827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Matin humide
Je restais un bon moment auprès d'Eric puis décidais de quitter sa chambre bien avant l'aube. Tout cela était un peu nouveau pour chacun de nous deux, et je ne voulais en aucun cas gâcher un si bon moment par les possibles tracasseries de notre réalité étudiante. En tout cas, je voulais que nous en discutions sérieusement, dans l'euphorie du moment cela ne me semblait pas bien compliqué et c'est le sourire aux lèvres que je m'endormis sans doute ce matin-là - bien sagement dans mon petit lit - en pensant a toutes les hypothèses possible, ce qui -celui qui a un peu d'expérience le sait parfaitement - ne correspond jamais a ce qui finit par arriver...
Le bâtiment tout entier se mit a bruisser de tous ses robinets, portes et escaliers vers 7h comme chaque matin et je restais un peu a paresser dans la chaleur de ma couche avant de me décider à me lever. Il était dans mon habitude de me doucher tous les matins, et je devais pour cela aller à l'autre bout du couloir en espérant qu'une cabine au moins serait disponible. La manière de se rendre aux douches était différente suivant le caractère de chacun ; certains y allaient avec tous leurs bagages, le plus déluré de nos camarades galopait entièrement nu depuis sa chambre et puis retour. Apres son passage, le couloir était alors une vrai patinoire et donnait lieu à de belles glissades pour les suivants, d'où de beaux jurons des les premières minutes de la journée. Un jour nous decidâmes de le sensibiliser à ce probleme, et l'ayant guetté à sa sortie, nous nous mîmes tous à la porte de notre chambre alors qu'il revenait a sa sienne ; chacun avec sa serviette lui gifflait le derrière, tant et si bien qu'il fût cramoisi avant de parvenir à son terrier dont il claqua la porte dans son énervement. Nous eûmes la paix - et la sécurité - pendant deux jours et puis tout redevint pareil.
Mais je m'égare...
Ce qui devait arriver arriva : quand j'ouvris ma porte, Eric sortait de sa chambre et nous nous retrouvames face a face. Il etait interloque et moi un peu embarrasse de son embarras. Simple comme situation ! Et puis je lui souris, lui donnais une bourrade et allais prendre ma douche. Les mondanites plus tard, pensais-je. Eric ne l'entendait pas de cette oreille. Il me suivit dans ma cabine en me poussant vers le fond, referma la porte et ouvrit tres fort les robinets afin de masquer le bruit de notre conversation.
Il commenca par me dire qu'il ne regrettait pas ce qui s'etait passe mais qu'il ne fallait surtout pas que je crois que cela lui plaisait au point que cela se reproduirait encore. Je me desabillais alors, decide a le laisser vider son sac. Il ajouta qu'il etait un peu perturbe par cette affaire et qu'il avait vraiment besoin d'y reflechir.
Je me savonnais tranquillement, en le regardant de temps a autre pour lui montrer que je l'ecoutais puis me tournais vers le mur pour me frictionner le visage et le cuir chevelu directement sous le jet. Il ne dit plus rien et je pensais qu'il etait parti. La cabine etait completement envahie par le brouillard et on n'y voyait rien, car cette cabine etait la plus sombre de toutes, n'ayant aucune fenetre contrairement aux 2 autres.
Mais il etait toujours la...Ses mains saisissant mes flancs, il se coula contre moi. Il etait nu excepte pour son calecon, qui une fois mouille mettait en valeur son bas-ventre somptueux. Je vis tout de suite qu'il etait tres excite, car il etait trahi par le renflement que produisait son erection, a tel point que le bout de son penis soulevait le bord de son calecon, quelques cm au-dessus de la ceinture. Sa peau était fraiche comparee a la douce chaleur de l'eau qui tombait en trombes, mais cela ne me refroidit pas, bien au contraire. Je le pris a mon tour par les hanches et commencais a le caresser. Nos bouches se devoraient avidement, et je pensais alors que je voulais bien qu'Eric reflechisse encore un peu comme cela, que cela me convenait parfaitement. Une de ses main sur mon cul, l'autre a stimuler mes seins et les miennes qui doucement parcouraient son torse en descendant pour le liberer de son calecon...Je me penchais vers son sexe, qui se tendait au milieu de d'une foret de poils bien lissés par la pluie et le pris doucement dans ma bouche pendant que lui me massait le dos puis la base du dos, puis enfin les globes de mes fesses. Je sentais son ventre sur ma nuque, ses bras dans mon dos et son sexe qui se tendait de plaisir dans ma bouche. Je lui stimulais les couilles dans le meme temps, les faisant rouler dans mes paumes, remontant le long de son scrotum ce qui lui durcissait la verge a chaque fois. Et puis je fus dans la region de son oeil, excitant ses bords tout d'abord avant d'y entrer un doigt puis deux, en rythme avec ma bouche. Il m'ecarta bientot et se retournant, prit mon sexe completement lubrifie par l'excitation dans sa main et me guida en lui. Son bassin, que je saisis a pleines mains, ondulait pour se rapprocher au plus pres de mon pubis, et enfourner au plus loin mon penis en lui. Et je me retirais alors, mon gland tout stimulé m'envoyait des decharges de plaisir et Eric gemissait doucement en meme temps, ses muqueuses elles-memes en pleine extase. Ses mouvements de va-et-vient me ravissaient, a tel point que je me demandais meme s'il etait si inexperimente que cela...
Le plaisir devint trop fort et je vins en lui; m'adossant au mur, je maintins Eric autour de moi tant que je pus, parcourant son corps cm par cm, mordillant doucement son epaule en reprenant mon souffle. Mais son plaisir attendait et il me montra que lui aussi voulait s'epancher. Il s'assit alors sur le banc de ciment et je vins enfourcher son sexe. Mes jambes enserraient les siennes que je pouvais ainsi caresser et Eric me tenait par le torse ou bien la taille pour m'empecher de tomber. Je sentais mes couilles qui frappaient son bas-ventre duveteux, et cela me redonna une furieuse excitation. Nous fumes bientot tous les deux dans une autre dimension...
Malheureusement, l'eau chaude vint a manquer. Ou heureusement peut etre, en tout cas pour nos professeurs qui sans cela ne nous auraient pas vu avant un bon moment. Je ne sais comment cela est possible, mais nous ne croisames personne ce jour la...De retour dans nos chambres respectives, nous nous hatames de terminer notre "toilette", et de gagner les bancs de la classe. Je dois dire que nos tetes n'etaient pas des plus fraiches, ce qui en a certainement intrigué plus d'un(e).
Mais ceci est une autre histoire...

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.