827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Ma double découverte à la piscine municipale.
Une journée d'été banale. Avec quelques amis, direction à la piscine municipale la plus proche pour se rafraichir. Je n'ai jamais vraiment aimé la piscine, je suis maigre, presque pas poilu, je fais « minet » par rapport à mes collègues plus poilus et costauds que moi. Donc une journée qui ne s'annonce pas forcement exceptionnelle !
Pourtant en me dirigeant vers les toilettes, je ne me doute pas qu'il va se passer quelque chose qui va me marquer à vie !
Mon maillot de bain légèrement baissé (ce qui devait laisser entrevoir le haut de mes fesses), je commence mon affaire devant l'urinoir. Alors que je suis en train de pisser, un mec se positionne à côté de moi, baisse (énormément) son maillot et fait semblant d'uriner. Il a une bonne quarantaine d'années, un petit ventre, brun et plutôt poilu. Il commence à me matter, me regarder de haut en bas. Gêné, j'essaie de me cacher, mais difficile de le faire quand on est en train de pisser ! Il fixe son regard sur mon sexe en souriant. Il me dit « joli » et me suggère de regarder également le sien. Je suis rouge écarlate ! J'ai toujours essayé de regarder discrètement les sexes de mes compagnons de vestiaires, en ayant toujours eu peur de me faire remarquer. Mais là, j'ai l'occasion de le faire sans avoir honte ! Je regarde rapidement, mais trop timide, je finis d'uriner, remballe vite et essaie de partir. Il a vite fait de remballer lui aussi, d'accrocher mon bras, de me pousser dans une cabine de toilettes ouverte et de refermer derrière lui. Surpris, je ne sais pas quoi faire, j'hésite à crier ne sachant pas trop ce qui va se passer... Alors que je commence à ouvrir la bouche pour appeler à l'aide, je repense à toutes les fois où je me suis masturbé en pensant être dans une telle situation avec certains de mes compagnons de classe : se caresser, se toucher, se branler mutuellement dans les vestiaires, j'en ai eu tellement envie ! Ce moment d'hésitation fit comprendre à mon « ami », que je ne crierai pas. Il sourit, mis une main sur mon épaule et força à m'assoir sur la cuvette des toilettes. Cette situation, l'odeur des toilettes, me sentir dirigé fit naître une excitation insoupçonnée chez moi, aimerais-je être soumis ? Je n'ai pas vraiment eu le temps d'y réfléchir. Il prend mes cheveux et colle mon visage sur son maillot de bain. Il me donne son 1er ordre « sens » en me tenant fermement. Je commence à glisser mon nez sur son maillot de bain. Cela me rappelle ma propre odeur d'excitation, il devait réfléchir à ce moment depuis quelques temps. Sentant que je suis plutôt docile, il relâche un peu son étreinte et me dit « lèche ». Je m'exécute et commence à lécher son sexe à travers le tissu. Je me sens maladroit, mais mon « maître » semble apprécié, il commence à gémir et je sens quelques mouvements de durcissement sous ma langue. De mon côté, mon maillot commence à être tendu aussi, je suis bien excité. Dans mon élan, je commence à utiliser mes mains pour caresser son torse et ses mains. Son sexe continue de durcir, je suis fier de moi, le voir exciter m'excite ! Je reste concentré et continue mon travail. Il est facile de deviner la forme de son sexe maintenant, il bande dur et son maillot moule sa bite. Je recule et regarde mon oeuvre, j'observe ce sexe, il a une forme bizarre : beaucoup plus petit que le mien, il a l'air très large, épais... Je lève ensuite les yeux pour voir s'il est satisfait. Il a la bouche ouverte et un regard vicieux, je suis à fois satisfait et inquiet de ce regard... Il déplace lentement son maillot de bain, pour faire sortir ses couilles. Ses deux grosses couilles poilues pendent en sortant de son maillot. D'un geste rapide, il rapproche mon visage de son entrejambe. Je comprends vite ce qu'il faut faire, je sors ma langue et, avec, je commence à caresser ses bourses : le contact est bizarre, il a beaucoup de poils, ce n'est pas très agréable... Mais lui a l'air d'apprécier, son sexe est toujours tendu, le haut de son maillot semble légèrement mouillé il doit être bien excité. Il m'ordonna d'enlever son maillot. Je l'enlève et le jette dans un coin des toilettes. Il me dit « pas bien, ça... Un gage ». Je ne comprends pas tout de suite. Il se tourne en direction du maillot, je le vois de dos, il se baisse ramasse son maillot et me dis « allez, au travail ». En le voyant de dos en face de moi, les jambes légèrement écartées, penché en avant, je pense qu'il veut que je le sodomise, j'essaie d'enlever mon maillot, mais me voyant faire, il rigole et dit « utilise ta langue et tout de suite ». Je connaissais la pipe, le cunni mais ça je ne connaissais pas... Je m'approche, ouvre légèrement ses fesses avec mes mains. J'aperçois son anus, poilu... J'approche ma langue et commence à lécher autour de son trou, l'odeur est forte, la sensation désagréable. Mais je ne peux pas décevoir cet homme, je ferme les yeux, évite de respirer et enfonce ma langue dans son trou... Ne sachant pas trop quoi faire, je tourne légèrement ma langue comme si j'embrassais son anus... Satisfais de mon travail, il se retourne, enlève violemment mon maillot, serre durement mon sexe et me branle un peu... Il arrête rapidement, se replace droit en face de moi. Je suis toujours assis. Il prend son sexe en main, le décalotte. Son gland apparait, gros, dur et surtout juteux. Il glisse son gland sur mes lèvres puis me demande de les lécher. Je passe ma langue sur mes lèvres, ce goût je le connais, j'ai souvent gouté ma « mouille masculine » que j'adore. Je savoure cet instant et un gémissant incontrôlé sort de ma bouche. Il m'ordonne maintenant d'ouvrir grand ma bouche. A peine ouverte, elle est déjà remplie par son membre. Mon nez est collé à ses poils pubiens. Je sens son gland au fond de ma bouche. Si sa bite faisait un centimètre de plus, je crois que je vomirais tout de suite. Il place ensuite ses mains autour de ma tête. Je lève les yeux, la bouche pleine et regarde le visage de cet homme que je ne connaissais pas il y a 15 minutes et que je suis en train de sucer. Mon regard soumis semble l'excité. Il tient ma tête fermement et commence à me baiser la bouche. Il entame de grands allers-retours violents et rapides, ce qui a pour effet de créer des bruits bizarres dans ma propre bouche. Ne savant pas trop quoi faire, je continue de le regarder me baiser la bouche, en la gardant bien grande ouverte. Au bout de quelques minutes de viol oral, il m'ordonne de me lever et me tourner. Après être le 1er homme que je suce, je devine qu'il sera l'homme qui prendra ma virginité anale. Inquiet, j'écarte au maximum mes jambes, me penche au maximum, agrippe le tuyau des chiottes remontant le long du mur et attend mon heure en me mordant les lèvres. Mais il prend son temps. Il apprécie la vue, «hmmm, joli cul imberbe », « je vais te limer le trou, salope ». Il frotte son gland contre mes fesses, puis les écarte doucement. Mes jambes tremblent, j'attends, inquiet, de me faire déchirer. Il se baisse ramasse mon maillot et me le fourre dans la bouche. Ca doit être pour que je ne crie pas. Il crache sur mon anus plusieurs fois. Idem sur son sexe, réparti la salive le long de sa bite avec sa main. Puis enfonce son gland. Je mords mon maillot et serre le tuyau entre mes mains. Une douleur vive m'a électrisé. Il pose sa main gauche sur mon épaule, tiens sa bite de son autre main et enfonce progressivement son sexe. Mon râle est étouffé par le maillot dans ma bouche. J'ai mal ! Mais ma bite est toujours tendu entre mes jambes, j'aime ça ! Il m'attrape maintenant aux hanches et me baise, il essaie à chaque coup d'aller plus loin, mais mon petit trou ne peut pas accepter toute sa bite. Chacun de ses coups fait rebondir mon sexe tendu contre mon ventre. Je n'ai jamais été autant excité ! Heureusement, lui aussi est très excité, mon supplice anal ne dure pas trop, il se retire brusquement, me fait rassoir et enlève le maillot de ma bouche. « Branle ! Fiotte » Je prends son sexe souillé de ma propre merde en main et le branle. Il tient ma tête légèrement tournée en face de son sexe. En quelques secondes, sa semence arrive, en plusieurs grosses giclées, il arrose mon cou et la moitié de mon visage. Il essuie le restant de sperme qu'il a sur le gland sur mes deux tétons (cette chaleur sur mes tétons, hmm !), utilise mon maillot pour nettoyer son membre, se rhabille et s'en va sans un mot. Je referme la porte, je suis assis sans voix. J'essaie de me remettre. Je suis fébrile, haletant, mon sexe est toujours droit comme un « i ». Je le prends en main, me branle. Je sens cette odeur de sperme sur moi qui m'excite, je lèche du bout de ma langue un peu de sperme se trouvant au coin de ma lèvre. Je jouis rapidement, en pensant à mon dépuceleur et en ayant son gout dans la bouche. Ce fut une de mes plus grosses et longues éjaculations.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.