827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Quatuor black pour blanc-bec
Nous avions, mon amoureux et moi, un ami dont nous étions sûrs qu'il était gay. Pas qu'il ait été efféminé ou qu'il ait déjà regardé un homme avec un regard gourmand, mais l'absence totale de femmes dans sa vie et ce, depuis toujours (il avait 30 ans maintenant), nous amena un jour à nous questionner sur sa véritable orientation sexuelle. Mais ce qui confirma nos doutes, c'est qu'il avait un jour rougit en tentant de dissimuler un érection naissante lorsque nous avions tenté de l'intégrer à nos ébats sexuels. J'imagine que c'est la peur de s'avouer homosexuel, même si moi et Hervé étions un couple gay assumé, qui le força à s'éclipser en prétextant avoir quelques chose de plus urgent à faire. Hervé et moi nous étions regardés en riant et nous avions poursuivi nos jeux amoureux en duo... Tant pis s'il se refusait à son propre plaisir !
L'humour absurde que mon ami de coeur et moi avions toujours privilégié dans nos discussions concernant nos amis nous incita un jour à nous l'imaginer en compagnie de quatre grands Blacks qui lui feraient sa fête et qui l'inciteraient à sortir du placard. Nous nous marrions bien de cette image à chaque fois que nous l'évoquions mais elle fit bientôt partie de nos petits fantasmes secrets. Mais un soir, malgré moi, cette plaisanterie que nous avions gardée pour nous tout ce temps m'échappa comme un savon mouillé. C'était certainement en raison de la quantité d'alcool effarante que j'avais consommée pendant la soirée...
Il rit beaucoup et nous assura qu'il ne voulait en aucun cas que nous fassions venir ces quatre grands Blacks. Mieux valait mourir s'exclama-t-il ! Mais je n'étais pas d'accord, il fallait que ce plan chimérique se transforme en réalité. J'étais allumé par la possibilité qu'une telle baise se matérialise et qu'on puisse la mater, mon mec et moi. Finalement, je me décidai à convaincre mon homme d'organiser ce gang bang ici-même, dans notre appartement.
Deux problèmes se posaient cependant. Le plus ardu à résoudre était de dénicher le fameux quatuor de Noirs qui accepterait de baiser notre pote sans que cela ne nous en coûte trop... Et il fallait aussi désinhiber notre ami qui ne se laisserait pas passer dessus aussi facilement. Nous avions beau être sûrs qu'il aimait les hommes, la perspective de quatre grands Blacks qui font la file derrière soi n'a rien de rassurant et ce, pour quiconque ! Du moins, c'était vachement drôle et excitant !
Nous trouvâmes les quatre grands Blacks en cherchant auprès de notre entourage pendant une bonne semaine à temps perdu. L'un des Blacks était un collègue grivois dans la vingtaine, un autre était un copain de mon petit ami. Nous dûmes engager les deux autres en plaçant une annonce dans les journaux. Nous achetâmes de l'alcool pour concocter un punch qui allait dégourdir notre pote le temps d'un soir. Nous avons donc préparé une boisson qui avait le goût de fruit mais qui avait une forte teneur en alcool. Il fallait un breuvage qui plaise coûte que coûte à quelqu'un qui n'aime pas le goût de l'alcool, et encore moins la sensation qu'elle procure, comme c'était le cas de notre ami. Bref, nous allions fabriquer une boisson traître qui rentrerait bien dans le gosier de notre ami et qui l'assommerait un peu...
- La fin justifie les moyens, dis-je à mon mec qui, au dernier moment, souhaita reculer et tout arrêter.
Lorsque j'ai une idée qui me plait particulièrement, le diable en personne ne pourrait me dissuader de la mettre à exécution, même sous menace de pourrir pour l'éternité dans la mer de flammes éternelles qu'est l'enfer....
Le fameux soir était enfin arrivé et tout était en place. L'immense bol de punch trônait au centre de la table où nous avions disposé de petits en-cas à la viande. Les quatre grands Noirs devaient arriver d'un moment à l'autre, et être prêts à entrer en scène dès leur apparition. Comme prévu, notre pote entra à cet instant, avec les jeux de table que nous lui avions demandés d'apporter. J'en profitai pour l'avertir que quatre de nos amis allaient se joindre à nous... Il ne broncha pas à l'annonce du chiffre quatre, ce qui m'emplit d'espoir quant au déroulement de la soirée. Nous commençâmes à jouer à trois car nos amis accusaient un léger retard. Nous allions commencer une partie de dominos lorsque la sonnette de la porte retentit. C'est maintenant que ça passerait ou ça casserait, notre pote nous quitterait en furie ou bien au contraire, il rirait et continuerait la partie avec nous... J'avoue avoir été légèrement anxieux à ce moment (même que j'avais retenu mon souffle) où tout menaçait de s'écrouler. Comme les dominos auxquels nous jouions.
Lorsque Stéphane, le plus beau de tous, entra, je me jetai sur ses joues pour l'embrasser lui parlant comme s'il était mon ami depuis toujours. Mon copain m'aida dans cette tâche en accueillant les autres et en prenant leur manteau pour les ranger. Ils se joignirent à nous ensuite, ce qui forma un cercle de sept hommes autour de la petite table ronde, sept hommes prêts à jouer à toutes sortes de jeux... Il allait y avoir du sexe bien chaud, ça c'était maintenant assuré.
Heureusement que nous avions invité notre pote avant les autres car il eut tout le temps nécessaire pour vider la moitié du bol de punch... Il prit leur arrivé en riant mais je m'inquiétais tout de même de la rapidité avec laquelle il avait ingéré mon breuvage sournois. Mes soupçons se confirmèrent lorsque j'entendis mon pote déblatérer une tonne de saloperies tout en plaçant ses pièces de dominos... Mais après tout, mon plan se portait à merveille, je n'avais pas à me plaindre.
Les quatre grands Blacks regardaient notre ami avec beaucoup d'intérêt. Ils jouaient leur tour sans le quitter des yeux, ne serait-ce qu'une seconde. Mais notre ami n'était pas le moins du monde mal à l'aise et s'amusait même à les fixer droit dans les yeux d'un regard brûlant. Je compris qu'il était temps de jouer à un autre type de jeu...
Mon copain et moi prîmes congé, prétextant avoir à aller chercher des boissons à la supérette Nous leur annonçâmes aussi que nous rapporterions un film pour terminer la soirée en beauté. Ce qui n'était qu'un vulgaire mensonge.
Nous allâmes donc nous installer dans l'armoire à balais qui était juxtaposée à la chambre où le dépucelage avait été prévu. Mon mec et moi étions serrés l'un contre l'autre dans l'obscurité mais nous pûmes voir la compagnie arriver à travers les lattes manquantes de la porte. Le spectacle allait commencer, mon fantasme allait enfin se réaliser !
En voyant que nous avions disparu pour un temps, notre copain put se laisser aller à ses pulsions sans la moindre retenue. Heureusement qu'il ne se doutait pas un instant que nous épiions la scène depuis le début et que nous nous en régalions. Depuis cinq minutes, j'étais agenouillé devant mon mec que je pompais ardemment alors qu'il ne quittait plus la scène des yeux. J'eus droit à une giclée rapide et abondante en bouche, giclée que je me permis de lui mettre en bouche afin qu'il goûte à sa propre jouissance. Puis, ce fut à son tour de s'agenouiller, et au mien de mater la scène par la petite ouverture de la porte....
Notre pote était assis sur le lit les quatre Blacks l'entourant de part et d'autre. Je ne pouvais voir qu'une partie de son corps déjà dénudé ainsi que sa bouche s'activer sur trois hampes monstrueusement grandes. J'aurais bien aimé être à sa place finalement ! Il y avait parmi le lot, un Black à la queue courte et de moindre diamètre mais cela n'empêcha pas notre ami de la pomper avec autant de vigueur que les autres.
Puis, les Blacks entreprirent de se débarrasser de tous leurs vêtements à l'exception de leur t-shirt. C'était très excitant de n'apercevoir leurs fesses, bite et couilles que lorsqu'ils se penchaient. Je vis le mec à la petite bite, alors que ses amis se déshabillaient encore, étendre mon pote sur le lit et lui ramener les jambes sur le torse. Ce dernier se laissa faire, docile, et se mit à gémir lorsque la langue du Black lui lécha la raie du cul pour la première fois. Ces gémissement allèrent en s'amplifiant alors que les Blacks lui léchaient le cul à tour de rôle. Ce devait être franchement bandant pour lui de jouir de quatre langues différentes !
À ce moment de la soirée, la queue de notre ami était bien dure, excité qu'il était par ce traitement de faveur. Mais j'attendais avec un certain amusement le moment où il aurait ces bites dans le cul. Alors là, sa queue voudrait disparaître et se recroqueviller sur elle-même.
Cela arriva plus vite que je ne l'avais prévu, les Blacks étaient décidément très empressés de lui régler son cas. Un fion tout neuf à défoncer en bande, ça ne se voyait pas chaque jour. Bref, le premier à la bite immense et nervuré se plaça entre les jambes écartées de notre pote. Il prit sa queue d'une main et entra dans son cul d'un coup sec. Je me mordis la lèvre, prêt à l'entendre hurler de douleur. Il savait sûrement à quoi s'attendre car le Black put le besogner immédiatement sans avoir à le préparer davantage. Notre ami avait enfoui sa tête dans un oreiller et gémissait légèrement à chacun des coups de bite que recevait son anus. Toutefois, je le vis cambrer les reins, comme pour aller à l'encontre de la queue qui le torpillait, ce qui me rassura sur son état d'esprit. Il prenait son pied, le coquin ! Au fond, qui sait si c'était vraiment sa première fois avec un mec, il semblait avoir l'habitude !
Un peu plus tard, les quatre Blacks étaient étendus sur le dos, notre ami s'empalant sur leur bite à tour de rôle. Pendant qu'il se besognait lui-même sur une tige, les trois autres mecs en profitaient pour se caresser les bourses et pour se branler mutuellement. Je vis même un grivois se lever pour éjaculer au-dessus de la tête d'un des Blacks ! Mais ce dernier n'avait pas dit son dernier mot et il se leva pour rendre la pareille à celui qui lui avait souillé les cheveux, ce qui amusa l'autre qui s'était entre temps étendu sur le lit.
Ceux qui avaient giclé s'était étendus l'un à côté de l'autre. Ils se caressaient et s'embrassaient tout en observant les trois autres s'enculer joyeusement. À ma grande surprise, c'était maintenant le mec à la petite bite qui faisait les frais de notre pote et de l'autre Black. Il se tenait le paquet d'une seule main en grimaçant et en gémissant comme une pute. Ils l'avaient placé de manière à ce qu'il fasse face à l'armoire où moi et mon mec étions planqués. Cette fois, je ne pus m'empêcher de jouir dans la bouche de mon amant qui pompait grave depuis déjà un bon moment.
Finalement, l'un des invités qui baisait l'autre Black finit par jouir dans son cul, suivi par notre pote qui avait un entrain surprenant. Le grand Black à petit chibre était affalé sur le ventre et il se remettait visiblement de ses émotions. Mais lorsque je le vis bouger des hanches et s'effleurer la queue contre les draps, la main entre les cuisses, je sus qu'il venait tout juste de faire un gros dégât de foutre... Pendant qu'il jouissait, notre ami lui caressait les fesses, le dos, lui-même se faisant caresser par celui qui se tenait à son coté et ainsi de suite. C'est sur cette image que je souhaite terminer mon histoire puisqu'en fin de compte, cette délicieuse petite soirée m'a valu de nettoyer du foutre jusque dans l'armoire à balais !

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.