827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Les Vacances ...
Les vacances, normalement pour moi, c'est synonyme de repos, ou de départ pour une destination où il fait beau, avec les amis, ou avec la famille, mais là, cet été, j'ai dû rester pour mon examen de rattrapage en maths, le seul et dernier examen avant de dire adieu à l'école secondaire ! C'était trop dur, pour moi, et alors que mes parents se retrouvaient avec mon petit frère en provence, moi je devais rester un week-end pour des cours particuliers en maths, avant de pouvoir les rejoindre... Bon, être seul n'était pas tout à fait désagréable pour un garçon qui venait d'avoir ses 18 ans... au moins il n'y avait personne pour me remettre à l'ordre, ou pour me forcer à me lever à neuf heures ! La plupart des mecs de mon âge en auraient profité pour ramener leur copine à la maison, et y passer la nuit, mais moi je n'étais pas intéressé par les filles, et je savais que c'étaient les garçons qui m'attiraient. Je n'avais jamais eu rien de sérieux avec qui que ce soit, mais je nourrissais mes nuits blanches d'adolescents de toute sorte de fantasmes lorsque je me branlais... J'aurais tant aimé que l'une de ces images devienne réelle à un moment donné ; j'étais loin de me douter que finalement la chose ne saurait plus tarder... Je devais normalement étudier et rassembler toutes les questions que j'avais avant l'arrivée de professeur que ma mère m'avait procuré par ouï-dire, mais là, j'étais trop fatigué, et du coup je m'étais levé à onze heures... Je jetai un coup d'oeil rapide à ma montre... bigre ! Je n'avais qu'une demie heure avant l'arrivée du prof ! Bon, je n'avais pas le temps de traîner, je pris une douche en cinq minutes, et j'avalai la première chose que j'ai trouvé dans le frigo, avant d'endosser une chemise et un jeans, histoire d'avoir l'air un peu présentable. J'étais finalement prêt à l'heure, mais j'appréhendais un peu le moment... qui donc allais-je trouver ? Notre prof en maths était une vieille dame qui n'expliquait rien du tout, et que personne n'arrivait à comprendre. Et du coup, je pensais que j'allais voir surgir un type de ce goût là, et que j'allais passer deux heures de calculs, sans comprendre quoi que ce soit... Midi pile, on sonnait ; je me suis vite passé un dernier coup de peigne avant d'ouvrir, et.... Ouah ! Un garçon brun, grand, aux cheveux bouclés courts, avec le plus beau regard que j'avais pu voir en quelqu'un... C'était donc lui... mon prof particulier de maths ? Eh, bien, si j'avais su que c'étais ce genre de mec avec qui j'allais devoir étudier, j'aurais demandé des cours particuliers au moins cinq fois par semaine ! Le jeune homme devait avoir un peu moins de 30 ans, et constituait exactement le prototype de gars qui me faisaient fondre... « Bonjour, est-ce toi, Bertrand ? - Euh... oui, oui, c'est bien moi ! - Je suis le prof de maths, fit-il en me tendant amicalement la main. Il avait un sourire à faire chavirer tout c½ur... je lui ai dit d'entrer, et de s'asseoir devant la table de la salle à manger. - Vous voulez boire quelque chose ? - Non, merci. C'est gentil. Tutoies-moi, je suis quand même jeune, fit-il de nouveau avec le même sourire angélical. Je m'appelle Thibaut. - Merci ». Je sentais son parfum arriver jusqu'à ma place, envoûtant... il me demanda si j'avais des questions en particulier, quels étaient les points à discuter... mais je n'arrivais pas à me concentrer ; je ne faisais rien de bon, je ne faisais que me tromper dans les calculs, et je n'arrêtais pas de poser des questions stupides. En fait je ne faisais que le regarder, et lorsqu'il écrivait, mes yeux se posaient discrètement au niveau de son entrejambes, qui semblait cacher un fameux paquet bien comprimé... A un moment donné, son bic tomba, et roula de l'autre côté de la table ; il se pencha pour le ramasser, et je vis alors la marque de son caleçon à travers son pantalon blanc. J'ai même pu distinguer les motifs rayés de son sous-vêtement, ce qui acheva de m'exciter... j'ai commencé à avoir une érection d'enfer, qui me faisait mal, sous le jeans ! Tout cela n'arrangeait en rien mes difficultés en maths, et je me demandais si Thibaut ne me prenait pas pour un crétin qui n'en touchait pas une. « Concentre-toi, Bertrand, tu as l'air stressé ; n'aie pas peur de poser toutes les questions nécessaires » faisait-il avec gentillesse. Il me montrait parfois devant ma feuille comment tracer les graphes, comment résoudre les équations... moi je ne voyais que ses longs doigts fins, et je m'imaginais cette main en train de secouer sa queue lorsqu'il se masturbait... « Attends, je me mets derrière toi, c'est plus simple ». Thibaut se mit derrière moi pour me montrer comment utiliser la règle et l'équerre pour traver des parallèles. S'en était trop... son souffle arrivait jusqu'à ma nuque, et ses bras m'encerclaient mes épaules... il n'était qu'à quelques centimètres, j'aurais tant voulu lui sauter dessus, et le déshabiller... exactement comme je le faisais dans mes fantasmes nocturnes... « OK, vas-y, fais le toi-même, juste pour voir si tu as compris ». Son odeur m'enivrait, et son regard me déstabilisait... j'avais peur qu'il remarque mon érection sous mon pantalon, et du coup, je n'ai pas bougé d'un poil... « Qu'y a-t-il ? Quelque chose que tu n'as pas suivi ? - Euh... non, tout va bien... ai-je balbutié. Je me suis tourné vers lui, ses yeux étaient posés sur moi, des yeux bruns, pénétrants ; une expression de tendresse qui se dessinait sur son visage... Je l'ai regardé longuement, sans mot dire. « Bertrand ? Qu'est ce que... » Impossible à tenir... ma main droite se posa sur ses cheveux, et ramena lentement sa tête vers moi. Il essaya de se dégager au début, mais en forçant, j'avais réussi à le ramener à quelques centimètres de moi ; j'ai senti ses lèvres se coller sur les miennes, et nous nous sommes embrassés longuement. Je me suis levé, et ma main a parcouru son torse ; il avait une corpulence robuste, sans toutefois être gros ; exactement comme j'aimais, et comme j'aurais voulu être... Ma main se dirigea vers son pantalon, et la sienne fit de même vers le mien... « Non, Bertrand, arrêtons ça... » Je n'ai plus fait attention à ses paroles, je lui caressais la barre qui se dessinait sous sa braguette, ce qui avait suffi à lui procurer l'envie que je continue. Il passa également la main sur mon jeans, et découvrit que je bandais ferme ; j'ai déboutonnée mon jeans, qui tomba instantanément, pour montrer mon slip rouge, et je me suis empressé de défaire sa ceinture, et de laisser tomber son pantalon. Une grande bosse se dessinait sous son boxer, qui était effectivement rayé, et qui moulait bien son anatomie. On se rapprocha tous les deux, nos queues s'effleurèrent, Thibaut ferma les yeux et gémit. Je le regardais prendre plaisir, et ça décupla mon excitation, jamais auparavant je n'avais ressenti pareille sensation, j'enlevai ma chemise, lui enleva son t-shirt. Lui me baissa le slip, pour libérer enfin ma verge, qui se dressa tout de suite du haut de ses 15 centimètres. Il baissa également son boxer, et je vis alors qu'il n'était pas à plaindre... sa bite dépassait la mienne de 5 bons centimètres ! Je l'ai prise en main et j'ai commencé à la secouer légèrement... Nous nous sommes laisser tomber sur le fauteuil, en oubliant la raison de sa visite, et nous nous sommes ainsi caressés quelques minutes... Quelle sensation de plaisir... Thibaut me faisait frisonner et lui paraissait également vivre un moment sublime. Je lui pris la queue entre la main, et j'ai commencé à le masturber de plus en plus vite, son gland était bien gros, et il avait des couilles bien plus grandes que les miennes ; j'accélérai le va-et-vient, Thibaut ferma les yeux, gémissait de plaisir, j'entendais son souffle, ses muscles qui se raidissaient périodiquement... Je le masturbais de plus en plus vite, je sentais sa queue durcir, jusqu'au moment où il lacha : « ça vient... ». Deux longs jets de sperme vinrent s'étaler sur son torse, quelques gouttes avaient même atteint ses cheveux, puis trois jets plus courts tombant à hauteur de son nombril continuèrent son orgasme, et finalement quelques gouttes coulèrent de sa queue. Essoufflé, il regarda son sperme sécher sur son corps... il me regarda, l'air visiblement gêné, mais saisit lentement ma bite, et commença également à me masturber... Sa main commença à me caresser lentement, j'ai fermé les yeux, c'était trop bon, jamais avant une autre main que la mienne ne m'avait branlé ; la sensation de jouissance montait, c'était mon tour de gémir, je sentais que ça montait, je profitais du moment, je me suis laissé aller... Il y allait carrément vite, il me masturbait avec vigeur... et j'ai senti l'extase monter en moi... ah, oui... Un long jet atterit sur mon ventre, puis un autre en direction de Thibaut, et encore deux autres sur mon bras... jamais je n'avais éjaculé une telle quantité de sperme, et je n'avais jamais ressenti cette vague de plaisir inonder mon corps... Il arrêta le mouvement, et passa sa main sur mon corps. Je le regardai, tout comme lui me regardait. Il avait un regard à faire fondre n'importe qui. Je lui ai caressé les cheveux, et lui posa tendrement sa main sur mon dos. Nous restâmes encore comme ça quelques secondes, avant que l'on se relève, et que l'on se nettoie le sperme qui avait déjà bien séché, sans mot dire. Thibaut se rhabilla en vitesse, tout comme moi, visiblement gêné pour ce qui venait de se passer. « Je crois qu'il vaut mieux remettre le cours à demain, fit-il. Là j'aurais du mal à me concentrer... - Je pense aussi... Enfin, si tu as encore envie de venir... - Bien sûr que oui, mais uniquement pour les cours, et rien d'autre... Ce qui s'est passé aujourd'hui restera entre nous... j'espère... - N'aie crainte, je suis le premier à vouloir que ça demeure secret ». Ce soir là, je me suis masturbé trois fois avant d'aller dormir, en pensant à l'aventure que je venais de vivre. Et qui plus est, je savais que le lendeman il revenait. Thibaut revint effectivement le lendemain, et là, les maths devinrent tout d'un coup plus claires. Sans être exceptionnel, je comprenais déjà mieux les choses, peut-être par l'idée de savoir qu'à la fin du cours, on allait remettre ça... Ou parce que je sentais en moi l'amour venir envers ce professeur, qui sortait de l'ordinaire.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.