827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Vacances entre cousins
Mes parents avaient décidé de partir pendant cinq jours en randonnée avec des amis. Bien sûr, étant un casse-cou, je fis une chute de roller dans des escaliers et me voici la jambe droite plâtrée des bouts des pieds jusqu'en haut de la cuisse et ce quelques jours avant leur départ. Mes parents songeaient à annuler leur randonnée, mais ils risquaient de perdre leur caution. Je leur proposais alors de faire venir mon cousin, Fabien qui avait 18 ans, pour me garder et surtout pour m'aider dans les tâches quotidiennes.
Le jour du départ, mes parents lui passèrent les consignes me concernant sur l'aide à m'apporter et sur la villa puis partirent. Nous voilà tous les deux dans la maison pendant cinq jours.
Malgré le fait que l'on se voit de temps à autre, je m'entends super bien avec lui, on était comme deux frères. Fabien est un gars qui n'est absolument pas pudique et il avait raison de l'être car il était bien foutu, surtout au niveau de son sexe. Par contre, je ne l'avais jamais vu avec une fille, ni en parler. Je me posais souvent des questions. Il m'arrivait même de penser à lui en me touchant la nuit et ça m'excitait.
De mon côté, devant mes parents, je ne le suis pas. Je me balade à poil très souvent et sans honte. Ça m'est même arrivé de traverser le salon sans complexe avec la queue raide. Lorsque je me baigne dans notre piscine ou que je bronze, je le fais toujours à poil. Par contre devant d'autre personne ou devant Fabien, je suis pudique. J'ai un sexe de taille normale, je pense. Je suis totalement imberbe, pas même un duvet juvénile autour de mon sexe ou de mon anus ou sur mes couilles. Je n'ai pas un poil sur et sous les bras et les jambes et ça me complexe beaucoup devant les autres.
Le premier jour se passa normalement. Fabien eut un petit sourire lorsqu'il m'aida à enfiler mon caleçon. Il essaya de voir ma queue sous ma serviette de bain qui était courte. Il n'y arriva pas car je mettais la main pour me protéger de sa vue. Ça me gênait, mais j'étais quand même excité. Le premier soir en sortant de la douche, alors que je traversais le salon pour aller boire un verre à la cuisine, ma serviette tomba et me voilà nu comme un vers de terre devant lui. Je me mis à rougir de honte et essayai de cacher mon sexe imberbe d'une main. Perdant l'équilibre, je me retrouvais allongé nu sur le sol. Il m'aida à me relever et me dit que j'étais mignon dans cette tenue et que je ne devais pas avoir honte si j'étais imberbe. Je lui demandais de me donner la serviette, mais il décida de ne pas le faire protestant que je ne devais pas me gêner devant lui, que nous étions tous les deux des hommes ayant presque le même âge. Je lui répondis d'accord avec une certaine crainte mais à une seule condition, c'est que lui fasse pareil
Nous voilà donc tous les deux nus dans la maison, j'avais peur de me mettre à bander devant lui car la vue de son sexe m'excite. Vu que l'on était tranquilles tous les deux, je lui posais la question sur le fait que je ne le voyais jamais avec une fille. Après une certaine hésitation, il me répondit qu'il avait une attirance vers les garçons jeune et imberbe comme moi. Je lui demandais s'il avait déjà une des expériences et sans hésitation commença à me les raconter en détail. Heureusement que j'avais un coussin sur moi pour cacher mon érection. Lui par contre, ne se cachait pas et je ne pouvais pas m'empêcher de regarder sa queue bien raide avec des couilles bien pendantes. Lorsqu'il se leva du canapé pour aller chercher une cigarette, je n'arrêtais pas de mâter son superbe engin et rêver à des choses encore plus excitantes.
En revenant et continuant à le mâter, il me dit "Je vois que le fait de m'écouter et d'observer ma queue te met dans tous tes états", "Non, ce n'est pas vrai", "Alors, pourquoi te caches-tu derrière ton coussin". À ce moment-là, il retira mon coussin et vu que je bandais comme un mort. Il s'assit devant moi, poussa mes béquilles, enleva mes mains qui cachaient ma queue et commença à me caresser la tige et mes couilles. Je n'osais plus rien faire, je me laissais aller à ce nouveau plaisir inconnu en fermant les yeux. Il était doux. Après quelques minutes, je pris sa tête dans mes mains, l'approcha de ma queue pour qu'il me suce. Il me regarda du coin de l'½il et commença avec sa langue à me lécher le gland, ma tige et mis d'un seul coup mes couilles dans sa bouche et en jouant avec de sa langue. Il finit par me sucer en avalant toute ma queue. Il commença un va-et-vient du tonnerre. J'étais dans "les alléluia". Il finit par accélérer le rythme et je giclais toute ma purée dans sa bouche et il avala tout. Fabien me demanda si c'était la première fois et lui répondis que j'étais puceau même de l'anus en lui faisant un clin d'½il.
Je lui racontais aussi que je pensais souvent à lui le soir en me masturbant. Il me fit un petit sourire. Il souleva mes jambes et me disant "Je vais arranger ça et de toute façon, ça vient un peu à moi de me faire du bien". Je me laissais faire et lui demandant de ne pas me faire mal. "Ne t'inquiète pas, je vais aller doucement comme tout à l'heure". Après m'avoir mis de l'huile autour de l'anus, il commença à me mettre un doigt, puis deux... Ce va-et-vient me fit rebander de plaisir. Il pointa sa grosse queue devant mon trou et l'enfonça doucement. Je ressentais une douleur et en même temps du plaisir. "J'ai une superbe vue d'ici, je vois ma queue qui rentre dans un trou sans poils et ta queue imberbe raide, ça m'excite beaucoup". Il accéléra le rythme et je sentis sa queue se gonfler dans mon trou. Fabien pencha la tête en arrière, ferma les yeux et je sentis son sperme chaud envahir ma cavité endolorie. Punaise que c'était bon, je ne pensais pas que l'on pût ressentir un tel plaisir à se faire enculer.
Après quelques seconde de répit, il s'approcha de mon trou et me lécha du bout de sa langue mon anus où coulait son sperme. Vu que je bandais toujours, d'une main, il me branla à me refaire gicler encore une fois.
Quelle soirée mouvementée. Nous sommes partis tous les deux nous coucher dans son lit pour nous endormir. Depuis cette soirée-là, je n'étais plus pudique devant lui et nous restions tous les deux à poils toute la journée, même dehors vu qu'il n'y avait pas de vis-à-vis avec les voisins. Pendant les autres jours, il m'apprit tous ce que je voulais savoir sur le sexe entre garçons. On se suçait mutuellement, on se caressait, on s'enculait tous les jours... Il m'a fait réellement mon éducation sexuelle et nous nous sommes quittés avec les couilles vides et la tête plein de bon souvenir.
Nous nous revoyons de temps en temps et lorsque l'on a le temps, on se fait des petites gâteries.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.