827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Mon service militaire
Allez Mika, encore un petit verre de cognac, m'a dit Hervé. J'étais à l'armée depuis janvier 1968. J'effectuais mon service militaire depuis six mois et mes camarades et moi fêtions un samedi soir la quille de deux copains. L'appel était passé, nous étions tranquilles et l'ambiance était bonne bien que par suite de la fête du régiment nous avions tous été privés de permission. Je me sentais bien à l'armée au milieu des mecs. Une bonne camaraderie nous unissait tous dans le peloton. Les mecs ne savaient pas que j'étais homo. J'avais peu d'expérience en la matière d'ailleurs. J'étais tout juste plus puceau. Les mecs du peloton ne m'inspiraient pas particulièrement sauf Hervé, un beau brun musclé toujours aimable et gentil avec moi. Mais tous les mecs parlaient de filles et je ne vivais provisoirement que de fantasmes. Hervé, qui lui aussi nous contait ses exploits, essayait tout le temps et gentiment de me questionner sur mes aventures. - Tu ne veux pas le dire, mais je suis sûr que tu es pédé, homo si tu préfères. Je ne répondais jamais, si j'avais été certain que mon aveu reste entre Hervé et moi je l'aurais fait. J'étais très mignon alors, genre petit ange innocent avec cependant un beau petit cul cambré qui je le savais, attirait tous les regards et souvent des réflexions que j'ignorais avec regret. Un week-end, je n'ai pas pu avoir de permission et Hervé non plus et nous nous sommes retrouvés tous deux seuls dans la chambrée et à l'étage. Hervé c'était un pote et nous rigolions bien tous les deux. Nous nous sommes promenés dans le camp le samedi après-midi. Puis nous avons été dîner à la cantine. Un petit verre au foyer et nous sommes rentrés dans le bâtiment de notre escadron et montés dans la chambre. Avant de rejoindre notre chambrée, nous avons été rendre visite à deux copains Xavier et Bertrand, respectivement maréchal des logis et brigadier de service de semaine qui tenaient leur permanence dans le bâtiment voisin. Il était déjà presque l'heure de l'appel du soir et de l'extinction des feux et le maréchal des logis nous a dit : - Vous êtes seuls dans votre bâtiment, alors je ne viendrai pas faire l'appel, bonne nuit. "Tu viens prendre ta douche ?" m'a dit Hervé quelques minutes après. J'allais souvent prendre ma douche avec Hervé et je ne me lassais pas de voir son corps musclé, ses fesses et sa belle queue. Mais compte tenu de ce qu'il essayait de savoir, je me montrais discret dans mes regards. Nous avons été prendre notre douche dans un petit bloc sanitaire où il n'y avait que deux douches. À poil en premier, je me suis installé sous l'eau chaude. - Merde, a dit Hervé. L'autre douche est hors service. - Alors attends, je finis et je te laisse la place. - Ah ! j'ai froid, je viens dans ta douche ! m'a dit Hervé en me rejoignant. - Et si Xavier ou Bertrand se ramènent, on aura l'air malin ! - Ils nous ont dit qu'ils ne viendraient pas, on est tranquille mon petit Mika. J'étais content d'être si près de mon copain et en même temps troublé. Un mec si désirable que Hervé à poil à quelques centimètres de moi j'avais peur de mes réactions. Nous nous sommes lavés. Effectivement Hervé a été obligé de me pousser de temps en temps pour se mettre sous la douche. Bref, j'ai senti son corps sur le mien et je me suis mis à bander. J'ai tourné le dos à Hervé pour cacher mon érection. Mais il m'a serré dans ses bras et j'ai senti sa queue dure, elle aussi, sur mes fesses. Hervé m'a caressé et sa main droite est venue saisir ma bite qu'il a doucement masturbée. - Tu vois que tu es pédé, m'a-t-il dit en m'embrassant dans le cou. - Toi aussi tu bandes, lui ai-je répondu en me retournant. Hervé n'a pas rétorqué mais il m'a roulé une pelle. Puis il a poussé sur mes épaules pour que je descende devant lui et j'ai compris qu'il voulait que je le suce. Hervé n'était pas circoncis, mais la trique lui avait fait sortir le gland du prépuce et je l'ai mis dans ma bouche. J'ai sucé mon pote sous l'eau chaude en lui caressant les boules et les fesses. Hervé m'a dit qu'il allait jouir mais j'ai continué de sucer de plus belle et j'ai avalé le sperme qu'il a déchargé dans ma bouche. - Je vais m'occuper de toi, m'a dit Hervé après m'avoir embrassé et fait relever. Mais ne soit pas exigeant, je n'ai jamais fait ça à un mec et je sais pas si je pourrai avaler comme toi. Mais c'est super bon de se faire sucer et avaler le foutre complètement. Je ne connaissais pas. Hervé s'est agenouillé à mes pieds et a pris ma bite dans sa main droite. J'ai senti ses lèvres envelopper mon gland et sa langue chaude tourner au tour. Il a aspiré mon bout et s'est acharné sur ma queue. Il suçait plutôt bien pour un mec qui faisait ça pour la première fois. Il quittait ma queue pour me bouffer les couilles et il m'a même retourné pour me lécher le cul. C'était divin ! Il a repris ma bite. Sa bouche était un véritable aspirateur à foutre et Hervé ne m'a pas laissé le choix, mon pénis a balancé sa crème sans que je n'aie pu le prévenir. Hervé a essayé d'avaler et a failli s'étrangler. Nous avons ri et nous nous sommes embrassés. - Mika, la deuxième douche fonctionnait très bien, tu sais... m'a dit Hervé en me souriant. Nous avons rejoint la chambrée. Je me suis couché. Nous avons discuté de tout et de rien de lit à lit. Après avoir fermé la lumière, Hervé m'a dit : - J'ai beaucoup aimé notre... câlin Mika, mais surtout ne tombe pas amoureux de moi, j'aime les filles aussi même si finalement j'ai moins d'expérience que j'ai pu raconter. J'étais content d'avoir "eu" Hervé, mais je n'avais pas l'envie ni l'âge d'être amoureux. J'ai essayé de m'endormir mais j'étais encore bien énervé et je n'arrêtais pas de tourner dans mon lit. Allongé sur le ventre, je commençais à perdre conscience quand j'ai senti mes draps se soulever. Hervé venait me rejoindre. Il s'est couché sur moi, il était entièrement nu. Son souffle chaud caressait ma nuque. Son ventre et sa queue frottaient mes fesses. D'une main il fit descendre mon slip à mes pieds, de l'autre qu'il a glissé sous mon ventre, il a pris ma queue qui a repris de la vigueur. Sa bite bandée a trouvé mon sillon qu'elle a parcouru. Son gland humide a frotté mon anus. J'ai gémi, j'avais envie qu'il me baise et j'ai bien écarté les jambes. Le sexe de Hervé a pénétré lentement mon petit trou qui s'est ouvert naturellement sous la pression douce et constante. La bonne queue fut vite entièrement en moi. Mon ventre jouissait sous les coups de reins de Hervé qui continuait à me masturber. J'ai dû plusieurs fois bloquer sa main pour ne pas jouir trop vite. Hervé a poussé un léger soupir, sa semence chaude a coulé dans mon ventre et j'ai éjaculé dans ses doigts. Nous nous sommes endormis dans mon lit. Le lendemain et les jours suivants, dans la nature du camp pour être plus discrets, Hervé m'a plusieurs fois enculé et sucé. Je lui ai demandé de le prendre. Mais il a refusé aimablement : - Je n'ai pas envie, ne m'en veux pas, un jour peut-être et s'il doit avoir un mec pour me faire ça ce sera toi. Je n'ai pas insisté, d'ailleurs je prenais suffisamment bien mon pied avec Hervé qui, bien qu'actif, n'était pas un amant égoïste. Il n'hésitait jamais à me donner du plaisir ! même avoir pris le sien ! Mais revenons à cette fameuse soirée ! Je n'avais pas l'habitude de boire et ce soir là, l'alcool aidant, j'étais particulièrement remonté. Je racontais des histoires drôles et cochonnes. Les copains ont vu que je ne tenais pas bien la boisson et se sont amusés à me faire boire un peu plus que je ne pouvais supporter. Il faisait très chaud. Nous avons chahuté et j'ai reçu un verre de bière sur mon tee-shirt blanc. J'ai retiré mon vêtement mouillé et me suis retrouvé torse nu, en pantalon de survêtement. - Un strip-tease ! un strip-tease ! a crié Hervé. - Sur la table, a dit un autre. Les copains m'ont soulevé et posé sur la table après l'avoir rapidement débarrassée et sans que j'aie eu le temps de réagir. La tête me tournait un peu. Après tout, se mettre à poil sur la table pour amuser les copains ou dans les douches... et en plus devant Hervé, rien que pour l'exciter... Christophe a mis la musique un peu plus fort. Six mecs me regardaient autour de la table, assis sur des tabourets ou sur les lits. J'ai retiré mes baskets. Puis j'ai tourné langoureusement sur moi-même en remuant mon petit cul et en me caressant les seins. J'ai mis les pouces dans la ceinture de pantalon de survêtement et j'ai commencé à le faire descendre doucement sans mon slip tout en donnant des coups de bassin provocateurs. Les mecs regardaient en riant, applaudissaient et avaient tous retiré leur tee-shirt. J'ai enfin ôté le pantalon que j'ai jeté à mes copains. Tout en dansant, j'ai enlevé mes chaussettes. Un mini-slip blanc constituait mon seul vêtement. J'ai continué à danser en cambrant mes fesses. Je regardais les mecs et surtout Hervé en ouvrant la bouche et en passant ma langue sur mes lèvres. Une première fois, j'ai fait mine de descendre mon slip et me suis arrêté pour juste découvrir le début de mon sillon. Je me suis retourné pour me mettre de face et j'ai encore descendu légèrement mon slip jusqu'à ma toison brune. Je n'ai même pas réalisé que je commençais à triquer. J'ai vu Hervé qui se caressait la bite à travers son pantalon de survêtement. J'ai bien montré mon cul cambré aux copains en écartant les jambes, j'ai tiré sur le slip pour qu'il me rentre dans la raie des fesses faisant ainsi découvrir les deux globes imberbes et rebondis. J'ai descendu lentement le slip qui est tombé sur mes chevilles. Je me suis penché pour le ramasser, dévoilant toute mon intimité (plus pour longtemps) à mes camarades. Je me suis retourné à nouveau. Ma queue était à l'horizontale ! et j'ai jeté le slip à la figure de Hervé. J'ai sauté de la table pour reprendre mon slip et me rhabiller mais de nombreuses mains me saisirent et me couchèrent sur le ventre et sur un lit. J'ai voulu me dégager mais mes camarades m'en empêchèrent. Des mains, celles de Hervé me pelotaient les fesses. Ma zone érogène était atteinte et je me suis laissé tripoter. J'étais d'ailleurs épuisé et un peu dans les vapes. Des mains saisirent mes chevilles et m'écartèrent bien les jambes. Ils me pelotèrent le cul et un doigt entra dans mon sillon et pénétra légèrement ma rosette. Mais j'étais si excité que je me suis laissé toucher le postérieur. Dès que l'on me malaxe le cul et surtout le petit trou, je suis vaincu et prêt à tout. - Tu vois que tu es pédé ! m'a dit Hervé qui le savait déjà et pour cause. Mais puisque tu nous as si bien excités avec ton strip-tease, on va en profiter un peu de ton cul, en tout cas moi. J'ai eu le temps de voir Hervé retirer son pantalon de survet et son slip. Il bandait bien sûr. Il s'est couché sur moi et sa queue a trouvé tout de suite mon trou qu'elle a pénétré. Cela faisait déjà un mois que Hervé me baisait tous les jours et des fois plusieurs fois par jour. Mon cul s'était fait à sa bite qu'il a accueillie avec bien-être. Se faire sauter, à poil, devant six mecs, quel pied pour une petite salope comme moi ! D'autres mecs se mirent à poil. Jean-Loup me donna sa bite à sucer tandis qu'un autre mec, Patrick, se branlait au-dessus de mes fesses. Jean-Loup a lâché sa purée dans ma bouche et je l'ai entièrement consommée. Hervé me baisait tranquillement, cela devait lui plaire de me défoncer devant les autres. En temps normal il aurait déjà joui depuis longtemps. Hervé me sautait très souvent pendant l'heure de déjeuner dans le genre vite-fait. Nous allions dans un local de rangement de matériel. Hervé fermait la porte à clef. Je descendais mon pantalon de treillis et mon slip sur mes cuisses, me retournais en prenant appui sur le rebord de la fenêtre. Hervé sortait sa queue de sa braguette et me baisait en vitesse. Il jouissait souvent en moins d'une minute. Il rangeait son pénis, je remontais mon slip et mon pantalon et nous retournions travailler. Hervé travaillait dans un atelier et moi dans le secrétariat de la Trésorerie et nous ne nous voyions pas de la journée. Je conservais en moi les traces de son plaisir, de notre plaisir, en attendant la soirée. Nous nous retrouvions alors dans divers endroits tranquilles pour satisfaire tous nos désirs. Mais je m'égare encore une fois. Hervé a passé sa main sous mon ventre et s'est saisi de ma bite en érection pour la branler. Le foutre chaud de Hervé a giclé dans mon cul (pour la deuxième fois de la journée). Je ne pouvais plus me retenir et j'ai éjaculé abondamment sur le drap du lit. Hervé a retiré sa queue de mon trou et s'est assis à côté de moi sur le lit. Patrick qui continuait à se branler et venu se placer derrière moi. Je pensais qu'il allait me sodomiser à son tour. Mais il m'a d'une main écarté les fesses et j'ai reçu une belle giclée de foutre sur mon trou encore ouvert et d'autres dans la raie des fesses. J'étais anéanti par l'alcool et la baise et je n'ai pas réagi quand un autre mec de la chambrée m'a retourné sur le dos. C'était notre black, Justin, un antillais, qui se trimbalait un beau morceau de bite. J'avais souvent vu Justin à poil, mais pas en érection. J'aurais dû en premier lieu, ne pas me laisser faire et en second lieu paniquer (si je puis dire) devant la bête. Mais je suis resté amorphe et consentant. Justin a relevé mes jambes qu'il a posées sur ses épaules et m'a foutu sa belle et bonne queue dans le cul. J'aurais pu avoir mal, mais les foutres aidant, la bite glissa sans dégât dans mon intimité en passe de revenir un trou public et en libre-service. Je me suis fait bien baiser. La bite noire me fit bander à nouveau. Justin s'est bien enfoncé en moi me couvrant de tout son corps et je me suis fait remplir de foutre une nouvelle fois. Au matin, je me suis retrouvé à poil dans mon lit. J'avais mal au cul et du foutre séché plein la raie des fesses. Je ne me souvenais plus de la fin de la soirée, j'avais aussi la gueule de bois. Heureusement, nous étions un dimanche matin et j'ai pu aller tranquillement prendre une douche. Je supposais que j'avais encore dû me faire enculer par les deux derniers de la chambrée ou au moins que je les avais sucés. J'avais honte de moi, de m'être saoulé et d'avoir pu faire ma salope sans pudeur. Hervé pour qui j'avais des sentiments allait sûrement me juger ! Il est d'ailleurs arrivé derrière moi dans les douches. Nous étions seuls et il est venu m'embrasser. - Ça va ? m'a-t-il demandé souriant. - Non, j'ai la gueule de bois et j'ai honte de ce que j'ai fait. Je ne me souviens plus de la fin de la soirée, après Justin et je suppose que j'ai dû me faire enculer comme une pute par Christophe et Daniel. - Non, ne parle pas comme ça ! m'a-t-il rétorqué. Tu t'es endormi. Christophe et Daniel n'ont pas osé te prendre dans ces conditions. Ils se sont juste branlés sur tes fesses. Plus personne ne t'a pénétré. Justin m'a aidé à te coucher. - N'empêche que je ne suis pas fier. J'espère que vous n'allez pas tous vous foutre de moi et répéter partout ce que j'ai fait. - Écoute, non, personne ne se moquera de toi, je te le promets, car nous avons tous bien déconné. Comme tu vois tout le monde a été correct avec toi. C'est plutôt de notre faute et surtout la mienne ce qui est arrivé. Nous t'avons fait boire et avons profité de toi. Vois le bon côté des choses ! tu as pris ton pied, nous aussi. Que d'histoires pour quelques centimètres de bites et de quelques gouttes de sperme dans ton charmant petit cul. Hervé avait raison, que d'histoires pour quelques gouttes de sperme au bout du tuyau du pipi comme l'a dit Salvador Dali ! Les copains ne m'ont fait aucune réflexion sinon une petite allusion sur le fait que je ne tenais pas bien l'alcool. Ils ont été sympa comme d'habitude. Hervé m'a invité chez ses parents à l'occasion de la permission suivante. J'ai dormi avec lui dans son grand lit. Quelle nuit ! Il m'a offert son cul ! C'était bien mais je préfère que ce soit lui mon homme ! Il m'a dit qu'il m'aimait alors que nous nous promenions dans un parc et je lui ai dit que j'étais amoureux de lui

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.