827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Comment corrompre un motard de la police
Samuel était tout heureux ! Enfin les vacances ! Trois semaines à Sitges où il allait avaler des kilomètres de zob. Il venait de Lyon et roulait vers Paris pour passer quelques jours avec son pote de baise Franck. Franck avait une queue divine, épaisse et longue, et des couilles pendantes et grosses comme des mandarines. 5 jours avec Super Franck, c'était un bon apéritif avant le plat de résistance espagnol ! Il quitta l'autoroute pour prendre un itinéraire bis et se retrouva sur une départementale presque déserte. Trop bien ! Bordée d'arbres feuillus, la route était agréable et récemment goudronnée. Pas une voiture à l'horizon. Pressé d'arriver chez Franck, il appuya sur l'accélérateur de sa C3 panoramique et les arbres se mirent à défiler à toute vitesse. Il sursauta en entendant le bruit d'une sirène de police. Il regarda dans le rétroviseur. Et vit une moto qui se rapprochait de lui. Le flic casqué lui fit signe de se rabattre et de se garer. Samuel déglutit; il n'avait plus que 2 points sur son permis et risquait de les perdre. Il se gara, pendant que le motard en faisait autant. Il descendit de sa moto et se dirigea vers la voiture. Samuel baissa la vitre. - Bonjour monsieur l'agent, je sais j'allais trop vite mais il n'y a personne sur cette route et... - Papiers s'il vous plait, dit le flic, coupant Samuel d'une voix rauque, grave et tranchante. Un noeud dans la gorge, Samuel tendis son permis. Le flic examina le document. Comme il portait des lunettes noires, il était impossible de deviner son expression, mais l'amertume des plis de sa bouche ne laissait rien présager de bon. - Vous savez à combien vous rouliez ? - Heu... 100 ? - 130. Soit 40 kilomètres au dessus de la vitesse autorisée. Vous vous croyiez sur l'autoroute ? - Non, mais il n'y a personne et je me disais qu'il n'y avait pas de mal à... A ce moment, une voiture passa. Le flic eut un rire sarcastique. - Vous n'êtes pas tout seul à rouler, Monsieur. Je dois vous verbaliser. Ça fera 45 euros et un retrait d'un point ! Vous payez tout de suite ? - Oh non Monsieur, pas de retrait ! Il n'y a... pas moyen de s'arranger autrement ? Le flic eut un rire retentissant qui effraya Samuel qui ferma les yeux. - Si, il y a moyen mais il faut que tu sois une petite pédale bien obéissante ! Samuel rouvrit les yeux. Par l'encadrement de la vitre baissée, il voyait la braguette enflée du flic. - Alors ! tonna la voix au dessus de lui, on n'ouvre pas son paquet cadeau ? Samuel baissa la fermeture éclair. Il découvrit un boxer chiné à braguette boutonnée. Il défit les trois boutons et en extirpa... une monstrueuse bite en érection. Ce n'est pas qu'elle était longue mais elle était épaisse, vraiment très épaisse comme une canette de bière. Samuel la branla, découvrant un gland brun appétissant. Il se mit à le lécher, à tourner sa langue autour, à titiller le méat d'où parlaient quelques gouttes. Puis il le serra entre ses lèvres, avança le visage au fur et à mesure qu'il engloutissait l'épaisse pine du policier. Samuel avait une grande bouche et pourtant, il dut étirer les lèvres à fond pour gober entièrement l'énorme bite démesurée. Ravi d'en avoir plein la bouche, il se mit à sucer; lentement d'abord, puis de plus en plus vite. Il se débraguetta pour se branler en même temps. Cela dura un bon quart d'heure où il suçait de tout son coeur cette délicieuse grosse queue policière. Il avait sorti les couilles hors du pantalon, deux gros oeufs de chair plissée et brune et les caressait tout en suçant. - Gobe mes grosses burnes ! tonna le motard. Samuel obéit, avala une couille, puis l'autre, les téta, les fit rouler sur sa langue, les aspira, pendant que le flic poussait des râles de plaisir. - BRANLE-MOI PETIT PEDE ! Samuel s'exécuta, écoutant les halètements du flic qui se mit à grogner. Samuel le branlait d'une main et de l'autre se masturbait aussi. Le flic se retira d'un coup et Sam eu juste le temps de voir sa bite repasser par la fenêtre avant qu'elle ne lui asperge le visage de quatre ou cinq jets de sperme blanc, laiteux et épais. Il entendit un soupir de satisfaction. Le visage du flic apparut par la vitre. Il souriait. Il avait de belles dents blanches, une barbe de deux jours qui ombrait sa mâchoire carrée. - C'est bon, tu as payé ton amende, petit. Tu peux partir. Essuie-toi le visage et attention, pas plus de 90 km/h ! - Entendu Monsieur, dit Samuel en s'essuyant le visage à l'aide d'un kleenex. - Petit ? - Oui Monsieur ? - T'es le meilleur suceur que j'ai rencontré ! - Merci Monsieur. - De rien, hasta la vista ! Et il s'éloigna, marchant virilement vers sa moto qu'il enfourcha, puis démarra dans un vrombissement du tonnerre. Samuel respira alors que la moto s'éloignait, souffla de soulagement. Il regarda sa queue ramollie. Pour une fois, il avait donné du plaisir sans en recevoir. Enfin si, il avait adoré téter la pine et gober les couilles du flic. Mais il n'avait pas joui. Il réveilla sa queue en la caressant puis se masturba en imaginant le flic aux lunettes noires en train de le sucer en poussant des cris de femelle. Il jouit en cinq minutes, inondant le tableau de bord. Il essuya son sperme avec un autre kleenex, puis mit sa ceinture et démarra tranquillement, apaisé et enthousiaste à l'idée de baiser avec Franck dans quelques heures.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.