827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

entre quelques potes!
Il y a des soirées où rien ne semble possible. Pas d'argent, mauvais temps...alors, on invite un groupe de copains, et l'on se met à jouer. Jouer des jeux dangereux. Tout a commencé avec les gages. On s'est assis en rond, sur la moquette. On était six, il y avait moi, petit de taille, assez musclé, brin et les cheveux frisés, Mathias, grand et osseux, Samuel, qui me ressemble un peu, Quentin, petit et gros, Christopher, un noir très grand, très bien foutu, et Jérémie, assez haut de taille, qui me déteste et qui est un peu le "bouche-trou" de la bande. On avait tous entre 18 et 19 ans. Bref. Chacun devait avoir son gage, moi le premier. J'acceptai, ne me doutant de rien...on me mit un bandeau sur les yeux, me dit de me mettre à genoux. Et de tirer la langue. Je n'avais pas très envie de faire ça, - je veux dire, il auraient pu me mettre plein de choses dans la bouche ! - mais j'acceptai aussi de faire ça. Après tout, c'était le jeu. J'entendis un déclic, des rires, puis on m'enleva le bandeau et me montra une photo qu'ils venaient d'avoir prise, c'était moi, à genoux, tirant la langue devant cinq autres bites ! Samuel fit mine de l'envoyer sur MSN, je les retenai, les suppliant de faire n'importe quoi s'ils détruisaient la photo. "N'importe quoi" Ils me prirent au mot. Mathias commença à sourire, les autres aussi. Puis il me dit :"C'est vrai : tu peux être notre esclave maintenant" Je ne réagis pas tout de suite. J'éludai la question, puis, paniqué à l'idée de cette photo sur tous les blogs, je répondis "Oui. Je ferai tout ce que vous me direz."
Quelques minutes plus tard, je suis à nouveau à genoux. Je ne sais pas ce qui m'attend. Quand Mathias dit "Sam, tu as une chienne non ? Apporte la laisse ici." avec un grand sourire, je commence à prendre peur. Mathias pose sa main sur mon crâne, pour me retenir à terre et me dire "Chuuuut. Tu vas être une bonne fillette." Il me tapote dessus comme on fait aux petites chiennes obéissantes. Samuel revient, avec une vraie laisse en collier à pics. Je suis résigné à accepter mon sort d'esclave. Quand on me la passe autour du cou, je ressens une chaleur et une honte quasi-intolérable. Mais je me laisse faire si bien que tous s'exclament "Oh, elle est mignonne la petite chienne !" avec un grand sourire. "Il faudrait qu'elle laisse sa langue pendre, ça ferait encore mieux, suggère Quentin." Je n'en fais rien. Alors Mathias, très mécontent, me prend la tête par les cheveux, en me les tirant abominablement, m'obligeant à le regarder, et me crache un molard bien gluant et bien vert à la figure, sur la pommette. Ca me dégoûte énormément, j'essaie de l'essuyer mais on me retient les mains, certainement Christopher. Mathias me dit "Non, non, tu n'as pas bien compris. Nos désirs sont des ordres pour toi, OK ? Maintenant, ouvre ta bouche, laisse ta langue pendre et avale nos mollards." J'hésite, puis finalement ouvre ma bouche et penche ma tête en arrière, pour recueillir tous les crachats. Quand ils sont biens tous dans ma bouche, qui manque de déborder, on m'ordonne d'avaler, ce que je fais difficilement. Ensuite, Quentin s'exclame "C'est bien, c'est une bonne avaleuse !"

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.