827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Des auto-stoppeurs surpris
Je suis bi. Il y a quelques années, j'ai découvert le plaisir avec un homme dans une voiture à Strasbourg. J'en ai déjà fait le récit. Depuis, je vis avec une femme que j'aime et qui ignore ce penchant. Je n'ai eu que très rarement l'occasion de jouir avec un homme... Alors, quand cette occasion-là s'est présentée, je n'ai pas hésité un instant.
J'habite à une vingtaine de kilomètres de mon lieu de travail, et ce jour-là, j'avais commencé à 5 heures pour finir à 13 heures. Après avoir pris une douche, je me mis en route pour rentrer chez moi. Sur la route départementale, alors que j'avais parcouru une dizaine de kilomètres, j'aperçus deux auto-stoppeurs, apparemment agés d'une vingtaine d'années et portant jeans et T-shirts. Il faut dire qu'il faisait plutôt beau. Sans arrière-pensée, car je me sentais assez fatigué, je me suis arrêté pour les prendre. Je pensais surtout à rendre service. A peine sommes-nous repartis qu'ils engagèrent la conversation. Ils s'appelaient Marc et Alain. Ils parlèrent de tout et de rien pendant quelques minutes, puis Marc, assis juste à côté de moi, sortit un couteau de sa poche et commença à jouer avec.
- "J'espère que tu n'as rien contre le fait de sucer des queues, parce que les nôtres n'attendent que toi."
Une vive chaleur envahit alors mon bas-ventre et je répondis :
- "Inutile de jouer du couteau. Je suis bi et je crois que je vais aimer ça."
Les deux jeunes hommes eurent un hoquet de surprise et Alain, assis à l'arrière, s'exclama :
- "Dire qu'on pensait devoir te violer !"
Puis il ouvrit sa braguette, extirpa sa bite et se mit à se branler sauvagement, déjà très excité. Marc rangea son couteau et se pencha sur mes cuisses. Il ouvrit mon jean et en sortit ma queue qui commençait à se dresser fièrement. Il mordilla le gland et l'enfourna dans sa bouche. Il réussit à engloutir mes 20 cm de bite bien dure. Je sentis le plaisir arriver trop vite et me mis à crier :
- "Arrête. Avec les hommes, j'ai tendance à jouir très vite."
J'aperçus alors un chemin qui s'enfonçait dans la forêt bordant la route et m'y engageais aussitôt. 20 mètres plus loin, j'arrêtais la voiture et nous sortîmes tous. Toutefois, avant d'aller plus loin, je préférais les avertir :
- "Je vous ferais ce que vous voudrez avec ma bouche et mes mains, mais je ne me laisse pas enculer. OK ?" - "Ca nous va, et maintenant au boulot." répondirent-ils.
Je me mis à genoux devant eux et ils baissèrent leurs jeans. Ils avaient de belles queues bien raides. Le gros gland de Marc m'excitait énormément et je le pris en bouche pendant que je branlais Alain. Mais ce dernier s'était déjà tellement masturbé que je sentis rapidement la première giclée de son foutre chaud sur mon avant-bras. J'abandonnais alors le gland de Marc pour prendre rapidement la bite d'Alain dans ma bouche avide de sperme brûlant. Je continuais à le sucer et à le pomper pendant que le reste de son éjaculation inondait le fond de ma gorge. J'eus du mal à tout avaler, mais je l'ai bu jusqu'à la dernière goutte. Malgré mes efforts, sa queue redevint désespérément petite et molle.
- "Occupe-toi de Marc" murmura Alain en se laissant glisser par terre.
Excité par le spectacle, Marc s'était branlé et je devinais à son souffle court qu'il n'allait pas tarder à éjaculer lui aussi.
- "Attends ! Et si on se faisait un bon petit 69 ?" lui dis-je. - "OK" répondit-il en s'allongeant sur le sol.
Je le rejoignis et plongeais ma tête entre ses cuisses et ma bite entre ses lèvres. Comme la première fois, il l'engloutit entièrement, ce qui me rendit presque fou de plaisir. Je tentais de faire de même avec sa queue, mais je ne pus l'avaler qu'à moitié. Je lui mordillais le gland et lui malaxais les couilles. Il gémit et je pris ses grosses couilles dans ma bouche, jouant à les faire passer d'un côté à l'autre de ma bouche. Je le sentais me tirer les couilles parfois un peu violemment, mais cela accentuait le plaisir. Sa langue tournait de plus belle autour de mon gland et je lui crachais soudain tout mon plaisir dans le fond de sa gorge. Mon sperme arrivait par fortes giclées et en grande quantité. Il ne put tout avaler et l'inondation de foutre jaillit par les commissures de ses lèvres. Je ne m'étais pas arrêté de le sucer et lui aussi me fit cadeau d'une puissante éjaculation. J'avalais le plus de sperme possible, mais une partie ressortit de ma bouche et coula le long de mon menton.
Nous nous sommes promis de nous revoir, mais cela n'a pas encore été fait. Peut-être un de ces jours ?

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.