827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Le jogging
Chaque semaine je fais mon jogging dans un parc paysager près de chez moi. J'aime observer au fil des saisons les changements de la nature, la vie des canards et autres palmipèdes migrateurs, leurs amours, les naissances sur le bel étang qui est au centre de ce le poumon vert de notre cité. Nous approchons de l'été. Les journées sont déjà chaudes. C'est pourquoi ce matin j'ai attaqué à 8 heures, dès l'ouverture, mon jogging. L'endroit est encore désert. J'aime particulièrement ce moment où je peux en toute quiétude m'échauffer, contempler le paysage, profiter pleinement de cette journée qui s'annonce belle. Un seul point me fait déplaisir, mon dos. !
Depuis quelque temps en effet, arrivé au six ou septième kilomètre j'ai une douleur au niveau des lombaires. Bien que supportable, elle me fait comprendre par ses réapparitions de plus en plus fréquentes et intenses que je devrais faire attention, consulter avant que cela ne devienne trop traumatisant. Ce matin ne fait pas exception à la règle et c'est au troisième tour de course aujourd'hui que je décide d'arrêter. Comme je termine en marchant j'entends un joggeur qui arrive derrière moi. Son pas est lourd, son souffle me dit qu'il est à la peine. Arrivé à ma hauteur, il s'arrête me salue. Je le reconnais. C'est un type qui comme moi vient régulièrement courir. Nous ne nous sommes jamais rien dit, excepté un petit bonjour de la main en signe de reconnaissance comme cela se fait entre personnes qui partagent la même envie et se reconnaissent. Aujourd'hui, peut-être parce qu'il me voit fatigué et que lui-même en a assez, il engage la conversation tout en récupérant.
* Vous avez terminé votre footing ? * Oui ! Mon dos me fait mal et je crois plus prudent de m'en tenir là pour aujourd'hui"
Bavard, il me pose questions sur questions. Il m'est sympathique, je lui réponds volontiers avant qu'il m'avoue m'avoir souvent vu courir. Kiné de profession, il n'est pas étonné de mon mal de dos car ma position d'une manière générale et particulièrement en course n'est pas bonne. Il ajoute que je dois avoir des abdominaux trop faibles et donc, comme ils ne me tiennent pas, je cambre le dos ce qui écrase les lombaires. Ceci explique les douleurs que je ressens. Elles sont un signe d'alarme que je ne dois pas négliger si je ne veux pas que la situation empire avec toutes les conséquences dramatiques qu'à la longue cela peut entraîner.
Je l'accompagne jusqu'à sa voiture proche de la mienne. Il me demande la permission de faire un très rapide examen. Pourquoi refuserai-je ? Il me demande de me placer debout sur le côté de sa voiture, de me pencher légèrement en avant en appui sur les bras contre la carrosserie. Il me tâte les dorsaux, descend, s'arrête à la hauteur de mon short et me dit : "Tu permets" Ce "tu" m'étonne. Nous nous connaissons à peine ! Nous employions le vouvoiement à l'instant. ! Mais il y a des gens qui tutoient très facilement ! Pour dissimuler une gêne ou simplement faire tomber le carcan des conventions pour un rapport plus facile. Mon étonnement s'arrêterait là s'il ne soulevait pas mon tee-shirt et ne baissait pas mon short et mon slip, découvrant. ainsi la moitié de mes fesses et le bas de mon dos. Il recommence ses palpations et en professionnel, tranquille, naturellement il me palpe consciencieusement. J'avoue mon trouble de plus en plus grand et surtout la peur que quelqu'un nous surprennent. Il confirme son diagnostique. Il en fait tant, qu'il finit par m'effrayer, me convainc de prendre rendez-vous !
Arrivé dans son cabinet, je m'installe dans la salle d'attente. En attendant mon tour, je feuillette les magazines mis à la disposition de la clientèle. Beaucoup de "people", de revues sur les voitures de luxe, le nautisme, la mode. Sur ces dernières particulièrement je remarque des mecs musclés, bronzés aux corps à faire bander les statues que l'on croit souvent de marbre ! Lorsque la porte s'ouvre, que son client sort, mon "kiné-joggeur" me fait entrer en me gratifiant d'un large sourire des plus avenants. A nous voir, on pourrait penser que nous nous connaissons depuis des lustres ! Après les phrases conventionnelles de bienvenue, les questions sur mon état civil, mes antécédents médicaux, il m'invite à me déshabiller. Comme j'hésite à tout retirer, il me confirme : "Entièrement !" On a beau dire, mais se retrouver à poil devant une personne habillée même si c'est votre toubib, la première fois, on ne se sent pas très à l'aise surtout si comme c'est le cas on l'a laissé lors de sa dernière rencontre sur une impression mitigée, que vous le trouvez beau et qu'il vous inspire des idées hors situation !
Jovial, très souriant, d'un sourire équivoque, il passe derrière moi. Me fait faire quelques rotations du bassin, ses mains sont douces, fraîches et appliquées sur mes flans à hauteur de ma taille me produisent d'agréables sensations. Je commence, malgré moi, à fantasmer. Il me fait pencher en avant et mes idées de plus en plus grivoises me le font penser à poil prêt à m'embrocher. C'est pourquoi lorsque je me relève, je sens que ma bite montre déjà l'orientation des mes pensées inavouées et guère avouables. Son regard me dit mieux que des paroles que cet émoi ne passe pas inaperçu. Je suis de plus en plus gêné ! Sans se départir de son rôle professionnel, sans aucune remarque discourtoise, il me demande de m'allonger sur la table d'auscultation. Je dois de ma main guider ma queue rebelle pour obtempérer. Allongé sur le ventre, le paquet entre les jambes, je lui montre bien plus que mon corps alors qu'il commence à me palper. Ses mains circulent sur toute la longueur de ma colonne dont il cherche les points douloureux jusque très bas sur mon coccyx. Ses mains traînent me semble-t-il un peu plus qu'il ne le faudrait sur le haut de mes fesses. Maintenant, je bande ferme et entre mes jambes je sais que mon dard visible se présente sous son meilleur jour ! Lui continue comme si de rien n'était ! Il me semble toutefois qu'il fait volontairement durer son examen surtout lorsqu'il commence à me palper les fessiers me disant que tout cela est bien contracté et qu'il va falloir faire plusieurs séances de massages pour décontracter tout cela. Je n'ai jamais eu mal aux fessiers ! En attendant ajoute-t-il nous allons faire trois séances de mésothérapie. Il prépare, son produit, ses aiguilles et me fait une série de piqûres le long de la colonne, dans la région lombaire, sur le coccyx. Je débande vite fait !
Pendant qu'il me fait son ordonnance et que je me rhabille, il me fait ses recommandations, me fixe mes prochains rendez-vous le tout accompagné d'un sourire charmeur, des paroles souvent à double sens, plus qu'équivoques, me semble-t-il. Je ne sais sur quel pied danser. Pour ajouter à ma confusion, je le trouve charmant, à mon goût et j'aimerais que nos relations prennent un tour plus intime, plus coquin mais comment le lui faire savoir, le lui dire ? Ne me fais-je pas tout un cinéma ? D'ailleurs, est-il homo ?
Les trois séances qui suivent sont du même acabit, sauf que je bande dès que je suis à poil. Lui, toujours professionnel, serein en apparence me dit de rester calme, de me détendre, que je n'ai pas de raison de me mettre dans des états pareils, que ce n'est pas si douloureux. A la dernière séance il ajoute : "A moins que..." laissant sa phrase en suspens et me gratifiant de son plus beau sourire avec au coin des yeux une pointe de gourmandise coquine, une véritable invitation à aller plus loin !
Je suis son dernier rendez-vous de la journée. Le client précédent est déjà parti lorsque j'arrive dans la salle d'attente pour ma première séance de massage qu'il a tenu à faire lui-même. La secrétaire aussi a quitté son poste. Quand la porte de son cabinet de consultation s'ouvre, j'ai la surprise de constater qu'il n'est vêtu que d'une blouse blanche contrairement à son habitude. Il est en effet toujours bien habillé, cravaté lors de ses consultations ! Sa blouse largement ouverte, laisse voir sa poitrine velue. Son pantalon blanc aussi, de toile fine, laisse entrevoir son paquet. Il me sourit avec chaleur, avec ce sourire propre à ceux qui ont une grande intimité, s'apprêtent à vous faire une surprise, un cadeau. Regard plein de promesses non dites mais certaines. Il me serre la main, me la garde plus que de raison, m'attire à lui tandis que son regard plonge dans le mien. Il me dit : "Suis-moi !"
Tout ceci sent le préparé, l'invite à une séance très particulière. Arrivé dans une cabine assez spacieuse où trône une table de massage spacieuse, il se retourne, me fait entrer. Comme je passe près de lui, il m'arrête, me regarde droit dans les yeux, me dit en approchant son visage près du mien :
* Embrasse-moi ! * Mais !... * Tu bandes, rien qu'à me voir, ! Moi aussi j'ai envie de toi !"
Sans me laisser le temps de réagir, il m'enlace, plaque ses lèvres contre les miennes, m'embrasse avec passion, prend ma queue déjà dressée plus qu'à moitié. Etonné, mais heureux je réponds favorablement à ce baiser. Tout en m'embrassant, il commence à m'ôter ma chemise, je l'aide. Ses mains me caressent alors le dos, les flans. C'était un fantasme, un désir, c'est devenu une réalité. Les mains d'un kiné savent des caresses que bien des amants ignorent. Il sait faire rouler mes muscles les uns sur les autres, les palper, les prendre avec juste ce qu'il faut de force ou de douceur pour en tirer des sensations rarement connues. Sous ses mains habiles tout mon corps devient une vaste zone érogène réagissant à ses moindres attouchements, ses moindres palpations, ses moindres pressions.
Je suis surpris par cette douce attaque si bien orchestrée, ne sait trop comment y répondre, je me sens agréablement submergé, gauche, malhabile. Il lâche ma bouche, se laisse glisser sur les genoux, défait ma ceinture, me palpe les cuisses, les fesses, me presse doucement le paquet tout en ouvrant ma fermeture éclair et libérant ma queue tendue à mort tandis que mon pantalon finit sa course à mes pieds. Il la prend, la porte à sa bouche. Il titille mon gland du bout de sa langue tout en le décalottant. L'ayant bien léché, il commence à passer sa langue sur toute la longueur de mon dard dont les veines palpitent, saillent comme les racines du lierre le long d'un tronc d'arbres. J'ai fermé les yeux depuis un moment et cambré, le bassin légèrement en avant, la tête rejetée en arrière, je gémis de plaisir en goûtant ses caresses qui me portent dans un monde de plaisirs.
Sa fellation dure longtemps avant que je revienne un peu sur terre et me décide à me pencher pour lui prendre la chevelure à pleines mains. Mes doigts s'y perdent au plus profond dans une friction de tous mes doigts. Il se relève. Sa blouse est restée à terre et à nouveau, toujours sans un mot, nos bouches se soudent tandis qu'enlacés, nos mains caressent nos dos, nos fesses, nos flancs. Nous sommes collés l'un à l'autre ne formant qu'un seul corps passionné. Nos queues prisonnières des cuisses de l'autre sont l'objet d'une branlette douce, agréable, qui ajoute à notre confusion, à notre plaisir, au désir de l'autre, au besoin d'aller encore plus loin
* N'oublie pas ton massage. Va ! Allonge-toi sur la table, sur le ventre !
Etonné, subjugué, impatient de connaître la suite du programme, je grimpe sur la table, ôte le peu de vêtements qui me restent, m'allonge comme demandé. Il me repositionne de sorte que ma tête dépasse le bord de la table. Ses mains commencent un massage savant de ma colonne qui augmente encore mon désir. Lui, nu maintenant, s'est placé à ma tête, face moi ! Sa queue presque seule pénètre dans ma bouche. Loin de la rejeter, je la prends et commence à la sucer. Quel plaisir, de se sentir ainsi caresser et en même temps aspirer, lécher, un si agréable objet, chaud, doux, palpitant. Tout en le pompant, mes mains lui prennent les bourses, se faufilent entre ses cuisses, s'insinuent dans sa raie, pétrissent ses fesses. Lui penché sur moi, descend aussi très loin après le bas de mon dos et sous l'effet de son massage particulier, je ne tarde pas à onduler de tout mon corps.
Il me demande de me retourner, de descendre un peu et monte à son tour sur la table. Nous avons maintenant chacun le service trois pièce de l'autre face à notre visage. Inutile de dire que rapidement les fellations reprennent, que nos raies sont enduites de salive, léchées et que nos trous sont assouplis par des doigts curieux et habitués à cet exercice. Cet échange dure un moment. Nos doigts, nos langues caressent, lèchent raie et fesses, dilatent, explorent deux rondelles accueillantes. Que c'est bon de se bouffer le cul et se préparer à d'autres plaisirs ! Reprenant mon souffle, je dis :
* Que t'est bon ! J'aime ton cul ! * J'aime aussi le tien ! Attends, je vais lui faire un grand plaisir à ton joli cul ! * Vrai ? * Oui attends deux secondes.
Il se lève, va au pied de la table, farfouille en dessous, remonte deux tiges métalliques. L'animal ! Il m'a allongé sur une table pour examen gynécologique ou de la prostate ! Il remonte deux gouttières, m'invite à y placer mes jambes. Bien descendre mes fesses sur le bord extrême, bien écarter les jambes. Ainsi mes fesses dépassent de la table et j'ai le trou bien ouvert, près à être embroché. Mes couilles, ma queue sont aussi des offrandes. Il s'en empare, les caresse, les lèche avec délectation. Tandis qu'il me masse les couilles d'une main, de l'autre il me branle doucement. Je gémis sous l'intensité des sensations qu'il me procure, je me tortille de plaisir. Un doigt s'introduit maintenant dans mon trou et vient me masser la prostate. Je ne gémis plus, je commence à pousser des cris inarticulés. Mon Dieu que c'est bon ! Je le lui dis, lui demande de continuer, d'aller plus loin !. Mon corps se vrille en tout sens je ne me contrôle plus. C'est un amant merveilleux, expert.
Lâchant mon bas-ventre, il contourne la table et vient me rouler une pelle magistrale. Je le saisis dans mes bras, le serre fortement contre moi. Je suis déchaîné, avide d'autres caresses, d'autres pénétrations. Je le veux en moi ! Sa langue tourne autour de la mienne me pénètre, m'investit. Tout en m'embrassant, une de ses mains a reprit ma queue et la branle doucement attentif à ne pas m'emmener trop loin. Puis elle quitte ma queue, me masser les couilles. Que tout cela est bon ! Il laisse ma bouche, se retourne, replonge un doigt dans mon cul. Moi, je lance mes mains sur son dos que je griffe presque tellement mon envie de lui est forte. J'agrippe ses fesses où j'enfonce les doigts. Je saisis entre ses jambes sa queue que je presse de toutes mes forces, que je trais comme un pis de vache. Je voudrais voir son jus en sortir comme du bon lait que j'avalerais avec plaisir, avidement, goulûment. Lui maintenant occupé à me dilater a introduit un second, puis un troisième doigt dans mon anus qui habitué à ce traitement s'ouvre rapidement à la grandeur voulue pour le recevoir.
Je suis prêt, il revient au pied de la table. Est-ce une impression, une aberration de mon esprit, j'ai l'impression que son zob est encore plus grand, plus gros que tout à l'heure. En fait, je ne me pose pas la question longtemps car dès qu'il se trouve face à moi, il me pénètre. Lui aussi est super excité et de suite il commence un ramonage dans les règles, alterne la profondeur de ses intromissions, sa cadence en accord avec mes réactions. Je n'en peux plus d'attendre ! Aussi je prends ma queue et part dans une branlette énergique qui ne dure que le temps de quelques allers-retours avant que je ne gicle dans un long râle de plaisir et de soulagement. Lui continue un moment à me limer, puis me voyant recouvrer mon calme, ralentit et ressort. Il retire les gouttières, vient près de moi et me présente son zob tressautant, gonflé de désir. Dès qu'il est à portée, je le saisis, le suce avec application, assez lentement tout en lui massant le sac à noix pour le remercier de l'immense plaisir qu'il vient de me faire connaître. Je suis heureux, calme maintenant.
A suivre...

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.