827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Mon beau surfeur
Ça se passe durant l'été entre ma première et ma deuxième année à l'université, de ce fait, je suis dans ma période de vacance estivale. Le printemps dernier, en guise de cadeau dû aux résultats de mes notes scolaires, mes parents m'ont fait construire une maison sur une falaise au bord de l'océan. Le panorama de mon emplacement donne un aspect superbe, à un point tel que même la porte patio de ma chambre donne une vision encore plus agréable sur la plage. L'unique regret est que tous mes amis et connaissances soient à des heures de route de chez moi. Enfin, je pris l'habitude de passer les plus grandes parties de mes temps libres à surfer sur la plage, à me faire bronzer ou alors tout simplement de flâner dans les environs. Après quelques semaines, j'ai réussi à développer un beau bronzage d'une couleur exceptionnelle. Un corps mince et svelte dignement charpenté sur un jeune homme de 22 ans. J'ai pris le temps de fouiner une bonne partie de ma nouvelle région. Aussi, je fis la connaissance de nouveaux amis, la plupart sont des surfeurs. Parmi eux, Michaël est un jeune homme qui s'est installé juste à quelques lieux de ma nouvelle demeure. Michaël a 18 ans et est bien meilleur surfeur que je ne le serai jamais. Il est petit pour son âge, sa taille fait de lui qu'il paraît encore plus jeune qu'il ne l'est. Mais cela reste encore à voir, définitivement, il est un jeune homme, avec quelques traces d'acné sur son front en plus de quelque chose de particulier, d'obscurs poils de moustache que les jeunes hommes possèdent à partir de l'adolescence. Il a des cheveux châtains clair et a une couleur légèrement foncée de début de bronzage, son nez, lui, paraît toujours pelé. Mais sa plus grande force est surtout dans ses yeux de couleur bleu afflictif profonds mais pourtant très étincelants sous les rayons du soleil. À pied, le parcours habituel de Michaël est de longer l'avenue de la plage accompagné de sa planche de surf, à quelques exceptions, lorsque je le croise sur la route il m'arrive de lui proposer un transport. Normalement, je décide de faire le paresseux en prenant mon auto, non seulement parce qu'il y a deux bons kilomètres près de l'ère de surf, mais aussi parce que quelquefois j'ai d'autres idées derrière la tête. Je découvre près de là en auto dans le centre-ville de West Hollywood, des clubs de gais, des clubs vidéo et des kiosques de revues pour satisfaire mes envies sexuelles. Habituellement je comble ces envies en retournant sur mes pas en allant chez moi lorsque je finis de surfer. Je suis sur le chemin du retour d'où je me suis acheté mes magazines pornos lorsque j'aperçois Michaël marcher le long de la colline qui retourne chez lui à partir de la plage. Je remarque qu'il boite d'un pied, alors je klaxonne pour qu'il puisse m'entendre et je me retire sur le parapet de la route. « Hé ! Merci l'ami » qu'il me dit en ouvrant la portière du côté passager. « Je me suis foulé une cheville et toute mon avant-midi a été perdue. » J'ouvre le toit du convertible afin d'installer la planche de surf sur le siège arrière. Michaël se dirige sur le siège mais hésitât, voyant le sac brun sur le siège. « Tu n'as qu'à mettre ce sac à côté de tes pieds. » Il prit place et s'assit en fermant la portière. Il pose le sac à ses pieds sans se soucier du contenu de celui-ci. Puis, une fois de plus, je mets en marche avant ma Mustang en direction de la falaise. « Je suis content de te voir » me dit Michaël. « J'ai appelé ma mère pour qu'elle vienne me chercher, mais je me suis rappelé qu'elle devait s'absenter pour toute la journée et personne n'est à la maison. » Il étire ses jambes délicatement et lors, je jette un regard à ses pieds, je remarque qu'il s'est éraflé à quelques endroits. Il se dispose de façon à avancer son derrière, place ses jambes d'avantage vers l'avant, il lève ses bras vers le haut pour ensuite envoyer ses mains vers l'arrière de manière à se faire un appuie-tête. Avec les bras dans cette position, je remarque le petit paquet de poils qu'il a dans ses aisselles, soudainement, ma conscience me demande où est ce que les poils peuvent-ils bien avoir poussé ailleurs sur ce jeune corps. J'ai fréquemment vu des gars de mon âge ou même un peu plus vieux, mais Michaël est extrêmement beau garçon et c'est sûrement pour cette raison que je me sens attiré sexuellement vers lui, surtout dernièrement, je me sens « excité » sexuellement vers lui. Il y a quelque chose en lui - en dépit de sa petite stature, il paraît jeune malgré son âge. Je peux avoir des conversations avec lui que je ne peux pas avoir avec des mecs de mon âge, et il est toujours sympathique envers moi - même qu'il me donne parfois de brèves leçons de surf. Bien sûr, je me suis rendu compte qu'il n'est qu'un jeune homme mais après, je ne me suis jamais vraiment vu lui proposer de relations sexuelles. Du moins pas avant aujourd'hui. Je conduis le véhicule en faisant le plus de détours possibles. Un rayon de soleil surplombe au travers du pare-brise. Dans le coin de mon oeil, je vois refléter le jeune corps bronzé de Michaël, ses muscles fermes, sa poitrine lisse, ses mamelons biens dessinés, son estomac dur et ferme ainsi que sa taille. Lorsque je sentis mon sexe se retourner dans mes boxers, je me suis rappelé l'image évoquée il y a quelques années lorsqu'un garçon m'eut fait un tel effet, c'est à peine croyable l'effet qu'il eut produit sur moi. En jetant un autre coup d'oeil, Je remarque l'étiquette de marque de son maillot au-dessus du rebord de son jean. À ce moment-là, je ne suis pas sûr de ma réaction - serait ce incontestablement une envie folle de caresser sa peau douce ? - mais avant, je dois être certain de savoir ce que je fais, en passant ma main, j'ai effleuré ses côtes, d'un doigt, je passe sous l'élastique de son jean en le glissant vers l'arrière le long de sa peau douce. Je fis cela en disant « Qu'est-ce que c'est ça ? Serait-ce la marque de commerce de ton maillot de bain ? » (Des marques populaires dont Michaël a toujours l'habitude de porter, un différent à chaque jour de la semaine. » Michaël me regarde d'un air surpris mais, sans protester, au moment où je retire ma main pour la remettre sur la roue du volant. En l'espace d'un court moment, son expression fut remplacée par un grand sourire. Je renvoie à Michaël un sourire de complicité, je retourne mon attention sur la route à une intersection d'où je me prépare à tourner vers la gauche. Au moment où nous approchons de l'avenue de nos demeures, Michaël semble quelque peu agité sur son siège. Jetant un autre coup d'oeil vers lui, je remarque la raison de ses agissements. Le paquet caché sous son pantalon est d'une ampleur évidente et le devient de plus en plus, même en tentant de le cacher, on dirait qu'il hésite à le cacher complètement. Nerveusement il regarde en ma direction et voit que je regarde justement la partie qu'il essaie de camoufler. Soudainement, Michaël se penche vers l'avant, et empoigne le sac qui est au sol et le place sur l'origine de son malaise. « Eh bien ! Allons voir ce qu'il y a dans ce sac » dit-il à voix haute. Je souris en jugeant sa réaction. « Qu'est-ce que c'est ? Des magazines de femmes nues ? » Je ricane en le voyant sonder le sac en tentant de voir son contenu. Bien sûr, ça lui donnera une bonne raison pour expliquer son érection, pensais-je en moi-même. Ce garçon est astucieux. Je fus sur le point de lui retirer le sac lorsque j'ai réalisé que Michaël était sur le point de sortir le contenu du sac. « Attends ! » lui dis-je, mais ce fut trop tard. J'eus à peine le temps de me rendre sur l'accotement lorsque Michaël retire un des magazines pornos gais hors de l'emballage. Ses yeux s'arrondirent en voyant le mannequin de la page couverture, plus il tourne les pages et plus sa bouche s'ouvre. Je me sens très mal. Tout un malaise s'empare de moi, le fait de voir ce jeune voisin découvrir mon plus grand secret, ce qui n'est pas prévu dans mon agenda d'aujourd'hui. La pensée aux dommages qu'il puisse faire en ma réputation se propage dans ma tête. « Donne-moi ça, c'est privé ! » lui avouais-je, « Tu devrais demander la permission avant de fouiller dans les affaires privées des autres tu sais » Tous les mots qui sortirent de ma bouche furent comme s'ils étaient inaudibles ou inutiles. En fait, je me demande si Michaël ne m'a vraiment pas entendu. Il n'est qu'au début de son étape du feuilletage du magazine. « Merde ! La queue de ce gars est gigantesque ! » lança-t-il en tournant la page pour regarder les photos suivantes. Rendu dans la cour d'entrée de chez Michaël, je mis la Mustang en position de stationnement. Je tends la main pour lui prendre le magazine lorsque je le vis se tortiller le sexe. Le paquet sous son pantalon est plus gros que jamais et bien sûr sa queue paraît complètement dure sous son jean. Il me vint à l'idée que ce n'est qu'un signe sexuel physique - sous l'influence de n'importe quelle sorte de sexe - ce qui a bien pu lui tourner l'esprit. Il n'a probablement jamais vu de tel magazine auparavant. « Allez Michaël ! Mets ça de côté. Quelqu'un peut nous voir ». Diable ! Que je suis nerveux et je suis sûr que Michaël m'a vu la main tremblante lorsque j'ai essayé de lui retirer ce magazine ! Une fois le magazine retiré, je le dépose entre les deux sièges, il ne descendit pas. Au moment où Michaël se retourne vers moi, il me regarde et me demande. « Lorsqu'un mec est si attentionné à des photos de gars comme ça, c'est parce qu'il aime les autres gars, mais est ce que ça fait de lui un « pédé » ou quelque chose comme ça ? » « Je ne suis pas sûr de pouvoir répondre à cette question » mais j'ai décidé de ne pas partir pour autant. Il a probablement su que je suis vraiment gai juste à l'évidence de voir comment mon esprit est affecté. « Bien ! » lui dis-je timidement, « J'aime les gars, si c'est ça que tu veux savoir, j'ai conclu que c'est à ça que tu veux en venir. Je ne peux rien y faire, je suis tel que je suis ». « Oh ! » dit-il, en fixant le magazine toujours ouvert, mais ses idées sont plus dans ses pensées que son regard puisse être dans les photos qu'il regarde. « Mais » continuais-je, « s'il te plaît, ne parle pas de ça à personne, ok ? ». « Es-tu attiré par les autres gars ? » Je fus surpris par la franchise de ses questions. « Tu veux dire, pour faire du sexe ? » lui demandais-je. « Oui, as-tu déjà masturbé... ou sucer un autre mec ? » Michaël me regarde non comme s'il me condamnait, mais plutôt avec un regard de pure curiosité. « Bien, à quelques reprises... regarde, oublie tout ça, ok ? » J'essaie de détourner le sujet en lui montrant du doigt d'aller ouvrir la porte du garage. « Ouvre la porte du garage, je t'apporte ta planche de surf. » Mais avant de que j'eus puisse sortir de mon auto, Michaël m'agrippe par les hanches et me retient. « Aimerais-tu essayer de faire ça avec moi ? ». me dit-il très sérieusement, Soudainement je le vois sous un autre jour. Il n'a pas l'air aussi ignorant que je le crois. « Tu me fais marcher ? » J'en suis tout surpris. Ce beau garçon dont il a été le sujet de plus d'une fois de mes fantaisies de masturbation me fait une telle proposition. « Je ne suis pas un enfant » dit-il. « Je bande souvent, il m'est même arrivé de le faire quelque fois avec un gars de l'école » Il semble vouloir me convaincre de sa sincérité. « et » pause-t-il, en baissant son regard en rougissant, « lorsque je t'ai demandé si tu étais attiré par des gars, Je ne parlais pas de toi, Je parlais de MOI parce que je me sens vraiment attiré vers TOI ! » Soudain, j'ai compris. Michaël ne commence pas juste à avoir des sentiments à mon égard, il m'aime déjà depuis bien longtemps, et maintenant il veut explorer complètement les liens qu'il y a entre nous. Je sens un tremblement dans mon être et mon coeur se met à battre à fortes pulsations. Nous sommes sur un point où l'un comme l'autre de réaliser ses intentions, chacun a attendu que l'autre fasse les premiers pas. Et là, je sais que quelque chose va se produire. Penché sur moi, je lui passe la main dans les cheveux, son doux visage, je lui caresse les joues avec le dessus de ma main. J'approche mes lèvres des siennes et c'est le baiser. Il met son bras autour de mon cou et me retient avec grande intensité. Dès ce moment, je me fous totalement de ce que peut penser ou de ce que le voisinage peut voir. Tout ce qui m'intéresse à présent c'est Michaël. Nous avons cessé notre embrassade et ni l'un ni l'autre n'eurent dit un mot, nous sommes descendus du véhicule, j'ouvre la porte du garage et Michaël, lui, apporte sa planche de surf à l'intérieur. Il me prend par la main et me conduit à l'intérieur de chez lui, traversant la salle de lavage, la cuisine, le passage jusqu'à sa chambre à coucher. Je jette un regard furtif aux murs de sa chambre tapissée d'affiches de groupe rock et de Formule 1, Il m'empoigne et nous tombons dans un baiser langoureux pour une seconde fois. Nous nous entrelaçons l'un l'autre. Le jeune corps de Michaël est dur et chaud au touché, sa peau est douce et soyeuse. Je sens en moi sa petite mais forte personnalité, sa bifurcation est contre moi. Je parcours mes mains partout sur son dos dénudé et passe mes mains sur ses petites fesses fermes. Un début de prééjaculation se fait sentir sur ma queue. Ses lèvres sont douces et chaudes et nos langues explorent complètement la bouche de l'autre. Je retire la douillette et me laisse tomber entièrement sur son lit. Nous sommes libres à nous-mêmes. Pris de passion, nous commençâmes à nous regarder dans les yeux. Ainsi je commence à passer gentiment mes mains sur sa poitrine et sur son estomac dénudé. Michaël parait très mignon, assis ici, à me mirer, son visage passionné et son pantalon enduit d'une excitation sexuelle. Je me sens encore plus excité tel que je ne l'ai jamais été lorsque je vois ce jeune corps et ses jambes bronzé dépourvu de pilosité, et cet appétissant jeune visage, tel un ange. Ce doux et délicieux jeune homme ! « Enlève ton tee-shirt » m'ordonne Michaël, et bon, je m'assoie et passe le tee-shirt par-dessus me tête et le balance à côté du lit. Je sens ses mains qui cherchent à me tâter en descendant jusqu'à la bosse de mon jean. Il me regarde sourire et me dit « Tu es aussi dur que je le suis ! » « Très juste ! » lui répliquais-je. Je lui retourne la pareille, tâtant et lui atteignant le profil de sa queue au-dessus de son jean. Son érection est à un point maximum, il soupire de plaisir lorsque je la lui caresse. Je défais son bouton et lui descend sa fermeture-éclaire, lui libérant presque la pleine dureté et une partie de sa splendeur encore cachée sous une brève toile de coton. Je ne peux voir toutes les parties de Michaël, mais par contre, je peux dire que pour en finir, je ne serai vraiment pas désappointé. Il étend ses jambes, me permet de glisser ma main par le rebord de sa ceinture. Il positionne ses mains pour me faire le passage dans ses sous-vêtements, mais je lui dis « attend, ne bouge pas ». Je m'approche de lui et amène mes lèvres là où est situé le sommet de sa queue distendue qui se tient droite par le sous-vêtement. Pour le taquiner, je lui redonne un autre gros baisé humide directement sur sa queue. Je le sens frissonner et sa queue palpiter, la faisant sortir encore plus de son sous-vêtement. Ignorant son objection si je dois continuer ou non avec sa queue, je remonte jusqu'à sa bouche et nous retombâmes une fois de plus dans un langoureux baisé. Je suis au septième ciel juste en sentant ses lèvres et le fait d'explorer sa bouche et son palais. Je me retire et commence lentement à le lécher avec ma langue, commençant à la base de son cou et faisant mon chemin lentement en descendant. Avec mes mains, caressant le corps de Michaël, je peux ressentir la surexcitation des battements de son coeur. J'embrasse chacun de ses mamelons, les mordilles jusqu'à ce qu'ils durcissent. « Wow ! ce que c'est bon. Je ne savais pas que l'on puisse faire ça » m'avoua Michaël. Tout en continuant, je lèche mon chemin jusqu'à l'estomac, m'acharnant à son nombril. Puis me dirige jusqu'au but final, je sens Michaël se débattre pour déboutonner mon Levi's. Je tends ma main pour l'assister jusqu'à ce que les boutons soient détachés et pour qu'il soit capable de me les baisser jusqu'aux cuisses pour ensuite les glisser sur le sol. Ma queue dure s'efforce de sortir de mon sous-vêtement, une large tache de prééjaculation dénonce mon évidence d'excitation. Mais je veux que Michaël soit le premier à être libéré de cette emprise, en ce sens, je retourne mon attention sur ce corps d'Adonis. Je passe mes mains à la taille de son pantalon, lui masse le bas du dos un peu comme je voulu faire plutôt dans l'auto. Michaël sourit d'une oreille à l'autre, se remémorant ce qui avait éveillé notre déchaînement sexuel. Très doucement, je glisse ses vêtements le long de son corps svelte, puis de ses jambes raffinées, pour ensuite libérer ses pieds nus. Son organe de 18 ans vierge bondit d'une rigidité particulière comme s'il me saluait. Maintenant c'est à mon tour de lui sourire. Michaël paraît si magnifique et innocent, couché ici sur son lit, je crois difficilement que je fais cela avec un gars de 18 ans. La démarcation de la couleur de sa peau est considérablement plus claire, cette partie n'a jamais été exposée à des heures de soleil comme le reste de son corps ne l'a été. Le centre de cette zone oubliée est la preuve d'un jeune en pleine maturité, à la manière que son sexe se tient rigide et droit, hors de ce buisson presque clairsemé de poils pubis. Je fis courir mes doigts autour des poils châtains blond leur donnant une apparence croissante entourant la base de son arbrisseau. Ils sont si doux et soyeux au touché. Je l'installe convenablement sur le lit et m'agenouille sur l'extrémité face à lui. Avec son érection, je n'ai pas de misère à inspecter l'étroitesse de ses beaux testicules. J'écarte ses jambes le plus que je peux, je mets ma tête entre celles-ci, je sens cette merveilleuse odeur d'excitation de jeune homme ! Je suis étourdi par l'odeur de ce jeune corps ! Avec ma langue, je lui caresse la poche. Il commence à gémir dès que j'embrasse le parcourt en montant jusqu'à sa queue et lui embrasse le sommet de celle-ci. Une goutte de prééjaculation apparue sur le dessus que je lui lèche amoureusement. Cet apéritif goûte délicieux ! C'est alors que doucement, je le pris dans ma bouche. Le pénis de Michaël est si chaud et si dur que je le prends de plus en plus dans ma bouche chaleureuse. Je commence à le sucer délicatement, pour l'empêcher de venir trop vite. Je sais qu'un gars chaud et inexpérimenté peut venir au moindre effort et je veux toute la pleine saveur de cette queue vierge pour le plus longtemps possible. Michaël commence un peu à se tortiller, je sais que ça ne sera pas très long. J'ai commencé à le sucer plus longuement, le conduisant à l'extase. « Oh oui ! Suce-moi ! Ohhhh c'est bon ! » gémit-il. Il passa ses doigts dans mes cheveux puis m'agrippe la tête, balançant ses hanches d'un va et vient, fourrant ma bouche avec cette chaude et jeune queue. Je la ressens aller et venir, soudain son sperme chaud éjacule dans ma bouche passionnée. Doucement je lui presse les couilles pour le faire venir encore plus. Ce goût est exquis, sa semence fraîche pas trop amère. J'ai voracement avalé toutes les gouttes de ce jus éjecté dans ma bouche ! Une fois qu'il eut déchargé, je m'installe sur le lit auprès de lui, l'embrassant tendrement et lui laissant prendre goût de sa propre semence qu'il vient tout juste de laisser dans ma bouche. Allongé un bon moment, s'embrassant et se caressant l'un l'autre nos corps tout en sueur ont fais l'Amour. Maintenant, c'est toute la partie avant de mes boxers qui est mouillée de ma prééjaculation, bien qu'encore je n'aie pas laissé tomber ma décharge. Lentement, Michaël s'aventure à passer sa main à l'intérieur de mes boxers, trouvant ma queue, il la masturbe lentement, une fois de plus je devint pleinement excité. S'appuyant légèrement sur moi, il glisse lentement mes boxers, je lève mes hanches pour lui faciliter la tâche, de ma taille jusqu'à mes jambes pour ensuite les envoyer sur le sol. Michaël étudie mon érection et me sourit lorsqu'il passe ses doigts dans ma dense broussaille. Michaël s'appuie sur ma hanche et commence à me lécher le gland, puis il le lèche sur toute sa longueur jusqu'aux poils pubiens. « Je veux te sucer de la même manière que tu me l'as fais et je veux goûter à ton sperme moi aussi ! » me dit-il avec une excitation dans sa voix. J'appuie ma main derrière la tête de Michaël ressentant ses doux cheveux et lui dit, « Vas-y ! s'il te plait, j'adorerai me faire sucer par toi ! » Il mit mon dur pénis dans sa bouche, lentement tout en passant sa langue autour de mon gland. La sensation de sa langue et de sa bouche chaude m'envoya carrément au septième ciel. Surtout la bouche chaude de ce jeune homme ! Michaël fit aller sa tête d'un mouvement de va et vient continuel sur mon outils sans aucune hésitation, prendre une grande part de ma queue dans sa petite bouche me paraissait inusité. Il gémit et suce très bien, me conduisant sauvagement dans un plaisir inégalé. Juste la vue que ce jeune amateur travaille sur moi en fut assez pour lui faire partager mon extrait de jouissance. Je l'ai prévenu de mon imminente explosion, mais il ne fit que sucer plus hardiment et plus profondément jusqu'à ce qu'il commence à secouer ma queue enflée, ses lèvres ouvertes, je commençai à décharger tel un coup de feu à l'entrée de sa bouche. Comme un pro, il prit à peu près toutes les gouttes de ma décharge dans sa bouche en attente. Seulement une infime quantité de sperme dégouline le long de sa commissure, puis, il retourne à la charge, une fois qu'il commença à ramollir, il relâcha mon organe abattu et le lécha pour le libérer des dernières gouttes. Michaël s'aplatit sur moi, sa queue dure s'appuya contre la mienne encore humide, il déposa ses lèvres sur les miennes. Une fois de plus, nous tombions dans un long baiser d'amoureux, cette fois-ci, ce fut moi qui testa les résidus de mon sperme frais. Lorsque nos bouches furent décollées, il me regarda dans les yeux et me susurra doucement, « aimerais-tu m'enculer ? » « Est-ce vraiment ce que tu veux ? » lui demandais-je en caressant sa peau soyeuse. « Oui, je veux faire tout ce qui est possible avec toi. Vraiment tout... » Je lui demande s'il a de la Vaseline dans la maison, il se dirige à la salle de bain, à son retour, il en rapporte un petit contenant. J'explique à Michaël que je lui appliquerai sur son anus lorsqu'il sera étendu sur le lit. Je m'installe entre ses jambes et les soulèves par-dessus mes épaules, je lui fais replier ses genoux vers le haut de son corps. Son cul vierge est disposé devant moi. Entre ses fesses lisses et sans poils, son trou rose et froissé m'invite. Je graisse son orifice avec la Vaseline, doucement je glisse un doigt dans son trou, ensuite deux, alors que je lui parle doucement et que j'attends de le faire relaxer. Il soupire alors que de mon doigté je lui travaille ses entrailles. Pendant que mes doigts lui pénètre, je lubrifie ma queue qui rendurcit et qui reprend forme. Je préviens mon jeune amoureux qu'il aura une petite douleur au commencement, mais de me faire confiance puisque je ne désire pas lui faire de mal et que j'irai doucement pour commencer. Lorsque je retire mes doigts, et que son trou est dilaté le plus que possible, rapidement je place mon gland avant que son trou ne se referme complètement. Lentement je prépare ma queue à s'engouffrer dans ce puits de jouissance en jouant avec. Je lui donne un bref répit pour lui permettre de s'adapter à la sensation de se faire farcir par un sept pouces de viande rebelle et chaude. Michaël gémit et resserre ses jeunes et fortes jambes croisées autour de mon cou. Je lui demande s'il veut que j'arrête et il réplique que ça lui est douloureux mais d'y aller à fond. J'oriente la tête de ma queue devenue très rigide dans son entrée encore vierge, une fois de plus je lui annonce que je renfonce un peu plus. Rendu là, il se laisse aller en dilatant suffisamment pour que je puisse entrer entièrement ma queue. Finalement, je peux dire que j'ai sondé chaque partie vierge de son corps. L'un comme l'autre sommes en gémissement dans une merveilleuse sensation, chacun de nous s'en ressent. J'ai commencé avec de très petits coups de va et vient dans l'anus très serré de Michaël. Je lui recommande de se laisser aller, et de respirer profondément. Je commence à le pomper brusquement. Aussitôt, il se dilate suffisamment assez que je fus capable de pénétrer ma queue en lui dans sa pleine longueur. Michaël me regarde tendrement en dessous de moi pendant que je le pénètre et je compris qu'il s'est entièrement donné à moi. Il gémit en me disant qu'il m'aime, me disant de quelle manière que ce qu'il ressent est divin, qu'il veut faire ça avec moi pour très très longtemps. Il me masse les pectoraux et m'enlace de ses bras. Tout en continuant à le pousser, je me penche vers l'avant, recherchant ses lèvres et l'embrassant, nos langues se croisent l'une avec l'autre. Je m'appuis sur les épaules de Michaël pendant qu'il commence doucement à se masturber. Le sommier du lit commence à se promener lentement sous la force des secousses qu'on produit, tant que mon rythme s'accélère, il maintient toujours sa queue en pleine extension en se masturbant maintenant à la folie pendant que je lui fourre ma saucisse dure dans son chaud cul serré. Soudain Michaël s'écrie, « Ca y est ! je viens, je viens... plus fort, plus fort... » Je sens sa foutre chaude jaillir contre nos corps nus et l'air pris une odeur de sa bonne senteur de sperme. Tel que l'on avait prévu, ma foutre éjacula dans ce beau petit cul jadis vierge. Je me mis à hurler « Oh oui, oh oui... » après tant d'effort de mon être pour avoir remplis le beau petit cul de Michaël. Finalement, je retire lentement ma saucisse ramollie en dehors de mon amoureux et m'installa auprès de lui, l'un comme l'autre sommes essoufflés et moites de notre baise sauvage. Une fois de plus nous tombons dans un tendre baisé chaud comme dans une dernière lueur.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.