827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Piscine ! Foot ! Dépucelage ! Ca aussi c'est du sport !
Je suis à la piscine quand un mec me regarde. Il se dirige vers moi et me dit : on s'est déjà vu tout les deux non ? Non pas du tout vous faites erreur, Bon excusez moi mais pourtant, je suis certain de vous vu ! Vous n'allez pas au PMU du 421 ? Si j'y vais. Alors c'est là que je vous ais vu ! Pourquoi vous êtes de part là ? Pas tout a fait mais j'y vais quand même ! S'asseyant, nous discutons de chose et d'autres.
J'apprends qu'il ira souvent pendant les matchs de foot. Car il y a un grand écran, et aussi l'ambiance des gens ! Il est de même corpulence que moi, même grandeur, poids, un peu plus lourd, brun, moi aussi, sans être PD je vois que son slip est bien remplit ! Je lui demande si il vient souvent ici ? Oui et non ! Ah ! Et pourquoi cette réponse ? Parce que je ne viens que de temps en temps ! Et toi ? Moi c'est la première fois. Ah ! Bon ! Et pourquoi ? Parce que je ne connais personne pour m'y accompagner !
Eh ! Bien maintenant tu me connais ! Oui mais ce n'est pas pour ça que tu dois venir rien que pour moi ! Non, je sais ! Mais moi aussi je suis assez seul ! Ca fait donc qu'au bout d'un mois, nous sommes devenu de bons copains. Nous nous voyons souvent. A la piscine, pour faire les grandes surfaces, pour sortir, pour aller a la pêche, pour aller se balader.
Et puis un jour, où il ne peux venir que le soir, il me donne rendez vous au PMU pour voir un match de foot. Donc, je décide d'aller me promener au gré du vent ! Gré du vent qui m'emmène vers un étang que je ne connais pas. J'étend une couverture, je mange, dans l'après midi je décide de me baigner, étant en sort, n'ayant pas pris de slip de bain, je fais ni une ni deux, j'enlève mon short, et me baigne en slip, la baignade finie, j'enlève mon slip, met mon short sans rien en dessous.
Autrement dit : j'ai les couilles a l'air, ça fait drôle, mais s'est bon, puis je m'endors. Quand je me réveille, il est juste temps d'aller le rejoindre. Je monte dans ma voiture, et me voilà parti. N'étant pas pressé, je flâne, je vais boire un verre dans un café que je connais, où je suis connu, ce qui a pour effet de me faire bander de s'avoir que je suis à poil sous mon short, et que personne ne s'en aperçoit ! Je vais dans les toilettes et je me branle !
Hum ! S'était bien bon ! Tout ce monde qui parlait, moi qui me branlais, le cul à l'air, moi qui jouissais. De là, je sors et je vais au rendez vous. Je vais voir un match de foot, moi qui n'en ais rien à foutre. Je ne sais pas pourquoi, mais je crois que je ne vais pas regretter cette soirée ! Me voilà au PMU, je rentre, il y a un monde incroyable, du monde que je ne n'ais jamais vu ! Je cherche des yeux le copain, je le vois, il me fait des signes, je me fraye un passage pour arriver a lui ! Il y a du monde ! Lui dis-je.
Ben ! Oui ! Qu'est ce que tu croyais ? Qu'on aller être les seuls ? Non mais je ne m'attendais pas à ça ! Il y a des gens assis, c'est sûrement ceux qui sont arrivés les premiers, ceux qui sont appuyer sur le billard, ceux qui sont debout au bar, ce qui sont dans les allées, ceux qui sont au bar, qu'il est pratiquement impossible d'approcher ! Ca hurle de partout, il y a ceux qui sont pour une équipe, ceux qui sont contre !
Il y a toujours des erreurs, même quand il ni en pas ! Enfin, c'est ça le foot ! Une chance que l'arbitre n'est pas là, il serait mort depuis longtemps ! Nous sommes comme des sardines en boite, tellement nous sommes serrés ! Mon copain arrive à nous faire un chemin vers le bar ! Pour se faire entendre, s'est autre chose ! Nous sommes touchés de partout ! Enfin, sans le vouloir ! Mon copain qui est à côté de moi ! Nous ne savons même plus quel est notre verre, si s'est le mien ou le sien.
Je repense que je suis à poil sous mon short ! De plus, je suis en espadrille, je sens mon copain être bousculé, il se rattrape à moi par la taille. Il s'excuse, me disant : ce n'est pas de ma faute ! Ce n'est pas grave. Sûrement ce qui l'a encourageait à faire le reste, car je sens sa main posée sur ma hanche ! Je me tourne et lui sourit. Serré les un contre les autres, nous sommes frottés sans même nous en apercevoir ! Mais là, s'est autre chose, il me touche, il me serre la hanche, je prends son poignet pour l'enlever, mais je ne dois pas forcer pas beaucoup, car une minute plus tard, sa main est de nouveau sur ma hanche !
Avec tout ce monde, mon cul est contre lui ! Contre sa bite qui je crois, durcit ! Voyant que je ne peux pas faire autrement, il descend sa main sur mes fesses et me touche le cul sans aucun culot ! Je me tourne pour voir si personne ne peux nous voir, il me dit : non, personne ne s'en aperçoit ! Un peu honteux, je me tourne, il me sourit, me dit : il est beau ! Tes fesses sont bien pleines ! Quel cul ! Je le regarde et lui dis : il te plait ? Pour toute réponse, il me dit : touche ! Me prenant la main, il la met sur sa bite !
Et toi, elle te plait ? Hum ! Elle est grosse, tu bandes ? C'est mon cul qui te fait ça ? Que veux tu que ce soit ? On sort me demande t'il ? Oui si tu veux ! Et on va où ? Dehors déjà ! Oui on sera mieux ! Arrivé dehors, je me dirige vers ma voiture, il me suit, me prend la main, et me dit : où vas tu, Je ne sais pas ! Nous sommes dans le noir, il me colle gentiment contre un fourgon, là, il cherche mes lèvres avec pas trop de mal, il les trouve, elles sont fermées, mais quand il met sa langue, elles s'ouvrent automatiquement, sa langue s'entoure autour de la mienne, qui en fait autant, nos lèvres sont soudées.
Mes bras s'entourent autour de son cou, une de mes mains caresse l'arrière de sa tête, collé contre le fourgon, il bouge ses couilles contre moi qui me met moi aussi a bander ! Ses mains caresse mon cul, il veux baisser mon short mais je l'en empêche, lui disant : pas ici, je suis a poil en dessous ! C'est vrai ? t'as pas de slip ? Non ! Je suis à poil ! On va ailleurs alors ! Oui ! Mais où ? Sur le bord de la rivière... Oui pourquoi pas ! On ne prend qu'une voiture ! Oui si tu veux ! Nous arrivons sur le bord de l'eau, nous descendons, il sort une couverture, je l'aide à l'étaler, là, il me prend par la taille, et nous nous roulons une grosse pelle, lui mettant mes mains derrière la tête, pour l'embrasser.
Je lui laisse ses mains libres de faire de qu'elle veulent et ce que j'espère ! Il s'empresse de descendre mon short, mes fesses sont caressées, pelotées, écartées, ma raie est étirée, mon trou s'ouvre au moment où il étire mes fesses, quel cul ! Hum ! Quel cul ! Moi je l'embrasse comme une pucelle qu'on touche pour la première fois ! Je l'embrasse en lui disant : il te plait mon cul ? Oui ! Tu me fais bander ! Regarde moi ça dans quel état je suis ! Là, je lui baisse son froc, son slip, et je regarde ! Hum ! Ce que tu bandes !
Ce qu'elle est grosse, qu'elle est belle, et ses couilles ! Hum ! Ses couilles que j'ai en pleines mains ! Cette bite, je me baisse, pour la première fois je met une bite dans ma bouche, je n'ais même pas de dégoût, au contraire j'en ai envie ! Qu'elle impression ça peut faire, d'avoir le cul à l'air, les jambes écartées pour sucer cette belle bite, hum ! Je suce, je lèche, je tâte, je suis entre ses jambes, complètement retourné, pour lui lécher ses belles et grosses couilles ! Pendant que l'autre main le branle, je n'imaginais pas ce qu'était une bite ! A part la mienne, je n'avais vu une bite sous cet angle là !
Là, dans ma bouche, ce que c'est gros ! Ce que s'est bon, palper des couilles, lécher des poils de mec en plus qui commence à me plaire ! Moi aussi je vais te le bouffer ton beau p'tit cul ! Je croyais que la bite s'était dégelasse, que s'était visqueux, mais s'est tout autrement, s'est tout doux, la peau qui se retire, et qui revient comme je l'entends, comme je le branle ! je la décalotte, et la recalotte à mon gré, suce et lèche son beau gland, tourne autour, lèche la bite entière, lèche ses couilles, caresse ses cuisses, ses beaux poils ! Mon cul est ouvert, Je crois qu'il en a envie, qu'il veut de sa bite !
Mais comme je suis puceau je ne sais pas encore quel est l'envie d'être dépuceler, mais là je crois que s'est le bon moment ! De la main, il me relève, m'embrasse, me dit : je vais te bouffer ton beau cul avec ses beaux poils ! C'est ce que je préfère ! Hum ! J'en ais envie ! Mais comment sais tu que j'ai du poil au cul ? Je le sais de plus, je vais me le confirmer ! Doucement en m'embrassant.
Il me tourne, je le vois descendre, ses mains sur mes fesses sont douces, il les bécote avec amour, comme si il en était fou, doucement, il les écarte, son doigt passe dans ma raie du bas de mes couilles jusqu'en haut de ma raie ! Puis, il s'arrête sur mon trou, il le touche doucement, il tourne son doigt autour, je sens ses deux mains écarter mes fesses, je sens son souffle, puis ses lèvres, qui embrasse mon trou ! Sa langue lèche le trou qui se tend tellement s'est bon, Il l'écarte, sa langue rentre dedans, il fouille mon cul, que s'est bon, je lui dit : oui va si s'est bon, enfonce ta langue bien au fond !
Je me penche en avant pour qu'il puisse me mettre sa langue bien au fond ! D'un coup, il arrête, remonte vers mon visage, m'embrasse, nous faisant tomber sur la couverture, nous continuons de nous embrasser avec fougue, nous nous frottons nos bites, nos couilles, nous caressant, une de ses mains replie ma jambes sur lui, ce qui met mon cul à l'air libre, ce qui l'ouvre encore plus, m'embrassant, je sens qu'il touche quelque chose, c'est un lubrifiant, il le met au bout d'un de ses doigt, m'embrassant.
Il me met son doigt sur mon trou, le caresse, tourne autour, il le pousse, il rentre, il est a moitié, il est au fond maintenant, il le tourne au fond, je lui dis : oui vas y bouge le bien au fond, au fur à mesure qu'il l'enfonce et qu'il le ressort, je bouge mon cul, au rythme de sa cadence ! Je ne sais comment j'ai fait pour me retrouver à quatre pattes, tellement s'était bon, lui disant, oui vas y, enfonce les tes doigts, bougent les ! Oui vas y bien au fond ! Oh ! Ce que tu m'excites ! C'est ça tends le encore mieux ton beau cul !
Attends, sais tu combien je t'en ais mis dedans ? Non ! Mais vas y ! C'est tellement bon ! Il est a côté de moi, j'en bave dit il ! Quel cul ! De plus tu aimes ça ! C'est bien pour un puceau ! C'est sûr que t'en as envies ! Alors là, je l'entend se lever, se mettre derrière moi, qu'elle bonne chose de sentir ses deux mains me prendre la taille, sa bite contre mon trou, sa bite qui rentre doucement, ça me fait mal, mais en même temps, ça me fait du bien, ça y est dit il !
Elle est bien au fond ! ça y est, je le sens en moi, je le sens rentrer et sortir, je sens sa bite aller et venir en moi ! Je sens qu'il me baise, il me baise le cul ! Il me baise et j'aime ça ! Il va de plus en plus vite, je sens ses coups saccadés, Il m'encule... A fond... J'aime ça ! Je l'entend dire : je vais jouir dans ton cul ! Oui vas y graisse le ! Envoies tout ton jus dedans ! Moi en même temps, je me suis branlé, ce qui fait que nous jouissons tout les deux ensemble ! Là, je m'écroule en même temps que lui, lui sur moi, sa bite est encore dedans, allongé sur moi, il bouge encore doucement, il rentre et sort, me tourne la tête de côté, où il m'embrasse, où nous nous roulons une pelle qui en dit long !
Puis, il tombe sur le côté, allongé à côté de moi, essoufflé, nous reprenons notre souffle, ça t'a plus ? Pour ma première fois oui ! C'est même très bon ! C'est mieux avec le temps ! Oui et toi tu l'as fais souvent ? Oh ! Ne pose pas de question comme ç a ! Ca ne te regarde pas ! D'accord, puis je ne sais pourquoi, je tombe de nouveau amoureux, en lui disant : tu es beau, là, je l'embrasse, tu es beau, t'es musclé, c'est pas la première fois que je m'en aperçois ! La première fois où je t'ai vu, je me suis dis, il en a beaucoup dans son slip !
Je l'embrasse, le caresse, lui touche ses belles couilles, elle sont belles ! Ta bite, hum ! Tes beaux poils qui l'entourent, ce beau triangle au dessus, ce que t'es viril ! Du coup, il me retourne, et il me dit : hum ! Toi et ton beau cul ! Il m'embrasse, il monte sur moi, mes jambes s'écartent toutes seules, il monte sur moi, sa bite est devant mon trou, il me demande tu veux, Oh ! Oui ! Une belle bite comme ça qui voudrait la refuser, oui je la veux, met moi là, enfonce moi là bien au fond ! Je veux être une de tes salopes !
Je veux faire parti de ta collection de salopes ! Encule moi, là, mes jambes entourent sa taille, mon cul est à sa porté, met moi en ! Oui vas y ! Fais de moi une autres de tes salopes ! La même nuit, nous avons passé par au moins quatre positions, peut être cinq ! Depuis que je suis dépucelé, je ne peux plus me passer de mon coup de bite au moins deux où trois fois par semaine !
Maintenant, nous nous voyons régulièrement toutes les semaines depuis trois mois, mais comme il part je ne sais où, il y a des fois où les week-end il ne rentre pas, alors là, je ne sais pas ce qu'il fait, alors je vais draguer pour me trouver de quoi me remplir mon cul de salope ! De grosse putain ! De grosse chienne que je suis ! De grosse truie ! Quand je suis sûr qu'il ne rentre pas pendant un mois, là, je m'amuse vraiment, je me trouve un mec qui peut venir chez moi, libre du vendredi au dimanche soir, et là alors, je me défoule, je m'habille en femme, je suis sa soumise, je suis tout ce qu'il veut que je sois ! Sa grosse putain ! Sa grosse salope ! Sa chienne ! Sa truie !
Ce que j'aime le plus, c'est quand il m'a enculé le vendredi, que le samedi, sa chienne que je suis, viens lui lécher les pieds sous ses ordres, remonter sur son slip qui sens la pisse, lui lécher le slip, sortir sa bite sans même mettre mes mains, le sucer, suce salope ! T'es faite pour ça ! Pour sucer ! Pour vider les couilles des mecs ! Avec ton cul ! Ta gueule ! Quand je suce, j'aime prendre des claques sur mon cul de chienne ! De salope ! De grosse truie ! De grosse putain ! De grosse catin !
Puis, quand mon attitré revient, je redevient sa moitié toute gentille, amoureuse, je ne sais pas comment il ne s'aperçoit pas que dès qu'il est partit, je devient ce que j'ai dis avant ! Peut être qu'un jour, pour un mec, je deviendrais une grosse morue ! Après tout, c'est lui qui m'a rendu comme ça ! Mais trop amoureux ! Trop gentil, trop poli ! Moi j'ai eu besoin d'autre chose ! De vrais mâles, avec des poils sur la poitrine ! Beaucoup de poils au cul qu'il me dit de lécher ! Des gros poils autour des couilles, sur la bite, des poils qui sortent même des couilles, qui se mélangent avec ses cuisses, ceux du ventre, qui me martyrisent un peu ! Même plus s'il le veut !
Bien sûr, tout ça n'est que pure imagination. Merci pour vos beaux récits ! Bisous à tous.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.