827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

En stop
Cette histoire se déroule en banlieue de Québec. J'habitais, à l'époque, encore chez mes parents, dans une banlieue-dortoir près de Lévis. J'avais 19 ans, gai affirmé et une énergie sexuelle débordante (c'est toujours le cas... Je suis scorpion ! !). Je fais 1m78, 85 kg... (Je me suis déjà décris dans ma première histoire)... yeux bleu, cheveux châtain, une belle queue de 7'5'' (17 cm) et je suis un peu exhibitionniste... disons que je n'ai pas du tout de scrupule.
J'étais allé au cinéma Lido à LÉVIS voir "Bienvenue à Plaisantville" avec ma meilleur amie. Nous étions tous les deux très fort sur les argumentations solides et corsées. Après le film nous avons commencé à discuter vivement sur le film qu'on venait de voir et, de fil en aiguille, la discutions est devenue une engueulade sur un sujet sûrement métaphysique... (On était vraiment des psychosés de la vérité) !
Évidemment, nous étions bien obstinés et nous avons donc décidé de repartir chacun de notre coté pour nous laisser respirer. C'était abrupte mais normal, à l'époque, ce genre de conclusion de discussion. Ce fut probablement une des décisions les plus savoureuses que j'ai pris dans ma vie !
Je me suis donc mis à faire de l'auto-stop sur le boulevard de la rive sud pour pouvoir retourner chez moi. J'étais un peu irrité par la conversation et surtout il faisait un froid horrible. Nous étions en plein mois de février. Heureusement, quelqu'un m'embarqua assez rapidement.
Ce quelqu'un était un homme dans la quarantaine, mais ce genre d'homme qui reste beau toute leur vie ! Il faisait chaud dans sa voiture et il était à son aise en t-shirt avec un beau jeans qui laissait deviner une virilité impressionnante. Son t-shirt moulait un torse bien musclé et ses manches courtes rebondissaient sur ses biceps. Les yeux noisettes, les cheveux noirs, un teint basané...bref...un maudit bel homme !
Alors, il me demande ou je me dirige, je lui réponds. Il me demande ensuite qu'est-ce que je fais là, à faire de pouce à -30 degré.
C'est à ce moment que j'ai eu la présence d'esprit d'inventer une belle petite histoire pour afficher mes couleurs et pour peut-être obtenir ce que je voulais. Je commence donc à lui raconter que je viens de m'engueuler avec ma blonde et que je crois qu'on est plus ensemble. J'enchaîne en disant que les filles sont toutes pareils, qu'elles pensent juste à elles, que je suis bien mieux tout seul.... Lui, sur un ton compatissant il me demande ce qui a causé cette fin douloureuse.
Je suis sur la bonne voie...il croit mon histoire... il veut en savoir plus...mais ce n'est pas de la compassion que je veux...c'est sa queue ! Je bredouille alors quelques mots sur une infidélité que j'aurais commise...sans trop être clair. Il me demande alors s'il a bien compris que j'avais trompé ma blonde. Moi, je réponds que oui mais que ça ne veut rien dire, que c'était juste pour essayer...et la je me retourne vers lui et je lui dis que je suis pas gai mais que j'ai essayé avec un de mes amis et que ma "blonde" l'a su par une autre personne pis que c'est une longue histoire.
J'avais des papillons dans l'estomac. Comment allait-il réagir ? Peut-être était-il homophobe ? Mais les papillons étaient là aussi parce que je trouvais ça bien drôle d'inventer tout ça et je trouvais ça bien excitant la possibilité qu'il se passe quelque chose. Et c'est à ce moment que la vie me fit un beau cadeau :
-Écoute, je comprends, je suis gai. J'ai déjà essayé avec une fille pis ça fait pas de moi un hétéro ! Qu'il me dit tout sourire.
On part à rire tous les deux. Après quelques secondes, c'est le retour du silence, un silence pesant. Moi, je suis déçu d'être tomber sur un gai compréhensif au lieu d'un pervers. Je regarde par la vitre le paysage défiler...on est déjà rendu à St Romuald, à 10 minutes en voiture de chez mes parents.
C'est alors qu'il me demande si j'ai repensé à mon aventure avec mon ami, depuis. Moi je lui réponds que oui... que je n'arrête pas d'y penser et que c'était vraiment le fun.
Et la il me dit que ça se peut que je sois gai et que ça ne serait pas plus grave. Je sentais qu'il avait envie d'aller plus loin mais qu'il ne voulait pas dépasser les limites du politically correct, alors je lui réponds qu'en plus, mon ami me suçait mieux que ma blonde le faisait. Je dis cette phrase en m'enfonçant un peu plus dans mon banc et en faisant semblant de vouloir cacher l'érection qui commençait a naître dans mon pantalon.
Je le vois qui remarque mon mouvement...je vois son excitation...alors je commence a me masser un peu plus.
Il me dit alors que je peux me mettre à mon aise. Je fais ni une ni deux... je descends mon pantalon, et mon boxer et je commence à masturber ma belle queue qui pointe déjà très haut.
Lui il se masse tout en conduisant et en gardant un oeil sur moi. Je m'offre en spectacle, dans sa voiture (c'est la nuit, personne peut voir dans la voiture.)... j'enlève mon gilet et me caresse les pecs tout en me branlant. De temps en temps, il cesse de se masser pour venir me prendre les testicules avec sa main, me les caresser.
Malheureusement nous étions déjà rendus presque chez moi. Je remets mes vêtements en vitesse. Nous sommes maintenant devant chez mes parents... Il immobilise la voiture...je mets ma main sur son entrejambe et l'invite à venir terminer tout cela dans ma chambre et en silence pour ne pas réveiller mes parents.
Il accepte. Nous entrons alors chez mes parents et descendons dans me chambre. Aussitôt entrer, je me mets a genoux et m'affaire a sortir sa queue de sa prison. Je découvre alors un beau pénis d'au moins 9' (22cm) avec deux belles couilles et le tout complètement rasé. Je me mets alors à le sucer goulûment. Je prenais vraiment mon pied mais lui ne l'entendais pas de la même façon. Il me voulait au complet... Il voulait toucher a mon jeune corps de 19 ans.
Je me laissai donc faire lorsqu'il me coucha sur le lit pour me sucer, et lorsqu'il le leva les jambes pour me manger le cul je n'ai rien dis non plus. Je savourais le plaisir de se faire manger le cul pour la première fois. Il me le mangea longtemps tout en me masturbant, si bien que lorsqu'il amena sa queue a l'entré de mon cul la résistance fut brève. C'était dans les première fois que je me faisais enculer et je n'y prenais pas vraiment de plaisir encore. Je lui ai dis. Il me rassura et commença tranquillement à me pénétrer...
Bizarrement je ne ressentais que du plaisir. Je sentais sa queue cm par cm entrer dans mon cul. Il me sodomisait avec douceur. Bientôt, c'est moi qui me mis à le chevaucher. Il me demandait de me retenir de venir. Je me retenais, lui aussi. C'est alors qu'il sorti de mon cul et se mit à quatre pattes devant moi... Je compris illico et j'enfonçai ma queue d'un grand coup. Nous avons fais a peu près toutes les positions pour finir lui sur le dos avec ses jambes sur mes épaules. Nous avons tous les deux éjaculé sur son torse... quelques jets sont allés sur son visages. Je me suis penché pour l'embrasser... Mon corps tremblait de plaisir, de fatigue. Il avait un peu de nos spermes dans la bouche... J'étais aux anges.
Quelques minutes plus tard, il se rhabilla, je le raccompagnai à la porte et avant de partir il me dit qu'il n'avait jamais été défoncé comme ce soir là. Je suis allé me recoucher comblé et encore excité.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.