827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

voyage scolaire
'Je devais avoir dans les 18 ans. C'était à l'occasion d'un sejour scolaire en Italie. On dormait avec 1 pote chez une famille Italienne. Bref le premier soir arrive, on parle de sexe, de la taille de nos bites. Lors de mes précédents jeux sexuels avec des potes j'avais toujours eu la plus grosse, mais la j'aurai pas pu imaginer ce qu'il m'attendait. On était dans des lits superposés, moi 2 places lui une seule; je lui propose de descendre prétextant vouloir être plus discret vis à vis de la famille qui dormait à coté. A force de parler de sexe je lui demande s'il bande, il me dit oui et comment à se masturber sous la couverture tout doucement, j'en fais de même, moi qui suit carrement exité depuis le début de la conversation. Puis sans prévenir je saisis son sexe sous la couverture et entreprend de le branler. Là j'ai saisi un monstre ! Sa bite me paraissait énorme, je ne saurai dire sa taille mais j'étais impressionné et encore plus excité. Lui après un petit air surpris me laissa faire et apprécia instantanément. Il me demanda si j'étais gay, je repondis prudent que j'amais me faire du bien. Je le branla pendant 5 bonnes minutes avant qu'il entrepris de faire de même. Et nous restames un bon moment à échanger ses innocentes carresses. Je sentais cette frénésie bien particulière lorsque je joua is à ces jeux montait en moi bien plus forte que dans le passé, je me colla à lui et lui dit à ma grande surprise d'un ton déterminé "suce moi". Il me dit "je sais pas". Je lui ordonna "suce moi" et il descendit entre les jambes. Il me suçai maladroitement mais pris vite le coup de main. Je me sentai chaud comme jamais. Je pris sa tête de mes mains pour lui faire comprendre qu'il devai l'engloutir toute entière et il s'exécuta. Après ça pour le féliciter, je le fis remonter, l'embrassa et le mis sur le dos. Je parcouru son torse de ma langue jusqu'a ses couilles. Il était temps de lui montrer que j'avais une longueur d'avance sur lui. Je lui lachai ses belles grosses couilles avec voracité. Je le voyais aux anges et en même temps intimidé. Je lui goba une à une puis les deux, et m'attaqua à son monstre. Je remontai le long de sa verge avec ma langue et fini par aspirer son gland bien gonflé. Puis je le suça jusqu'au il m était possible de descendre. J'a imais je n'aurai pu l'engloutir toute entière. Je me mis en position du 69 et nous nous fit une pipe mutuelle pendant près de 20min. Ayant perdu toute sa pudeur il me demanda s'il pouvai me sodomiser, et la je me dis en moi même "ah non ça va pas être possible" une première avec une bite si grosse je crois que ça m'aurai traumatiser. je finis par lui dire. Il ria et me dit que moi je pouvai toujours lui faire, enfin essayer. il se mit sur le ventre, je lui écarta les fesses et glissa ma langue sur son trou. ça aussi ce fut une première, j'avais vu ça dans des films mais m'en serrai pas cru capable. Ce soir là j'étais une chienne je me sentai déchainé. Il apprécait beaucoup ces coups de langues et gémissait ce qui me fit entrer ma langue en lui. Je le lapais. Puis quand je le senti détendu je suça mon doigt je lui enfonça dans son trou. Il rentra sans difficulté et j'en rajouta un deuxième bien vite. Je faisait des va et viens et le voyais étrangement r éceptif pour une première fois en tout. Au bout de quelque minutes il me dit "vas y". et j'entrepris de le prendre. Mon gland rentra en lui, il se crispa avec un cri de plaisir et de douleur, mon sexe ne pouvai entrer plus loin. Je me retirai et alla cherché dans mon sac de la crème hydratante (quand on est jeune on est près à tout). Je lui en mis sur son anus et repris de le doigter avec ce lubrifiant improviser. Je m'en mis généreusement sur la bite et effectua une nouvelle tentative. Mon sexe rentra en lui de tout son long. Je senti une sentation hallucinante que jamais une branlette ou une pipe ne pourrai égaler. Et me mis à faire des va et vien dans mon état de transe. Visiblement il me ressentai pa la douleur de la première sodomie car il gémissai et se cambrai. Il me dit "va y encule moi" d'un ton supliant. Je cru mourir d'exitation. Je lui lima le cul jusqu'a ce que j'en puisse plus et éjacula en lui sans pouvoir retenir un cri d'extase. Quand il senti le sperme en lui il serra les fesses ce qui accentua mon éjaculation. Sans sorti de lui je nous mi sur le coté et le branla jusqu'a ce qu'il jouisse à son tour. On s'essuya ensuite comme on pu avec nos t-shirt. On resta un moment béa sans bouger ni parler. Avant qu'il retourne dans son lit, épaté de son laisser aller, j'ai remballé ma peur de son monstre (un bon gentil monstre je dois dire), je lui dit " demain si tu veu, on trouve un vrai lubrifiant, et c'est toi qui m'encule". Les deux nuits suivantes furent toute aussi torride, si bien qu'aujourd'hui je ne me souviens plus du reste du voyage.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.