827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Cuite entre hétéros

Je travaillais à la compta pour une compagnie de logistique et mon patron était assez content de moi. Mes collègues, deux femmes, deux mecs, étaient sympa, toujours à faire des blagues et à papoter, c'était un peu comme une deuxième famille. Ça me changeait des autres endroits où j'avais pu travailler.
Un après midi, le patron et venu nous annoncé qu'il voulait donner un diner au restaurant du quartier. On était tous invités le samedi soir. Étant donné que nous étions tous célibataires, on a accepté sans hésiter. D'autres, qui n'étaient pas au bureau, étaient aussi invités.
Le patron réservera la salle avec buffet, les consommations étaient à ses frais. Inutile de dire que les commandes ont filé.
Tandis que la soirée arrivait sur sa fin, j'ai senti que j'avais assez bu. Je devais pouvoir conduire jusqu'à chez moi. J'ai donc terminé le repas avec un verre de vin. Les autres ont continué de boire après le repas et ne se sont pas limités au simple vin.
À un moment, Benoit, un de mes collègues de bureau s'est tourné vers moi pour dire : « Hugo, tu pourras me ramener ? » Il se sentait pas de conduire, trop cuit. J'acceptai. Bien sûr sans réaliser sur le coup que nous habitions chacun aux deux opposés de la ville.
On a donc dit au revoir aux personnes restantes, puis on s'est avancé vers ma voiture. Il titubait un peu, je le soutenais pour pas qu'il se casse la gueule. Je l'ai aidé à s'assoir sur le siège passager, et je me suis mis au volant. Benoit m'a alors dit : « merci de me ramener » je lui ai répondu qu'il n'y avait aucun problème, puis il m'a indiqué où il habitait. À peu près à cinq kilomètres à l'opposé de chez moi. Arrivée chez lui, il n'y avait pas eu trop d'encombres.
Benoit me demanda si je pouvais l'aider jusqu'à son appart'. Je ne refusai pas. Il habitait au troisième. Pas d'ascenseur. On a monté lourdement les marches, il a manqué de tomber deux ou trois fois, heureusement, j'étais là. On est finalement arrivé à sa porte, et il a fouillé dans sa poche pour trouver ses clés. Comme il avait du mal, j'ai fouillé à sa place et les aient trouvées. Sa bite était dans une telle position qu'alors que ma main cherchait le trousseau de clés, je la touchai. Ça avait l'air plutôt dur, mais bon, il avait tellement bu, qu'il avait surement juste envie de pisser.
On est entré dans son appart, Benoit a dit qu'il devait absolument aller aux toilettes. Je l'aidais toujours à marcher et on a commencé à aller vers sa salle de bain. Il me remercia une nouvelle fois et me dit qu'il ne savait pas s'il pourrait, à temps, regagner les toilettes. Je le tenais toujours pour pas qu'il s'effondre et là il me sortit : « Je déteste demander ça, mais j'ai besoin d'aide pour la sortir, je suis défoncé là ». J'lui ai donc ouvert sa braquette. J'ai ouvert les boutons de son boxer et j'ai sorti sa queue à moitié bandée. Puis il a pissé immédiatement. Quand il a eut fini il a essayé de se refroquer sans résultat. Au final, il est resté comme ça, son pantalon déboutonné et sa queue à l'air. On a regagné le salon puis il s'est affalé sur le canapé.
J'avais soif, le jambon du resto était vachement salé. J'ai demandé si je pouvais prendre quelque chose. Il m'a dit d'aller dans la cuisine et de me servir. Je revins avec un verre de lait pour lui et un autre plein d'eau pour moi. Ce que j'avais bu lors du repas commençait à faire effet, la tête me tournait. Je me suis assis sur le canapé, à l'opposé de Benoit. Il a pris une gorgée de lait puis m'a demandé si je voulais regarder la télé. Je lui ai répondu qu'étant donné mon état, oui, je préférais rester ici un peu. Il alluma la télé et me demanda si j'étais d'accord pour mater un porno. Il disait qu'il n'était pas seulement bourré, mais aussi grave excité. « Comme tu veux » j'ai répondu.
Il a attrapé la télécommande du lecteur DVD. Le film avait commencé en partie, un gars martelait de sa queue la chatte d'une meuf. Original vous m'direz. C'était assez chaud, je m'imaginais être le gars, avoir ma bite pleine du foutre de la blonde. Je commençais à bander et me tordais un peu pour ajuster ma queue. Tandis que je me caressais à travers mon pantalon, Benoit me dit « Tu peux la sortir mec, met toi à l'aise » Je le fis et nous finirent tous les deux assis là, en train de nous branler calmement.
« Tu peux m'aider à enlever mon pantalon, j'ai besoin de me mettre à l'aise... j'peux même pas le lever » il m'a dit. Moi, je l'ai fait, me lever, puis avec un genou à terre, je lui ai enlevé sa ceinture et les boutons de son pantalon. Puis j'ai fait glisser son pantalon et son boxer. Son engin a claqué contre son ventre par le mouvement. Il s'est alors allongé sur le canapé. J'ai retiré aussi mon jean et me suis assis à l'autre bout du canapé. On était assis là, la main s'agitant pour nos queues en feu. La scène changea à l'écran, la meuf taillait un pipe au gars. Benoit réagit, en disant « Elle sait pas s'y prendre, » J'approuvai et lui demandai si celles qui couchaient avec lui le suçaient aussi. Il m'a répondu que oui, la plupart, mais quelles n'étaient pas toutes douées à ça. J'acquiesçai une seconde fois, en déclamant l'ignorance des femmes pour les zones érogènes masculines.
Après deux ou trois minutes à nous astiquer, Benoit se tourna vers moi pour me demander si je ne me taperais jamais un mec. « J'y ai jamais pensé. Je suppose, si je suis excité à fond, je pourrais bien essayé ouais. » Il me regarda me branler puis sortit « Ca t'embêtes si je la touche, j'ai jamais touché la queue d'un autre gars » Je lui dit O.K, que ça ne me posait pas de problèmes. Il se rapprocha de moi et posa sa main autour de ma bite avant d'entamer des vas et viens. Je fermai mes yeux m'imaginant la brunette que je m'étais tapée deux semaines auparavant. Benoit m'avoua qu'il était hyper chaud et qu'il voulait gouter sa première bite. J'acceptais encore. Je sentis sa chaude respiration proche de ma queue puis ses lèvres. Il l'enfonça dans sa bouche jusqu'à profond dans sa gorge. La sensation était merveilleuse. Il commençait à pomper et à chaque fois qu'il arrivait sur mon gland il y donnait un coup de langue. Je prenais mon pied, complet.
Il continuait à sucer, je me sentais orgasme proche. Il retira ma queue de sa bouche pour me demander si j'aimais. Je lui répondis que oui, que c'était super et qu'aucune femme ne m'avait donné pareil plaisir. Il me demanda ensuite si je voulais lui faire aussi à lui, une pipe. J'étais pas tellement « tourné mec ». Il me dit que ce n'était pas grave, mais qu'il pensait que je voulais essayer et qu'il voulait aussi voir combien les mecs sucent mieux que les femmes. Je réfléchis un moment, pour finalement dire « OK j'essais juste cinq minutes » Je me penchai vers sa grosse bite, elle était déjà humide d'excitation, je léchai son gland, c'était sucré et collant. J'ouvris ma bouche pour y mettre son gland. L'odeur était assez agréable, y avait même quelque chose de sensuel. J'en pris plus dans ma bouche et commençai à pomper. Benoit gémit « Mec, c'est trop bon, continu » Plus je sucer plus j'aimais ça. Ma queue à moi était au bord de l'explosion alors que je l'astiquai doucement.
Benoit commença à enfoncer sa bite plus profondément dans ma bouche et cria. Il était prêt à éjaculer. Devais-je me retirer où le laisser jouir dans ma bouche pour voir le gout ?
Je décidai de ne pas bouger et de savourer le fruit de son plaisir. Je donnai un dernier va et viens et je sentis son sperme chaud emplir ma bouche. C'était amer, mais pas dégueu. Plus il giclait, plus j'en demandais. Quand il eut fini, il alla se coucher sur le canapé.
J'étais tellement chaud à la vue de la meuf qui se faisait bouffer la chatte à l'écran j'atteignais le point de non-retour. D'un coup Benoit vint vers moi pour pomper furieusement ma bite. Je sentis mes couilles se contracter et d'un soupir je lâchai tout dans sa bouche. Il continuait de sucer, mon foutre continuait de jaillir. J'étais sur une autre planète. Toujours à sucer je me sentis avoir un autre orgasme. J'éjaculais à nouveau une autre charge, à quelques secondes d'intervalles. Il n'arrêta pas jusqu'à ce que ma queue se ramollisse. Il se redressa. « Waou, mec, c'était génial »
Je m'assis sur le canapé et mis peu de temps à m'endormir. Trois heures plus tard, je me réveillai, Benoit dormait. Son pantalon était toujours au niveau de ses genoux et son sexe flasque reposait contre sa cuisse. La télé était encore allumée, mais elle affichait le menu du DVD. J'ai pris la télécommande pour l'éteindre.
Je me suis assis pour réfléchir à ce qu'il s'était passé. J'avais sucé un mec, branlé sa queue, il m'avait fait la même chose. C'était dur à imaginer. J'étais hétéro, lui aussi. J'ai regardé Benoit dormir. Je regardai la queue que j'avais bouffée, j'avais quand même pris mon pied ! Je me surpris alors à m'allonger près de lui, la tête contre sa queue toute molle. Je commençai à le sucer à nouveau. Il ne tarda à bander. Il dormait, ça se voyait à sa respiration. Je continuai à gouter à son morceau, ses hanches commençaient à accompagner les mouvements. Ses mains prirent les miennes. Réveillé, il enfonça sa queue dans ma bouche, elle finit par trembler et déverser son liquide visqueux. « C'était une surprise » me dit-il.
Je me suis relevé, « je ferais mieux de rentrer » ai je dit. Il était 4 heures du mat' et je devais rentrer prendre une douche et me préparer pour le boulot. Je commençais à 7 h 30. Puis Benoit m'a dit « Tu te rappelles quel jour on est ? C'est dimanche, pas de boulot » J'avais totalement oublié.
Alors, il s'est levé et a attrapé ma main. « T'as besoin de te reposer, viens va te coucher » Il m'a accompagné à sa chambre, j'ai enlevé le reste de mes vetement avant de me mettre dans son lit. Il s'y est glissé aussi et on s'est endormi son bras contre moi. Après m'être réveillé totalement en forme, j'ai mis mes habits » on se voit lundi » j'ai dit.
Lundi vint, j'allai au bureau. Benoit était là. « Bonjour, Hugo, t'as prévu quelque chose ce soir ?
-Non, répondis-je.
-Cool, on s'prend une autre cuite ce soir ?

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.