827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Le plombier
J'avais été obligé de fermer le robinet général qui alimentait mon appartement, car la fuite se trouvant avant la robinetterie, pouvait entrainer un dégât des eaux important qui pouvait endommager non seulement le sol sur mon palier, mais également le plafond des voisins du dessous. Après plusieurs coups de fil au concierge, celui-ci me rassura et me confirma que les plombiers de l'immeuble allaient venir dès que leur intervention en cours serait terminée. En effet vers onze heures, on sonna à la porte : un petit blond d'une trentaine d'années, vérifiant mon nom sur sa fiche d'intervention, me dit qu'il était venu au plus vite, mais qu'il avait dû laisser ses collègues pour venir me dépanner. Il entra, portant une lourde sacoche de cuir, dont la bandoulière plaquait son bleu de travail sur des épaules rondes et des pectoraux proéminents et fermes.
Dans un fracas, il posa son matériel dans la cuisine, tout en remontant son pantalon qui semblait un peu grand pour lui. Il semblait avoir des jambes trapues et une taille étroite, ce qui pouvait expliquer le bâillement de sa ceinture ; : « Je viens de faire un régime, j'ai perdu trois kilos » s'excusa-t-il, puis il m'expliqua brièvement que sa femme, qui le trouvait trop rondouillard, surveillait son alimentation et l'envoyait à la salle de gym trois fois par semaine. « en tous cas, on voit le résultat ! » lui dis-je avec un sourire, qui sembla le rendre très fier.
Il se glissa sous l'évier et commença à réparer la tuyauterie. Seul le bas de son corps dépassait, et je pouvais admirer le galbe de ses cuisses et de ses mollets, la largeur de ses genoux, et la sculpture de son bassin et de son service trois pièces que le pantalon légèrement trop grand moulait assez impudiquement. Il ressortit de son trou, fouilla dans sa besace. Il accepta volontiers une boisson, la but goulument, et retourna armé d'une grosse clef se glisser sous le meuble, probablement pour dévisser un siphon.
Soudainement, la pression accumulée dans la tuyauterie, se libéra de sa compression et dans un jet, répandit bruyamment trois ou quatre litres d'eau sale et nauséabonde. Il jura, s'extirpa de l'endroit, et je lui tendis un chiffon pour qu'il se sèche, il essuya ses yeux et se remit à jurer après m'avoir remercié. Ses cheveux blonds, bien que courts, étaient collés par endroits par des saletés se trouvant dans le tuyau. La couleur de l'eau sale venait assombrir son beau visage rond, et seuls ses yeux bleus et ses dents semblaient propres !
Jurant à nouveau il trouva une deuxième clé avec laquelle il repartit changer le joint défectueux. Je voyais tous ses muscles se tendre alors qu'il faisait les derniers efforts il se retira, puis avec un grand sourire illuminant de blanc son visage crasseux il me dit : « ça y est, ça marche ! » Il sortit sur le palier, rouvrit le robinet d'arrivée, rentra pour constater que tout fonctionnait normalement, et s'en réjouit.
Il me demanda s'il pouvait se laver les mains et le visage, mais sa veste entière était trempée et je lui proposai, sans réfléchir, de prendre une douche : « je ne veux pas vous déranger » me dit-il, mais il ne fallut pas longtemps pour qu'il accepte. Je lui montrai la salle de bains et allai lui chercher une serviette. À peine une minute plus tard, je rentrai dans la salle de bains : le petit plombier avait tout enlevé, et à poil, une jolie bite rose en semi-érection, faisait couler l'eau de la douche en attendant qu'elle se réchauffe. De profil, il pouvait difficilement se cacher et bandait de plus en plus dur. Son corps était rose et doré, sûrement de récentes expositions au soleil ; des poils blonds foncés assombrissaient de puissantes cuisses rondes, et formaient une ligne dorée descendant en triangle de la cambrure de ses reins. « Pardon, je suis un peu tendu... » fit-il, en montrant du menton son incoercible érection. « mais je vois que je suis pas le seul ! » En effet, mon pantalon de sport en coton léger ne pouvait masquer mon état. Aidé d'un toupet inhabituel je m'approchai et commençai à le savonner, m'attardant sur la bite qui bandait maintenant horizontalement. Lui ne bougeait pas, il ne faisait rien, avait simplement fermé les yeux et jouissait de ces caresses voluptueuses. Il n'avait probablement jamais eu aucune expérience, ou peut-être une fois ; il ne semblait plus du tout aussi professionnel dans ce domaine que dans son métier, il semblait timidement profiter du plaisir tel qu'il se présentait, mais n'aurait sûrement jamais rien provoqué. Dans ces tuyaux-là, c'était moi le spécialiste !
L'eau coulait abondamment, chaude et massait sa peau dorée de myriades de bulles.
J'en interrompis le jet un instant pour savonner abondamment le chérubin, masser ses cheveux épais avec du shampooing. Le petit plombier était rempli d'une mousse blanche et onctueuse, dont j'utilisai les propriétés pour le branler vigoureusement. Il se colla au mur, haleta soudain puis dans de violentes contractions propulsa trois jets de plaisir qui vinrent s'écraser bruyamment sur le carrelage.
Après qu'il se fût vidé de sa dernière goutte je le rinçai abondamment, alors qu'il demeura silencieux, arborant seulement un sourire reconnaissant et presque pudibond.
Je signai sa fiche d'intervention sur laquelle était noté : « diagnostic, réparation, vérification et essai de l'installation ».

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.