827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Après la boum ...
C'est le temps des boums et nous sommes une bonne trentaine à faire la fête chez une amie dont les parents sont absents. Quand épuisés d'avoir dansé et un peu bu aussi, la plupart s'en vont, ceux qui restent, se répartissent dans les chambres. Il y a quelques couples, mais je n'ai pas eu la chance de trouver une copine et c'est comme ça que je me retrouve à partager le lit avec un copain du lycée, puisque ce soir, comme moi, il n'a pas de compagne. J'ai un peu plus de 18ans et Dan, un an de plus que moi. C'est juste un copain sans plus, on se connaît parce qu'on fréquente le même bahut et qu'on a des amis communs. Il est moitié français moitié algérien, mesure dans les 1m90, c'est à dire 20 bons centimètres de plus que moi, et je suis toujours surpris lorsque je suis près de lui par sa taille et sa corpulence. Il faut dire que moi je suis plutôt petit et mince, et si lui a déjà la stature d'un homme, je fais encore gamin à côté. C'est l'été, il fait chaud et on se fout tout naturellement en slip avec juste un drap pour nous couvrir. A peine allongés, on entend que dans les chambres à côté ils n'ont pas l'air de s'ennuyer, et tout naturellement ça me donne des idées et je sens mon sexe se raidir. Dan près de moi, doit être dans le même état, car il s'est retourné plusieurs fois pour essayer de dormir avant de resté étendu sur le dos. Je comprends à sa respiration qu'il ne dort pas et qu'il écoute. Une amie commune m'avait confié que c'était un hétéro pur et dur, et même un sacré bon coup avec les nanas. Elle pouvait en témoigner, et même qu 'il n'en avait jamais assez au point d'avoir eu quelques fois, faute de mieux, des expériences homos, et qu'il s'en ventait presque. Je ne sais pas si le fait de repenser à ça, mais au bout d'un moment, sans trop hésiter, je me dis je pourrais peut-être, enfin....j'ai envie quoi ! Alors, faisant semblant de dormir, je colle discrètement ma jambe à la sienne, puis j'attends et ne bouge plus. Il ne se recule pas, alors tout doucement je déplace ma main et la pose sur sa cuisse. Elle n'y ait pas depuis plus de 2 secondes, qu'il m'attrape par la taille, me soulève comme une plume, m'attire sur lui, et en passant ses deux mains sous l'élastique, il fait descendre mon slip jusqu'à mes pieds, et je l'aide à me l'enlever, puis se cambre en me soulevant littéralement sur lui pour ôter le sien. Nous sommes nus comme des vers, et je n'ai même pas eu le temps de réaliser ce qui m'arrive que déjà nous nous retrouvons enlacés l'un à l'autre. Je me cramponne à ses épaules pendant que ses mains écartent mes fesses, mais je sens surtout une barre sous mon ventre, quelque chose de dur, de gros, de puissant, et il ne fait aucun doute qu'il s'agit de sa queue et qu'elle a l'air énorme. Dan me caresse tout le corps, descendant de ma nuque le long de mon dos et s'attardant surtout sur mes fesses. Je glisse une main entre nous deux et me saisit de ce pieu qui me trouble et je prends son sexe dans la main. J'arrive à peine à en faire le tour avec mes doigts. Je commence à le branler pendant que mes lèvres effleure sa bouche ; il répond timidement à mon baiser, laissant sa langue rencontrer la mienne, mais je vois bien que ce n'est pas ce qu'il cherche. Tenant toujours sa queue dans la main, je réalise soudain qu'elle est vraiment énorme comparé à la mienne, au moins 25cm. Je n'en reviens pas, jamais je n'aurais imaginé qu'on puisse avoir une aussi grosse bite, c'est incroyable, et je veux la voir. Les volets sont ouverts, la lune éclaire la chambre et on y voit presque clair. Je me laisse glisser à côté de lui et je regarde, fasciné ce monument de chair que je tiens à la main, que je prends même dans mes deux mains tellement qu'elle est épaisse, pendant que lui, royal et fier de son anatomie me laisse faire, tout en continuant à me passer la main entre les fesses. Je suis attiré sans m'en rendre compte, n'ayant pourtant jamais fait ça, je suis guidé par une force inconnue, je pose mes lèvres sur son gland, y dépose un baiser, tout en le branlant de mes deux mains, puis j'ouvre la bouche, mes lèvres entoure son pénis et j'essaie de le faire pénétrer autant que je le peux dans ma bouche. J'arrive à peine à introduire son gland, et je commence à le sucer, mais ne pouvant en prendre plus, je passe ma langue sur son méat, puis laisse glisser mes lèvres le long de sa verge aussi raide qu'un piquet, je remonte et pompe à nouveau cette boule de chair pendant que lui me caresse toujours, savourant sans complexe le plaisir que je lui donne. Il est le maître, il s'en rend compte mais il s'occupe aussi de moi, et me branle très délicatement. Mes doigts s'agitent dans les poils de son pubis très fournis, reviennent à son sexe, lui caressent les couilles, pendant que j'essaie de mon mieux de le sucer au point d'en avoir mal aux joues. Je suis excité par ses mains qui me caressent et je n'arrive pas à me retenir. Je jouis sur lui sans que ça n'est l'air de le déranger. Je n'ai pas le temps de me remettre que lui, qui a aussi envie de jouir, me prend le poignet, tire ma main vers son membre en attente, pour que je le branle. Je réalise soudain où nous sommes et ce qu'on est en train de faire, et j'essaie de le raisonner, angoissé de le voir jouir, la peur qu'il en foute partout et qu'on soit découvert, mais c'est un peu tard et il est trop excité, il a besoin d'avoir son orgasme alors, voyant que je ne veux pas l'astiquer, il m'emprisonne contre lui dans ses bras, bloque sa queue entre mes cuisses, me tient fort serré contre lui à m'étouffer, me retient fermement, sans écouter mes lamentations. Je lui dis dans un murmure, « non, non, Dan ne fais pas ça », mais la machine est en route et rien ne pourra l'arrêter,
Il remue de plus en plus vite, donnant de grand coups de reins qui m'oblige à me tenir à lui pour ne pas être trop secoué, c'est comme s'il était en train de baiser, de me baiser, par devant comme si j'étais une fille, sa queue entre mes jambes et en retenant un râle de délivrance, il éjacule dans sa main qu'il a heureusement placé au bout de sa verge, derrière moi. L'instant d'après il me fait glisser sur le lit, à plat ventre, se retire en essuyant ses mains et son gland sur mes reins qu'il couvre avec son sperme, pour ne pas en mettre sur les draps, puis délicatement, il m'essuie avec son slip, se lève et va se laver dans la salle de bain avant de revenir se coucher et s'endormir sans plus me toucher. J'ai pris un pied d'enfer. Le lendemain on fait comme s'il ne s'était rien passé mais je sais que je n'oublierai jamais cette nuit et la bite de Dan.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.