827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Violé par des lascards
J'avais avalé deux bières et m'étais rendu aux toilettes, tout ça super nature, sans idée de drague et sans même chercher à allumer les deux musclors transpirants qui faisiaent manifestement un concours du plus con en commentant les passants de la rue. Je venais de me soulager et de me raffraichir, lorsque je me trouvai nez à nez (disons plutôt nez à torse...) avec l'un des gros bêtes. Son pote était juste derrière à sourire avec le même manque de finesse.
- Dis donc mec, t'as demandé la permission à qui pour venir dans ces chiottes ?
- Ben, je savais pas... J'ai cru que... bredouillé-je sans trop savoir si c'était sérieux.
J'esquissais un petit sourire contris :
- Excusez-moi les gars...
- Ta gueule ! m'interrompis le premier lascar, ses grosses paluches me serrant le torse et me repoussant les fesses contre l'urinoir.
- Faut que tu paies le prix maintenant, me lança l'autre en se continuant à se marrer.
Il était entré lui aussi dans le minuscule espace déjà surchauffé par la promiscuité de nos trois présences. Il me mis d'entrée la main au paquet pendant que de l'autre il me tirait les cheveux en sa direction, me roulant un patin baveux et puant un mélage de clope de de vinasse.
Son pote me maintenait sur l'urinoir, et le dos contre le mur, en s'étant serré contre moi, ses deux paluches montant et descendant de mon torse à mes cuisses.
Je le sentais transpirer contre moi.
Je suais aussi.
- A poil, grosse salope, m'intima le plus costaud des deux, desserant son étreinte mais ponctuant son ordre d'une forte claque sur les fesses.
Son pote, cessant de me fourrer sa langue dans la bouche, se mis contre la porte, me privant de toute retraite.
Les deux bières commençaient à faire effet, et la chaleur aidant, je me sentais bizarrement ivre et assez mal dans mes vêtements.
Je les virais, me retrouvant nu comme un verre dans ces chiottes pas très clean.
Le mastard me passa une main dans la raie culière. Il dû la ressortir toute moite car il me gratifia d'une autre claque sur les fesses :
- Tu mouilles déjà grosse chienne, me sussura-t-il, approchant sa bouche de mon oreille. Il y laissa entrer sa grosse langue baveuse pendant que se collant à moi par derrière, il me tripotait le ventre et, du dessous des couilles, aventurait sa main vers mon anus. J'écartais un peu les cuisses pour encourager ce qui commençait à me chauffer.
- Mais dis donc, on dirait qu'elle aime çà cette grosse truie, lui lança son pote qui matait la scène en se foutant aussi à poil.
L'autre avait atteint ma rondelle, et avait commencé à y introduire un ou deux doigts, aidé par nos sueurs mélangées. Il me donna alors ces doigt à sucer :
- Vas-y, lubrifie moi tout çà...
Il recommença plusieurs fois le manège.
Ces doigts avaient maintenant cette odeur un peu acre de cette crème cicatrisante dont je me pommadais le cul de temps en temps, mélangée à ma bave et aux traces de mon léger manque d'hygiène du matin... mais je ne savais pas que j'allais baiser dans la journée...
Quand il eu bien préparé le terrain, il me fit pencher le tronc vers son pote. Celui-ci était gros, adipeux mais aussi très musclé et fort bien monté. Je n'eu pas trop loisir de regarder son gland qui me paraissait comporter des traces de « yaourt » peu ragoutantes, car il me serra tout de suite la tête dessus, me forçant de deux giffles à engloutir son sexe dèjà bien raide. Comme je me tenais à ses hanches, il pris une de mes mains et la guida vers son derrière, la faisant aller et venir d'une manière telle qu'il n'était pas possible de se méprendre sur ses intentions. Je lui mis un doigt, puis deux, le branlant du cul en même temps que je l'astiquais. Il durent apprécier tous les deux que je retire mes doigts pour les lubrifier dans ma bouche.
Le mastard me fourra sans précaution pendant que je m'occupais ainsi de son pote. J'étais dèjà bien lubrifié et ces doigts avaient préparé le terrain. Sa pénétration se voulait féroce mais, en réalité, je l'accueillis avec plaisir.
Il déchargèrent presqu'en même temps, sur moi. Puis ils se cassèrent comme ils étaient venus... par effraction.
Dommage que ça reste un fantasme...

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.