvoir s'amuser autant que l'on veut !" Marc est sorti du lit pour aller à la salle de bain et il est revenu avec un verre. Il m'a dit : "Tu te souviens ?" en me montrant le bout de sa queue dans le verre. J'ai souri et je lui ai dit : "Tout à fait !" Alors il s'est mis sur le dos et a dit : "Une pipe en 69, allez, viens mon amour, viens remplir le verre !" Mais je pensais encore comme avant, je me suis dit il me faudra bien 2 semaines pour le remplir mais je me suis mis sur lui et j'ai commencé à le sucer, et lui à me sucer aussi. Après ce qui m'a paru comme 4 à 5 minutes, j'ai dit à Marc : "Je vais jouir !" Et Marc m'a masturbé au dessus de son visage avec la tête de mon gland dans le verre. Je suis venu, encore beaucoup de fois.
Je vacillais sur mes genoux et il a commencé à jouir dans ma bouche son bon sperme. Après qu'il ait fini de venir, il m'a dit : "Regarde le verre." Je me suis tourné pour le regarder, j'ai ouvert grand mes yeux quand j'ai vu le verre rempli à moitié. Je ne croyais pas cela possible ! Il m'a dit : "Goûte vite pour faire le différence avec le mien pendant que tu en as encore le goût en bouche." J'ai bu mon sperme, je l'ai trouvé un peu moins sucré que celui de mon amour mais je lui en ai laissé deux à trois gorgées. Marc a déposé le verre et s'est remis à me sucer. Dans ma tête, je me disais que je n'arriverais jamais à jouir encore, et bien pourtant je me suis remis à venir dans la bouche de Marc après quelques minutes. Lui aussi en buvant mon sperme s'est mis à jouir dans ma bouche. Décidémment, le sien était plus sucré. Quand Marc a eu fini de jouir dans ma bouche, je me suis mis à côté de lui, je lui ai dit : "Marc je ne saurai jamais te remercier assez fort pour tout ce que tu fais pour moi." Il m'a dit : "Ton amour pour moi vaut tous les mercis de la terre !" Je lui ai annoncé : "Je t'aime mon amour."
Je lui caressais les poils de la poitrine quand il m'a dit : "Mets-toi sur ton ventre, je voudrais te faire l'amour." Et Marc m'a fait l'amour comme jamais encore il ne me l'avait fait, et comme lui j'étais devenu plus sensible aussi. Pendant qu'il me faisait l'amour, j'ai joui par deux fois sur le drap du lit, je me suis dit que c'était trop beau pour que cela dure. Quand Marc s'est retiré de moi, je me suis remis sur le dos et je me suis mis à pleurer. Il est venu se blottir contre moi, il a pris ma tête entre ses mains et il m'a demandé pourquoi je pleurais. Je lui ai dit que j'était tellement heureux avec lui que j'avais peur que cela ne dure pas. Il m'a dit qu'il m'aimait et tant qu'il lui restait un souffle de vie, qu'il m'aimerait toujours. J'ai séché mes larmes, et nous nous sommes longuement embrassés.
Nous avons parlé de ce que nous allions faire pour vivre ensemble. Nous avons fait nos projets de vie commune et de nos carrières. Finalement, d'un accord commun, nous avons décidé ensemble de nous voir le plus souvent possible, d'étudier correctement, de rester encore chez nos parents jusqu'à la fin de nos études au moins, ce qui ne nous empêcherait pas de nous voir presque tous les soirs sauf si les études nous prennent trop de temps. Mais chaque week-end on sera ensemble, c'est sûr, quitte à étudier ensemble mais que le week-end, personne ne nous séparera, ni pendant les vacances scolaires. Après plusieurs heures de discussion, Marc m'a demandé de lui faire l'amour, je me suis exécuter avec joie. J'ai bien sur joui très fort et beaucoup. Marc est encore venu deux fois sur le drap, finalement on s'est endormis vers 5 heures du matin, épuisés tout les deux.
Quand je me suis réveillé, il était presque 14 heures, j'avais entre les jambes un gourdin d'enfer, j'ai regardé Marc, il dormait encore. Je me suis mis à le caresser doucement. Au début, aucune réaction mais après quelques instant, il s'est mis à bander, lentement j'ai glissé entre ses jambes et je me suis mis à le sucer. J'ai réussi à le faire jouir quatre fois en le suçant. J'ai continué à le sucer et il s'est réveillé. Il a pris ma tête entre ses mains, l'a guidée au rythme qu'il aimait et il a joui une cinquième fois. Quand je lui ai dit : "Bonjour mon amour, " j'ai regardé l'heure, il était 14h30, et il venait de jouir 5 fois dans ma bouche. Quand je lui ai dit, il m'a répondu : "Je sais, je me suis réveillé avant de jouir la première fois, mais j'avais tellement envie que je t'ai laissé faire, mais maintenant c'est ton tour de jouir 5 fois aussi."
J'ai été un peu effrayé par le fait que j'allais jouir 5 fois. Je n'étais pas encore habitué au fait que maintenant je savais suivre le rythme et Marc m'a sucé jusqu'à ce que j'aie joui mes 5 fois aussi. Vous ne me croirai pas, mais j'avais encore envie de Marc quand j'ai eu fini de jouir. Je lui ai dit et je l'ai encore pris par derrière deux fois, et lui aussi m'a pris par derrière deux fois. Finalement, nous nous sommes levés, on s'est lavés et on a préparé nos affaires pour descendre à la réception payer la chambre. Le réceptionniste nous a demandé si nous avions passé un bon séjour chez lui et en choeur, on a répondu "Le meilleur de toute notre vie !"
Visiblement il en était heureux pour nous. Nous lui avons dit que jamais nous n'oublierions le magnifique moment que nous avons passé dans son hôtel. Quand la note a été réglée, il nous a dit : "Vous êtes toujours les bienvenus !" Nous l'avons remercié et nous somme allés au restaurant de l'hôtel où nous avons pris un grand et copieux repas. Après le repas, nous sommes allés à la plage, nous avons marché des heures main dans la main, avant de reprendre la route du retour. J'étais heureux, Marc aussi. il me l'a dit très souvent sur le chemin du retour.
Je me suis mis contre son épaule droite, j'ai caressé son sexe pendant quelques minutes, à un certain moment il m'a dit : "Stop, si tu continues, mon jeans va être inondé et je ne serai plus présentable pour rentrer chez mes parents !" Et il a trouvé une aire de repos tranquille, je l'ai sucé deux fois, lui m'a sucé trois fois, puis nous avons repris la route, moi comme a mon habitude, la tête contre son épaule. Nous avons discuté sur le chemin du retour. Marc m'a demandé ce que je faisais demain car on venait de se rendre compte que nous étions au début du mois de juillet et que nous avions encore deux mois de vacances devant nous. Je lui ai dit que je n'avais rien de prévu pour les deux mois qui nous restait avant de rentrer à l'école.
Il m'a dit : "Je passe demain matin chez toi, on verra bien à ce moment-là." Quand nous sommes arrivés devant chez moi, nous nous sommes embrassés longuement et je suis rentré chez mes parents.
Il était 22 heures, mes parents m'ont demandé si je m'étais bien amusé pendant ces deux jours avec Marc; je leurs ai répondu que cela a été deux jours inoubliables pour moi. Je les ai remerciés de m'avoir permis d'aller avec Marc à la mer, c'est alors que mon père a dit : "Pendant ton absence, j'ai discuté avec ta mère, et nous sommes du même avis. Nous allons en vacances avec ta tante et les parents de Marc en Italie, nous partons demain soir. Ton cousin reste en Belgique et probablement Marc aussi, tu es libre de venir avec nous ou de rester. À toi de choisir." J'ai dit à mes parent que je préférais rester en Belgique avec mon cousin et mon copain Marc (je ne pouvais pas dire mon petit ami), mes parents m'ont dit qu'ils s'en doutaient un peu, que maintenant j'était assez grand pour savoir ce que je voulais. Il m'ont dit aussi que comme je restais en Belgique, que l'argent qui était destiné à mon voyage avec eux, qu'ils allaient me le donner afin que je puisse me nourrir et que je puisse sortir avec mes amis en boîte. J'ai embrassé mes parents je les ai remercié très fort. Je leurs ai dit que j'étais fier d'avoir leur confiance, qu'ils n'auraient pas à la regretter, que je serais correct, qu'ils retrouveront leur maison dans le même état qu'à leur départ. J'ai vu qu'ils étaient contents de ma réaction. Je leurs ai souhaité une bonne soirée et dit que j'étais fatigué et que j'allais me coucher.
Dans mon lit, je me suis encore branlé deux fois. Quand j'ai eu fini, j'étais vraiment fatigué et heureux, je me suis endormi d'un trait....

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.