827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Plaisir total avec un mec
Ouf je sors enfin de l'eau. Je suis dans la piscine communale, qui est une piscine intérieure, avec mon meilleur ami Cyril. Cela fait deux heures que nous nageons et nous sommes exténué. Nous prenons nos sacs où il y a nos affaires et nous nous dirigeons vers le vestiaire qui est juste à côté. C'est la première fois que nous allons à la piscine ensemble. Je l'ai toujours trouvé plus mignon que moi et j'en étais un peu jaloux. L'idée de me doucher dans la même salle que lui m'intriguait un peu car je n'avait pour ainsi dire jamais vu de mec nu, autre que mmoi. Nous posons nos affaires sur un banc et nous sortons de nos sacs nos savons. Je me dirige vers la douche la plus proche et Cyril se met juste à côté de moi, ce qui me choque un peu car il y a pourtant plein de douches. Je ne montre pas que je suis choqué et j'ouvre l'eau. Cyril fait de même et nous commençons à nous savonner. Nous portons tous les deux un slip de bain. Cyril commence à se shampoigner et je profite du moment qu'il ferme les yeux pour l'admirer d'un peu plus près. Je ne suis pas gay mais en ce qui concerne Cyril, il s'est toujours passé quelque chose quand je l'ai regardé. Mon regard s'attarde sur son maillot, où je vois les bosses que forment ses couilles ainsi que sa queue. Il rouvre les yeux et je détourne vite mon regard en me concentrant sur mon savon qui me nettoie le torse. D'un coup, inévitablement, je commence à bander sous mon maillot. Mon slip de bain est beaucoup serré et ma bite me fait mal en gonflant car elle n'a pas assez de place. La seule chose que je trouva à faire était de me mettre dos à mon ami et de faire face à la sortie des vestiaires. L'eau coulait toujours sur mon corps, et délicatement je dessera le noeud de mon slip. Un soulagement me parcourut. Ma bite explosa et se retrouva à l'air libre en venant taper contre mon nombril. Je souffla une seconde en fermant les yeux, mais lorsque je les rouvrit je vis quelqu'un qui se tenait devant moi, il était en train de marcher et il a stoppé sa course en voyant que je lui faisait face en ayant la gaule. Il détourna son regard et reprit sa marche avec un grand sourire aux lèvres. J'étais très gêné, mais ce n'était qu'un inconnu. Je ne savais plus que faire, car vu l'état de mon érection je ne pouvais la stopper facilement. Je respira un grand coup et me retourna, face au mur comme au départ, et rappuya sur le jet d'eau comme si ne rien n'étais. Cyril me parla alors, je ne sais plus ce qu'il me dit car j'avais l'esprit trop ailleurs. Inévitablement il vit que je bandais. Cela m'a fait reprendre mes esprits, et je l'ai regardé, pendant de longues secondes sans rien dire, et finalement lui aussi me sourit et détourna son regard. "c'est pas grave, me dit'il, ça peut arriver à tout le monde de bander" D'un coup, lui aussi se mit à bander comme un cheval, ce qui l'étonna lui-même. Sa queue était à peu près de la même taille que la mienne et de la même épaisseur. Il m'a alors regardé de nouveau, et bien qu'il fusse un peu gêné, il me dit : "je jouais souvent, avec un copain, à voir lequel giclait le plus vite, tu veux essayer ?" Je ne dis rien, j'empoigna simplement ma queue. Il me sourit et fit de même. Je n'étais pas pressé, je voulais profiter de ce moment. De ma main libre qui tenait toujours mon savon, je me caressa le haut des cuisses, côté intérieur, et je passa aux fesses. Le doux savon glissait lentement sur mon cul, et je décida d'aller plus loin. J'étais trop excité, je laissa tomber mon savon par terre, et ma main caressait à présent ma raie en s'attardant sur ma rose. En entendant le savon tomber, Cyril se retourna pour voir ce qu'il se passait et me vit alors, une main me branlant généreusement et l'autre m'astiquant le trou du cul. Cela l'excita de plus belle et il ne pouvait plus se tenir. Il laissa tomber le jeu du "celui qui glicle le plus rapidement", sortit de sous le jet de la douche et tout en continuant à s'astiquer le manche il vint se placer derrière moi, s'accroupit et à ma plus grande surprise m'enleva la main et plongea sa tête au fond de mon cul. Ma réaction ne se fit pas attendre, je me cambra et appuya mes bras contre la paroi de la douche. Je ferma délicieusement les yeux et je sentais à présent sa chaude langue parcourir ma raie, puis il me donna des baisers sur mon trou du cul avant de le lécher. Ma rose s'ouvrit petit à petit et il put enfoncer un petit peu son membre chaud en moi. C'était trop bon. Je repris ma branlette. Oh oui c'était trop bon. Pendant que sa bouche roulait une pelle à mon trou du cul, ses mains s'aventurèrent sur mes cuisses et vinrent caresser mes couilles. L'une d'elle vint me toucher l'entre jambe et appuya sur mon périné, à un endroit précit, ce qui eut pour effet de me faire bander encore plus, bien que cela me surprenait ! je sentit mon gland prendre encore un peu plus de volume. Oh oui je sentais que ça venait ! J'arrêta de m'astiquer le manche, je me remis en position confortable (les coudes appuyés contre) et je le laissa me branler. Sa main sur ma bite me procurait une sensation comme je n'en avais jamais ressentit, et ma queue y trouvait son pied. Sa tête s'enfonça encore plus loin, son nez vint se coller sur ma raie et à présent mon cul engloutissait son visage de beau minet. j'écartai les jambes, et cette langue brulante se mit à faire des mouvements circulaires. Il me lavait le cul ce cochon ! Ses mains continuaient de me branler ! Je me perdais dans mon plaisir, les yeux fermés, je sentais la jouissance suprême monter. Lui aussi le sentait car il me sentit me contracter. Hmmm j'avais contracté mon cul avec sa langue en moi, c'était trop bon ! ! ! Je laissa sortir un cri. Le sperme chaud me traversa la bite et le jet fut tellement puissant qu'il vint repeindre le mur. Il s'en suivit immédiatement d'autres jets de ce magnifique liquide qui émanait une odeur virile. Je n'en croyais pas ! Mon meilleur ami venait de me labourer le cul sans gêne ! et j'avais aimé ! peu de temps après il jouit aussi, toujours accroupri. Nous avons alors pris une vraie douche pour vraiment nous laver, et je lui ai promis que la prochaine fois ça serait à moi de lui rendre ce plaisir.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.