827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Le pote de mon fils
Salut ! Je suis Erick et je vais vous raconter une histoire qui m'est arrivée fin mai de cette année. Mais avant tout je me décris : Marié, 45 ans 176 76 cheveux blancs courts, yeux verts, lunettes, corps glabre imberbe, style rugbyman, hétéro actif jusqu'à présent (avec sûrement une orientation latente gay restée sûrement depuis les exaltations entre copains de mon adolescence), non circoncis, sexe et couilles intégralement rasés. Trois grands enfants dont un vivant encore au foyer familial pour ses études au lycée. Bref dans le moule de la règle d'usage jusqu'à présent ! En sueur, après une journée de travail ensoleillée, je me déshabille entièrement et entre sous la douche. Il est 17 h 30, mon cadet vient juste de partir à l'entraînement de natation pour la compétition du week-end prochain, reste à la maison son pote Victor qui joue sur l'ordinateur de sa chambre, et qui l'attend pour aller au cinéma avec leurs deux copines vers 20 h à son retour dans 2 heures, juste de temps de se changer. Ma femme est partie chez des copines pour une soirée entre gonzesses, comme toutes les semaines depuis 26 ans. Je me retrouve donc seul dans l'appartement avec ce jeune mâle de 18 ans 1 m 85 pour environ 75 kg, cheveux bruns très courts, yeux gris bleus clairs, hummmm ! ! ! ! Que de promesses imaginées... En me savonnant la tête, je songe à lui, à son corps bien sculpté par toutes ces années de sports endurants, à ce sourire ravageur, à ses yeux ensorcelés qui hypnotisent, à ses bras puissants. Je l'imagine de la sorte assis devant l'ordinateur de mon fils absorbé par un jeu débile de son âge. Puis soudain, on frappe à la porte de la salle de bain entre-ouverte. Je sursaute ! - M'sieur c'est Victor ! Quelqu'un vous demande au téléphone ! Vous pouvez venir ? Avec un peu de vergogne, je décide de le mettre mal à l'aise, je sors de la douche et tout nu comme un vermisseau je me dirige vers le salon pour prendre mon correspondant. Je vois bien que, Victor devient rouge de honte et se détourne de ma nudité, mais bizarrement il reste là au lieu de retourner dans la chambre de mon fils. A ma grande surprise, ses 18 ans tous neufs ne sont pas effrayés par mon âge. Pendant que je discute avec mon correspondant je me touche le sexe ce qui a pour effet de le faire croître rapidement. Je fais mine d'avoir oublié le jeune Victor qui ne sait plus quoi faire. Je vois que son jeans prend des volumes au niveau de son bassin. Une barre maintenant traverse sa brayette de part en part. La conversation téléphonique s'éternise et mon jeune ami est de plus en plus mal à l'aise. Il décide de se mettre torse nu et retire ses chaussettes. Je le regarde avec un air sévère et austère pour le décourager, mais Victor reste en jeans et s'étire vers l'arrière faisant jouer ses abdos et tous ses muscles. Un filet de poils bien noirs part de sa brayette et s'arrête juste en dessous du nombril. Le filet est court mais parfaitement fourni. Ma bite est maintenant à l'horizontale, battant lourdement au rythme de mon coeur. Elle a des dimensions correctes 18 cm sur 6 non circoncise, un beau prépuce qui recouvre un gros gland, et entièrement rasée. Mes couilles à cause du froid se sont resserrées sous ma queue et la chair de poule envahit tout mon corps. Victor a retiré son jeans et reste en caleçon bien entrebâillé au niveau de la brayette. Avec indécence je prends ma bite et la tape sur la table de la salle à manger, mon interlocuteur va terminer et je raccroche assez essoufflé. Victor s'approche de moi, qui suis pétrifié, et introduit ma bite dans son caleçon à l'aide de ses mains en rejetant sa tête en arrière. Je sens la chaleur de son corps sur ma bite et ses poils soyeux chatouillent mon pubis rasé ! Je ne touche ce jeune mâle qu'avec ma queue mais cela me procure des sensations extraordinaires. Je m'appuie en arrière sur le buffet et décide de rester passif pour la première fois de ma vie ! Victor commence à me pincer les seins, et à introduire un index dans ma bouche pour l'humidifier ; ce mec est dingue parce qu'il pose de suite son doigt mouillé sur mon anus pour le pénétrer sauvagement. J'écarte mes cuisses pour lui faciliter le travail, maintenant il me pistonne avec son index et ça commence à me chauffer le cul. Je l'entends qui marmonne « sale pédé » ! Je réagis et dans mon fort intérieur je cogite que je vais lui en donner moi de la bite ! Il se relève descend son caleçon et m'appuie sur la tête pour que je le suce. Sa queue non circoncise est plus grande que la mienne, ce qui me complexe par rapport à mon âge, mais ses bras puissants m'obligent à le sucer jusqu'au bout ! Ce jeune étalon est viril au possible. Il bouge son corps pour me pénétrer la bouche comme si c'était la chatte baveuse de sa copine. De temps à autre il ressort sa bite et me flagelle le visage avec. Mais j'ai décidé de ne pas me laisser faire par cet étalon bien trop présomptueux, d'ailleurs comme tous les jeunes mâles fougueux de son âge. Je me relève brusquement, le retourne et me mets à lui bouffer son petit cul bien serré. Il est vraiment bien velu et entre les couilles et le cul, une forêt de poils qui sentent fort la transpiration voire plus si vous voyez ! Ma langue force le passage de son anus et il commence à haleter fortement, j'introduis un doigt, il pousse un petit cri, je tourne le poignet et ressortant mon doigt pour bien le travailler, il crie à nouveau et j'introduis deux doigts. Il essaye de retirer ma main, mais je ne cède pas et travaille son cul et j'introduis un troisième doigt. Ses muscles jouent sur tout son corps, il est magnifique, la sueur perle partout et son corps luisant va me pousser à l'enculer. Je crache sur mon gland une salive bien épaisse et en lui écartant les fesses, je lui demande dans un moment d'hésitation : - Tu es bien majeur Victor ? Quand il me répond oui, je force le passage de son anus serré et d'un coup l'encule jusqu'à la garde. Il panique, il me dit d'arrêter, qu'il a trop mal, je lui dis ne t'inquiète pas je vais te faire que du bien. Après quelques instants sans bouger, je le prends par la taille et je me mets à l'enfiler avec rythme. Il beugle tout ce qu'il sait mais ses plaintes se transforme rapidement en gémissements, des gouttelettes de transpiration coulent le long de ses cuisses poilues, ses cuisses sont bandées à mort, il est beau dans l'effort et la soumission, je caresse son torse, pince ses seins, mais refuse de toucher à sa bite qui bat contre le dossier du canapé. Je sens le sperme qui effectue son trajet je long de mon corps, j'étouffe un cri et balance toute la purée dans ses entrailles jusqu'ici vierges. Il pousse un ohhhhh ! Et vois son sperme couler le long du canapé. Je me retire lentement de son cul, il beugle encore une fois et se retourne et me décoche un direct à la mâchoire. Tout en s'excusant du geste instinctif qu'il vient d'accomplir m'aide à me relever et il me dit : putain c'est la première fois, mais qu'est-ce que c'est bon ! Je ne suis pas pédé mais franchement c'est exquis ! Je lui prends son sexe dans la main, et de la sorte, le tire vers la salle de bain pour le laver entièrement. On s'enfila sous l'eau tiède de la douche que je venais de faire couler. Sa queue devenait de plus en plus raide au fur à mesure qu'on s'embrassait. Nos lèvres humidifiées s'échangeaient de longs baisers enthousiastes. Ses mains glissaient sur mon dos pour arriver à mon cul. Il le caressa et le massa. Je sentis un doigt s'enfoncer puis deux. Mon cul s'ouvrait vite à lui. Nos baisers étaient de plus en plus profonds qu'il me doigtait. Je me suis détaché de lui. Ses yeux ne me quittaient plus. Il me dévisageait comme si je n'allais pas lui résister très longtemps. Il s'approcha de moi et me plaqua contre le carrelage de la douche. L'effet froid du mur et l'effet chaud de son corps contre moi me faisaient triquer encore plus. Il arrêta la douche et se mit à genoux et me pompa et entrepris un anulingus. Il me léchait ma rondelle tendre. Il sentait que je me détendais car j'écartais mes jambes afin que sa langue rentre plus. Moi qui étais vierge de ce côté là, je n'eus pas trop le temps de réfléchir car il me pénétra d'un coup m'arrachant un cri de douleur. Son instinct de jeune mâle impétueux repris le dessus, il me dit « ta gueule, je vais aussi te niquer » ; en effet les minutes qui suivirent furent difficiles pour mon anus en feu, élargi au maximum était malmené par une barre très large et virile, et percuté par deux grosses couilles pendantes. Je sens quelque chose de bizarre en moi, la sensation de malaise fait rapidement place au bonheur. Sa queue rentre et sort de mon cul. Lorsqu'il est en moi, je sens mon arrière-train se contracter et se placer à la forme de sa queue, c'est très agréable. Je sentais ses poils contre mes fesses et ses muscles contre mon dos, je jouis de-nouveau de la bite sans me toucher, ma tête faillie éclater, jamais je n'avais explosé comme ça, ce fut bestial et profond, ses 20 cm me paraissait beaucoup plus tant ils étaient puissants. Puis tout à coup je sentis sa tige se contracter, je la touchais et sentais les spasmes et sa jute remplir mes intestins, il poussa un long râle de plaisir, et je sentis l'air s'engouffrer dans mon cul, tant il était ouvert. Nous reprîmes notre lavage de nos corps mutuellement en nous embrassant de-nouveau tendrement, en me faisant promettre de rien dire à personne surtout pas à mon fils. Après s'être habillé et remis de nos émotions, il m'a avoué que sa copine ne voulait rien lui faire avant le mariage et que l'amour entre hommes était délicieux, vraiment bon, même si on était pas « des pédés » et qu'il recommencerait bien avec moi. Pas mal ce petit mec « hétéro » ! Je crois bien qu'il ait ressuscité mon orientation homosexuelle, qui se confirme de minute en minute en sa présence, souvenirs de mes exaltations entre camarades de pensionnat ! Tous les deux épuisés, on s'installe avec un verre bien mérité, lui avec des bandes dessinées moi avec mon quotidien sur le canapé du salon et, on attend mon fils et leurs deux copines comme si de rien n'était, et qui ne tardent pas d'arriver. En partant ce vicieux de Victor me met la main au paquet discrètement en me clignant un oeil et en me disant à très bientôt. Ça c'est une autre histoire ! Si vous le voulez bien, en effet je l'avoue, j'ai recommencé une nouvelle fois depuis avec lui ! Ces jours derniers lors de la canicule d'août, mais se fut une relation plus apaisée et pacifiée. Je crois que chacun a trouvé son compte une nouvelle fois !

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.