827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

La Foire du Midi
C'est une de ces fins d'après-midi chaudes de l'été dernier. Je devais aller avec une amie à la grande fête foraine de Bruxelles, la "Foire du Midi" qui se terminait le lendemain, mais celle-ci m'ayant lâché en dernière minute, me voici seul à déambuler entre les différentes attractions. Mordu de tout ce qui procure de grandes sensations, je me frotte les mains à la seule vue d'un nouveau monstre de vitesse qui se dresse devant moi. Je ne sais comment le décrire tellement les personnes qui si installent sont agitées dans tous les sens à vitesse folle ! La file est longue mais le temps de suivre des yeux les "victimes" pendant quelques tours, c'est déjà à moi ! Je m'installe le plus confortablement au fond de mon siège. C'est alors que je vois un jeune gars splendide, d'une vingtaine d'années comme moi, s'approcher pour vérifier la bonne fermeture de la barre de sécurité. Je l'avais déjà entraperçu pendant que je faisais la file mais je n'avais que sous-estimé sa beauté. Il porte un jeans moulant qui épouse parfaitement ses jambes, son petit cul, et son paquet... le tout parfait, comme on n'en voit que trop rarement ! Son t-shirt ne cache que peu des muscles fins et des épaules larges. Après avoir bien appuyé sur la barre il me fait un clin d'oeil et me lance d'une voix douce et chaude : "bienvenue en enfer". Ces trois mots me font plus frissonner de plaisir que de peur et j'en oublie presque ou je suis. Je ne le réalise vraiment que lorsque l'appareil se met en mouvement. Et quel mouvement ! ! ! Je crois n'avoir jamais été aussi secoué de ma vie ! Après ce qui me parut une éternité, je me relève chancelant et me dirige vers la sortie. C'est alors que mes jambes décident de me lâcher ! Je me retrouve alors trois marches plus bas et avec une belle entaille au genou. Voyant que je me suis blessé, le gars se fait remplacer et accourt vers moi pour m'aider. - Pas trop de dégâts ? - Non ça va ! Je me suis juste blessé au genou - Oui je vois. Viens, appuie-toi sur moi et allons soigner ça dans ma caravane. C'était une petite caravane, où l'on peut à peine pas se tenir debout. Il devait y vivre seul. Le tout était assez harmonieux, dans un style assez branché. - Installe-toi là... et enlève ton pantalon pour que je puisse te soigner. Je ne sais pas pourquoi mais, pour la première fois je ressens une certaine gène à me dévêtir. Pourtant je ne suis pas mal fichu moi-même. Je suis assez grand, blond et bien musclé par des années de natation. Mais rien ne peut égaler ce qui se trouve debout devant moi. Voyant mon hésitation il me lance : - Peut-être dois-je t'aider après ce qui viens d'arriver ?. J'ai à peine la bouche ouverte pour répondre que déjà ses mains déboutonnent mon pantalon. Quelle sensation agréable que de sentir ses mains si près de ma queue et glisser ensuite le long de mes cuisses ! Une fois le pantalon enlevé il va chercher sa trousse de secours et s'agenouille. Le sang ne coule plus. Il lave les pourtours de la blessure, désinfecte la plaie et me colle un pansement. Il relève alors la tête et me regarde pendant de longues secondes sans rien dire. Ses yeux sont d'un bleu pur et contrastent avec ses cheveux foncés et sa peau bronzée par des journées entières à passer sous le soleil. Mon regard, sous le charme, a dû me trahir car il me dit : - Je suis vraiment désolé que tu te sois blessé sur mon attraction et je ne sais comment me faire pardonner, car c'est un peu de ma faute ce qui t'arrive ! Je n'ai pas le temps de lui dire qu'il n'est en rien responsable que déjà il appuie sa tête sur ma queue, à travers le tissu de mon caleçon américain. Je suis surpris, mais je ne bouge pas. Je me laisse faire sans trop savoir comment réagir. Ma queue légèrement gonflée depuis un petit temps déjà se tend maintenant complètement sous mon caleçon. Mon bel inconnu réagit en le retirant puis en englobant mon sexe d'un coup. Celui-ci ne mesure "que" 15 cm mais jamais on ne me l'avait totalement englouti. Il commence alors un mouvement de va-et-vient avec sa tête. Pendant qu'il me suce il produit de petits bruits de plaisirs, ce qui m'excite encore plus. J'ai l'impression de flotter dans les airs tellement le plaisir est intense. Ne pouvant plus me retenir d'avantage, j'éjacule dans sa bouche. C'est tellement agréable que j'ai peine me retirer. Il me regarde alors en souriant, se lève et m'embrasse avec autant de ferveur qu'il ne m'avait sucé. D'ordinaire je n'aime pas trop le goût du sperme, mais la façon dont il m'est fourni me fait changer d'avis. Que de douceur autour de sa langue ! Il remet alors en place mon caleçon et mon pantalon. - Voilà... c'était ma façon de m'excuser. J'espère que tu as apprécié. Je dois te laisser maintenant. Nous sortons alors tous les deux de la caravane. Je suis complètement sous le charme et me sens redevable devant tant de gentillesse. Je lui dis alors : - Est-ce qu'on pourrait se revoir ? Cette nuit après la fin de la foire par exemple. Je t'invite chez moi, je n'habite pas très loin ! - Ok, c'est sympa. Mais je finis qu'à 3 :00. - Il n'y a pas de problème. Je ne risque pas de m'endormir en t'attendant ! Voici mon adresse...
Vers 3 :30 il sonne à ma porte et je descends les escaliers à toute vitesse pour lui ouvrir. Il me sourit et m'embrasse gentiment. - Je suis vraiment content que tu m'aies invité chez toi. C'est vraiment sympa.... Tout à l'heure on n'a pas eu le temps de se présenter... moi c'est Romain. - Moi c'est Nicolas.. et c'est tout naturel... Tu as été si gentil avec moi ! Il s'avance dans le couloir : - Est-ce que je peux prendre une douche ? Je me sens sale. J'ai travaillé toute la journée dans cette chaleur torride... Je l'emmène dans la salle de bain. Une fois dans la pièce, il se déshabille. En enlevant son t-shirt il me demande : - Est-ce que tu veux bien me savonner ?... J'adore me faire savonner par un mec quand je me lave. Il n'a pas dû me le demander deux fois ! Maintenant il était complètement nu devant moi. Je n'ai jamais vu quelqu'un d'aussi bien fait. Tout était si bien proportionné. Un visage d'ange, de larges épaules, des pecs et des abdos finement dessinés, des jambes longues et fines, un cul qu'on embrasserait pendant des heures et une queue... comment la décrire ? Elle est tout ce qu'un homme pourrait fantasmer ; longue et épaisse, retombant avec élégance au-dessus de deux couilles bien rondes. Pourquoi la nature ne donne-t-elle pas un engin pareil à tous les hommes ? C'est vrai quoi ! On peut changer l'allure de son corps en y prenant soin, en faisant du sport etc... mais difficile de changer l'apparence de sa queue. Bien sûr, ce n'est pas le plus important puisque moi-même, je l'ai déjà dit, j'en ai une de grandeur moyenne et j'en suis satisfait. Mais à choisir, j'aurais bien échanger avec lui. Le voici qui rentre dans la douche et fait couler l'eau sur sa nuque. - Mmm, ça fait du bien. Savonne-moi le dos... Sa peau est vraiment douce et c'est vraiment délicieux d'étaler la mousse du savon. Une fois le dos bien frotté, je m'attaque à ses jambes. Je descends et remonte le long de ses cuisses savonnant bien l'entre-jambe. - Vas-y bien en profondeur ! Tout doit être bien propre, même ce qui ne se voit pas à première vue.. Je remonte alors entre ses fesses et lui titille l'anus avec mon doigt savonné. Je n'en peux plus. Ma queue est trop tendue, il faut que je la libère. J'en profite pour me foutre moi aussi complètement à poil. Il est à peine surpris de me voir rentrer à ses côtés dans la baignoire. Regardant ma queue il me dit : - Et bien, déjà en pleine forme ? Tu dois pourtant encore me laver, tu as oublié des parties... Je vois ce qu'il veut dire ! Sa bite avait à peine gonflé. Je décide donc de m'y attaquer. Je la prends à pleine main, je le décalotte doucement et frotte avec le savon. Il a l'air d'apprécier et ça se voit. Sa bite commence à se mouvoir. Quelle sensation admirable qu'une queue qui gonfle entre ses doigts ! Elle n'arrête pas de gonfler et il commence à soupirer de plaisir. Soudain il recule, sort et commence à s'essuyer. Il me regarde, s'approche et me tire hors de la baignoire. Il m'emmène dans ma chambre, juste à côté, alors que je suis encore trempé. Il me pousse sur mon lit. Je suis maintenant couché sur le dos. Lui reste debout, me regardant comme s'il allait me dévorer, la queue toujours fièrement au garde-à-vous. Il se penche et alors que je pensais qu'il allait me pomper comme il l'avait fait l'après-midi, il va plus bas et commence à me lécher l'anus encore humide. C'est vraiment trop bon cette langue qui vous explore avec tant de douceur. Il s'y prend vraiment bien ! Mon trou est maintenant bien ruisselant de salive et il y enfonce sans problème un, puis deux doigts. Mon corps se cabre involontairement sous le plaisir. Il fait de légères circonférences ce qui me dilate quelque peu. Il retire alors ses doigts et se met à genoux sur le lit. Il prend sa queue en main, met une capote et fait pénétrer son gland d'un coup. Quelques déhanchements suffisent à faire entrer le reste. Et quel reste ! Je n'ai pas mesurer, mais les 20cm sont sûrement bien dépassés. Alors commence un va-et-vient tantôt régulier tantôt discontinu. Quand je me redresse un peu, je vois ses abdominaux se contracter à chaque mouvement. Nos deux visages sont face à face. Il ne m'embrasse pas, il me lèche les lèvres. C'est vraiment merveilleux. Il accélère la cadence et commence à me parler : - J'avais envie de ton cul depuis tout à l'heure... mmm, c'est si bon... tu aimes ? - Évidemment ! Tu fais ça comme un dieu. Personne ne m'a aussi bien enculé ! Il se met alors à soupirer de plus en plus fort et à gémir. Sa queue est plus dure jamais quand soudain il se cambre. Il reste quelques secondes immobile et s'écroule sur moi. J'aime sentir un homme sur moi, surtout lorsqu'il vient de jouir et qu'il est encore plein de sueur. Il se retire, enlève la capote et se couche à mes côtés. Il me chuchote : - Je me suis régalé... Ton petit cul était vraiment accueillant. Tu sais, ça faisait un petit temps que je n'avais plus fait l'amour. - Eh bien, je ne sais pas si tu as beaucoup d'expérience mais tu fais ça vraiment très bien. Il m'explique alors qu'il avait dû se prostituer pour gagner sa vie étant plus jeune. Il s'était disputé avec ses parents et il avait dû trouver de l'argent assez rapidement. Étant très beau garçon, peu de temps s'écoula avant qu'on lui propose cet "emploi". Il me raconte aussi que souvent il était tombé sur des mecs très exigeants mais qui lui avaient petit à petit appris l'art de l'amour. - Je ne regrette pas cette période, mais je ne pouvais plus continuer. Je baisais par commande et non plus par désir. J'éjaculais lorsque l'on me le demandait... J'étais une vraie machine. Un jour, je me suis réconcilié avec mes parents et j'ai retrouvé ma première vocation, qui est celle de ma famille depuis des générations, c'est-à-dire la foire. Depuis lors, je n'ai plus eu envie de faire l'amour, jusqu'au moment où je t'ai vu monter sur mon attraction. Je ne sais pas pourquoi, mais lorsque tu t'es blessé j'ai cru que c'était un signe et j'ai ressenti l'amour et le désir m'envahir. - Et bien moi je peux remercié cette chute car tu es vraiment un garçon merveilleux. On se regarde sans plus rien dire pendant de longues minutes. Il est si beau que je ne peux le quitter des yeux. Soudain il me dit : - J'ai envie de toi en moi... mais d'abord laisse-moi te sucer. Il se tourne de façon à ce qu'il puisse me sucer. En même temps moi, je récolte avec ma langue le sperme qui reste autour de son gland. Je ne mets pas longtemps à bander. Il prend alors une capote qu'il déroule avec sa bouche autour de ma queue et il se met à quatre pattes en relevant bien les fesses. J'entre tout en douceur dans son petit trou qu'il s'amuse à serrer et à desserrer autour de ma bite. Quelle sensation de bien être ! Il a une façon de bouger qui complète parfaitement mes mouvements. Pendant que je le prends je malaxe sa queue et ses couilles et je caresse ses tétons bien durs. Il a le souffle qui augmente. Je sens alors que je vais éjaculer. Le plaisir est de plus en plus grand et je jouis de façon intense. Vidé, je m'écroule sur lui. Je me retire et jette ma capote bien remplie. On se remet face à face, avant de s'endormir, il me dit : - Merci, c'était vraiment agréable. Le lendemain il m'annonce qu'il doit partir dans quelques jours car la foire est terminée. Je crois notre histoire terminée lorsqu'il me lance : - Veux-tu m'accompagner ? J'avoue avoir hésité une seconde car il n'est pas facile de quitter tout du jour au lendemain mais un seul coup d'oeil vers ses yeux qui me fixaient tendrement et j'oublie tout ce qui me retient.
Aujourd'hui... je suis toujours avec lui et nous voyageons ensemble à travers toute l'Europe.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.