827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Le Congrès
J'ai 28 ans et je travaille comme associé de recherche. L'an passé, je devais faire une présentation à un congrès à Paris. J'étais bien malheureux de ne pouvoir y aller avec ma copine, mais de devoir plutôt partager ma chambre avec un étudiant en médecine que je n'avais même jamais rencontré.
Mon arrivée était prévue pour le mardi soir alors que mon «colocataire» arrivait le lundi matin. À la dernière minute, un des organisateurs du congrès m'appelle afin de savoir s'il n'y avait pas d'inconvénient pour moi de sauter dans le prochain avion puisque ma présentation devait absolument être avancée. Pas de problème pour moi !
J'arrive donc à l'hôtel le lundi soir vers 22 heures. Par respect, je frappe à la porte de la chambre et j'y rentre (j'aurais dû attendre que l'on m'ouvre...) Devant moi, un grand lit avec deux hommes en position 69 qui s'empressèrent de se décoller et de se camoufler dans les draps ! ! ! Un devait avoir la vingtaine et l'autre plus de 45 ans (bien qu'il semblait bien préservé). Soit on m'avait donné la mauvaise chambre, soit j'allais avoir un partenaire hors du commun. Le jeune homme se présente :
- "Désolé (et moi donc... !), je suis Hugo, tu es sans doute Vincent ? Comme tu vois, je ne t'attendais pas avant demain".
Heureusement que j'avais pris la peine de demander à l'organisateur d'aviser mon compagnon de chambre que mon arrivée allait être avancée (c'était pour moi une marque de respect). Quelques minutes après cette fameuse arrivée, je les avais laissé seuls afin d'aller digérer le tout sous une bonne douche. A ma sortie, le plus âgé avait déjà quitté les lieux (bien entendu, j'avais allongé mon temps sous l'eau). Hugo s'excusa encore, moi de même, et m'expliqua qu'il s'envoyait toujours en l'air dès son arrivée à l'étranger. Ouf ! A voir sa beauté quasi surnaturelle, il ne devait certes pas avoir de difficulté à se trouver des partenaires. Je m'aperçu aussi de quelque chose de bien particulier...il n'y avait qu'un lit dans la chambre. Un grand lit, mais seulement qu'un lit. Hugo m'expliqua qu'il s'était produit une erreur de réservation et que, malheureusement, à cause du congrès, toutes les chambres étaient prises. Il se proposa de dormir sur le canapé si jamais j'étais trop mal à l'aise. Je refusais (par politesse). Je dois cependant avouer qu'une sensation bizarre me hantait... Je ressentais une sorte d'excitation encore inconnue à ce jour ! (Sauve qui peu...) Évidemment, nous nous sommes endormi tous les deux, chacun de notre côté, en boxer (mais sans T-shirt !).
Le lendemain s'est bien déroulé au congrès. Le soir, lorsque je suis rentré à la chambre, Hugo y était déjà, seul cette fois ! Toute la soirée, nous nous sommes taquiné par rapport à mon accueil de la veille. Nous avons bu aussi...et l'expérience prit son envol (bien sûr) Tout au long de cette soirée à consommer (et non à se consommer), nous enlevions petit à petit certains de nos vêtements, question de se mettre plus confortables (la cravate et le complet étant surtout de trop). A le regarder, j'avais de légères érections... Cela paru davantage lorsqu'il s'est retrouvé en sous-vêtement (je mouillais alors mon caleçon). Voilà que quelques heures plus tard il me demanda :
- "As-tu envie d'essayer ? J'ai cru remarquer certains gonflements au travers ton boxer."
Il est vrai que je suis bien proportionné de l'entrejambe, faisant 20 cm par près de 15 cm de circonférence. Je me suis laissé emporté. Il est venu m'embrasser et dès ce moment, tout mon appareillage s'est totalement gonflé. Il n'a pas tardé a prendre en bouche le bout circoncis de mon engin qui débordait de mon sous-vêtement. (Que se passait-il ?) Mon nouvel amant faisait 1m70 et devais peser 150 livres. Il était merveilleusement bien proportionné, et surtout, bien découpé par un abonnement à la gym dont il semblait profiter pleinement. Bien que presque totalement imberbe, sa chevelure était épaisse et d'un noir profond alors que ses yeux étaient d'un vert presque trop clair. Le tout, orné d'un teint beaucoup moins laiteux que le mien ! ! ! Il avait 21 ans à peine.
Lorsqu'il ne prenait ma queue à deux mains (qu'il branlait doucement mais fermement tout en me suçant avec volupté), il m'empoignait les couilles et les caressait vivement. Je ne pouvais m'empêcher de lui tenir le derrière de la tête comme si, je n'aurais jamais voulu que ça se termine. Je sentais ma sève monter. Malheureusement, ce n'est qu'après quelques minutes alors qu'il avait presque totalement enfoncé ma tige dans sa bouche, que je lui vins dans la gorge (par mégarde) et sur la figure pour finir (un peu gêné de cette précocité qui n'est pas habituelle chez moi). Je me jetai sur lui, lui arracha son slip et me mis également à le sucer. Sa queue était bien droite et bien veinée. Elle n'était pas aussi longue que la mienne (près de 17 cm) mais un peu plus grosse et non circoncise. Ses couilles que je m'efforçais de ne pas oublier également (il gémissait bien quand je lui léchais) étaient par contre très grosses à côté des miennes. Après quelques instants, il me bascula sur lui, en position 69. (Il devait avoir en affection cette position si universelle !). Je continuai de le sucer (et je ne semblais pas manquer de trop d'expériences) pendant que lui, entreprit de me manger l'anus goulûment. J'étais si excité que je me sentais déjà dilater sachant bien ce qui arriverait (et je n'avais pas envie de résister). Peu après, j'avais déjà deux ou trois doigts d'insérés. Il me léchait toujours. Contrairement à ce que je croyais, ce n'était pas si douloureux, mais je dois avouer qu'il était doux (il en avait peut-être dépucelé plus d'un !). Je sentais que sa semence approchait puisque déjà, j'avais avalé plusieurs millilitres de son précome, épais et légèrement gluant en bouche, un peu salé, mais si excitant. Il me demanda de m'installer sur le dos, il me releva les jambes, me chatouilla l'anus de quelques coups de langue supplémentaires avant de me pénétrer. Aie, aie, aie...C'était plus gros que les doigts ! ! ! Il du mettre plusieurs minutes de petits va et vient avant de pouvoir s'enfoncer totalement (nous avions des capotes mais pas de lub...). Ses coups de hanche devenaient de plus en plus féroces. Je pouvais sentir ses grosses couilles qui me fouettaient les fesses. Parfois il faisait des sprints alors que d'autres fois, il semblait reprendre son souffle ! ! ! Je m'aperçu alors que je n'avais plus mal, que je jouissais et que ma queue était redevenue aussi dure et prête qu'au début. Je ressentais fort bien ses longs va-et-vient. Puissants ! Je ressentais aussi une si merveilleuse chaleur autour de mon anus qui me semblait étirée à max ! Après une dizaine de minutes à me limer, de puissants cris s'échappaient de sa gorge et sa queue maintenue fermement dans mes profondeurs, il venait. Il restait en moi pendant qu'il se dégonflait et m'embrassait. Voyant à quel point j'avais la queue engorgée, il se retira, se mit à genoux, s'écarta les fesses et me demanda de lui infliger le même sort. Son rond était d'un magnifique brun rosé. J'humais sa petite odeur. Je lui léchais avec assurance et je m'appliquais à y mettre beaucoup de salive. Un doigts, deux doigts. Il me suggéra alors d'en insérer un troisième. (Je voyais que l'expérience lui avait déjà été donnée !). Je ne perdis donc pas plus de temps et lui enfonçai d'un seul coup,
peut-être d'ailleurs un peu trop férocement (il a crié très fort ! ! !), mon appareil d'amour. (Désolé, mais j'apprenais ! ! !). Il en raffolait. Il se zignait lui-même sur ma tour. Il criait de plaisir. Il me coucha sur le dos, s'accroupit sur ma queue avec toujours autant de volupté. Le petit salaud était encore et déjà bien gonflé. Par-dessous lui, je continuais de lui battre la rose alors que lui se masturbait. Comme je venais, il éjacula toujours autant de jus blanc sur mon ventre. Il lécha sa semence avant de venir m'embrasser et me la laisser en bouche. (Succulent).
Ouf, pour une première, ce fut tout un baptême. Le lendemain matin nous avons recommencé, le soir nous avons répété le même jeu et le surlendemain, Jeffrey, le partenaire de départ de mon déviergeur nous a rejoint...au lit ! (mais cela sera d'une autre histoire). Bien que difficile à croire, une fois de retour chez moi, je n'ai jamais retenté de tels exploits... ! ! !

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.