827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Un coloc nommé Mike
En matière de teub, depuis quelque temps je privilégie la longueur ! En fait, c'est depuis que j'ai goûté aux vingt-trois centimètres de Mike, mon cher petit colocataire depuis septembre dernier...
Depuis lui, je ne jure que par les biroutes les plus longues possibles. Ce sont les meilleures, elles vous buttent bien profond dans la gorge jusqu'aux amygdales. Parfois ça me donne même envie de gerber, mais ça ne fait rien, je pompe le morceau jusqu'aux burnes. Et lui, il prend un malin plaisir à me déformer la gueule avec son manche. Son gland me baise l'intérieur des joues ; j'en peux plus mais je suis aux anges !
Mike est originaire de Philadelphie. C'est un beau brun de 22 ans et il est trop bien foutu de partout : cul d'enfer, cuisses et ventre musclés, et super méga-pine bien sûr ! Je le suce au minimum une fois par jour, c'est pour cela qu'il m'appelle désormais son vidangeur car je lui avale tout jusqu'à la dernière goutte de jus. Avec moi rien ne se perd et il est même arrivé que je lui boive la pisse après qu'il ait joui.
La toute première fois, il n'a pas osé et c'est moi qui l'ai invité à s'abandonner complètement dans ma bouche. Dès que j'ai senti les premières gouttes de pipi, je lui ai marmonné « Do it !... Just do it, you can, please ! ». Et ce petit salopard de Mike, il s'est complètement lâché... Ca a été trop bon, toute cette pisse qui me coulait dans la gorge, en un flot interrompu... Sa pisse avait un goût d'asperge : il avait effectivement mangé une salade d'asperges au déjeuner. Lui comme moi étions dans un état d'excitation invraisemblable après cette petite séance uro.
Quand Mike s'est mis à me flatter la croupe avec sa main, à en caresser la raie avec les doigts, j'ai vite compris où il voulait en venir : m'enculer !
C'est lui-même qui m'a positionné à quatre pattes sur le plumard. J'avais le cul plus qu'en rut, je remontais les fesses le plus haut possible en creusant les reins de la manière la plus pute qui soit. Rien que de penser que j'allais me manger par le cul ses vingt-trois centimètres de queue, ça m'humidifiait le fion. C'est automatique chez moi : je mouille du cul dès que je suis bien chaud. D'ailleurs il vaut mieux... car Mike déteste se servir de gel quand il me défonce le cul !
« Je vais te baiser à sec, mon petit poulet ! ! ! » m'a-t-il annoncé de sa voix rauque.
Je n'ai même pas pris la peine de lui répondre, je me concentrais déjà à n'être plus qu'un cul, un bon cul sur pattes et prêt à la plus bestiale des chevauchées. Sans tarder, le gland de Mike s'est mis à me flatter la raie en la descendant, jusqu'à la naissance des couilles, et la remontant sans cesse jusqu'au coccyx. J'avais le fion à bout et je n'avais qu'une seule envie à cet instant précis : que le bout de sa queue s'arrête à mon oignon et l'emmanche d'un coup sec, aussi fort que possible !
Je pensais à ses vingt-trois centimètres, je les visualisais dans ma tête comme une vraie charpente que j'allais me prendre dans le derche ! Bien brave, Mike cessa enfin le supplice et introduisit son gland d'une simple petite pression sur ma rondelle mouillée. A cet instant précis, j'avais le cul tellement chauffé à blanc qu'il me faisait penser à un aspirateur à pines !
Cette pensée me fit rire tout haut. Mike me demanda alors pourquoi je riais...
« Oh, pour rien, c'est juste que je me disais que je suis une vraie petite pute... du cul !
- Moi, je crois que t'es pire que ça ! »
Il n'avait pas encore fini de dire ça que j'avais déjà les dix premiers centimètres de son chibre dans le trou du cul. Et, une fois de plus quel bonheur ! ! ! Comme j'en voulais plus, je me suis carrément reculé vers lui, m'emmanchant d'un seul coup jusqu'à sa paire de couilles. Putain, j'avais l'intégralité de ses 23 cm dans le cul, ça me frottait la prostate et je n'aurais laissé ma place à personne ! ! ! Comme à son habitude, Mike s'est mis à me pistonner durement dès le premier coup de queue, et non sans me traiter de son petit « son of a bitch », de sa petite putain à lui ! L'instant d'après, jugeant qu'il ne me baisait pas « assez bien comme il faut », il m'a fait basculé sur le dos et c'est mes chevilles autour de sa tête que je suis fait tringlé pendant la demi-heure qui a suivi. Et comme après un pareil traitement, je suis sorti de là le cul à moitié déglingué, pour ne pas dire complètement explosé !
Nous étions l'un comme l'autre en sueur ! J'étais quant à moi bien éreinté, j'en avais eu plein le cul Et maintenant j'avais envie de câlins... C'était sans compter sur la détermination de Mike qui, lorsqu'il est trop excité, ne peut pas s'empêcher de remettre le couvert... J'ai eu beau lui dire que non ! - je suis même allé jusqu'à le supplier pour le dissuader de me sauter à nouveau - il n'a rien voulu entendre ! Il m'a attrapé par le bras et m'a fait mettre debout. Et comme d'habitude je n'ai pas osé lui résister. J'ai pris appui avec mes mains contre le mur. Je lui offrais ainsi une belle petite croupe bien cambrée - tout ce qu'il adore ! -... qu'il s'est remis à tringler aussi sec !
« T'aimes ça, quand même, hein, ma salope ? ! ? ! ? ! m'a-t-il hurlé à l'oreille au moment de me jouir une deuxième fois dans le cul...

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.