827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

l'album de photos
J'avais 25 ans à l 'époque et Sylvain, le fils de nos amis 18, et nous étions tous les deux passionnés par la photographie. Pour lui, c'est en fait son métier, et on en parle souvent quand je le vois chez ses parents. Alors, pour qu'il m'apprenne à développer avec un appareil que je me suis offert, je lui propose de venir chez moi un soir, qu'il pourra même dormir si on finit tard, ce qui est fort probable. Je ne sais pas si j'avais déjà une arrière pensée, j'avais déjà eu de rares aventures avec des mecs de rencontre, et bien que j'ai toujours trouvé Sylvain plutôt beau gosse, je savais qu'il avait une copine, et puis mes relations avec ses parents..... deux gros handicaps qui laissaient peu d'espérance à mes fantasmes, si fantasmes il y eut ! Pourtant je profite d'une absence de ma femme pour l'inviter ! Il accepte sans hésiter et lorsqu'il arrive en début de soirée, on commence comme prévu bien sûr à parler photo avant de dîner ensemble à la maison. On boit un peu, peut-être même un peu trop....l'atmosphère est détendue et après le repas, je lui propose de prendre une douche et de se mettre à l'aise. Je lui prête un pyjama et quand il sort de la salle de bains, je vois qu'il n'a mis que le pantalon et qu'il est torse nu, ce qui n'est pas fait pour me déplaire et attise mon désir de lui, qui est cette fois bien réel. Je ne peux m'empêcher de laisser traîner mon regard sur son torse bien dessiné, sans le moindre poil, ses seins au bout rose, son ventre plat..... et la petite protubérance qui déforme le pantalon sous la ceinture. Je prends une douche à mon tour et j'enfile un peignoir de bain en restant nu dessous, puis, je le rejoins sur le canapé pour lui montrer un album que je pose sur ses jambes. Laissant une main sur sa cuisse, je tourne les page, puis doucement je commence à le caresser discrètement du bout des doigts. Comme s'il attendait le signal, il se tourne presque immédiatement vers moi, m'attrape par le cou et me roule une pelle. Je n'ai même pas le temps de réaliser qu'il me plaque contre le dossier et m'embrasse en me caressant, passant la main dans mon peignoir, que j'avais volontairement entrouvert pour se saisir de ma queue tendue. Je ne perds pas mon temps non plus et enfile la main dans son pantalon pour attraper une verge dressée en parfaite érection et qui n'attendait que ça depuis un moment. Je reconnais que j'avais fait les travaux d'approche, les frôlements, les petites allusions, les sourires et les regards précis vers son entre jambes ou son torse imberbe, toujours l'air de rien, et sans aucune réaction ou encouragement de sa part, au point que j'en étais à me demander si je ne devrais pas arrêter avant de faire une grosse bêtise. Mais voilà que maintenant, il me tient contre lui et n'arrête pas de m'embrasser à pleine bouche tout en me tripotant sans retenue, ce que j'apprécie au plus haut point. J'ai toujours sa queue qui durcit dans ma main, tendue à l'extrême, palpitante de désir contenu. Fini les photos, l'album tombe à terre, on se retrouve à poil en moins de deux et on fait l'amour, d'abord sur le canapé avant de rouler sur le tapis. Il est déchaîné comme un jeune pur sang qu'on vient de lâcher, manifestement en manque de sexe et je n'en reviens pas de tant d'ardeur. Moi qui le croyait timide et réservé, et qui avait des craintes pour essayer de l'aborder, je suis sidéré par la voracité de son envie de plaisir. Sa langue envahit ma bouche, s'enroule à la mienne, lèche mes lèvres, mes narines, mes oreilles, mes yeux, et il m'embrasse et m'embrasse encore avec rage. Et puis je le vois disparaître et descendre et avant que je réalise ce qui m'arrive, il s'empare de ma queue et la suce avec autant de puissance qu'il mettait il y a une minute à m'embrasser. Il me suce avant que je n'ai le temps de le faire, aspire mon gland, pompe et avale ma verge toute entière. J'ai du mal à croire qu'il fait ça pour la première fois, et je l'imagine avec son équipe de foot entrain de partouzer dans les vestiaires, se suçant tous ensemble après la douche..... Je me retrouve étendu sur le tapis du salon, dans un état second autant dû à l'alcool qu'à la frénésie de sa fellation, et je n'ai qu'une envie, celle de profiter aussi de son corps pour trouver le même plaisir que lui. Nous faisons à peu près la même taille mais il a un corps plus ferme que le mien car il fait du sport, il est assez musclé juste ce qu'il faut, alors que moi je suis plutôt mince mais sans un poil de graisse. Alors tout en le laissant me sucer, je me déplace et nous nous trouvons en position de 69 pour nous déguster mutuellement le gland et avaler nos queues tendues à l'extrême. Nos souffles sont mêlés dans cette double pipe où nos sexes ont disparus complètement dans nos bouches dévoreuses, nos bouches qui ont envie de se retrouver et nous roulons l'un sur l'autre, enlacés, on se pelote, on se palpe, on se tripote, on se pince presque à se faire mal, ses mains passent partout, découvre le moindre centimètre de mon corps et j'en fais autant avec le sien. Il prend du plaisir à retrouver mes lèvres et m'embrasse entre deux fellation, on se branle et on jouit plusieurs fois sans arrêter notre folle étreinte. La soirée continue à ce rythme, alternant la baise avec la boisson, mais à aucun moment nos pulsions ne se relâchent, et c'est lui le plus gourmand, il faut en convenir, malgré mon irrésistible faim de ce jeune corps, j'ai du mal à suivre sa cadence. Après une courte pause, on arrive quand même à aller jusqu'au lit pour être plus à l'aise et avoir un petit moment de répit, mais il remet ça encore une fois avant de s'allonger sur le dos. Je reprends mon souffle et un peu de force, le temps de réaliser ce qui m'arrive et le pied que je viens de prendre, je me tourne vers lui, le regarde et l'envie me reprend. Je le découvre comme si je venais à peine de me rendre compte qu'il est là, nu et offert et je regarde sa queue qui n'a pas débandé. Il a les yeux fermés et ma main descend de son cou à sa poitrine, mes doigts contournent ses tétons avant de descendre lui agacer le nombril. Je caresse ses hanches, m'emmêle dans ses poils pubiens avant de lui soupeser les couilles, d'écarter ses cuisses et de venir me mettre à genoux entre ses jambes. Alors encore une fois, je me mets à le sucer pour lui redonner encore plus de vigueur, ce qui ne tarde pas. Il ne lui en faut pas plus pour revenir à la charge. Il m'empoigne et me retourne, me fait mettre à plat ventre et essaie de m'enculer. Il fouille entre mes fesses, m'écarte le trou avec ses doigts, l'enduit de sa salive et s'allonge sur moi. Mais je suis trop bourré et la tête me tourne, j'ai envie de dégueuler et je le repousse avec difficulté, juste le temps de courir aux toilettes, puis je me passe la tête sous l'eau, me regarde dans la glace et me souris d'un air satisfait. Quand je reviens, Sylvain s'est endormi et malgré mon désir de son corps alangui, je m'allonge près de lui et m'endors à mon tour. Il est 4 heures du matin, nous avons fait l'amour 7 heures d'affilée sans échanger un seul mot. Nos deux corps épuisés sont couverts de sperme et de salive séchés. Au réveil avec la gueule de bois, et ayant tout juste retrouvé nos esprits, on ne sait trop comment réagir, on se parle comme si rien ne s'était passé et je le laisse partir à regret en lui serrant la main alors que j'aurais tant aimé le reprendre dans mes bras pour lui donner un baiser d'adieu passionné. Pour mon plus grand bonheur, on remettra ça quelques jours plus tard dans la journée et dans ma salle de bains pendant un tirage de photos... Il est revenu dans ce but, mais il est revenu, et je suis sûr qu'il pense comme moi à remettre ça. Cette fois nous restons sobres, nous nous enfermons dans la salle de bains et on fait quelques tirages, mais je ne tiens pas longtemps, dans la pénombre, si près de lui, et je ne peux m'empêcher de passer la main sur sa taille, le faisant tourner vers moi, pour l'embrasser. Il se laisse aller, consentant, et très vite prend les initiatives. Pas le temps de nous déshabiller cette fois, pour nous sucer l'un l'autre et jouir assez vite, nous ayant trop longtemps contenu. C'est encore lui qui a commencé en me prenant assis sur la machine à laver, puis ne voulant pas être en reste je l'ai obligé à s'allonger par terre pour refaire un 69 et partager le plaisir avec lui. Et comme la salle de bain est trop petite, j'ouvre la porte et c'en ai fini des photos qui auront pris la lumière. Et puis plus rien., il n'y aura pas de troisième fois malgré un essai de ma part dans sa cave. A t'il eu l'occasion de faire l'amour avec sa copine ou bien est ce qu'il a réalisé ce qu'il avait fait avec moi ? toujours est il qu'il me refusera définitivement et que nous ne nous reverrons pratiquement plus, même quand je reviendrai chez ses parents.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.