827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Drôles d'études
Quand j'étais étudiant, j'ai habite pendant un peu plus d'un an dans une cite universitaire, dans le sud de la France. A cette epoque la, la jeunesse aidant, nous sortions très souvent le soir, trois fois par semaine au minimum. A dire vrai, nous avions de très petites chambres, ce qui explique pourquoi nous ne tenions pas a y passer trop de temps. Mon voisin Eric etait un grand garçon bien muscle des cuisses, qu'il avait également très poilues. Un soir il m'a emmène sur sa moto pour aller voir des amis en ville, nous étions tous les deux en short et comme j'étais derrière lui, mon sexe était tout contre le bas de son dos, mes jambes tout contre les siennes. évidemment, en sentant la douceurs de ses poils qui frottaient l'intérieur de mes cuisses, je commençais a avoir une érection. Je tentais donc de me tenir plus loin sur l'arrière de la moto, tout en serrant son ventre plat de mes bras pour ne pas tomber. Je pense qu'il ne s'aperçut de rien, mais qui sait jamais dans ces cas la ? Nous avons passe la soirée chez nos amis et sommes revenus ensuite a la cite universitaire. Après avoir encore un peu discute, nous nous sommes souhaite bonne nuit et chacun de notre cote sommes allés nous coucher. En repensant a tout ce qui s'était passe, au corps d'Éric que j'avais serre dans mes bras, au délicieux parfum de sa sueur, mon erection se manifesta a nouveau, et a présent j'étais tout a fait libre de m'en occuper. Le souvenir de cette situation interdite m'excitait terriblement, je me caressais alors doucement le pénis, qui après avoir grossi tranquillement dans ma main était maintenant très dur et se dressait comme un arc de flèche. Je le sentais vibrer sous mes doigts qui le parcouraient de bas en haut et de haut en bas pendant que mon autre main, après être descendus de ma poitrine vers les poils de mon pubis, cherchaient a présent mes testicules, les massait d'avant en arrière, les tournaient a les arracher presque. De temps en temps, mes doigts allaient jusqu'à mon anus, et sans jamais le pénétrer, ils tournaient, tournaient tout autour puis revenaient caresser l'intérieur de mes cuisses. En très peu de temps, la main qui s'occupait de mon sexe était devenue très humide, tant mon pénis pleurait de plaisir, a tel point que de temps en temps je devais la porter a ma bouche pour en éponger le liquide. Tout a coup, je cessais de me caresser. Il n'y avait pas un bruit dans le bâtiment, tout était tranquille. Je me levais et marchais de long en large dans ma petite chambre. Enfin je me décidais. Apres avoir enroule une serviette autour de mes hanches, je sortis de ma chambre dans le couloir sombre et gagnais la porte d'Eric. J'y restais un petit moment, écoutant pour deviner s'il dormait, mais je n'entendais rien. J'ouvrai doucement la porte, il n'y avait aucune lumière dans sa chambre, et on ne distinguait rien. Au fond, on pouvait a peine deviner la fenêtre qui donnait sur le jardin, elle se découpait un peu plus claire dans l'obscurité qui régnait. Je m'approchais doucement de son lit, cache par le mur du cabinet de toilette qui se trouvait juste a l'entrée de la chambre. J'eus l'impression que cela durait une éternité. Et c'est alors, comme pour me récompenser de cette démarche téméraire que je le découvris dans une positon inespérée. Eric était couche nu sur son lit, mes yeux étaient a présent accoutumes a la pénombre et je pouvais détailler son corps magnifique. Je crus qu'il dormait d'abord. Puis je vis que tout comme moi, il avait des pulsions a assouvir et que son jeune corps avait besoin de se fatiguer : ses mains étaient très ocupees elles aussi. Je fis alors ce pas qui est a la fois si dur et si simple a faire. Je m'avançais jusqu'à lui et m'agenouillant au pied de son lit, ma main écartant doucement sa propre main de son sexe, je l'embrassai doucement sur le cote de sa nuque légèrement humide et parfumée de son odeur, puis sur son epaule. Ma langue parcourait ses seins, s'attardant sur leurs pointes, puis empruntant le doux sillon qui menait vers son bas-ventre, et pendant ce temps je masturbais son sexe qui glissait sans peine au creux de ma paume, pendant que mon autre main cherchait la sienne afin de la mener jusqu'a mon penis. Eric se laissa faire de maniere tres passive tout d'abord, son souffle chaud venait me chatouiller les hanches, nous etions presque tete beche, nous le fumes completement. Cela ne dura pas bien longtemps, bientot lui aussi se laissa submerger par la recherche du plaisir, et je pus m'occuper tout entier de son corps alors que lui faisait de meme. Ma langue parvint enfin a son penis, je le titillais de la langue pendant que je parcourais de toute la surface de mes bras ses jambes velues, aussi loin que je le pouvais, remontant ensuite jusqu'a ses testicules que je tenais dans le creux de mes mains comme dans une coupe. Puis je le pris completement en moi, m'impregant de l'odeur virile de son aine, de la saveur salee de la liqueur qui perlait de son sexe. Il ejacula dans ma bouche, je dus tenir solidement son sexe a sa base tant il fut secoue de pulsations violentes et puis il eut fini. Je me retournais alors vers lui et voyant qu'il peinait un peu a me sucer, je l'encourageais a se tourner sur le ventre, afin de jouer a autre chose... Ses fesses musclees etaient un peu plus blanches que le reste de son corps et contrairement a ses jambes, etaient completement imberbes. Mais entre ses les globes de ses fesses, la toison etait abondante et c'etait un vrai plaisir de le caresser la. Plaisir partage, car alors que j'ecartais ses fesses de mes mains, son souffle devint de plus en plus rauque, presque gemissant. Encourage, je continuai jusqu'a percevoir le moment ou il fut a la fois detendu musculairement tout en etant au comble de l'excitation sexuelle. Verifiant que mon sexe etait suffisamment lubrifie, je le penetrais a cet instant la. Comme toujours la premiere fois, ce ne fut pas facile et je fis mon possible pour stopper quand je le sentais se tendre afin de ne pas le faire trop souffrir; mais enfin mon penis fut tout entier en lui et nous chevauchames ensemble dans les prairies sauvages... Je ne fus guere long a venir mais j'etais heureux et restais longuement en lui apres avoir ejacule, enserrant de mes jambes ses hanches superbes et caressant ses jambes que j'aimais tant. Il ne dit pas grand chose apres cela, me frotta doucement le torse et finit par s'endormir epuise pendant que le regardais sombrer dans le sommeil.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.