827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Frère de sperme
Le soleil frappe fort bien que le printemps ne fasse que commencer. Nous travaillons toi et moi au pied de l'olivier à charrier des brouettes de terre. Tu es en short, torse nu, les pectoraux saillants, la bite bien moulée par la toile du jean. J'ai mis mon vieux jeans fendu sur le haut de la cuisse droite à travers lequel on aperçoit ma cuisse. Fatigués par l'effort, nous nous arrêtons quelques minutes et commençons à nous embrasser comme si nous ne nous étions pas vus depuis des mois. Nos langues se cherchent, s'enroulent l'une autour de l'autre, nos salives chaudes se mêlent avec une grande délectation. Je sens ta bite qui se durcit contre la mienne qui n'est pas en reste. Quelle sensation merveilleuse que ces bites qui se cherchent à travers les obstacles des braguettes. Nos caresses réciproques se font de plus en plus intimes. Je parcours ton torse et ton dos de mes mains fébriles pendant que tu cherches à enlever mon T-shirt et que tu y réussis découvrant mon torse. Je palpe ton sexe à travers le short et j'arrive à le caresser par l'ouverture de la cuisse. Il est tellement raide et emprisonné dans la toile que je n'ai qu'une envie : le délivrer. Pendant ce temps, ton regard s'attarde sur mes seins durcis par l' excitation et dont les poils sont trempés par la sueur. Tu les caresses avec douceur, tu frottes ta tête sur mon torse puis tu lèches les tétons avec avidité.
N'arrivant à attraper qu'un petit bout de ton gland, je m'exaspère, et,
sans seulement regarder si des témoins peuvent nous voir, je commence à dégrafer la fermeture de ta braguette en prenant soin de ne pas blesser le joli monstre qui surgit. Quel moment intense, quelle sensualité dans ces gestes, quel désir immense lorsque je vois ta bite si belle, si grosse, si dure entourée de ses poils de pubis, le gland gonflé de désir. Je te branle lentement, profitant de cette sensation si douce au toucher. J'agrémente mon plaisir en te caressant les couilles, en les pétrissant. Je caresse tes fesses douces et rebondies, passant mes doigts dans le sillon qu'elles forment. Je bande comme un éléphant et tu commences également à me caresser à travers le jeans. Puis, n'y tenant plus, tu viens insérer ta bite à travers la fente de mon jeans. C'est délicieux : je la sens toute vibrante et chaude contre mon slip blanc presque transparent, au travers duquel tu peux sentir ma bite. Fou de désir, tu déboutonnes mon jeans. Tu me regardes quelques instants, encore vêtu de ce slip blanc et toi, nu comme un ver, tu insères ta bite sous la petite jambe du slip. Alors là c'est une explosion de plaisir : nos deux instruments se côtoient, s'entremêlent, se frottent et accentuent notre désir de l'un pour l'autre.
Photo qui inspira Idefix.
Je suis prêt à tout tellement tu m'excites. Je m'agenouille et commence une fellation d'enfer. J'engouffre ta superbe bite dans ma bouche, je lui donne des coups de langue, je pétris tes couilles tout en te caressant les cuisses de l'autre main. Je m'arrête pour respirer et te regarder dans l'absolue beauté de ta nudité : ton torse puissant, ton ventre musclé orné du nombril,
tes poils qui virilisent l'ensemble, ton sexe dressé vers le ciel, dur comme de l'acier, vibrant à chaque mouvement de ton corps, palpitant par saccades pour réclamer à nouveau ma bouche. Mais je ruse et ne le prends pas dans la bouche : je pose ma tête sur ton pubis et je la frotte, je passe tout mon visage sur ta bite et la fait tressauter chaque fois que mon nez passe dessus. Je te dis "tu sais quelle heure il est ? Devine !" Et alors, je prends ta bite, je la bascule vers l'avant, je la relâche, et à chaque battement que cela provoque, je compte "un, deux trois..." J'arrive à onze ! Je te dis "maintenant on va compter les minutes !" Tu refuses, car tu es trop excité...
C'est à ton tour de me faire plaisir. D'abord, tu enlèves mon slip, tu me demandes de me coucher dans l'herbe, au pied du pin, et peau contre peau,
au soleil, nous nous frottons de plaisir. Tu poses ta tête sur mon pubis et tu le parcoures de ton visage avec beaucoup de tendresse et de force en même temps. Ma bite est aussi très dure et très heureuse qu'on s'occupe d'elle d'une façon aussi érotique. Tu sens combien je suis gonflé de désir, alors tu commences à me masturber avec amour, d'abord lentement, puis plus rapidement. Tu prends ma bite dans ta bouche et tu me suces divinement. J'arrive à ne pas éjaculer trop vite pour faire durer le plaisir puis je te préviens "ça vient". Alors je lâche une grande giclée de sperme qui éclabousse ton torse et ton cou. Je t'embrasse avec fougue pour te remercier et je tartine mon sperme sur ton corps dans un geste spontané de fraternité. Je veux te dire ainsi " tu es mon frère de sperme". Quelle plus belle preuve d'amour que celle-là ?
Alors, n'y tenant plus, tu enduis ta bite de salive, et tu commences à me pénétrer lentement, évitant de me faire mal. Tu sens que je n'ai presque plus de réticences, que j'arrive à ressentir du plaisir, parce que c'est TOI qui es en moi. Ta bite s'active de plus en plus, je vois ton corps tendu,
tes yeux pleins de douceur qui me regardent, et soudain, c'est l'explosion de l'orgasme qui te saisit dans un bonheur partagé total. Oui, nous sommes amants à 100% et frères de sperme, c'est encore plus beau, plus mâle, que frères de sang

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.