827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Mon dépucelage
Je m'appelle Laurent, je suis en première dans un lycée du XVIe arrondissement de Paris. Je sais que je suis gay depuis trois ans au moins. Depuis quelques mois j'avais très envie de faire l'amour et ma libido me démange (LOL). Je me suis rasé le sexe en juillet pour voir. Comme j'ai trouvé cela sympa, je me rase régulièrement depuis. Grâce à Internet, j'ai trouvé plein de sites web avec des chats, des forums, des annonces, etc... Cela m'a permis de rencontrer un homme de 27 ans, Nicolas, dont je suis tombé amoureux. Après deux mois de discussions par Internet, on s'est téléphoné plusieurs fois et j'ai accepté de le rencontrer. En fait j'ai très envie de lui et il le sait. Je ne peux pas le recevoir car je vis avec ma mère et mon frère dans un tout petit appartement où je partage ma chambre avec mon petit frangin. La semaine dernière j'ai dit à Nicolas que j'étais prêt pour faire le grand pas avec lui. J'avais donc rendez-vous avec Nicolas, chez lui. Il a un appartement assez grand, chambre, bureau, séjour, cuisine, salle de bain. Au salon, il m'a proposé un verre que j'accepte et nous nous retrouvons sur le canapé et parlons de choses et d'autres. On a beaucoup discuté puis au bout d'une bonne heure. Il m'a demandé si j'étais toujours décidé à le faire. Je lui ai dit que j'avais très envie, mais que je l'avais jamais fait et que j'avais un peu peur. Il s'est rapproché de moi et m'a dit qu'on allait se mettre plus à l'aise. Il se lève et commence à enlever son pull. Nicolas commençait à se déshabiller devant moi. Le rêve devient réalité. Il me dit de faire comme lui. Je me retrouve en tee shit. Il me met le bras dans le dos et me fait un petit bisou sur la joue puis il m'enlace, me caresse, me passe la main sous le tee-shirt et me caresse le dos. Lentement il m'embrasse un peu plus près de la bouche puis sur la bouche. Il me met la langue. Cela me fait bander et nous nous roulons un patin super. Il m'enlève alors mon tee shirt puis commence à ouvrir ma ceinture tout en me caressant de temps en temps. Il me dit de me lever. Je me lève et lui aussi. Il m'enlace et m'embrasse puis il descend en m'embrassant sur le torse. Il ouvre mon pantalon. Je suis un peu nerveux. Il me rassure. Mon pantalon tombe rapidement. Il enlève sa chemise et son pantalon. On est tous les deux en caleçons. Je bande déjà et il le remarque. Il me sourit. Son torse est poilu tandis que le mien est imberbe. Il est légèrement un peu rond et musclé. Il prend alors mon caleçon sur les côtés et le fait descendre doucement. Mon sexe libéré du caleçon se dresse comme avec un ressort. - Comme tu bandes bien, me dit-il. Ton sexe est très mignon ainsi rasé. Il me caresse le pubis puis descend doucement pour me prendre les couilles puis remonte et saisit doucement mon sexe et le décalotte doucement. - Tu es déja bien mouillé Laurent. Viens t'allonger ici. Il me fait allonger sur son canapé et approche sa bouche de mon sexe. - - Mon Laurent, je vais te faire venir en douceur. D'accord ? - - Bien oui bien sur. Il me recalotte puis décalotte plusieurs fois, jouant avec mon prépuce, tout en enlevant son caleçon. Son sexe est bien raide et plein de poils. Il me le montre bien : - Ca te plait, me dit-il en approchant son gland de ma bouche. Son sexe a une belle jolie taille, plus de 20 cm je pense. Il est bien monté. Mieux que moi, le mien mesure 17 cms. Je prends son sexe dans la main et constate qu'il bande super dur. Il embrasse mon sexe puis soudain l'engloutit et commence à me sucer. (Ah ce que c'est bon). J'ai alors pris sa bite dans ma main et j'ai commencé à le branler. Il a des grosses couilles pendantes. Il m'asucé quelques minutes et m'a proposé de le sucer. J'ai pas voulu sans capote. Alors Nicolas s'est dégagé, s'est assis sur le canapé. Puis il m'a assis sur ses genoux, mon dos contre son ventre. Il alors passé sa main droite et m'a saisi la queue qu'il alors doucement masturber mais bien fermement. Ça me picotait au gland, Je crois que j'allais venir. - Vas-y, ne t'arrête pas, lui ai-je dit. Je vais venir. C'est bon. Il a continué pendant plusieurs minutes. Je sentais dans mes fesses qu'il bandait aussi. Je sentais que l'excitation montait de plus en plus. Oh putain, c'était bon. C'est trop top. Je me suis cabré, mon ventre s'est creusé. Il a continué son mouvement inexorablement sans se soucier de mes contorsions. Alors j'ai déchargé comme je ne l'avais jamais fait, 4 super giclées. Il y en avait un peu partout. Il a alors étalé mon sperme chaud sur mon torse. Il m'adit, tout en continuant à me branler malgré mes mouvements : - Tu sais je crois que tu es vraiment un garçon fait pour le plaisir. Tu es une merveille. Mais tu dois apprendre à aller jusqu'au bout du plaisir et pas t'arrêter trop tôt. Tu feras des progrès. Tu verras on va t'apprendre tout ça mon chéri. Il m'a allongé à nouveau et m'a fait un petit massage du torse au sperme tiède. Puis il m'a repris la queue et a joué avec. - C'est la première fois que tu jouis avec autant de plaisir, je pense. Maintenant Laurent, c'est toi qui va me donner du plaisir. Je vais te prendre. Ne te fais pas de souci, je t'aiderai pour que ça se passe au mieux, sans risque. Il s'est assis et m'a demandé de commencer en le branlant. Continue, branle moi maintenant mais n'accélère pas. Apprends à faire durer. Il ne dit plus rien et me regardait faire. Je sens maintenant chez lui une tendresse merveilleuse. Je serre son sexe et joue avec son prépuce dans un va et vient qui commence à faire monter le plaisir. - Ne va trop vite et efforce toit de faire durer pour arriver à augmenter l'intensité. Comme il bandait bien il m'a dit d'arrêter et de me mettre sur le canapé. Il m'a caressé et il m'a dit : - Laurent, tu vas perdre ton pucelage aujourd'hui. T'es bien d'accord. C'est important car tu t'en souviendras toute ta vie. - D'accord. J'ai envie de te sentir en moi Nicolas. Vas-y s'il te plait. - Tu sais j'en ai tellement envie depuis que j'ai ta photo sur mon ordi. J'en réve tous les jours. Cela m'a refait bander. Nous sommes alors allés sur son lit. Je me suis blotti contre lui et on a commencé par se caresser et s'embrasser tendrement. Je sentais sa queue si raide que je n'en pouvais plus. Je bandais à nouveau comme un taureau. Il m'a alors couché sur le dos puis il a recommencé à me sucer lentement. Sa langue titillait mon gland. Sa main gauche me travaillait les tétons et la droite me caressait partout. Il me soupesa les couilles. Mon Dieu que c'était bon. J'avais peur de venir à nouveau. Je lui dis de ralentir. Il me fit descendre sur la moquette et me mettre à quatre pattes. Il se mit derrière moi et enfile une capote. Il se met du lubrifiant puis son gland cherche ma rondelle. J'essaye de me détendre. Je sens qu'il bande bien, une véritable barre d'acier. Il frotte son gland sur ma rondelle. Il essaye de faire d'abord le passage avec les doigts. Il prend un peu de lubrifiant pour ne pas me faire mal. Nicolas me lubrifie et y enfonce deux doigts. Il me travaille bien la rondelle. Même qu'avec les doigts je me contorsionne de plaisir. - Vas-y Nicolas, je crois que suis prêt, mais va doucement. Il approche à nouveau sa bite bien raidie de mon trou qui s'offre à lui. Nicolas commence à entrer et donne des petits coups de bassin pour pénétrer plus loin en moi. Il se cambre et rentre d'un seul coup en moi. Je pousse un cri. Il ne m'a pas fait mal, mais j'ai été surpris. Maintenant j'essaye de me détendre afin d'être bien ouvert, bien offert... Il commence alors à me travailler lentement mais sûrement en me tenant bien les hanches pour que mon cul ne soit plus qu'un fourre au pour son dard. Il me labourait littéralement. Puis il ressortait et rentrait à nouveau avec force. Je bandais tellement que je luis disque j'allais venir. Il ralentit aussitôt ses mouvements et m'attrapa la queue. Lentement il la massa et me fit venir avec douceur. Presque aussitôt j'ai joui et ai déchargé à nouveau cinq giclées cette fois sur la moquette. Comme c'était bon. J'avais hâte maintenant qu'il vienne en moi. - Nicolas maintenant viens en moi. Décharge en moi ta semence s'il te plait. Il reprit son va et vient, accéléra un peu. Il me peloter les fesses et me labourait. Je ne bandais plus et j'attendais qu'il vienne. Enfin je sentis qu'il se raidissait. Il cris. - Oh oui, c'est bon, Mon p'tit Laurent, t'es bon. Je viens, Ah.........Pour la première fois de ma vie, je sentis un homme, un vrai, décharger sa semence en moi. Une chaleur tiède se répandait en moi. Il déchargea plusieurs fois en moi. Nicolas m'avait pris. Je n'étais plus vierge..Il se retira. Nous nous sommes allongés sur le lit, les couilles vides et les queues soulagées. - Merci Nicolas. C'était génial. C'est vachement mieux que la branlette en solitaire. J'ai très envie de remettre ça la semaine prochaine. Il m'a dit qu'il aimait bien que je continue à être bien rasé. Il n'est qu'actif et ne veut pas que je l'encule. Je serai donc passif, mais ça me plait bien après tout.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.