827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Mon deuxième mec
Chers amis, je vais vous raconter maintenant, ma rencontre avec le deuxième mec de ma vie sexuelle. Là j'avoue que l'expérience a été moins agréable dans un premier temps, que celle avec Patrick, mais le plaisir était quand même au rendez vous ! ! !
Donc cela faisait plusieurs mois que Patrick et moi, nous rencontrions pour passer des moments de plaisir et à chaque fois c'était pour moi merveilleux. Mais l'instant de son départ à l'armée était arrivé et après une dernière rencontre très torride, il était partis pour de bon. Je ne savais pas encore, qu'il partait pour toujours et que je ne le reverrais plus !
L'été arrivée, et malgré les souvenir de nos moments intimes, j'avais de plus en plus envie de retoucher un homme, de sentir sa virilité contre moi, et dans mes fantasmes les plus poussés, le sentir en moi. Heureusement pour moi, j'avais d'autres occupations dans la vie que ma vie sexuelle, car alors ma vie se serais résumé à un ensemble vide. Bien sûr j'avais repris, sans vraiment les avoir arrêtés lorsque j'étais avec Patrick, mes masturbations nocturne, mais maintenant elles étaient mes seuls moyens de sentir tout le plaisir que mon corps pouvait m'apporter. Mais à côté de ça, j'avais repris avec plus d'intensité mes entrainements de natation, car la saison des compétitions approchait. Je partais donc le matin vers 7 30 en vélo pour 5 kilomètres, qui correspondaient à la distance entre mon domicile et la piscine. J'y restais jusqu'à 11h30, ma soeur aussi faisait de la compétition, mais avec moins de succès que moi, elle m'accompagnait parfois, mais elle venait généralement plus tard. Nous repartions pour manger ensemble.
L'été est arrivé et avec les vacances.
Je n'avais reçu aucun message de Patrick et il y avait maintenant 2 mois qu'il était partie. Loin d'être naïf, je me douté un peu que je ne le verrais plus maintenant, sinon il m'aurait écris ou au moins appelé. J'avoue que j'étais en manque. Donc pendant les vacances, je passais les matin à l'entrainement et les après-midi toujours à la piscine mais pour jouer avec mes amis. Parfois, vers 15 heures je repartais et j'allais faire une balade avec mon vélo dans la plaine qui séparait mon village de la ville où était la piscine. Il y avait des petits bosquet où j'aimais m'arrêter pour me reposer de la chaleur torride que la région pouvait produire avec l'aide du soleil d'été.
Ce jour là, en quittant donc la piscine vers 15h, je me baladais pendant environ 1h, avant de me diriger vers un de ces havres de paix, au milieu de cette fournaise. Je fus dans un premier temps un peu alarmé par la présence d'un tracteur agricole, juste à l'entrée du bosquet, mais après tout, si moi j'y trouvais un lieu de repos certainement que d'autres aussi y trouver un asile au milieu de l'après midi. J'installais mon vélo contre un arbre, et commençais à me promener le long d'un sentier sinueux. J'avais chaud, malgré le peu de vêtements qui me couvraient, en l'occurrence un short avec mon maillot de bain dessous, et un tee-shirt à bretelles, mais il devait faire au moins 40° au soleil, et ici pas moins de 35°. Après 5mn de marche tranquille, et malgré l'envie non avouer de voir qui été l'agriculteur qui s'était arrêté ici aussi. Je finis par voir une silhouette à environ 50m de moi, debout contre un arbre et me tournant le dos. J'ai tout de suite compris qu'il était en train d'uriner, et j'ai aussi regretté de ne pas être arrivé par l'autre côté. J'aurais ainsi peu voir son sexe d'homme, car après tout je ne connaissais que celui d'un garçon de 17 ans. Je continuais doucement pour m'approcher et qui sais peut être apercevoir dans un mouvement son sexe. Mais au bout d'une bonne minute je me retrouvais à disons 10m de lui, et j'étais bien obligé de reconnaître qu'il n'urinait pas, car cela durait un peu trop longtemps. Mon sexe devant cette évidence commençait à manifester son intérêt, et mon short, ainsi que mon slip de bain ne le dissimulaient que très partiellement.
Je me caressais tout en poursuivant un mouvement de contournement, j'avais envie de me positionner, juste dans l'angle qui me ferais voir son sexe sans qu'il me voie, avec l'arbre comme paravent. N'en pouvant plus, j'ai commençait à sortir ma bite, pour la caresser plus activement. Mon slip était mouillait par le pré-sperme, ainsi que mon gland. J'allais bientôt être dans la bonne position lorsque qu'un brindille que je n'avait pas vue a craquait sous mon pied. L'homme s'est tout de suite penché vers l'avant pour voir l'origine du bruit, et m'a vue la bite en mains, figé et ne savant pas quoi faire. Il m'a regardé sans bouger, dans un premier temps, et dans un second s'est tourné en reprenant sa bite en mains pour continuer son astiquage et ainsi se dissimuler de nouveau à mes yeux sans que je ne vois rien de son membre. J'étais à la fois gêné de la situation et en même temps, très excité par sa présence, et je me suis dit : Si il ne sait pas arrêté, c'est que je ne le gêne pas, et que je peux essayer un peu d'insister pour le voir au moins jouir. J'ai donc repris le chemin en sens inverse pour me retrouver, où j'étais 1mn avant, et où je le voyais de dos. Et là normalement je le verrai de face et sa bite à la mains. Je me caressais toujours et lorsque je suis arrivé, j'ai enfin vue l'objet de mes fantasmes présents. Il devait avoir 30 ans environ, habillé d'un tee-shirt marron, d'un pantalon, de chaussures très usées, il avait les cheveux très courts châtains foncés, ses bras étaient musclés comme seul la terre que l'on travaille peut nous les muscler. Sa mains droite coulissait le long de sa verge lentement avec des gestes très amples, je n'avais jamais vue un sexe de cette taille, je n'arrivais pas en enlever mon regard de cet objet de désir. Cette fois-ci, au lieu de se retourner de nouveau, il a continuer à se caresser en me regardant. J'ai également continuer tout en ne perdant pas une minute de vue son bas ventre. Je me figurais en train d'y faire glisser ma langue. Ma rêverie fut interrompu par sa voix.
- Qu'est ce que tu fais ? Il avait un voix grave et chaude. Mais fallait-il vraiment que je lui réponde ? - Rien ! - Vraiment, et qu'est ce que tu tiens dans la mains ? Ben... Je ne savais quoi dire, ou quoi faire. D'ailleurs j'avais interrompu ma masturbation. J'étais là, comme un idiot. - Approches ! ! me dit-il, avec un mouvement du visage et un sourire. J'avais les jambes en coton, mais mon envie était la plus forte. Je me suis donc approché de lui, jusqu'à environ 1m. Il avait les yeux gris bleu, un sourire viril et faisant rayonner son visage. J'étais là, devant lui, la bite en mains mais sans bouger. - Alors comment la trouves tu ? - Très belle. Je lui ai répondu, tout en bafouillant et en avalant péniblement ma salive. - Tu aimerais la toucher ? - Oui, j'aimerais beaucoup. - Alors vas-y. Touches la.
En me disant cela, il a enlevé sa mains et j'ai pu voir son sexe dans son intégralité. Il devait mesurer au moins 20cm, et facilement 4cm de diamètre. J'ai approché ma mains et ma première sensation a été de sentir la douceur de la peau sous mes doigts. J'ai commençais à le caresser, il a poussé un profond soupir et a fermé les yeux. J'ai pris un peu d'assurance, et avec mon autre mains je lui ai caressé le torse. J'ai senti sous mes doigts des pectoraux très bien dessinés et très ferme. J'étais au comble de l'excitation. Il s'est mis lui aussi à me caresse, d'abord les épaules et ensuite ma tête. Il m'a dit : - veux tu la goûter ? - oui. - Vas-y.
Lorsque je me suis accroupi, et que j'ai approché mon visage de son gland humide, il a fini de déboutonner son pantalon et l'a laisser glisser par terre. J'ai pu ainsi voir la grosseur de ses bourses. Avec une mains je me suis mis à les caresser et avec l'autre j'ai tenu sa bite pour la présenter à mes lèvres. Au premier contact j'ai senti sur ma langue le goût de son pré-sperme et de mes souvenirs de Patrick, j'ai su tout de suite que les mecs n'avait pas tous le même goût. Je l'ai sucé pendant 5 bonnes minutes en y mettant tous mon maigre savoir en la matière, et je lui caressé les jambes en même temps. Lui se contentait de me caresser la tête le cou et les épaules. Je commençais a avoir un peu mal aux jambes dans cette position, donc je me suis relever sans lâcher son sexe des lèvres. Il a glissait sa mains sous mon tee-shirt pour me caresser le dos, j'aimais beaucoup le contact de sa mains sur ma peau. Il a poursuivi son mouvement en se penchant vers l'avant pour me caresser les fesses au travers de mon short. Il a ensuite glissé sa mains sous mon ventre pour attraper ma bite toujours raide. J'ai eu comme un profond frisson à ce moment là. - Relèves toi, j'aimerais y goûter. - Oui. Mais j'avais pas vraiment envie de lâcher sa bite. Lorsque j'ai senti ses lèvres sur mon gland et sa langue explorant ma pointe. J'ai senti un immense plaisir en moi. Sa langue était insistante et j'aimais beaucoup ça. Avec ses mains il me caressait les jambes, mais plus les fesses. Une de ses mains s'est mise à explorer mon entre jambe pour remonter par derrière vers ma raie et un de ses doigt s'est arrêté juste au niveau de ma rondelle pour la tâter. Il s'est redressé et m'a dit : - J'aimerais te lécher l'anus. Il continuait à me caresser le dos. - Tu vas aimer. Tiens penches toi contre l'arbre et écartes un peu les jambes. Je me suis penché et j'ai collé mon épaule droite contre l'arbre. - Oui comme ça, c'est très bien. Il s'est déplacé derrière moi, et s'est accroupi, j'ai senti ses mains écarter mes fesses et là, j'ai cru que j'allais défaillir. Sentir sa langue contre ma rondelle, mais aussi sa barbe de la journée contre mes fesses, j'étais plus sur terre. Il m'a léché, a poussé sa langue le plus loin possible dans ma rosette, et à un moment s'est mis à me titiller avec un doigt. J'aimais beaucoup le sentir s'occuper de moi ainsi. A un moment, j'ai cru qu'il avait comme moi, un peu mal aux jambes à force d'être accroupi, car sans enlever son doigt de mon petit trou, il s'est redressé. Il s'est mis à me caresser le dos et les fesses avec son autre mains. - Tu aimes ? - Ho, oui, beaucoup ! Hum.... - Tu aimes sentir mon doigt, dans ton petit trou ? - Oui. - Tu aimerais que j'essaye avec deux doigts ? - Oui, j'aimerais. Je sentais sa main gauche me caresser le dos, et remonter vers mon épaule gauche. Il s'est mis à me caresser l'épaule. Instinctivement je me suis un peu plus cambré pour qu'il n'ait pas trop besoin de se pencher. Je sentais toujours son doigt entre mes fesse et tous mes sens était focalisé par les sensations de plaisir qui irradiaient de là. Je sentais aussi son corps légèrement pencher sur moi. Il a enlevait son doigt tout doucement. J'ai pensé qu'il se caressé un peu pour maintenir l'excitation de sa bite, il l'a d'ailleurs laisser glisser contre ma fesses droite, et là j'étais totalement rassuré sur l'état de son excitation. Nous étions donc là, moi penché en avant appuyé avec mon épaule droite contre l'arbre, les jambes légèrement écarté, lui derrière moi, légèrement penché en avant avec sa mains gauche appuyé sur mon épaule gauche, sa mains droite astiquant sa bite. J'ai senti sa mains droite caresser ma fesse droite et l'écarter légèrement. Je me suis dit, hum, il va y aller avec deux doigts. A ce moment là, j'ai senti non pas ses doigts se présenter devant ma rondelle, mais bien sa bite dur et raide comme un piquet. Surpris par la situation, j'ai voulu me redresser, car je savais que mon anus n'était pas encore suffisamment dilater pour accueillir son membre d'homme. Mais sa mains gauche m'a bloquée contre l'arbre, et sans attendre sa mains droite m'a agrippée la hanche droite, et j'ai senti son manche transformé en tison ardent écarter toutes les résistance de mes fesses, pour s'enfoncer dans mon anus.
Sur le coup, une violente douleur m'a traversé le corps, mais dès que son gland a passé la frontière de ma rondelle, la douleur s'est progressivement retiré. La dimension de son membre me donnait une drôle d'impression. Sans s'arrêter un instant, il s'est enfoncé en moi jusqu'à la garde, j'ai senti ses bourse cogner contre mes fesses. Il me tenait toujours fermement l'épaule gauche, mais en sentant en moi son dard incandescent, je n'avais pas la moindre envie de bouger, ayant encore le souvenir de la douleur. A peine le temps de reprendre mon souffle, et je l'ai senti appuyer avec sa mains droite et commencer un mouvement de retrait. La douleur et revenu mais cent fois moins forte, et je me suis détendu. Il s'est retiré entièrement, lorsque son gland a passé en sens inverse ma rondelle, j'ai eu un frisson de plaisir. J'ai cru qu'il allait en rester là, mais non, il ne m'a pas laissé le temps de bouger, pour représenter son épieu, et à forcer de nouveau le passage, mais cette fois ci, la résistance n'existait plus et au lieu de la douleur, un immense plaisir ma fait pousser un «oui ! !». Conforté par ce que je venais de dire, cette fois ci, au lieu de ressortir, il a commencer des mouvements de va et viens. Ces derniers se sont mis a aller de plus en plus vite. Sa mains gauche a lâché mon épaule pour agripper ma hanche gauche. Ses mouvement de plus en plus rapide et de plus en plus ample, mon maintenu sur un nuage de plaisir indescriptible, environ 10mn. Dans un dernier mouvement ample et le plus profond possible, accompagné de soubresauts, j'ai senti 4 jets puissants de sperme, accompagnés chez moi par des contraction de mon anus. Il est resté encore 30'' en moi, avant d'entreprendre son retrait. Je transpirais beaucoup, mais en regardant mon sexe en train de redevenir mou lui aussi, il y avait un filet de sperme qui pendait jusqu'au sol, où il y avait une petite flaque de mon sperme. J'avais joui en même temps que lui.
Je me suis redressé, il était toujours derrière moi, en train de se rhabiller. - Tu as aimé ? m'a t il demandé. - Oui, mais vous m'avez fait très mal ! - Je sais, mais le plaisir et plus fort lorsque c'est comme ça. Non ? - Je ne sais pas. Enfin, je pense que oui. Et je ne pouvais nier le plaisir que j'avais eu. Une fois rhabillé, il s'est approché de moi, et m'a pris dans ses bras et m'a embrassé avec fougue, virilité et tendresse.
Voilà, comment c'est passé mon expérience avec le deuxième homme de ma vie sexuelle. Mais il y a une suite.........

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.