827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Devant le Lycée
Je me présente, je m'appelle Cédric, j'ai 22 ans, je vis à Paris. Mes études marchent très bien, bien que difficiles. Je suis très entouré et plutôt heureux dans la vie. J'ai eu mes moments difficiles, j'ai mes prises de tête et mes petites déprimes mais tout va bien dans l'ensemble. J'ai vécu pas mal de choses sur le plan émotionnel et sexuel. J'ai plutôt été précoce et j'ai rencontré des gens formidables. Pour l'instant ma situation est plutôt calme, je ne recherche pas de mec. Quelques plans cul de temps en temps me satisfont. J'adore le sexe, je suis assez obsédé, mais le faire avec quelqu'un de passage ne me plaît pas plus que ça. Avant-hier, aux environs de quatorze heures, s'est terminée une histoire qui ne m'a pas laissé sans ressentis. J'ai vécu une histoire originale, formidable, sensuelle, excitante, et terminée. Il y a trois mois donc, j'entame une discussion sur un chat avec un garçon. Il dit avoir dix-huit ans, mignon, un peu enrobé. Cette description me séduit. Pour une fois qu'un garçon ose se dire mignon alors qu'il n'est pas maigre et filiforme ! Je poursuis la discussion avec ce jeune gay de mon département. À cet instant, je n'ai aucunement l'intention de le voir, ni de faire quoi que ce soit. J'y ai eu beaucoup recours, mais le chat n'est souvent pour moi qu'un moyen de discuter, pas de trouver un mec. Ce garçon m'intrigue, la discussion s'avère de plus en plus sympathique, et il me propose de se voir deux jours après. Rendez-vous est pris « devant le lycée ». Je souris devant cette proposition en pensant que je l'ai quitté depuis longtemps, le lycée. Je ne me pose même pas de questions, il me plaît, j'ai envie de le rencontrer. Après quelques échanges de SMS, nous convenons donc de nous retrouver le lundi suivant. Le matin même, je reçois de nouveau un message : il me précise comment il est habillé pour que je le reconnaisse, et me dit qu'il n'avait pas dix-huit ans, mais seize. Enfin, seize ans et demi, et je fais plus vieux. Je fus pour le moins interloqué de cet aveu, et je me demandai si je devais toujours y aller. Je décide finalement de me rendre à l'endroit prévu à l'heure prévue, mais je ne sais pas si nous aurions quelque chose à nous raconter une fois l'un en face de l'autre. De plus, j'avais un peu l'impression de commettre un crime en rencontrant un garçon si jeune. Alors que je ne suis animé que de pensées pures, ce qui est plutôt rare dans mon cas, je m'en veux de ne pas avoir refusé de le voir. Je ne fais rien de mal mais j'ai quand même un petit quelque chose qui me dérange. Dès lors je décide que quoi qu'il se passe il déciderait de tout, je n'imposerai rien. Il arrive, entouré de quelques amis. C'est vraiment l'adolescent tel qu'on peut l'imaginer : fringues de marques, air blasé. Mais il a un visage mignon et de beaux yeux clairs qui le rendent vraiment mystérieux. Il monte dans ma voiture, et je me dis toujours que j'aurai dû partir, que ce n'est pas une bonne idée, que je ne ferai rien avec lui, ... On se demande où aller pour pouvoir discuter plus tranquillement et il propose un parc non loin de chez lui. S'ensuit alors quatre heures de discussions, de balades, de rigolades. Nous cherchons des sujets de discussion, nous nous entendons bien. Je lui propose plusieurs fois de le ramener chez lui : j'ai peur de lui forcer la main, et en même temps je peux savoir s'il est bien ou pas. Il décline l'offre en souriant. Les minutes s'étirent et le moment de se quitter va venir. Je me sens comme un gamin devant ce type qui a six ans de moins que moi mais qui me séduit vraiment. J'apprends au fil de la discussion qu'il n'en est pas à sa première expérience. Il a même beaucoup connu de mecs. Il a l'air assez porté sur le sexe. Tous les mecs avec qui il est sorti étaient plus vieux que moi et le dernier l'a laissé pour ne pas s'attacher à un mec trop jeune. Je pense à ce moment là qu'il a eu raison, le mec, que ce ne doit pas être facile de sortir avec un mec si jeune : il ne peut pas sortir, pas le même rythme de vie, pas les mêmes centres d'intérêt. Les arguments raisonnables et sensés que j'évoque sont bien vite noyés par ces jolis yeux qui me regardent. Je me sens fondre en le voyant, je sens que je lui plais, mais il ne fait rien, il est très timide. Laissant un maximum de temps passer pour lui laisser prendre l'initiative, je me décide enfin à lui prendre la main. Il réagit alors et la serre. Je regarde sa main, il a des mains de pianiste, fines, blanches, jolies, à croquer. Je ne sais pas ce qui me prend, ce garçon est trop jeune, il n'est pas fait pour moi, j'ai mieux à faire en ce moment, j'ai un maximum de boulot, ... Mais je vois aussi ce jeune garçon, gentil, beau. Je l'embrasse, c'est délicieux. Sa peau est douce, son souffle court, son odeur sucrée. Il devient plus affectueux et moins distant. Je craque complètement. Je ne suis jamais « tombé » amoureux. Pour moi, tout s'est toujours fait avec le temps. En fait, à ce moment précis, dans ma voiture, je pense plutôt qu'il m'excite, tout simplement. Il dégage une sensualité empreinte de timidité. Au fur et à mesure de nos câlins, l'ambiance chauffe petit à petit. Je lui dis qu'il est bien jeune pour moi et que je ne veux pas avoir l'impression de lui forcer la main, Avec aplomb, il me répond qu'on peut aller plus loin. Il est timide mais chaud le garçon ! On se caresse, on remonte nos tee-shirts, les mains fouillent dans les replis des pantalons. Je déboutonne sa braguette fiévreusement et caresse son entrejambe. Il ne reste pas inactif et m'embrasse partout. Rarement un garçon m'avait tellement excité. Pour que je lui saute dessus, et dans ma voiture en plus, il faut vraiment qu'il me fasse de l'effet ! Je prends sa bite dans ma bouche et m'aperçois qu'il est plus que bien doté par la nature ! Sa bite est épaisse, plantureuse, je la prends en bouche, son souffle s'accélère, il gémit. L'odeur de sa peau parvient à mes narines, je suis de plus en plus excité. La suite est plus classique, je le lèche autant que l'exiguïté de mon véhicule me le permet. Il a l'air d'apprécier et ça m'excite encore plus. Il est très sensuel, il aime ce que je lui fais, il aime le sexe, ça me plaît. Il me relève et se jette sur mon chibre. Il le prend en bouche et me fait une délicieuse pipe. On sent qu'il aime ça et fait tout pour me le montrer sans en avoir l'air. Il me fait tripper et je le lui dis. Il tête mon gland avec application et me branle en même temps. J'aime ce que ce mec me fait. On finit en se branlant tous les deux, en s'embrassant. On se rhabille, et sur le chemin du retour il met sa main sur ma jambe. J'apprécie le geste et caresse son genou. Il est gentil mais pas très bavard, je n'arrive pas à savoir ce qu'il pense du moment intense que l'on a passé ensemble. Je ne réfléchis pas beaucoup mais j'aimerai savoir ce qu'il ressent. Je le dépose, il m'embrasse, hum.... Cette rencontre me laisse un goût doux amer : ce mec est génial, vraiment bien, mais il est trop jeune, trop timide, pas assez expansif. Il est ce que je ne suis pas en fin de compte. Le retour en voiture se fait pour moi dans le silence. Je ne sais pas si je le reverrai, je ne veux pas le harceler de SMS, je ne lui demanderai rien. Je ne sais même pas ce que je ressens. Mais le vibreur de mon portable se met en marche et je lis le message tout en roulant : merci, c t bi1 cet am. Heureusmt ktu t décidé lol ! C t cool. Suis pluto passif au fait, et toi ? Cmt vois-tu évoluer notre relation ? lol Bizooox. Alors que je n'en sais pas plus sur ce garçon, je suis transporté ! Il est vraiment moins taciturne par message qu'en réel. Je modère mon excitation et lui réponds que c'était bien pour moi aussi, que j'aimerai le revoir bientôt. Nous convenons donc de nous revoir le samedi suivant. Au passage, je lui réponds que je suis plutôt passif également, mais qu'être actif ne me pose pas de problèmes. La semaine a été longue, mais enfin je suis de retour sur ce parking du lycée ! Je l'attends, il se fait désirer mais ce n'en est que meilleur. Il arrive enfin. Nous déjeunons à la maison ensemble, il est vraiment adorable, et terriblement sexy. Après le repas, nous nous allongeons sur le canapé et nos langues expertes se mettent en marche. De baisers en baisers, de caresses en caresses, nous nous retrouvons à poil sur le canapé. Je ne connais pas bien son corps alors je me place au-dessus de lui. Il paraît assez sensible à mes caresses buccales sur ses tétons, son nombril, son ventre, il est un peu enrobé mais a vraiment un joli corps ! Je me sens pris d'une frénésie érotique et je l'embrasse partout. Il gémit et se tord sous mes baisers fiévreux. J'arrive à son entrejambe, je le lèche en commençant par l'intérieur de ses cuisses, ses boules, sa bite, il a vraiment l'air de prendre son pied. Sa peau dégage toujours une douce odeur de gel douche, sa bite est vraiment un bon morceau de plaisir, et il est très sensible au toucher. Je décide de ne pas m'arrêter là et descends un peu vers le bas de ses couilles. Il écarte alors les jambes et me laisse le champ libre pour lui donner du plaisir. Je descends alors petit à petit vers son trou. Il m'excite, il le sait, et il adore ce que je lui fais, visiblement. Je promène ma langue sur son trou et prends plaisir à le voir frissonner. Je ne suis pas un grand actif, j'aime me faire prendre, et je n'ai pas eu beaucoup l'occasion de pénétrer des mecs. Il le sait et ça ne lui pose pas de problèmes. Sa sensualité m'évoque pourtant des images cochonnes, et j'ai bien envie de le satisfaire de ce côté-là, même si je ne le prends pas aujourd'hui. Je lui mets un doigt, son cul est peu serré, preuve qu'il est très excité. Mon majeur rejoint mon index et je titille sa prostate tout en le suçant. Je suis au bord de l'explosion, j'ai envie de le faire jouir, mais je préfère faire durer son plaisir et me rallonge à ses côtés. Il ne me laisse pas me reposer longtemps de mes émotions et s'acharne aussitôt à me faire passer un sale quart d'heure. Il ose me regarder tout en prenant ma bite en bouche. Il est vraiment sexe, voire même salope. Il n'hésite pas lui non plus à lécher tout ce qui lui passe sous la main, adore faire aller et venir dans sa bouche ma bite tendue de plaisir. Il l'enfonce même profondément, ce qui m'étonne et me ravit à la fois. Il a une langue très chaude, qui m'enivre. Il me lèche partout, suce ma bite, descends sur mes couilles, et me bouffe littéralement le cul. Il enfonce sa langue dans mon cul, écarte mes fesses pour mieux s'y enfoncer, et me fais vraiment décoller. Après cette séance très chaude, je lui demande de me donner aussi sa queue, et le lèche à nouveau. S'ensuit alors une véritable compétition entre nous, plus je lui laboure le cul de ma langue, plus il est insistant sur le mien. Cette séance de torture mutuelle dure un bon quart d'heure, et je commence à branler sa queue. Il vient s'allonger à côté de moi et nous jutons ensemble en nous roulant des pelles. Vous l'aurez compris, l'alchimie qui existe entre nous est très sensuelle. Mais pas seulement, il est très câlin avec moi et j'aime beaucoup discuter avec lui. Nous ne nous voyons pas beaucoup, malheureusement, presque tous les week-end, mais ce n'est pas assez, ni pour lui, ni pour moi. La seule chose qui m'ennuie de sa part est sa timidité. Il ne révèle jamais rien de ses sentiments, se contentant de « moi aussi » quand je lui dis que je suis bien avec lui. Nous nous sommes vus comme ça, tout le mois de décembre et janvier. Un jour, par texto, il m'a dit qu'il ne disait pas souvent je t'aime, que quand il le disait c'était très sincère, qu'il attendait le bon moment. Il m'a quand même écrit qu'il m'aimait, mais je restai sur ma faim. J'aime les gens qui parlent de leurs sentiments, je suis comme ça et je voulais en savoir plus sur lui. Il était tellement secret, me parlait de ses amis, sa famille, mais jamais directement de ce qu'il ressentait, de ce qu'il aimait. Un soir, nous passions le week-end chez moi, et au cours d'un de nos nombreux rapports de ce week-end là (cinq en presque un jour et demi !), nous nous caressions mutuellement, l'ambiance était chaude, il me souffla à l'oreille un « je t'aime ». Ce mot, ce souffle, cette intonation restent encore aujourd'hui gravée dans ma mémoire. Je lui fis l'amour de plus belle mais je ne l'avais encore jamais pris. Les attitudes chaudes qu'il prenait quand nous faisions l'amour indiquaient qu'il aimait que je m'occupe de son cul, et je ne me privais pas ! Je me décidai la semaine dernière, lors de notre dernier rapport sexuel. Nous ne nous étions pas vus depuis trois semaines. J'ai eu beaucoup de soucis ce mois, je n'avais pu aller le voir, il m'en voulait un peu, mais sitôt arrivé à la maison il me sautait au cou et me déshabillai. Je ne l'avais jamais vu si démonstratif. Il m'excitait et je lui dis qu'il était chaud. Il me répond qu'il est carrément salope tout en se dandinant sensuellement sur mon sexe. Il me suce lentement ensuite, et passionnément, puis je prends le relais et le caresse de partout. C'est alors que je prends une capote et lui propose de faire encore mieux que d'habitude. Bien entendu, il accepte et je lui mets un, deux, puis comme il est très détendu, un troisième doigt. Il gémit de plaisir et je sens que je peux aller plus loin sans trop de précautions (je ne parle pas de préservatif, nous en utilisions un !). Je m'enfonce ainsi en lui doucement. Il relève alors la tête vers moi, l'oeil brillant, les joues rouges, et me dis que c'est très bon. De mon côté, ce sentiment de domination m'enivre et je m'enfonce en lui avec plaisir. Je me retire et le prends encore, je vais et je viens rapidement, plus lentement, ... Il prend son pied et me dit de le pénétrer encore et encore, ce qui m'excite encore plus. Je ne sais pas ce que c'est que de pénétrer un mec, et je suis très excité ! Il n'en peux plus, relève les jambes, me supplie de le défoncer, ce que je fais avec délectation ! A force de le défoncer, je commence à me sentir très, trop, chaud. Je lui dis et me demande de jouir en lui. Cette requête me rend fou et il en faut de peu pour que je vienne avec délectation dans son antre chaud. Il attrape alors sa queue et se masturbe sensuellement en me regardant dans les yeux. Je suis tout excité de lui avoir fait plaisir, et il a l'air vraiment comblé. Cette séance d'intense baise est suivie d'un moment très câlin entre nous. Nous partageons nos impressions sur cette baise mémorable et je lui dis qu'il est temps qu'il revienne le week-end prochain. J'ai hâte de passer à nouveau des moments avec lui. Au fur et à mesure de nos rencontres, en trois mois, je suis vraiment tombé amoureux de ce mec, si différent de moi. Nous avons de jolies discussions sur la vie et son sens, nous nous entendons merveilleusement au lit, et j'aime vraiment être avec lui. Je le raccompagne même sur le quai du R.E.R. à Saint-michel et regarde partir le train, ce qui sur un quai de R.E.R. est franchement ridicule. Je me dis que ce serait sympathique qu'il vienne plus longtemps à la maison, je me dis qu'il faut que je le présente à mes meilleurs amis, que je n'ai pas à avoir honte d'aimer un garçon, même jeune, je suis plutôt serein, je rajeunis ! Je suis vraiment content qu'il revienne passer deux jours chez moi le week-end prochain ! Je suis excité de cette complicité amoureuse, sexuelle, je me dis que c'est vraiment une belle histoire qui est née entre nous, un coup de bol du destin. Je ne sais pas encore malheureusement qu'il ne répondra presque plus à mes messages, de moins en moins, jusqu'à m'annoncer dans la semaine, par SMS, qu'il me quitte, parce que c'est mieux pour lui, qu'il cherche une relation fusionnelle, que nous ne nous voyions pas assez, je suis désemparé. Je lui réponds calmement, d'habitude nous en étions à une dizaine de SMS par jour, il ne répondra qu'une fois, pour me dire qu'il me respecte, qu'il me propose de rester en contact. J'ai essayé de le contacter, je me suis rendu malade, il ne m'a plus jamais répondu. J'ai parié avec moi-même qu'il changerait d'avis et qu'il viendrait à Paris le week-end, mais non. Et ce soir il devait être là, je me sens seul, j'ai tout effacé de lui pour ne pas être tenté de le rappeler : numéros, SMS, adresse email. Je ne comprends rien, tout est si soudain. Je ne pensais pas nager en plein bonheur avec lui quand je l'ai rencontré, je ne pensais pas que de cette complicité intense entre nous pourrait naître une si grande trahison. J'aime savoir ce que les autres pensent, ils sont plus prévisibles, mais il restera un mystère pour moi, un mystère très douloureux.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.