827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

PARTOUZE À QUATRE
Bonjour, je m'appelle Laurent, j'ai 24 ans. Depuis que je suis à Paris, je vis mon homosexualité librement sans avoir à cacher mes désirs ni mon attirance exclusive pour les hommes. Ce qui n'était pas du tout le cas lorsque j'étais encore à Gap, préfecture des Hautes Alpes où je vivais chez mes parents, commerçants connus de cette ville. J'ai connu ma première expérience à 18 ans, juste après avoir réussi mon bac. Une aventure assez chaste avec Loïc, un garçon de mon âge, sur une plage bretonne où j'étais en vacances. Nous étions très hésitants, timides et mal à l'aise, tous les deux. Il n'y a pas eu de pénétration, juste des caresses et des attouchements à l'abri des rochers. Un mois plus tard, je sodomisais pour la première fois, un homme marié et contacté par Minitel. Il ne me plaisait pas vraiment, la quarantaine, petit, trapu avec un peu de ventre. Je suis allé jusqu'à Briançon pour le rencontrer, décidé à vivre mes fantasmes jusqu'au bout. Je l'ai sucé, il m'a sucé et je l'ai enculé. Mon premier cul d'homme. Tout cela s'est passé en moins d'une demi-heure. Par la suite, j'ai rencontré d'autres partenaires. Et comme Gap n'a jamais été l'un des hauts lieux de la drague homosexuelle, il me fallait souvent faire plusieurs dizaines de kilomètres en voiture pour trouver chaussure à mon pied. Puis, il y a eu la fac à Grenoble, ce qui m'a permis de multiplier les expériences tout en continuant de poursuivre brillamment mes études. Au fil de ses rencontres, mes désirs se sont précisés. Je préférais me montrer passif même si je ne dédaignais pas, de temps en temps, baiser un joli petit cul et me faire tailler une bonne pipe. A 22 ans, je suis "monté à Paris", comme on dit chez nous, pour suivre les cours de L'I.N.A.L.C.O (Institut national des langues et des civilisations orientales). À Paris et sans doute parce que j'y étais complètement anonyme, je n'ai plus cherché à cacher mon attirance pour les hommes. Je me suis mis à draguer dans les bars et les boîtes gays, les saunas... Mon accent gavot amusait mais mon corps plaisait bien. Je mesure 1, 78 mètres pour 70 kilos, je suis chatain clair, les yeux noirs, pratiquement imberbe sur tout le corps avec de jolies fesses et une queue de 18 sur 5. Côté look, je suis resté jean, tee-shirt, tennis mais j'adore porter des petits strings qui mettent bien en valeur mon petit cul ou des slips qui laissent carrément mes fesses à l'air par-derrière et qui moulent mon paquet par-devant. À l'institut, je me suis fait un copain : Xavier. Il est homo mais exclusivement passif, lui. C'est un gars très mignon, brun avec une belle petite gueule. Il est un peu complexé par sa queue qui ne mesure que 15 centimètres mais il possède un cul sublime avec des petites fesses fermes et rondes. Ils nous arrivent de bosser certains cours ensemble et de finir la soirée, à poil devant un bon film porno sur son magnétoscope. Ensuite, on s'amuse avec des godes. Ce qui m'a toujours plu chez Xavier, c'est son côté cérébral, dans la baise. Il adore les préliminaires et faire monter lentement l'excitation avant de se faire jouir. On expérimente aussi de nouvelles façons de se branler, je lui rase le cul, on s'offre de bonnes pipes agrémentées de crème chantilly ou de confiture... Un soir, on s'est fait une sortie en boîte avec tous les deux, trois boules de Geisha plantées entre les fesses. C'était génial de marcher avec, de danser. Génial aussi pour les deux mecs qui ont eu, un peu plus tard, le plaisir de nous baisser nos frocs et de découvrir la petite ficelle qui sortaient de nos culs. Pendant le mois de mai, j'ai profité du grand pont de l'ascension pour redescendre un peu chez moi, à Gap. Je suis remonté à Paris, le dimanche. Le soir même, Xav me téléphonait pour m'inviter à une soirée à quatre chez lui : -" J'ai déniché un super black dans une boîte antillaise. Il sera là. 21 centimètres avec une bite épaisse et infatigable. Un sacré baiseur, crois-moi. L'autre, c'est un mécano d'une trentaine d'années. Pas trop mal, non plus, on devrait se régaler ". J'étais fatigué par mon voyage mais à Gap, j'étais resté totalement chaste. J'ai pris une douche, j'ai passé un string, un fut en cuir et un débardeur avant de partir le rejoindre. Quand j'ai débarqué chez lui, j'ai tout de suite flashé sur ce bel étalon noir qui était déjà là, assis sur la petite banquette de son appart, en train de boire un verre. Un athlète longiligne avec des muscles fins, déliés et un beau visage. Xav m'embrasse sur la bouche avant de me présenter à son copain. Il s'appelle Jocelyn, il est serveur dans un restaurant du quartier Latin. Je ne peux pas m'empêcher de lorgner déjà la belle bosse qui gonfle sa braguette. Le mécano arrive dix minutes plus tard. Très viril lui aussi, brun avec une petite moustache fine et une boucle en or à l'oreille. Il est vêtu tout en jean avec un débardeur blanc. Il s'appelle Max et quand il retire sa veste, il nous dévoile des bras puissants, musclés, poilus et ornés de plusieurs tatouages. On boit un verre tous les quatre et Xav nous annonce qu'il aimerait bien chauffer l'ambiance par un petit strip-poker. On se retrouve tous les quatre autour d'une table. Je ne connais rien aux règles du poker. Xav m'explique rapidement les histoires de couleurs, brelans, paires, quintes... Il distribue des pions qui serviront à miser. Dès qu'un joueur n'a plus de pions, il doit retirer un de ses vêtements pour pouvoir continuer à jouer. Je lui demande qu'est-ce qu'on doit faire, une fois qu'on est à poil et Xav me répond : -"C'est le moment le plus excitant de la partie. On continue avec des gages." Je ne me fais aucune illusion sur le genre de gages que devras subir le perdant... La partie commence. Jocelyn est le premier à perdre tous pions et il doit retirer son tee-shirt. Je me mets à bander comme un fou en découvrant le torse puissant et musclé de ce mâle. Les pecs sont hyper développés, les abdominaux saillants et bien dessinés, sa peau lisse et imberbe, noire comme l'ébène avec de gros tétons érigés au milieu de mamelons assez large. Vraiment beau mec ! J'ai hâte de voir le reste, la bite de 21 centimètres et sa paire de couilles. Son cul aussi doit être pas mal. La partie est plus ou moins équilibrée. Nous finissons par nous retrouver torse nu, tous les quatre. Max est également tatoué d'un scorpion sur l'un de ses pectoraux. Sa peau est claire mais son torse et son ventre très poilu. Il est plutôt baraqué lui aussi mais dans un style beaucoup plus "salle de muscu". Ensuite, je n'arrêterai plus de perdre. Je suis le premier à poil avec évidemment, la queue raide comme un piquet. Les trois autres se concertent et j'entends Xav qui m'annonce mon premier gage : -"Tu vas nous lécher le trou du cul à tous les trois. Mais pour pimenter le jeu, on va t'attacher les mains dans le dos. Tu ne devras te servir que de ta langue." Il lie mes poignets avec un foulard et tous les trois vont se placer sur le canapé. Ils me tournent le dos et descendent juste leur froc à mi-cuisses avant de se mettre à genoux et côte à côte sur le canapé, m'offrant la vision de trois culs bien différents. Celui de Xav, je le connais : petit, rond, bien pommé. Celui de Max est recouvert de poils avec une touffe noire et plus abondante dans la raie des fesses, des fesses maigres et osseuses. Celui de Jocelyn est superbe : noir, imberbe, charnu et musclé. Je vois en même temps pendre trois paires de couilles. Les plus grosses sont celle de Max, des burnes lourdes et fripées. Je m'approche, à genoux, les mains ligotées dans mon dos et Xav me lance : -"Commence par le mien." En même temps, il m'écarte ses deux fesses pour découvrir son anus sombre. Je le lèche bien dans la raie, je l'encule avec ma langue le plus profondément possible avant de passer derrière Max. Lui, aussi, il m'écartèle bien ses fesses. Le trou est complètement masqué sous la touffe de poils. Même scénario, je lèche et j'enfonce ma langue. La gage est plutôt délicieux pour moi. Xav savait très bien que j'adorais ça. En même temps, je peux découvrir la pine de Max, un sexe court, noueux et trapu, étonnamment large avec un gland énorme. Evidemment, il bande lui aussi. Son trou du cul est beaucoup plus serré et moins souple que celui de Xav et je passe enfin derrière Jocelyn. Ce mec a vraiment tout pour me faire craquer. Le fion est lisse, ourlé comme une petite bouche pulpeuse, une rondelle large et épaisse que je mouille à grands coups de langue avant de la darder à l'intérieur. Mais je lui lèche un peu les couilles aussi, histoire de lui faire sentir tout le désir que j'éprouve pour lui. Pour lui et pour sa queue, un engin superbe, une bite longue et épaisse, tendue elle aussi. Xav n'avait pas exagéré. Jocelyn est monté comme un vrai taureau. Dommage pour moi que mon gage se limite seulement à leur lécher le cul. Mais Xav aime les choses qui durent et prendre tout son temps. On libère mes poignets, tous les trois se rajustent et on retrouve la table et la partie de poker. Après mon gage, j'ai droit à récupérer mon slip et mes chaussettes. Xav se retrouvent à poil à son tour. Comme gage, c'est moi qui ai eu l'idée de l'obliger à rester assis sur sa chaise avec son plug planté dans le cul. La partie continue. L'ambiance est de plus en plus lourde, visiblement, tout le monde a très envie de baiser. Les gages se succèdent. Max doit pisser devant nous. Dur quand on se tient une trique d'enfer. Je dois me défoncer tout seul sur un gode ventouse, Jocelyn doit aller faire un petit tour, à poil sur le balcon avec sa pine bien raide entre ses cuisses. On s'amuse aussi à téléphoner à des copains et à simuler des cris frénétiques de baise. Les gages se font de plus en plus vicieux. Je passe sous la table pour lécher les trois paires de couilles et les trois bites, Max qui est exclusivement actif doit quand même nous pomper tour à tour, Jocelyn nous simule un enculage, sa bite coincée entre deux coussins... Quand je gagne enfin, je donne comme gage à Jocelyn de m'enculer. À partir de là, les choses ont complètement dégénéré. Xav s'est retrouvé avec Max sur le canapé, moi, avec le puissant black sur un fauteuil qui faisait face. Je l'ai encore longuement sucé, fasciné par la beauté et la grosseur de son engin noir que je ne risquais pas d'avaler jusqu'à la garde. Pour m'enculer, il m'a fait placer à genoux sur les accoudoirs du fauteuil, le cul bien cambré et les fesses tendues vers l'arrière. Xav, lui, se faisait déjà baiser en levrette par Max. Tous nos petits jeux m'avaient suffisamment ouvert pour que je reçoive l'énorme bite de Jocelyn dans le cul, sans trop avoir mal. Et là, j'ai pris un super pied. Car en plus d'être bien monté, c'était un sacré baiseur, long à venir, puissant, alternant des rythmes lents et d'autres plus rapides et plus violents. Le salon était inondé de râles et de cris de plaisir. Jocelyn écartelait mes fesses pour me planter son dard jusqu'aux couilles. Sa queue me rendait complètement fou. J'ai joui sans plus pouvoir me retenir mais lui, il était encore loin de décharger et il continua de m'enculer encore un bon moment. Plus question de jouer aux cartes, maintenant. On retrouve la chambre de Xav pour baiser tous les quatre ensemble sur le même lit. Je suis enculé par Max alors que je suis en 69 sur Xav, les deux bites actives se disputent tous nos orifices et je n'hésite pas à glisser la mienne entre les fesses de mon copain alors que Jocelyn me lime une nouvelle fois. Toutes les combinaisons y sont passées. Une sacrée soirée !

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.