827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Un soir en Corse
Je suis gendarme mobile. L'histoire que je me décide à vous raconter est bien réelle. Elle se passe en 1980 en Corse. J'ai 20 ans ; je suis brun ; j'ai les yeux marrons ; je suis assez poilu ; je mesure 1m71 et je ne suis pas trop mal foutu que ce soit au niveau corps mais aussi au niveau sexe. Je n'ai pas eu beaucoup d'expériences avec des filles et jamais avec des mecs. C'est ce qui va m'arriver. Je suis donc en déplacement en Corse à Ajaccio. Je suis très pote avec Jean-Marc, un gars de mon escadron. Il est brun comme moi mais est bien plus grand : 1m78. Il est plutôt athlétique et assez baraqué. Il a un côté un peu « rital ». C'est un super pote ; on se dit tout sur tout. Par contre, on n'est jamais venu à parler de ce que l'on fait avec nos nanas. L 'occasion va se présenter avec un repas au restaurant pour fêter un galon. Nous sommes tous les deux. On rit bien. On mange et on boit un peu. Nous sommes un peu chauds. Je demande à Jean-Marc s'il a déjà sodomisé sa copine. Ca m'a toujours intrigué. Je n'ai jamais essayé et je ne sais pas l'impression que ça fait. Il me répond que oui, que c'est même elle qui le demande. Il m'explique que sur la bite ça ne fait pas la même chose. C'est plus serré donc plus excitant. Il me dit aussi qu'il aime bien voir sa queue s'enfoncer comme ça dans le cul de sa partenaire. Il continue en me demandant si je ne me suis jamais mis un doigt. Sa copine lui fait régulièrement et il dit aimer beaucoup ça. Moi, je n'y ai jamais pensé. Par contre, je lui explique que j'adore me faire sucer et gicler au fond de sa bouche (. On est tous les deux un poil excité. Il continue en revenant sur la sodomie ou plus exactement sur le fait qu'il adore se faire lécher le cul par sa nana. La soirée continue avec cette conversation. Nous parlons à voix basse pour ne pas attirer l'attention. Nous rions bien. Nous continuons à boire aussi. On n'est pas bourré, loin de là mais quand même chauds. Nous partons nous promener d'abord en ville puis à la plage. Il est minuit ; on est en été. Je propose à Jean-Marc un petit bain. Je me déshabille et il fait de même. Je ne sais pas si c'est la conversation de la soirée ou le vin (ou les deux) mais je me surprends à mater mon pote de haut en bas. Je m'aperçois qu'il fait de même. On ne se sent pas gênés du tout. C'est bizarre. Je lui fait remarquer qu'il a une belle queue et un super cul, qu'on ferait mieux d'aller dans l'eau car on bande tous les deux et que si quelqu'un se pointe on aura l'air un peu louche. On éclate de rire et nous voilà partis à l'eau. On s'amuse bien pendant plusieurs minutes. Il arrive que nous soyons vraiment l'un contre l'autre et nous sentons nos queues, toujours raides. Je m'aperçois que ça m'excite énormément de sentir sa queue contre mon cul. Je fais exprès de toucher son cul ou sa poitrine. Visiblement, je dois lui faire la même impression car il va souvent passer ses mains sous mes couilles qu'il n'hésite pas à tâter. Nous sortons de l'eau et allons nous asseoir sur des pierres au fond de la plage. Là, Jean-Marc me surprend. Je lui dit que j'ai un peu froid, alors il se met à me masser vigoureusement le dos ; mais très vite, sa main vient enserrer ma queue encore raide (comme la sienne d'ailleurs). Je le laisse faire ; il promène ses doigts dessus, passe un doigt sur les couilles, remonte et décalotte le gland. Je commence à être très excité. Il poursuit en faisant des allers et retours sur ma queue et en s'attardant sur le bout du gland. Dans le même temps, je sens son autre main qui vient caresser tranquillement mon cul à l'entrée. C'est trop. Il faut que je l'arrête sinon je vais jouir. Il me regarde. Je fais de même. Nous nous comprenons. J'ai aussi très envie de lui. Sans parler, toujours sur les rochers en cette merveilleuse nuit, je lui lèche les tétons ; il gémit. Ma main attaque très vite son cul. Il est magnifique, bien bronzé, légèrement rebondi et bien ferme avec des poils, un vrai cul de mec quoi. Il m'allonge sur le dos et vient se placer sur moi à l'envers, en 69. Je me retrouve justement avec ce cul au-dessus de mon visage. Je peux commencer à lui lécher comme il faut sa petite rosette. Lui, n'est pas en reste. Il prends dans sa bouche ma queue. Il l'enfourne bien et tourne sa langue sur mon gland. C'est extra. C'est même difficile à raconter. Il va aussi englober mes couilles tout en me mettant un doigt qui, à ma grande surprise rentre bien dans mon cul sans me faire mal. Il s'y prend super bien. On est là tous les deux et on commence vraiment à gémir pas mal. Il s'active maintenant comme un fou sur ma queue. Moi je le suce aussi. Sa bite est bien grosse ; elle sent bon le mec. Il ondule ce qui fait qu'elle va au fond de ma gorge régulièrement. Je sens qu'elle commence à se durcir ; il ne va pas tarder à jouir. Moi, je n'en peux plus. Il me suce à fond et m'enfonce comme un damné deux doigts dans mon cul. Je laisse échapper un cri alors que monte en moi le bonheur. Je gicle comme un malade dans sa bouche tandis qu'il continue à m'astiquer la bite et le cul. Il avale tout ; c'est l'extase totale. Comme je l'ai dit, j'ai bien senti sa bite se durcir ; il m'envoie son foutre sur le visage. J'ai l'impression qu'il n'arrête pas de se déverser. Il râle comme tout bon mâle qui se respecte.
On tombe épuisé mais pas pour longtemps. Au bout de deux minutes à peine, voilà mon Laurent qui se lève. Il m'attrape, me roule une gamelle d'enfer avec la langue et me retourne. Il me fait mettre à quatre pattes et vient se placer derrière moi. C'est marrant mais je ne dis rien ; je n'essaie même pas de l'en empêcher ou de lui dire ne fais pas ça ; au contraire, ça m'excite terriblement. Il recommence à entrer ses deux doigts dans mon cul. Puis il me lèche bien mon entrée comme pour la préparer. Il crache même dessus. Je l'entends qui, tout doucement me dit « t'aime ça hein ! ma salope ». C'est incroyable ce que ça a pu m'exciter. Je me suis vu lui dire « vas-y, défonce moi le cul, bourre moi ». Il ne s'est pas fait prier. Je sens sa bite contre mon cul. Il pousse mais c'est un peu plus difficile qu'avec ses doigts. J'ai une petite douleur. Il me maintient avec ses mains le cul. Moi, je lui caresse les couilles pour l'aider à entrer. Il continue à s'enfoncer un peu puis tourne son doigt juste au dessus de mon orifice. Il crache à plusieurs reprises sur sa queue qu'il a ressorti un peu pour l'humidifier. Hum ! ! sentir son jus sur moi. Quel pied. Il se remet à me pénétrer et là, il y arrive mieux. Sa queue commence à être bien en moi et maintenant ça ne me fait presque plus mal. Je décide de l'aider en poussant en arrière ce qui le fait entrer encore plus. Il commence à faire tout doucement des va et vient. Puis il accélère et en même temps s'enfonce encore plus. Je sens même parfois ses couilles qui viennent toucher les miennes. Il continue à me dire des petits mots comme avant de me prendre. Il me dit « tu vois ! tu te prends quand même 19 cm dans le cul ». J'en crois pas mes oreilles. C'est vrai que sa queue est très grosse mais je ne pensais pas cette taille. Il me burine de plus en plus vite et de plus en plus fort. Je ne gémis plus mais maintenant je crie dans ma chemise pour étouffer le bruit. Lui est déchaîné. Il me tient fermement par les fesses. Il accélère maintenant énormément ; je sens qu'il ne va pas tarder à jouir et j'ai raison ; Il enfonce d'un coup violent au fond de mon cul sa queue ; il se déverse à nouveau tout en ralant de bonheur. Il sort de moi et me retourne ; à nouveau, nous nous embrassons. Il se met debout sur moi. Il sort de son sac un tube. C'est de la vaseline. Il me dira plus tard qu'il en a toujours avec lui au cas où.... Il m'enduit la queue, s'en met un peu sur son trou puis vient se mettre sur moi. Il descend sur ma queue bandée. Là stupeur ; j e rentre hyper facilement aidé par la vaseline mais aussi par le fait qu'il n'en est pas à se première expérience homo (je le saurais par la suite). Je me mets à le limer ; lui monte et descend, je n'ai presque rien à faire. Très vite, il gémit et règle la longueur de la queue dans son cul pour ne pas avoir mal. Moi, je deviens comme un fou et je jouis dans lui ou presque puisqu'il se retire quand je gicle pour en prendre sur le visage et s'en badigeonner. Je n'en peux plus et lui non plus. Il me racontera par la suite qu'il n'a pas hésité suite à notre conversation au restaurant ; il a vu que nous étions sur la même longueur d'ondes et que j'étais ouvert. Nous avons baisé encore une ou deux fois et nous sommes « rentrés » dans le rang. Il est aujourd'hui marié et moi aussi......comme quoi ! ! ! ! !

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.