827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Moment torride dans la salle de musculation
Je m'appelle Hervé, j'ai 32 ans et je suis un grand amateur de bonnes défonces viriles. Plus c'est hard, plus je m'éclate. C'est la première fois que j'envoie l'une de mes histoires de cul. Je me suis mis à l'aise pour l'écrire, c'est-à-dire à poil devant mon bureau. Côté physique, je suis plutôt bien foutu. Je suis brun, les cheveux courts, 1 mètre 82 pour 74 kilos et bien taillé. Il faut dire que je fais pas mal de sport : tennis, muscu, natation... Et pas mal de sport en chambre, bien entendu. Je suis poilu sur les cuisses, les jambes et les bras avec un pubis bien fourni mais j'ai un torse imberbe. J'ai un beau cul et une bite de 18 cm très épaisse. Elle fait 6 centimètres de diamètre avec un gros gland, plus large encore que le reste de ma queue. Dans la baise, j'aime tout, les pipes, les 69 bien vicelards, les plans exhib., les jeux uro, me faire défoncer ou tirer une jolie petite salope et lui en mettre plein le fion.
Je vis à Paris depuis 5 ans. C'était mon grand rêve de venir m'installer dans la capitale. Je viens de Niort et pour la drague, c'était plutôt le désert. Maintenant, j'en profite un max. Saunas, boîtes ou bars gays, squares, jardins publics, sex-shops... Sans oublier le Minitel et les revues d'annonces qui m'aident aussi à faire des rencontres. Depuis quelques temps, c'est dans les parties à plusieurs que je prends le plus mon pied. L'une des plus délirantes que j'ai vécue, s'est passée la semaine dernière, à la salle de muscu. Elle est fréquentée par pas mal de mecs homos. Il faut dire que vu l'ambiance, les quelques hétéros qui venaient au club ont fini par y renoncer. Ou alors, ils sont devenus bi pour certains. L'un des profs est un black superbe, un mec plus grand que moi avec les épaules carrées, les pecs saillants et des abdos bien dessinés avec des cuisses larges et puissantes. Une bête avec une pine d'enfer. Elle fait 21, un beau manche noir qui peut bander pendant des heures. J'adore me retrouver dans cette ambiance de mâles en sueur, faisant travailler leurs muscles sur les différents appareils, la plupart portant des justaucorps qui moulent bien leur fesses, leur paquet, et dévoilent leur imposante carrure. Ça me met dans tous mes états.
L'autre soir, donc, on s'est retrouvé à quatre, après le cours, pour une petite sauterie que je ne suis pas prêt d'oublier. Il y avait Dan, le prof black, deux autres membres du club, Cédric et Jean-Mi, et moi-même. Tout le monde faisait plus d'1 mètre 80. On s'est mis tous à poil et on a commencé à s'embrasser, à se sucer et à se branler, à s'empoigner et à se malaxer les couilles. Personne n'avait encore pris sa douche. J'ai pris beaucoup de plaisir à lécher les pectoraux et les seins de Dan, deux pointes larges et dures entourées de gros mamelons encore plus sombres que la couleur de sa beau. J'ai aspiré tour à tour ses tétons entre mes lèvres, je les ai mordillés puis, je me suis agenouillé devant son beau manche raide et décalotté. Sa pine avait une odeur qui m'a rendu complètement fou. J'aime sucer une queue qui sente vraiment la queue. J'ai horreur de ces types qui se parfument les couilles et le pubis avec une eau de toilette. Ça me coupe toute de suite l'envie de leur tailler une pipe. J'ai léché son gland puis j'ai avalé sa belle bite noire tout en lui caressant ses couilles lourdes et presque imberbes. Cédric et Jean-Mi se tapaient un bon petit 69 juste à côté de nous. C'était pine en bouche et doigts au cul. Ou bien langue au cul et tige en main.
Au bout d'un moment, Dan s'est tourné et il s'est penché sur l'un des appareils pour me tendre sa croupe. Je suis passé derrière lui, j'ai écarté ses deux belles fesses noires et musclées et je lui ai dévoré sa pastille brune avant de lui planter ma langue dans son trou bien ourlé. En même temps, je lui branlais le chibre et les burnes. Il bandait comme un taureau, sa tige plaquée sur son ventre. Jean-Mi est venu me sucer alors que Cédric profitait à son tour de la bite de Dan. On s'est amusé un long moment, les uns et les autres, à se pomper et à se lécher le trou du cul, sauf Dan qui était le seul à être exclusivement actif. J'ai laissé Dan à Cédric et je me suis retrouvé tête-bêche sur Jean-Mi. La queue était moins grosse mais tout aussi bonne à sucer avec des couilles, qui cette fois, étaient hyper velues.
J'ai oublié de vous dire qu'on avait avec nous, deux solides godemichés, deux beaux engins qui nous ont été très utiles. Je me suis retrouvé, étendu sur un appareil avec les cuisses bien relevées, soulevant des altères alors que je me faisais goder sans ménagement par ce salaud de Cédric qui me donnait l'impression de vouloir carrément me déchirer le trou du cul. Et tout ça, sans lubrifiant. Uniquement de la salive. On a joué avec tous les appareils de muscu. Certains nous offraient des postures super excitantes ou assez insolites pour nous enfiler avec les godes. Les coups de bite, c'était pour plus tard. On n'était pas pressé de se faire jouir. Ça se ramonait sec. Cédric, un joli blondinet aux cheveux bouclés, était celui qui d'entre nous avait le trou du cul le plus large. Les godes, pourtant très gros, rentraient comme dans du beurre entre ses fesses. Les grands miroirs de la salle de muscu réfléchissaient notre petite partouze qui devenait de plus en plus débridée. Quand Jean-Mi nous a annoncé qu'il avait envie de pisser, on l'a tous accompagné sous une douche tout en l'obligeant à garder le gode qui lui remplissait le cul. C'est moi qui l'ai tenu bien enfoncé entre ses fesses, le temps de rejoindre les vestiaires. Cédric lui a empoigné la queue, moi je l'enculais toujours. Malgré son envie, il bandait trop pour arriver à pisser. Ce fut long à venir alors que nous avions tous notre regard braqué sur son gland décalotté. Mais une fois que c'est parti, Cédric s'est amusé à nous arroser avec son urine, un jet puissant et tiède qui nous a inondés. Du coup, Dan a voulu aussi nous pisser dessus. On s'est mis en rond et on a tous essayé, sauf Jean-Mi qui avait terminé. On s'est arrosé le ventre, les couilles. Je me suis tourné et Dan a fini de pisser dans la raie de mon cul.
On est revenu baiser dans la salle. Evidemment, on était trois à vouloir se faire enculer par Dan. Pour ne pas faire de jaloux, il nous a fait placer en levrette et, côte à côte, face à l'un des grands miroirs. On était tous là, à bien lui tendre nos fesses et à creuser nos reins. J'étais au milieu. Dan s'est d'abord enfoncé dans le cul de Jean-Mi et après quelques va-et-vient, il est passé dans le mien. J'ai senti son gland buter ma rosette et la forcer jusqu'à ce qu'elle s'ouvre sous la pression de son dard. Ensuite, sa pine s'est engouffrée par à coup dans mon cul. Il me l'a plantée à fond et j'ai glissé une main entre mes cuisses pour empoigner ses couilles. C'était divin de se faire embrocher par une bite aussi volumineuse. Mais hélas pour moi, il y avait Cédric qui attendait lui aussi, à côté de moi. Dan s'est retiré de mon cul pour farcir le sien. Il a baisé tour à tour les trois croupes, passant d'un trou à l'autre et nous claquant de temps en temps les fesses. Il nous lançait dans notre dos :
- Alors mes trois putes ! C'est laquelle qui va recevoir ma première giclée. C'est promis, je la réserve à la plus salope de vous trois.
Niveau langage, c'est devenu hyper crû. Quand Dan est repassé derrière moi, j'ai empoigné mes fesses et je les ai écartelées pour lui présenter mon trou. Une fois enfoncé, je lui ai demandé de ne pas bouger et de me laisser faire. Je suis allé tout seul me défoncer sur sa queue. Je lui ai ensuite proposé de rester dans mon cul mais de changer de position pour que je puisse en même temps enculer Cédric. Quant à Jean-Mi, il se placerait en 69 sous lui. Cela nous permettrait de jouir tous les quatre ensemble. Tout le monde a été d'accord. Jean-Mi était peut-être celui qui avait la plus mauvaise place mais Dan lui a promis de lui réserver sa seconde décharge. On s'est placé comme je le voulais, Cédric et Jean-Mi, tête-bêche l'un sur l'autre. Je suis venu derrière Cédric et je l'ai emmanché. Dan n'a eu qu'à se mettre à genoux derrière moi pour m'enfiler. Ce fut sublime. En enculant Cédric, je me limais en même temps sur la pine de Dan. Il avait saisi mes deux tétons entre ses doigts et il les pinçait douloureusement ce qui m'excitait encore plus. Ou bien, il passait une main sous ma queue et il malaxait durement mes couilles. Dès que je sentais que je risquais de décharger, je ralentissais un peu le rythme et nous avons réussi à juter tous les quatre ensemble. Dan avait juste un peu de retard sur nous. Il a lâché mes seins et il m'a empoigné par les hanches pour me baiser plus vite et plus fort et je jouissais encore quand il a explosé dans mon cul.
Nous étions en nage tous les quatre mais nous ne comptions pas en rester là. Ca sentait la sueur, le foutre, la baise à plein nez dans la salle de muscu. Dan avait légèrement débandé mais sa queue était encore bien gonflée. Jean-Mi la prise dans sa bouche et en quelques secondes, le manche est devenu aussi raide que lorsque je l'avais entre les fesses. Cédric et moi, nous sommes restés voyeur un petit moment avant de proposer nos deux tiges à la bouche vorace de Cédric. Avec les deux godes, cela faisait six bites pour six orifices. Nous avons essayé toutes les combinaisons imaginables, toutes les postures. On a même enculé Cédric à deux alors qu'il pompait Jean-Mi. Quand nous sommes passés sous la douche, nous avions tous la bite rouge et les couilles vides. Et pour trois d'entre nous, le fion ouvert et défoncé.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.