827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Gabriel le beau blond
L'été est arrivé. Les corps se recouvrent d'huile et s'allongent sous le soleil brûlant. Et moi, comme chaque année, je me retrouve sur cette superbe plage de la Costa Brava, à la fois bien fréquentée par des jeunes gens bien membrés et pas encore trop touristique pour autant. Je choisis un coin stratégique, je déplie ma serviette de plage, et je scrute d'un oeil expert les beaux mecs qui viennent se baigner.
Personnellement, je n'ai jamais aimé nager, ni même me tremper dans l'eau de mer, pourtant j'adore ce coin. Je fais comme le touriste moyen, je me ramène en fin de matinée, ayant revêtu mon plus beau caleçon de bain. Aujourd'hui, je suis prêt pour la nouvelle saison chaude qui s'annonce. Je suis rasé de près, j'ai arraché les quelques poils qui ont osé pousser sur mes épaules, j'ai mis mes nouvelles lunettes de soleil, et me voici à mon endroit favori. Au bout de la plage, il y a des gros rochers. Aussi, personne ne va plus loin. Mais j'ai trouvé derrière quelques uns de ces rochers, un peu en hauteur, un espace sablonneux qui me permet d'être installé confortablement à l'écart de la masse qui s'agglutine près de l'eau et de plus, j'ai une vue superbe.
Je remarque un beau mec situé pas trop loin de moi. Il semble seul et s'ennuie, assis sur son linge. Il est blond, doit être assez grand et a de belles épaules qui vont avec le reste de son corps à première vue bien charpenté. Il a un maillot de bain genre slip, ce qui est de nouveau à la mode. De plus, ça me permettra de mieux voir ses parties intimes lorsqu'il se lèvera. Je me demande quelle langue il parle. Si c'est un Espagnol, ça va, je me débrouillerai. Mais la couleur de ses cheveux me fait penser qu'il vient du nord. Espérons que s'il est allemand, je réussirai à articuler quelques phrases.
Je prends mon courage à deux mains et me dirige vers lui. Il a les yeux fixés vers la mer. Je m'assied à côté de lui et le salue brièvement en espagnol. Il me regarde. Il a des beaux yeux bleus mais ne semble pas très souriant. Il me dévisage calmement pendant que je me demande anxieusement si je suis susceptible de lui plaire et si ce n'est pas un hétéro des plus coincés. Enfin, il me répond : « Tu peux me parler français si tu veux. » Et il n'a pas le moindre accent. Je suis tombé sur un touriste de mon pays et il me fait bien comprendre que mon accent m'a trahi. Pas découragé, je me présente. « Je m'appelle Stéphane, je viens de Lyon. Et toi ? » Il s'appelle Gabriel, c'est un Alsacien. Est-ce ça qui lui donne un petit côté germanique ? En tout cas, je garde mes considérations un peu grotesques pour moi et entame une discussion avec lui. Mes yeux ne m'ont pas trompés lorsque j'étais au milieu de mes rochers, il est vraiment craquant. Ses cuisses sont musclées et poilues juste ce qu'il faut.
Après quelques minutes, je suis complètement rassuré. Gabriel a l'air intéressé par moi, du moins c'est ce que je crois deviner vu la façon dont il m'observe. Il ne sourit pas beaucoup plus qu'avant mais se montre bavard, c'est déjà ça. Je me rapproche lentement de lui, jusqu'à ce que nos jambes se frôlent, et je reste ainsi. Lui ne dit rien et continue à me raconter sa vie. Ensuite, je pose ma main sur sa cuisse comme si de rien n'était. Il s'arrête de parler et regarde ma main. Ai-je été un peu vite ? Je n'arrive pas à lire sur son visage.Est-ce de la désapprobation ? A ma grande surprise, il me dit : « Où peut-on aller ? » Ainsi donc ce grand blond athlétique aime les bruns minces. Je me dis que c'est gagné et lui adresse un sourire. Je lui montre du regard mon refuge dans les rochers. Il sourit enfin à son tour. La possibilité de se livrer à une partie de jambes en l'air dans peu de temps doit l'exciter. Je lui dis de me suivre après un court intervalle, histoire de ne pas attirer l'attention. Je me lève et me rends rapidement au lieu dit. Quelques minutes plus tard, il me rejoint d'un air candide.
Il se jette sur moi et nous nous embrassons. Je parcours son slip de ma main. Sentant ses couilles et sa bite, je les touche d'abord fébrilement puis avec d'avantage d'assurance. Enhardi, je glisse mes doigts sous son caleçon cette fois et sens avec bonheur un engin de la plus belle taille. Je décolle mes lèvres des siennes pour mieux admirer l'imposant phallus. Gabriel me dit : « Elle te plaît, pas vrai ? » J'acquiesce de la tête. « Alors je veux que tu la lèches. » J'aimerais lui répondre « avec grand plaisir », mais je me contente de me mettre à genoux devant lui et de descendre un peu son slip. J'empoigne la magnifique queue et la caresse tout en délivrant quelques baisers au gland complètement décalotté. Je glisse ma main sous la bite, jusqu'à ses testicules. Je les pince un peu et continue ma progression jusqu'à la zone qui sépare celles-ci de son trou du cul. Je caresse les poils qui se trouvent là et appuie mes doigts contre sa peau. Tout en faisant cela, j'engloutis son pénis dans ma bouche gourmande.
Gabriel pose sa main sur mon épaule et lève les yeux au ciel. Il a l'air ravi et quant à moi, quel enchantement d'avoir trouvé du premier coup une si belles paires de couilles et une telle queue à sucer et lécher. Je dégage ma bouche et dirige ma langue vers ses couilles justement. Je lui enfile le majeur dans l'anus et il laisse sortir un petit gémissement de plaisir. Il faut dire qu'il n'est pas bruyant, le bougre. Je suce avec délectation chacune de ses deux grosses couilles tout en lui astiquant le manche avec énergie. Pourvu qu'il n'éjacule pas tout de suite, j'ai encore d'autres surprises pour lui.
Après lui avoir bien humidifié les testicules et enfoncé le doigt bien profondément, je tente de pénétrer ce même orifice avec un deuxième doigt. A nouveau un gémissement qui m'encourage. Je lui lèche un côté de la verge avec la langue, latéralement. Puis je fais de même de l'autre côté. Ça m'amuse beaucoup et semble produire son petit effet. Ensuite, je colle ma langue experte sous sa grosse bite et lui enfile un troisième doigt dans le cul et ajoute à cela un mouvement de va-et-vient assez rapide. Avec ma langue, je remonte très lentement jusqu'à son gland que j'ai déjà sucé de toutes les façons imaginables auparavant. C'en est trop pour mon bel Alsacien qui m'éjacule en pleine figure : un jet que j'ai senti propulsé dans son engin que je tenais fermement de ma main gauche. Je le branle en ouvrant grand la bouche pour être certain que son extase est totale et m'essuie les lèvres. Ce n'est pas suffisant, alors je vais chercher des mouchoirs. Je lui en tends un pour s'essuyer aussi.
Gabriel se tient maintenant à quelques mètres de moi. J'ose espérer que ma petite gâterie l'a satisfait, mais je ne suis pas rassasié. Je m'approche derrière lui et le serre contre moi. Je sens son torse viril et je chope la trique rien qu'en ayant senti son cul musclé contre ma bite. Je lui murmure à l'oreille : « Tu ne crois quand même pas que je t'ai dilaté ton trou de balle pour rien ? » Qui ne comprendrait pas ? Il se met à quatre pattes et me laisse lui redescendre son caleçon. Je l'encule directement et m'active comme un beau diable, car sucer une queue pareille m'a rendu fou. « Ooooh oui ! », gémit-il et répète-t-il. Je m'accroche à son cul, lui prends les hanches, m'appuie sur ses épaules et son dos sans cesser de le défoncer à coups de rein. Je bombe le torse et relève la tête, sûrement très fier, au fond, d'avoir à ma disposition un si bel homme, et de pouvoir le pénétrer en sentant son cul claquer contre ma peau.
Enfin, je lâche tout ce que j'ai en lui et nous nous écroulons tous deux sur le sable. Comme s'il avait pu lire dans mes pensées, il caresse ma queue et me dit : « Hum, la tienne n'est pas mal non plus. » Je lui souris et il me fait un clin d'oeil. Mais malgré tout, je constate qu'il n'est pas très tranquille, nu en plein air. Il remet son caleçon de bain et me dit qu'il va s'en aller. Je lui demande s'il l'a l'intention de revenir sur la plage. Il me répond : « A demain ! » Et j'observe en soupirant cet Apollon s'éloigner tranquillement jusqu'à la plage, les yeux principalement sur son déhanchement des plus excitants.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.