827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Vive le sauna
Je suis dans le hammam du sauna pour hommes lorsqu'un couple que j'ai déjà aperçu dans la piscine faire l'amour vient s'asseoir à mon côté. Ils me regardent, pouffent de rire, me mettent mal à l'aise car je pense qu'ils se paient ma bobine aussi je viens de décider de les vamper. Je me lève lentement, me tourne franchement vers eux, me caresse doucement le tomba, leur fais mon plus beau sourire. Comme je les vois surpris, indécis, je me dirige vers la sortie. Comme prévu, je n'ai pas fait trois pas que l'un d'eux me rattrape... * Tu t'en vas ? Tu veux pas rester un peu plus avec nous ? * Pourquoi pas ! Il y a peu de monde aujourd'hui. * C'est sûr ! Nous, on t'a déjà remarqué à la piscine et si tu veux bien passer un moment en notre compagnie, nous, on est d'accord. * Ouais ! Je veux bien ! Surtout qu'aujourd'hui je suis excité grave. Alors si ça vous branche, pourquoi pas ? Le deuxième garçon nous rejoint à ce moment. Comme moi tous deux bandent comme des ânes et ne s'en cachent pas. * -- Tu attends quelqu'un ? * -- Non. * -- Tu voudrais pas passer un moment avec nous deux ? * -- Pourquoi pas ! Ensemble ou séparément ? * -- Comme tu veux mais nous, on aime bien à trois. * -- Moi, je suis super excité alors à deux ou à trois, je suis preneur. * -- Vrai ! * -- Vrai ! * -- Ca te plait Louis ? * -- Ca me plait ! * -- On va dans une cabine ? * -- Ouais ! Nous quittons ce hammam où la chaleur est devenue insupportable et nous dirigeons vers les cabines. Elles sont toutes vides, notre choix est vite fait. A peine entrés, ils m'entourent, me serrent de près. Louis qui est derrière moi me prend par la taille et sans attendre me caresse les flans, sur le ventre, la poitrine, m'embrasse dans le cou, la nuque, les épaules qu'il me mordille. Rapidement il prend la mesure de mon tomba, me soupèse le paquet. Mon désir monte d'un cran ! Devant, son ami s'approche, me prend la tête et me roule pelle sur pelles. C'est un vrai festival de langues. Coincé entre ces deux garçons, je tremble d'excitation et d'appréhension de ce qui va suivre. Ils n'ont pas l'air méchants, mais leur état d'excitation, leur empressement à me prendre entre eux comme pour m'aspirer, me dévorer, me posent problèmes. J'espère qu'ils ne sont pas sado masos. La touffeur, notre envie pressante, nous mettent en nage. La sueur coule sur nos corps qui glissent les uns contre les autres comme savonnés, huilés. Leurs mains me parcourent le torse, le dos descendent sur mes fesses, ma queue, mes balloches se rencontrent entre mes cuisses d'où elles descendent plus bas encore ! Sous leur emprise, sous l'assaut de ces amabilités, je sens deux garçons honnêtes et friands de plaisirs. Rassuré sur ce point, je décide alors de me lâcher, me donner à donf, de me comporter comme une pute. J'adore ! Je suis fort, très fort à ce petit jeu. Celui devant moi approche à nouveau sa tête de la mienne et nous joignons nos lèvres. Un délicieux baiser doux, sensuel puis beaucoup plus ardent. Louis se met à genoux et me lèche les cuisses, remonte sur mes fesses qu'il mordille puis entre sa langue dans ma raie qu'il aspire, nettoie à donf et bien profond. Il m'ouvre la rondelle, y enfourne un puis deux doigts. Il me renifle me dit que mon corps le rend fou. J'ai besoin d'entendre ce genre de déclaration pour me donner totalement. C'est fait ! * -- Vous savez quoi les gars ? * -- Quoi ! * -- J'ai envie de me faire baiser, j'ai envie de me faire sauter ici, maintenant Tout en disant ceci, je me laisse tomber à genoux et attrape leurs tombas gonflés. Je commence à les branler de concert. * -- Je veux être votre sac à jute, votre jouet ! Faites-moi l'amour, ce que vous voulez. J'en peu plus d'attendre ! * -- Attends encore un peu, tu ne vas pas être déçu avec nous ! * -- Ne soyez pas timide, j'adore quand on me domine, quand on me rudoie un peu. * -- Ne t'inquiète pas, nous allons te faire sauter au plafond ! Je happe alors la queue de son pote tandis que je branle Louis. Notre porte n'est pas fermée à clé et le risque que quelqu'un entre et vienne nous mater ou mieux encore se joindre à nous me rend fou. Tandis que je pipe son pote, Louis place sa queue devant ma bouche. Il force un peu, je l'ouvre un peu plus grande et maintenant j'ai leurs deux glands en bouche. A genoux, je lèche, suce ainsi ces deux queues aux dimensions respectables. Mais mon envie est surtout de me faire prendre par les deux orifices. Sur le lit disposé au milieu de la pièce j'aimerai réaliser mon fantasme du moment. Je me redresse et leur dis : * -- Faites-moi des choses ! J'en rêve ! * -- Quelles choses ? * -- Baisez-moi comme une chienne par-devant par-derrière. Ensemble ! Les laissant là, un peu interdits, je me couche sur le dos, en travers du lit. Ma tête penchée en arrière au-dessus du vide, prête à pomper, de l'autre côté, les cuisses relevées par-dessus ma tête, mon trou est offert. * -- Je veux jouir. Soyez des mâles ! Laissez-vous aller. ! Défoncez-moi ! Par-devant, par derrière ! Ainsi harangués, un peu vexés peut-être, excités à mort c'est sûr, Louis se penche sur moi et cherche à me pénétrer. Son pote ne perdant pas de temps introduit son joli tomba entre mes lèvres. Les voyant maintenant prêts à me traiter comme une salope, sachant que je vais me faire baiser par ces deux jeunes si magnifiques, je deviens comme fou. Je perds la tête, la notion des choses. * -- Baisez-moi ! Oh oui ! Sautez-moi ! Traitez-moi comme une chienne ! La queue dans ma bouche coulisse maintenant sans relâche s'enfonçant jusqu'au fond de ma gorge tandis que Louis se fraye un passage et se planté dans mon cul. Sans plus pouvoir parler, sans plus pouvoir bouger, je m'abandonne totalement à leurs assauts. Je n'ai plus de pudeurs, plus de fierté, je suis devenu moralement un objet, une bête avec laquelle deux magnifiques garçons se donnent du bon temps et satisfont leurs besoins, prennent leur pied sans douceur ! Je ne sais, si vous me considérez comme une petite lope, une chienne, comme un être faible, vicieux, impudique, sans amour-propre ou si vous connaissez le plaisir de se donner à deux beaux gosses comme je le fais en ce moment. Sachez que quel que soit votre jugement, sachez bien que c'est pour moi le summum du plaisir. Mes deux mains serrent les cuisses du pote de Louis qui se branle dans ma bouche. Mes deux jambes se referment sur le bas du dos Louis qui me pilonne le fion à grands coups de reins. Je les voudrais tous les deux en moi, plus profondément encore Je les agrippe, les attire comme si cela était possible ! Eux, me sentant aussi chaud se ruent en moi, donnent libre cours à leurs pulsions. Je suis branlé se toutes parts, dans tous les sens ! La queue dans ma gorge ne peut aller plus loin, le pubis du pote de Louis tape contre mon visage. Son gland se trouve au-delà de ma gorge, dans mon oesophage. J'ai du mal à respirer. Tout est bouché, bien bouché à chaque assaut de ces tomba en folie. Celui dans mon cul ne peut pas aller plus loin. Les couilles de Louis battant sur mes fesses me procurent un surplus de plaisirs. Mon corps totalement offert bouge au rythme de leurs assauts. J'ai fermé depuis longtemps les yeux, suis totalement relâché, mou comme une chiffe molle. Secoué dans tous les sens je me concentre sur toutes les sensations que cette double pénétration sauvage maintenant me procurent et irradient dans tout mon corps. Je sens des mains me pétrir le torse, me caresser les cuisses. Nous sommes en sueur, ruisselants. La chaleur déjà forte de la pièce est encore augmentée par notre activité folle et je crois que comme moi ils sont au bord de la perte de connaissance. Vannés, épuisés mais le besoin est au-delà de tout. Rien ne peut nous arrêter maintenant. Seule la jouissance pourra nous ramener sur terre, nous apaiser, nous calmer enfin. L'un comme l'autre approche de l'explosion. Ni l'un ni l'autre ne se contrôlent plus. Ils entrent en moi, en ressortent à une vitesse folle avec une puissance qui me donne l'impression qu'ils vont m'étouffer, m'exploser le cul, me déchirer la bouche la gorge, la rondelle, les boyaux. Je suis à la frontière de la folie. Louis, couché entre mes cuisses n'en peut plus. Il m'écrase de tout son poids. Seul bon bassin bouge encore en de terribles pilonnages. Son pubis claque sur le mien. Les chocs de nos os me font mal mais j'aime. Nous en sommes à un tel point que nous supportons tout dans le seul but d'atteindre l'orgasme libérateur. Dans sa folie, il me dit des trucs excitants, délirants, sans suite, entrecoupés de rugissements * -- T'es un vrai vide couilles ! * -- T'est super excitant * -- Je t'ai dans la peau ! * -- J'aime ton cul, petite lope * -- Putain ! C'que c'est bon ! * -- J'vais t'déchirer ! L'entendre me parler ainsi, ajoute à mon plaisir, à mon excitation, mon envie de jouir. Le repoussant afin de me dégager un peu, je saisis ma queue et entame une branlette furieuse. Ma queue est douloureuse tellement elle est gonflée, mes couilles me font mal ! Elles débordent de foutre. Tandis que je me branle sentant que l'explosion est imminente, mes deux inconnus approchent aussi de l'orgasme. Ils me baisent sans retenue, sauvagement sans s'occuper de l'objet qui leur sert de décharge. Ainsi écartelé et offert, je me branle durant un temps que je ne saurais apprécier. Il arrive un moment où le besoin est si fort, l'envie si grande qu'il semble, ce qui et le cas en ce moment, que tout est bloqué, que la bandaison bouche tous les canaux de sortie. Je me branle comme un fou, mes amants me défoncent avec fureur. Rien ne se passe. Tout est bloqué !Désespéramment bloqué ! Je suis de plus en plus mal mené. Je perds totalement la notion des choses. Je vais défaillir ! Enfin une première petite giclée, douloureuse, une seconde, tout aussi pénible. Je lance des : "Aie" après chaque gouttelette qui veut bien s'échapper. Je sens mon foutre monter de mes couilles et forcer mes canaux. Mes deux compères me burinent toujours attendant eux aussi la délivrance. C'est une chose incroyable qu'avant une grande joie, celle que nous attendons, il faille dans certains cas passer par une série de douleurs qui soulagent. Enfin c'est la vraie première giclée, elle est encore douloureuse, mais libératrice. La seconde, la troisième et bien d'autres sortent de ma queue en longs jets qui aspergent Louis et son pote. Je crie ma délivrance, mon plaisir extrême, la retombée de mes tensions qui me libèrent et me laissent presque inconscient. Mon corps s'amollit. Je retombe épuisé. Bousculé, par ces deux beaux mâles qui à leur tour émettent, cris et giclées. Ma bouche déborde, ainsi que mon cul de leur liqueur tandis qu'ils se retirent l'un et l'autre la queue amollie mais toujours gonflée. Tous trois sommes maintenant affalés les uns sur les autres. Nous ressuscitons petit à petit allongés côte à côte sur le lit. Serrés, dégoulinant de sueur. Nous restons là un moment sans rien dire. Le lit recouvert d'une alèse de caoutchouc est inondé par notre sueur, notre foutre. Nous sommes dans un état minable. Déguelasses à souhait nous nous vautrons dans nos déjections animales Ce temps est toutefois relativement court. Après quelques paroles pour se remercier mutuellement, dire sa satisfaction, son plaisir, chacun remet sa serviette autour de la taille et c'est ensemble que nous filons à la douche. Ceci fait, comme trop souvent chacun s'en va de son côté. Je les vois partir main dans la main. Ils ont retrouvé le monde des amoureux. Moi, je me sens léger comme lorsque j'ai fait l'amour avec mon compagnon. Je sais que cet état de grâce va durer quelques heures, voir quelques jours puis il faudra à nouveau aller voir la veuve Mamain ou revenir ici avec l'espoir d'une aussi belle rencontre. Voilà, je vous l'avais promis ! Je vous ai raconté mon après-midi d'hier au sauna. Au travers ce récit je vous ai dévoilé mon corps, une partie de ma vie, mes goûts, mes envies, mes fantasmes.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.