827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Le Club
Mes dernières vacances, ne sachant pas exactement où je voulais aller, je suis parti au Club. Il est au bord de la mer, à trois heures de vol de chez moi. Mais ce n'est pas pour vous vendre le Club, mais pour vous mettre l'eau à la bouche ou autre chose... Ce jour là, je venais de prendre une chaise longue au bord de la piscine, j'y posais ma serviette, pris mon roman, que je vis ce beau jeune homme. Il devait avoir une vingtaine d'années au plus. Brun aux yeux bleus. Un rêve, ce regard magique, qui vous fait tourner la tête. Un corps jeune, bien proportionné, qui donne envie de vous y frotter... Bref, j'avais mon roman en main, mes lunettes de soleil et je n'arrivais pas à le quitter du regard. Il se leva, enleva son short, et se dirigea vers la piscine et y fit un plongeon. Moi je secouai la tête, histoire de reprendre mes esprits, et j'entrepris de poursuivre la lecture de mon livre. Pas possible... Impossible... Il fallait que je lui parle !Je n'avais plus que cette idée en tête, mon livre, je savais plus où j'en étais... J'entretiens ma forme, je ne suis certes pas un top modèle mais je suis bien dans mon corps. Je me dirige donc vers le bassin et plonge également. Je fais quelques longueurs, histoire de vider ma tête de ces images, de ce regard, mais ni arrivant pas je décide de sortir et de descendre vers la plage, où l'eau devait être un peu plus froide pour mes idées. Au moment de sortir de l'eau, je le remarque qui m'observe. Lui était encore dans la piscine, accoudé au bord. Il me regarde avec insistance, ce qui me gêne un peu et c'est là que je remarque aussi... Dans mon short de bain une bosse, qui ne demandait qu'à exploser... Je me précipite sur ma serviette de bain, me la met autour de la taille, regarde si personne d'autre que lui n'a remarqué ma semi-érection, mais je ne crois pas. Je prends alors mes affaires, j'étais sur le point de partir, quand il m'a dit : - Ne t'inquiète pas, personne n'a du le voir ! je le regarde avec un sourire... - Tu crois ? - Oui, il profite du soleil pour faire la sieste... Moi c'est David dit-il. Et me tend la main. Je la serre et lui réponds que moi s'est Fred... Nous entamons alors une discussion, je lui demandais s'il était seul ici, il me répondit que non, mais avec sa mère... Mon regard grandit derrière mes lunettes de soleil... mon envie aussi, ma serviette devenant un peu étroite... - Tu viens avec moi, je vais à la plage ? - Oui, pourquoi pas... Et nous sommes allés à la plage... Là, nous avons trouvé deux chaises longues au bout de la plage. J'y ai alors posé ma serviette, lui la sienne. Je l'ai regardé, et je suis allé dans l'eau. Il m'a rejoins peu après. Nous avons nagé ensemble, avons joué avec le ballon, avons essayé de se couler mutuellement, profitant ainsi de l'occasion pour nous jauger. Son corps était superbe, nature. La bosse dans mon maillot ne disait pas le contraire. Nous sommes restés assez longtemps dans l'eau, puisque Les chaises longues étaient presque vides. Nous sommes alors aussi sorti. J'ai pris ma serviette pour m'essuyer, il me prit alors la main, m'attira à lui et m'embrassa, ce baiser fût long et langoureux... Il m'avait surpris. A juste raison, il était fougueux. Il me chuchota à l'oreille, qu'il souhaitai être plus à l'aise avec moi. Et moi j'en avais aussi envi que lui. Nous sommes remontés de la plage vers ma chambre... À peine étions nous rentrés, qu'il avait refermé la porte et si colla. Il avait enlevé son t-shirt et s'était collé à la porte. Je m'étais retourné, je l'ai vu, jeune, sensuel, plein d'envies. J'ai enlevé mon t-shirt également, me suis approché de lui, son souffle devenant plus rapide au fur et à mesure que ma bouche s'approchait de son visage. Je l'ai alors embrassé dans le cou, et son souffle fût un souffle de soulagement, comme si je venais de le libérer d'une attente insoutenable. Mes mains remontant son corps vers ses mains, pour les prendre. Ma bouche s'est approchée de sa bouche lui déposant un léger baiser, il en voulait plus, sa tête suivant ma bouche pour ne pas finir cet instant. J'ai alors lâché ses mains, et lui pris sa tête pour continuer à l'embrasser, je ne voulais pas finir ce moment de fougue. Je l'ai alors soulevé, il enroula ses jambes autour de mon bassin. Je le posais alors lentement sur le lit où mes baisers sur son corps le firent frémir. Je fis glisser son short de bain et je découvris un pubis peu poilu, et un pénis en quasi-érection. Il est bien formé, un gland normal, une hampe droite et veinée, son prépuce recouvrit un peu son gland. Mon regard croisa le sien, il avait ce sourire de quelqu'un qui allait être comblé. Et j'entrepris de lui sucer son membre. Ses gémissements me donnèrent envie de lui faire encore plus. Il s'étira, le plaisir que ma langue sur son gland lui procurait le faisait chavirer. Les jambes écartées sur le lit, je suçais toujours sa bite, devenue dure. Elle était parfaite, de bon calibre. Ses mains dans mes cheveux, me bloquant sur sa bite, pour que je l'avale entièrement, il était fou. Je commençais à lui lécher les couilles, tout en descendant vers la rosette de son anus. Il mouillait de plaisir, ses gémissements, cette fougue, un plaisir. Je lui mis un doigt, il frémit. Son anus était dilaté, et je mis deux doigts. Mon regard se dirigea vers son visage. Il avait les yeux mi- clos, ces sourcilles se froncèrent légèrement, à mes va-et-vient et il se mordillait la lèvre inférieure, signe de son plaisir intense. Ses mains couraient tout le long de son corps, s'arrêtant sur ces tétons, les faisant durcirent. Ce laisser aller me fit frissonner à mon tour. Il avait une envie certaine, et une certaine envie, que je devais de combler. Je pris une capote, je lui lubrifiais son trou, et je posais mon gland sur l'ouverture faite par mes doigts, juste avant. Son regard plongé dans le mien, je commençais ma pénétration. Lente et douce. Son visage passa par tous les stades du plaisir. J'entrepris mes va-et-vient, ces râles de plaisirs me firent redoubler de vigueur. Il se mordillait les lèvres de ce plaisir non dissimulé. Son regard croisa le mien, il tendit sa main vers mes tétons et me les malaxait, tandis que mon chibre lubrifiait ses entrailles. Je me suis penché vers lui, et nos langues se sont effleurées, nos lèvres touchées, nos bouches se sont alors soudées. Dans sa fougue, sa langue cherchait la mienne, cette embrassade fut brutale et sensuelle à la fois. Tout en nous embrassant, je m'étais assis sur le fauteuil, l'emportant avec moi et le faisant toujours monter et descendre sur mon pénis. Il me chevauchait donc, avec fierté, tout en se redressant pour profiter de ce plaisir juvénile. Le Soleil de cette fin de journée qui entrait par les persiennes, nous faisait un bien fou et rendait cette fin d'après-midi des plus agréables. Il continuait de me chevaucher et il se branlait en même temps. Sa respiration devenant de plus en plus rapproché, je voyais qu'il allait jouir. Il arrêta ses mouvements sur mon pénis, et je repris les pénétrations. Il se branlait de plus en plus vite et fit jaillir un premier jet de sa semence qui m'arriva sur la poitrine, un second sous mon menton, le troisième me surpris en arrivant sur ma bouche. N'ayant pas de main libre, je ne pouvais pas l'enlever. L'ayant vu, il se pencha vers moi, me lécha le menton et arriva sur ma bouche. Il m'embrassa, et lécha tout le sperme qui y était. Il s'empala à nouveau sur mon chibre, remua les fesses, gémissait. Il voulait en finir, il enleva la capote et commença à me sucer. Le contacte de sa langue, de sa bouche sur mon gland me fit frémir et plus il engloutissait ma bite, plus mon plaisir montait. Il sentit que j'allais jouir. J'avais mes mains sur sa tête, je voulais qu'il s'arrête, mais il les prit, les enleva tout en continuant ainsi son va-et-vient. Je gémissais et ne pouvant plus retenir tout ce plaisir, je jouie dans sa bouche, en de long jet. Sa langue se mêlant à mon jus me rendait encore plus fou. Son regard se fixa sur moi au moment ou j'avais jouie et je pus voir dans son regard un rictus de satisfaction. Il le voulait ainsi et s'en régalait. Il s'allongea sur le sol, son regard plein de souvenir, je me suis couché sur lui et je l'ai embrassé, il avait gardé un peu de mon sperme et en m'embrassant nous l'avons partagé. Nous sommes restés quelques instants ainsi, allongé parterre, ensemble. Le soleil finissant de descendre à l'horizon, nous sommes allés prendre une douche bien méritée. Les jours qui ont suivi, nous ne nous sommes plus quittés. De vrais inséparables. Au club j'avais aussi remarqué deux des animateurs avec qui je discutai de temps à autre. David les avait aussi repérés, vu que nous mangions ensemble à la même table, sa mère ayant aussi trouvé des gens avec qui manger, ils ont dîné quelque fois avec nous. Et ce soir là, nous étions sur la terrasse un peu à l'écart, en train de rigoler comme pas possible. Ben et Max se sont joint à nous et la rigolade continua... Ben est un grand jeune homme, un corps splendide, bien formé, des muscles secs et un teint bronzé qui passait très bien avec le soleil de l'endroit, ses yeux vert et ses cheveux brun et court lui donnaient cet air d'étudiant en sport... Max lui devait avoir la même taille, son corps était aussi très bien bâti, il avait les cheveux blonds et les yeux bleu... Enfin ils avaient tous les deux des atouts que beaucoup enviait, même moi... La soirée allait toucher à sa fin, Ben et Max étant allé en boîte, David ne sachant pas trop quoi faire, je décidais d'aller me coucher, il était prêt d'une heure du matin. J'étais sur le point de me coucher quand j'ai entendu un bruit à ma porte. Je suis allé voir, c'était David. - Tu ne veux pas aller dormir ? - Non... je voulais... enfin... Il poussa la porte, entra dans ma chambre, se dirigea vers mon lit et s'assit dessus. J'avais refermé la porte et m'étais assis à côté de lui. Ni une, ni deux, il avait enlevé sa chemise, son pantalon, son caleçon et se précipita sur mon caleçon pour me l'enlever. - Ben dis-voir, si tu en avait si envie fallait me le dire, on serait monter plutôt... - Oui, mais je voulais te faire une surprise et ce n'est pas la dernière... Pas la dernière ! Que voulait-il dire ? Je n'en avais aucune idée, mais le programme commençait bien. J'étais en train de lui lécher la hampe de son pénis et descendais vers ses couilles, quand un bruit venant de la porte de ma chambre se fit entendre. Surpris, je le laissais sur mon lit, allongé sur le dos, les jambes écartées, et me dirigeai vers la porte. J'ai alors ouvert doucement la porte histoire de voir qui était là et qu'elle ne fut pas ma surprise, Ben... - Ben ! Mais... tu fais quoi ici ? - Je voulais voir si David était ici... - David ? ? Euh !... oui, mais... Il poussa un peu la porte pour jeter un coup d'½il, mais je ne lui en ai pas donné la possibilité, mais il remarqua que j'étais tout nu... - Dis-voir Fred, c'est le fait de me voir devant ta porte qui te fait cet effet ? J'ai baissé mon regard vers l'endroit qu'il ne quittait plus des yeux et je rougis... Il poussa alors la porte un peu plus fort et entra. Il se dirigea vers le lit, vit David et dit... - Je vois qu'on ne s'ennuie pas ici, je peux participer ? - Pas de problème, je ne suis pas contre, dit David... Le temps de revenir vers mon lit et Ben était nu, une belle érection commençait à poindre. David attendait toujours mon retour et ce fut Ben qui mit ce beau pénis en bouche et commença des va-et-vient de plus en plus rapide... Je me suis alors mis en 69 avec David, histoire de ne pas en perdre une miette aussi. Ma langue et celle de Ben léchant la hampe veinée de David, un régale. Elles se sont touchées, nous nous sommes embrassés. David léchant mon pénis avec délectation, tout en travaillant mon anus avec ces doigts, je faiblissais... Ben se leva, coula sa bite sur celle de David et commença à les masturber. Ne pouvant résister, je pris les deux pénis en bouche, les suçant avec délectation. Ben était aussi aux anges, il gémissait de plaisir. Soudain, on gratta à nouveau à la porte ! Regardant Ben, pour savoir s'il attendait quelqu'un, je me dirigeais à nouveau vers cette porte. L'ouvrant à nouveau avec précaution, je fus à nouveau surpris, en voyant Max accouder à la porte, le regard coquin, j'ouvris la porte... - Alors j'ai cru entendre qu'une soirée coquine avait lieu ici... - Tiens une soirée coquine ! Je ne sais pas, et vous les gars ? Me tournant vers les gars pour avoir une approbation, je vis Ben qui venait de pénétrer David brutalement, vu le « Ahhhh ! » que David venait de lâcher ! Max, lui avait aussi remarqué que j'étais nu et en entrant, il avait mis sa main sur mon sexe et me roula un patin du tonnerre... Tout en refermant la porte de ma chambre, je déboutonnais sa chemise, il enleva son pantalon. M'embrassa le cou, la poitrine, arriva sur mon ventre, toucha ma bite de son visage, en s'y frottant. Sa langue me lécha les couilles et remonta jusqu'à mon gland, où avec sa langue il le frôla. Un frisson s'empara de moi, mes mains lui prenant la tête, je l'attirai vers moi pour l'embrasser. - Je vois que notre petite fête te plait. - Tu vois, j'avais remarqué votre manège. Toi est David, sur la plage il y a quelques jours. - Et Ben et toi ? - Ben et moi... ça dure depuis que nous sommes ici... - Et vous faites la fête avec les clients de l'hôtel de temps en temps ? - De temps en temps... Mais faut que les clients soient cool comme vous. Cool comme nous, c'est vrai. Nous avons alors rejoint les deux autres, qui étaient en plein effort, des mouvements doux et sensuels Ben et David, c'était beau. Max se positionna au-dessus de David pour qu'il lui suce le pénis, tout en embrassant langoureusement Ben. Moi je me suis collé derrière Ben, me frottant à lui, ma bite entre ses fesses, imitant le mouvement de va-et-vient, qu'il faisait avec David. Ben pencha la tête en arrière, cherchant ma langue, la trouvant, je lui ai alors roulé un patin humide. Son regard me fixant, et de sa main il me tendit une capote. Je l'ai mise, avec ma main je lui ai écarté ses fesses, j'ai alors placé mon gland à l'entrée de son trou, d'un geste lent, sensuel, tout en l'embrassant dans le cou, je me suis frayé un chemin jusqu'à la garde. Je ne bougeais pas. Il recommença alors ses va-et-vient. Il entrait en David et il s'empalait sur mon chibre. Nos mouvements s'harmonisaient peu à peu. Nos râles de plaisir, nos attouchements dégageaient tant d'énergie, que Max en voulait aussi. Il pris une capote la mit à David et alla s'empaler dessus. David ne pouvait qu'être comblé, il ne s'y attendait pas, mais le cri de plaisir qu'il venait de lâcher en disait long. Notre constellation tourna, me faisant prendre par David, prenant Max, qui se faisait sucer par Ben. Cela continua, sans répits, sensuel, viril, doux, fougueux et jusqu'à l'extase finale... Ben et Max était couché sur le double lit, moi entrain de sucer Max et David suçait Ben. Nous sentions que nos deux animateurs allaient s'animer pour une dernière séance... Se fut Ben qui ouvrit les réjouissances, ses longs jets allèrent se jeter sur son ventre et sa poitrine, il fut rejoint par David, qui dans un geste d'épuisement alla se coucher sur lui dans un dernier baiser. Puis ce fut mon tour et celui de Max, nous avons jouie ensemble moi sur lui, mélangeant ainsi nos semences. Dans un dernier effort il m'embrassa aussi. Nous sommes alors restés tous les quatre un petit moment ainsi. La douche était trop petite pour tous nous contenir, c'était plus une rigolade. Max et Ben voulaient alors partir pour regagner leur logement, mais David et moi nous ne voulions pas les laisser partir. - Allez rester là, de toute manière va faire jour, dormez ici, j'ai deux lits... - Non, on ne devrait pas, c'est même interdit, dis-le, toi, Max ! - Vous travaillez demain ? demanda David,
- Non, c'est notre jour de repos, mais... - Mais, quoi... Quelques sourires, quelques baisers ont fait rester. Il prirent alors le lit à côté du mien. Nous avons encore discuté quelques minutes, et le calme s'imposa avec les premières lueurs du matin. Une brise légère pénétra la chambre, David se blotti dans mes bras. De mes yeux mi-clos, je vis Max et Ben lové ensemble, un sourire au coin des lèvres... Se fut une nuit inoubliable. J'ai pensé qu'ils sont adorables et me suis endormi. La journée était déjà bien entamée, nous avions raté le petit-déjeuner. Je proposais à nos deux amis et à David de louer une voiture pour visiter la région, Mais Max se proposa de le faire avec la sienne. Je ne pensais pas que cela allait prendre ce genre de tournure... Mais ça, c'est une autre histoire...

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.