827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Fantasme nocturne
Débarqué sur terre un jour de novembre 1979, j'étais loin d'imaginer de ce qu'il allait m'arriver vingt-quatre ans plus tard. En effet, les neuf premières années de ma vie, je les ai passées en région parisienne avec les miens et mes amis. J'étais très content car on faisait souvent des conneries mais pas celles dont je vais vous parler maintenant. J'étais encore trop jeune pour pouvoir fantasmer et m'amuser avec mon sexe tous les soirs, mais bon c'est la vie. Août 1989. Pour des raisons diverses et variées, nous devons déménager de Taverny pour rejoindre la capitale bretonne, Rennes. J'ai donc effectué ma scolarité durant trois ans, près de chez moi. Cela n'allait pas durer bien longtemps. Septembre 1992. Cette date très marquante pour moi, va être celle de l'internat. Durant mes dix années de pension, j'ai, comme beaucoup de garçons de mon âge, eu des conquêtes amoureuses. Pas celle que vous croyez, non, pas Pierre, Paul, Jacques, trop intéressés par le jardinage, le sport, le pari et le PMU, ni Marie, Janet, Thérèse, pas assez intelligentes et se contentent de regarder « Les feux l'amour ». Non moi, c'était plutôt Emmanuel, Laurent, Jean-Pierre, Marc, Rémy et Romain. Ces garçons là avaient un physique qui me plaisait bien. Parmi tous ces garçons, un seul m'a fait découvrir les joies du sexe : c'était Laurent. À cette époque là, je ne fantasmais pas. Et pour cause, j'étais trop occupé avec mon premier amour, mon Laurent. Septembre 2000. Afin de continuer mon insertion professionnelle, je décide de rejoindre la capitale. Laurent allait rester encore un an avec moi. Durant cette formation, il y avait aussi de beaux et joli garçon qui me séduisaient, ils se prénomment : David, Hervé, Vincent et Yvonnick. Look séduisant, allure sportive, font que ces garçons me plaisaient. Mais, bien sûr, tout cela n'était que fantasmes car je ne vivrai jamais avec. Dommage pour moi. A cet instant, je commençais à fantasmer de plus en plus sur ces beaux garçons. Dès que je me couchais, j'en choisissais un que je mettais en scène. Je m'imaginais alors être avec lui dans ma chambre où dans la sienne en train de le déshabiller pour mieux le dévorer. Et tout cela croyez-moi ça m'excite beaucoup. Même si je ne le voit que " virtuellement " je l'imagine et lui propose de faire plein de choses plus ou moins peu catholiques. Ainsi je peux commencer à me toucher tranquillement et relâché toutes les émotions qui sont en moi. Je crois que si je n'effectuai pas ce petit labeur quotidien je deviendrais fou. Puis il y a tous les autres. Ceux qui sont dans la rue : inaccessible. Il y a tout aussi mon petit cousin Maxime âgé de seize ans. Il est grand, beau, le teint mat, sportif et mince. Lui aussi fait partie de mes nuits fantasmagoriques. Enfin il y a les récentes conquêtes. Fredy en novembre 2002, puis Julien quelques mois plus tard. De ces deux garçons, seulement un a rejoint les autres garçons qui font partie de mes nuits fantasmatiques. C'est Julien. Même si il y a eu des hauts et des bas entre nous, je ne peux pas m'en séparer. Un autre garçon est venu rejoindre ce panel déjà important. Il se prénomme Cyril. Même si je le connais très peu car nous échangeons exclusivement via MSN, il est parvenu à me séduire. Il est vrai que nous avons beaucoup échangés durant plus d'un an et ça continue encore : échange de textes, de photos, de quelques conversations téléphoniques. Alors toutes les nuits c'est le même casse-tête. Lequel vais-je choisir ?
Récit.
Vers les vingt trois heures, je me couche. Comme je ne peux pas m'endormir immédiatement, je prends mon oreillette et écoute la radio, en l'occurrence France-Info pour ne pas la citer. Une fois la fatigue arrivée, couché sur le dos, je me relaxe et attend que repasse dans ma tête, toute ma journée. Je me pose des questions, réfléchis, m'inquiète. Alors, j'essaye de trouver un remède à mon inquiétude. Si le moral est là pour fantasmer sur un garçon, j'attends que la maison soit calme et que tout le monde soit endormi pour le mettre en scène. J'essai alors de faire le moins de bruit que possible afin de n'éveiller aucun soupçon. Alors, je commence à me caresser. Je me tâte, lequel vais-je choisir ? Et bien ce sera toi ! Oui ! Toi Maxime ! À le beau cousin ! Tellement mignon que je donnerais tout pour que mon fantasme devient soudainement réel. " - Alors Maxime tu vas bien ? - Et toi ? - Ça va ! ça va ! Mon cousin a ses occupations personnelles et revient me voir quelques heures plus tard. Comme je dors chez lui et plus particulièrement dans sa chambre lorsque je vais voir ma famille qui est loin de chez moi, je me dis que je vais sûrement pouvoir en profiter un peu. Et ça tombe bien car aujourd'hui c'est jour de chance pour moi. Parfois, ils arrivent aux gens de poser des questions idiotes, on ne sait pas pourquoi, un désir, un soupçon. Max, ce jour là, m'a demandé quelque chose que je me souviendrais tout le temps : - Ça te dirai de me branler un peu ? - Eh bien... Je ne sais pas... - Pourquoi ? - Euh... t'es... t'es sur de ce que tu dis là ?... tu le veux vraiment ? - Oui, juste pour essayer, pour voir. - Comme tu veux. Mais attention, cela doit rester entre nous. - Eh ! Cousin ! J'en suis bien conscient. J'étais assis à côté de lui sur son lit. Mon cousin était plutôt du genre à vouloir séduire les filles. Je me dis qu'il veut peut être découvrir de nouvelles sensations, avec un garçon. Mon cousin était vêtu d'un tee-shirt blanc, d'un pantalon court en toile bleue laissant entrevoir sa peau mate et d'une paire de baskets grises. - Bon ! Pour commencer, veux-tu que je te déshabille ? - Si tu veux. - Ok ! Il venait de me donner la clé pour accéder à son corps. Avant de commencer, je ferme la porte de sa chambre à clef. J'entreprends alors de le déshabiller complètement. Il se laisse faire. Un léger sourire me fait comprendre qu'il apprécie ce que je lui fais. Après l'avoir mis à nu, je fais de même. Nous sommes si bien tous les deux dans sa chambre, il faisait bon, ni trop chaud, ni trop froid. Tout commence par quelques caresses, malgré que cela soit sa première avec un homme, l'effet se fait tout de suite ressentir. - Mais... tu bandes ! - Euh oui... Eh bien oui ! Il bande le cousin rouge de timidité. Son sexe avait une taille moyenne. C'était le signal de départ afin de commencer les hostilités, de le masturber. Je m'assoie entre ses jambes et commence en faisant de longs mouvements avec sa verge enfermée dans ma main. Dans mon autre main, je lui caresse ses bourses. La tension commence à monter. Son corps bouge de plus en plus sous la pression de mes caresses. Quelques instants plus tard, cinq longs jets de sperme chaud viennent s'écraser sur sa poitrine. - Alors tu as aimé ? - Oh ! oui ! - Je crois que ça se voit. - C'est clair. Avec un mouchoir en papier, j'essuis tout le nectar divin de son ventre. - Tu veux goûter ta semence ? - Euh oui pourquoi pas. Avec mon index, je lui dépose une goutte de sperme sur sa langue. Il avale tout. - C'est bof comme goût ! - Bien oui, ce n'est pas de la crème chantilly ! - Ça fait quoi de ce faire sucer par un homme ? - Du bien, je pense. Pourquoi tu veux que je te suce ? - Oui, pourquoi pas ! - D'accord ! Je fouille dans mon sac et mets la main sur une boîte de préservatifs. Même si mon cousin est jeune et qui n'a sûrement jamais eu de rapports sexuels, je ne voulais surtout pas qu'il chope des saloperies lors de sa première expérience. Après l'avoir ravivé, son membre devenu légèrement mou, je le lui mets le chapeau en latex. Ma bouche, ma langue se mettent en action et pour la première fois depuis le début, Maxime me tripote après dix minutes de succion et de masturbation. Max se relâche à nouveau et cette fois-ci, il éjacule dans ma bouche, ou plutôt dans la capote. - Ça fait du bien ! - Tu m'étonnes ! Nos états montrent un intense plaisir. Nos sexes sont dressés bien haut, à la seule différence que lui venait d'éjaculer deux fois et moi pas. - Veux-tu que l'on inverse les rôles ? - Oui je vais essayer de faire aussi bien que toi. À mon tour je m'allonge sur le dos. Maxime s'installe à côté de moi. Il commence par déposer des baisers sur mon corps. Il me caresse, m'excite ! Je me sens bien avec lui. Dans son regard, je pouvais m'apercevoir que les sensations sont réciproques. Pour une première fois, Maxime se débrouille plutôt bien. L'effet se fait tout de suite ressentir, car à mon tour, je venais d'éjaculer sur mon corps. Maxime nettoie mon corps souillé. Après le sport, le réconfort ! Et c'est ainsi que nous nous endormons pour la première fois dans les bras de l'un de l'autre. C'était beau". Voilà, c'est la fin de mon récit fantasmagorique qui se reproduit chaque soir ou presque. Si cette histoire vous a plu, n'hésitez pas m'écrire, et si vous avez les mêmes fantasmes que moi, n'hésitez pas les écrire.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.