827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Dans la cuisine
Presque chaque jour à la fin des cours, je traverse le couloir bondé du lycée après avoir salué mes amis pour me rendre au vestiaire de la salle de sport. Il se passe toujours quelque chose après les cours rugby, basket, etc. Sans être un fou de sport, j'aime bien faire de l'exercice et je suis inscrit dans plusieurs équipes, mais bon, je n'y attache pas plus d'importance que ça. Bref, je traverse le hall, prends mes affaires et me prépare pour le basket ou la natation voire juste pour la salle de musculation.
Quasiment à chaque fois que j'y suis y a Jon Tretter. C'est un des beaux gosses du lycée plutôt doué en sport. Châtain aux yeux bleus, il a de ce regard qui vous glace et une musculature qui en jette. Jon, c'est un peu le fantasme de toutes les filles du lycée, et je suis certain que les mecs, même hétéros, ne sont pas insensibles à son charme. Putain même moi quand je le vois je suis sur le cul.
Parce qu'il est dans toutes les équipes que le lycée peut avoir, il quitte les derniers cours plus tôt pour se préparer, si bien qu'à chaque fois que je me pointe dans les vestiaires il est soit sous la douche soit il traine dans je ne sais quel coin du vestiaire à poil. D'une manière générale il a juste une serviette autour de la taille, et il blague et rigole avec les autres gars. On se connait et on s'parle à l'occasion, mais on n'a pas les mêmes potes donc on n'est pas non plus si proche que ça. Ce qui ne l'empêche pas de me saluer et de me flasher la gueule avec son sourire de fou. Parfois quand je vais pisser, il y est, sans sa serviette, les couilles à l'air. Son cul bombé de muscle est tout simplement parfait. Parfois je me choque un peu de regardait par là, vers son cul, mais bon j'en fais pas une affaire et je pars continuer ce que j'ai à faire en haussant les épaules.
Un après-midi, après avoir été retenu en classe pour finir un projet, je cours jusqu'aux vestiaires pour prendre mes affaires et là je tombe sur une des plus belles vues au monde. Jon était là, penché à poil à faire son sac. Putain, cette bite et ces couilles je vous dis pas. Jon se tourne alors et dit :
« Salut Matt, t'es à la bourre aujourd'hui.
-Je...Je...devais finir un truc, j'ai manqué un truc. J'lui sors en bégayant.
-Non toujours la même chose tu sais...Hey, ça te dérange si je rentre avec toi ? Tout le monde est parti. J'habite juste après le bois. Tu prends le raccourci aussi, non ?
-Euh, oui bien sûr. »
Je l'attends se préparer et j'essaie d'être discret tandis que je mate méchant. Ma tête est pleine de questions du genre suis-je gay ou bi, ou pourquoi ce mec m'attire, etc. Je viens juste de quitter ma copine, mais il ne m'est jamais venu à l'idée d'être intéressé par les mecs.
On se tire et traverse le stade comme beaucoup, parce que c'est trop chiant de faire tout le tour.
« Ce bois est cool hein ? Je m'y amusais petit. Tu croirais pas tout ce qui peut s'y passer » dit Jon.
-Comme quoi ? Y a jamais grand monde si ce n'est des fumeurs.
-Merde mec ! C'est un baisodrome tu veux dire, je venais ici mater les gars se faire sucer par leur meuf, j'ai même vu des mecs s'enculer !-
Je sens mon visage s'embraser. Je me demande s'il peut me capter. Putain ça veut dire quoi tout ça, il m'a quand même pas vu le mater ? !
« Vraiment. C'est tout ce que je trouve à dire.
-Ouais, là dans l'arbre, là vielle cabane. Je venais là. C'est juste à côté de la clairière où il font leur machin. Tu veux aller voir ?
-Pourquoi pas. Je dis. Je ne veux pas le décevoir.
Quand on arrive à ladite cabane, il commence à grimper dans l'arbre.
« Je viens là encore quand je veux prendre l'air, et, enfin, tu fois, faire ce que j'ai à faire avec ma copine et tout.
Il rigole. J'essaie.
« Monte ! » Il me donne sa main rugueuse et puissante.
« Tu vois là, c'est là. (Il pointe du doigt la clairière). C'est cool de s'assoir là et de contempler le spectacle. C'est mieux que le porno j'te jure.
-Qui t'a parlé de ce coin ? demandé-je
-J'lai construit moi même quand j'étais gamin, attends, regarde, quelqu'un se ramène.
Vers le sentier y avait un mec, grand et mince, puis un autre qui suivait, plus petit et musclé. La vingtaine tous les deux. Le type musclé commence à caresser l'entrecuisse de l'autre gars et regarde aux alentours suspicieux. Alors, il se fout à genoux déboutonnant le pantalon du grand type. Il sort sa queue et se met à la bouffer devant nous.
« Merde » je sors. « On en a assez vu non ? » Je tourne la tête et là, je vois Jon qu'a sa main sur la bosse de son jean. Pas timide pour ça Jon !
-Putain, je bande à max, dit-il, pas toi ?
Je hausse les épaules, je fais mon possible pour paraitre indifférent. En réalité, ma bite gonflait aussi.
« Hey mec » qu'il me murmure. « Sex is sex, quand j'en vois j'ai la trique normal non ? »
Il frotte son gros morceau à travers son jean. Je me tourne pour voir le couple de la clairière, mais ils se sont allongé derrière un arbre on les voit plus trop.
« Allez, on rentre » je dis commençant à descendre de la cabane.
En rentrant, j'essaie de pas trop penser à ce qu'il vient de se passer, à mon avis, Jon est aussi embarrassé. Alors, on trace notre route et on parle de truc de mec, comme jamais on l'a fait. Puis on arrive chez lui.
« Hey mec, tu veux rentrer boire un soda un quelque chose ? » me demande-t-il.
J'hésite assez longtemps puis acquiesce, me laissant un peu dépassé par les évènements. On rentre. Y a son énorme cuisine de je sais pas combien de mètres carrés. Je reste à la porte pendant qu'il va chercher des canettes dans son frigo. Puis il me rejoint. Avant de me tendre la canette, il me pose cette question :
« En tant que mec, toi, tu me trouves bien ?
-Tu rigoles ? T'es super bien foutu, pourquoi tu demandes ça ? En disant ça je réfléchis pas trop, je stress en me figurant comment je vais merde j'allais m'en sortir.
-Euh, non, juste comme ça » il me répond en se rapprochant de moi, la canette à la main. Il est maintenant tellement proche qu'on sent comme une tension entre nous. Je lève les yeux pour être transporté par le bleu de ses yeux. Je laisse s'inscrire un sourire sur mon visage. Et là, il m'embrasse. Doucement puis fougueusement. Ses mains se rapprochent dangeuresement et appuient ma queue dressée. Je m'écarte, totalement désorienté.
« Désolé mec, c'est juste que j'étais super chaud et ses deux gars ils m'ont pas calmé, au contraire. Ça te pose pas de problème si ? » Il me dit en déboutonnant son jean pret à sortir sa bite de son boxer.
-Non, murmuré-je. Mais, peut-être que je devrais y aller. »
J'essaie de pas le regarder, mais en même temps, je brule d'envie de voir à quoi ressemble sa queue en plein action.
-Hey mec, tu bandes aussi à ce que je vois, y a pas de problèmes tu sais, si tu veux te soulager...
Je faillie et tourne la tête et là, je vois dans sa main, la plus belle queue de ma vie. Elle n'est pas énorme, mais pas petite non plus, un peu comme la mienne. J'dirais 18 centimètres.
Je pense alors que c'est probablement ma seule chance de me branler avec une vraie queue en face de moi. Je baisse mon jean et sors la mienne.
« Putain, dit Jon, j'adore sucer »
Je jette un coup d'oeil en direction de sa bite. Je salive.
« T'as déjà fait une pipe ? me demande-t-il
Je réponds que non et je prends conscience que je suis là, à poil, et sans expérience avec le cul et les gars. Puis...
Jon se penche et place sa bouche autour de mon gland. Je frissonne. Je retire mes mains et les place sous mes couilles. C'est la première fois que je prends mon pied comme ça. Sa bouche brulante et humide glisse lentement contre mon manche. Le plaisir comme ça, c'est trop bon. J'ai toujours entendu du dire que tu pouvais pas dire t'être fait sucer avant qu'un gars t'ai fait un pipe, ça se confirme. Jon s'interrompt lève la tête, puis m'embrasse tendrement après s'être levé. Je prends rageusement sa langue dans ma bouche et savoure. Il se recule et dit.
« Il était temps...
-De quoi ?
-J'allais devoir attendre encore combien de temps à trainer à poil dans les vestiaires pour que tu me remarques.
-Tout ça, c'était pour moi ?
-Si tu crois que je pisse toujours à poil... et c'était pas non plus discret tes regards/
-Tu savais
-Oui, je savais, et si tu veux tout savoir, je ne me gêne pas pour te relooker aussi. »
Il rit légèrement, puis empoigne ma queue une nouvelle fois. On est à poil, allongé sur le sol de la cuisine.
« Et si tes parents se ramènent ?
-Tinquète, ils sont pas là de la semaine... »
-Le sexe de Jon se réveille de son léger repos, ses couilles frappent contre ses cuisses alors qu'il se tourne. On a maintenant chacun la queue de l'autre à portée de bouche et de main.
La sienne est tout ce que j'ai imaginé. Son gland est large et spongieux, le reste et doux et salé. Il n'a pas beaucoup de poils autour. Il se les rase surement comme moi. Je prends dans ma bouche autant que je peux et ses couilles que je masse dans mes mains. Il arrête de me sucer et commence à me branler bien fort. Il gémit un « Oh oui, putain, c'est trop bon. »
Il enfonce la sienne dans ma bouche affamée presque à m'en faire vomir. Il respire bruyamment puis attrape ma tette, caresse mes cheveux.
Il gueule ; « merde » ses mouvements s'intensifient. Je sens ses couilles se contracter, il est prêt. Je me prépare pour le torrent qui va se déverser. Il gueule à nouveau, cette fois pour un « Oh putain » son foutre emplit ma bouche. J'avale goulument. Je gémis à mon tour.
« A ton tour » il me dit.
Je me branle à fond, et sens la pression monter. Le plaisir approche son maximum. « Ça y est » je sors sentant le geyser monter. Je m'approche de lui, contourne de caresses ses tétons et ses muscles. Je veux que l'instant dure, mais j'ai mieux. Je sens le plaisir s'expulser de ma bite. « Je...Je » je gicle ma semence épaisse, spasme après spasme dans son sourire de beau gosse. Une seconde passe. John frisonne « Oh oui. Je sens qu'il convulse aussi, il jouit à nouveau.
On est étendus sur le sol, totalement épuisés, caressant nos membres flasques et baveux.
« John, je dit, d'habitude je ne... enfin, je veux dire... Je sais pas. » Je suis de nature curieuse, mais de là à m'attendre à ça !
-Ne t'inquiète pas, j'ai ressenti la même chose pendant longtemps. Je voulais « expérimenter » avec toi. Il m'a flashé la gueule et m'a embrassé. « Je pense que je vais rentrer avec toi plus souvent dorénavant. Il dit ça puis se rhabille.
Un mois plus tard sans aucune expérience analogue entre, on se parle un peu plus. Mais il a une nouvelle copine, et à part en sport, on peut plus trop se voir.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.