827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Jeu de coïncidence
Enfin vendredi ! Les cours sont terminés et je suis en congé jusqu'à lundi. J'étudie en ville, et ma famille reste en campagne, donc pour la fin de semaine, je décide de retourner chez mes parents pour rendre visite à mes amis. Cela fait déjà plus d'un mois que je ne leur ai pas rendu visite, j'ai hâte de pouvoir fêter avec mes anciens copains. Après 1 heure 30 de voiture, je suis enfin arrivé chez nous. Je prends le temps de souper et ensuite j'appelle mes amis pour savoir si l'un d'eux a le gout de sortir :
- Salut Martin, ça va ? - Ouais et toi Ça fais un bail qu'on a pas eu de tes nouvelles !, qu'il me répondit, surprit de mon appel. - Je sais, mais les études me prennent beaucoup de temps, et ça ne me tente pas toujours de conduire des heures pour revenir par ici, je suis tellement bien en ville ! - Je te comprends ! Veux-tu qu'on sorte ce soir ? Il y a un show « Coyote Ugly » au bar près de chez moi, ça te tente ? - Parfait ! J'avais justement le goût de me rincer l'oeil, lui répondis-je en riant. - Je t'attend vers 8h30, on commencera la veillée ailleurs, ça va couter moins cher. - À tantôt alors !
J'arrive chez Martin à l'heure précise, mais je m'aperçois rapidement qu'il n'est pas prêt, il vient répondre à la porte avec seulement une serviette autour de la taille pour cacher son jardin intime. Étant aux filles de manière générale, la vue de son corps presque nu ne m'excite pas du tout. Après tout, nous sommes bien habitués de nous regarder en boxer !
- Excuse moi, je n'ai pas encore pris ma douche, je me lave rapidement, et on sort tout de suite après, attend moi dans ma chambre !, me dit-il essouflé.
Il court immmédiatement dans la salle de bain et j'entends la douche qui s'active presque instantanément. Je me rends vers sa chambre pour l'attendre et je décide de commencer la soirée immédiatement avec la boisson que je me suis apportée. Je décide donc de prendre un Red Bull (boisson énergisante pleine de caféine) avec de la vodka. Mélange assez explosif habituellement, je devrais être sur le party pour une bonne partie de la soirée. En rangeant la bouteille dans mon sac-à-dos, j'aperçois du coin de l'oeil une revue qui dépasse sous son matelas. Trop curieux, je m'empresse de saisir cette revue pour regarder ce que mon pote devait reluquer juste avant mon arrivée. La revue est un Penthouse édition spéciale :« Special full of cum ». Adorant les images de filles recevant du foutre plein la figure, je bande presque d'un coup en commençant à regarder les images. Les filles sont superbes, et ma verge ne reste pas insensible. Je n'ai maintenant plus le choix de déboutonner mes jeans pour lui laisser plus de place. L'effet de la vodka commence à se faire sentir et je ressens le besoin de me branler là, maintenant, en regardant la revue de mon ami.
Je sort alors ma queue entièrement, prenant bien soin d'écouter si mon cousin est toujours dans la douche. Je commence un vas-et-vient assez rapide en regardant la revue. Bien qu'énormément excité, je ne veux pas éjaculer, pour ne pas risquer d'être pris au dépourvu si mon cousin arrive dans la chambre plus vite que prévu. Je m'arrange donc pour maintenir mon excitation à un max, sans éclater. C'est le moment que je préfère. En me branlant lentement, chaque petit mouvement du prépuce sur mon gland me font frémir d'envie. En ce moment, j'aimerais tant être avec ma bien-aimée et sentir ma verge entre ses lèvres et sur sa langue. Je m'imagine en train d'éjaculer dans sa bouche et à ce moment je crains d'avoir dépassé le point de non-retour. Ma verge se contracte, laissant présager le passage de mon jus, mais le bruit de la porte de la salle de bain qui s'ouvre m'interrompt. Je me rhabille le plus vite possible, essaie de replacer la revue à sa place, mais je suis trop sous le choc, je l'échappe par terre et elle glisse sous le lit. Comment ai-je pu ne pas remarquer la douche se refermer ?
- Je n'ai pas été trop long j'espère ? Me demanda-t-il. - Non ! Je n'ai même pas vu le temps passer... Je me suis servi un verre de vodka pour commencer la soirée, et déjà j'ai les jambes molles (belle excuse quand même pour faire passer mes joues rougis par la peur de me faire prendre) ! T'en veux un verre ? - Oui s'il-te-plait.
Il se retourne alors et laisse tomber la serviette qui le couvrait encore, dans le but de s'habiller. Cette fois, je ne me retrouve pas devant lui seulement torse nu, mais bien avec sa queue au premier plan. Je reste assis sur le lit à sortir la bouteille de boisson et à regarder sa queue. C'est peut-être à cause de l'alcool, mais je ne pensais jamais avoir d'érection seulement qu'en regardant une bite. Pourtant, je suis maintenant bandé vraiment dur et j'essaie de cacher mon état en faisant semblant de fouiller dans mon sac-à-dos. Mais trop tard, Martin me regardait dans le miroir de sa chambre, et il sait que je bande à le regarder nu.
- Qu'est-ce que tu as fait pendant que j'étais dans la douche ? Ça prend quand même pas 10 min se verser un verre de vodka ! Demanda-t-il pour briser le silence. - La même chose que tu faisais avant que j'arrive !
Surpris de ma réponse, il saute sur son lit, regarde sous son matelas, et s'aperçoit que sa revue n'est plus là. Je me penche, la ramasse sous le lit, et la lui rend :
- Je m'excuse, en voulant la serrer à sa place, elle est tombée et puisque tu arrivais, je n'ai pas eu le temps de la replacer. - Ahh ! Je comprends maintenant pourquoi tu étais si bandé en me regardant la queue tantôt. - QUOI ? - Oui, je te regardais dans le miroir. J'ai bien vu que ça te faisait de l'effet et que tu cherchais à le cacher. Es-tu gay ? - Non, jamais ! Mais je pense qu'en regardant toutes ces filles dans ta revue sucer et se faire recouvrir de sperme, ça m'a excité... et de voir ta queue si près de moi par la suite.. - T'a le goût d'essayer ?, m'offrit-il. Mais c'est toi qui suce, c'est pas mon truc vraiment... si ça te tente pas, on oublie ça, et on part veiller ! - Ben là je sais pas.. J'suis pas gay moi non plus, mais j'dois avouer que ton offre me tente.
Il se lève alors et vient se positionner debout, face à moi qui suis assis sur son lit. Il baisse rapidement ses boxers et me pose maintenant sa queue à quelques centimètres de mon visage. Même s'il me dit que les gars ne sont pas son truc, il a quand même l'air d'apprécier la situation, voyant sa queue se raidir sans même y toucher. Je me risque alors à la prendre de ma main droite, sentir sa texture, la moiteur de sa peau sur la paume de ma main. Ça me rappelle ma branlette de tout à l'heure et je deviens vraiment excité, comme une vraie petite chienne. Je baisse mon pantalon moi aussi pour laisser mon joujou respirer et aussi pour le caresser. Une bite dans chaque main, je ne résiste plus, je pose ma langue tranquillement sur son gland et commence à lécher ce beau membre avant de le prendre complètement en bouche.
Dès le moment où je referme mes lèvres autour de ce bijou, Martin laisse aller un gémissement si excitant que je le suce maintenant en prenant bien le temps de sentir son gland passer sous mes lèvres et en essayant de le faire pénétrer le plus loin que ma gorge le permet. Après quelques haut-le-coeur, je peux maintenant prendre sa queue en entier dans ma bouche et faire des mouvements de plus en plus longs.
La douce peau de son pénis glisse maintenant dans ma bouche, comme si j'étais en train de sucer un énorme suçon qui contient une surprise au centre.
- Ahh, Stéphane, continue. C'est vraiment trop bon. T'a de l'expérience certain pour être si bon suceur !
Prenant congé de sa verge quelques instants :
- Non, pas vraiment. C'est seulement la 2ème fois que je suce une queue. Mais j'adore. Sentir que j'ai le contrôle complet sur l'excitation de l'autre, et surtout le trip d'avoir une longue queue chaude dans ma bouche, il n'y a qu'une chose de mieux encore, c'est de se faire sucer.
- Comme je t'ai dit tout à l'heure, ca ne m'interesse pas vraiment ça... mais on sait pas, peut-être ce soir quand on reviendra ! Pour l'instant, arrête de parler, et continu de me sucer !
Ça me fait bizarre de me faire dire ça... d'habitude, c'est moi qui dit quelque chose de semblable. Mais cette fois, je n'échangerais ma place contre celle de personne, je n'attend plus que le fruit de son plaisir.
Je prends maintenant le temps de le masturber en même temps que je le suce. Cette technique est infaillible quand ma blonde désire donner fin à mes plaisirs. La respiration de Martin devient de plus en plus saccadée, je sens que ça ne tardera pas. Un, puis deux sursauts se font sentir sur sa queue qui se colle contre mon palais à chaque fois.
- Arrête je vais venir, gémit-il.
Voyant que je n'avais pas l'air de comprendre, il se recule brusquement, m'enlève son joujou de la bouche et me dit d'un air mécontent :
- J'ai failli te venir dessus, relaxe, j'veux pas tout salir le tapis, j'ai une semence très abondante disons...
Sur ces mots, je vire complètement dingue. J'avais le goût de le sentir éjaculer sur moi, avoir de sa liqueur chaude partout sur le visage et dans la bouche. J'avais le goût d'avaler ce jus sexuellement nutritif. Je tombe sur mes genoux, devant lui et lui dit :
- Ouais, vas-y ! Fais comme dans ta revue, éjacule sur moi, c'est ce que j'attend depuis tantôt !
Je reprends sa verge dans ma bouche pour continuer ma pipe, mais seules quelques secondes suffirent à le ramener à son état. Je sens sa queue se durcir à son maximum dans ma bouche. Sachant ce que ça voulais dire, j'arrête de le sucer, laisse sa queue à quelques centimètres au-dessus de mon visage. J'ouvre la bouche et tire la langue, tout en le masturbant de plus en plus rapidement. Je donne encore quelques coups de langue au bout de son gland et enfin, une goutte blanchâtre apparaît. Enfin, le déluge commence ! Les quelques premières giclées atterrissent sur ma langue. Je pouvais enfin goûter ce jus aphrodisiaque. Je prends le temps d'avaler tranquillement ce qui coule dans ma gorge tout en recevant encore son sperme, au visage cette fois. Ses giclées semblent ne jamais faiblir. Une quantité toujours equivalente de sperme sort de sa queue et vient se poser sur mon visage, dans ma bouche, recouvrant ma langue. J'avale ce qui est dans ma bouche et commence à récupérer ce qui coule sur mon menton, ne voulant pas que le tout coule à terre sur le tapis. Sentant cette semence chaude couler sur moi, j'éjacule dans ma main et porte le tout à ma bouche qui n'en finit plus d'avaler. Par chance, son sperme à lui est sucré et pas très visqueux comparé au mien.
Je reprends ma fellation pour nettoyer sa verge et avaler ce qui lui reste. Surpris, 2 autres jets m'éclatent dans la bouche. Complètement dépassé par mon excitation, je laisse couler ce sperme au coin de mes lèvres, le récupère avec mes doigts pour faire des filaments de sperme entre ces-derniers et moi. Je lêche ensuite mes doigts de manière très sensuelle. Rassasié de sexe et de sperme, je m'essuie avec la serviette de Martin et j'attend sa réaction.
- Je ne pensais pas qu'un gars pouvais sucer si bien et être aussi excité par le sperme. - Tant qu'à moi, c'est la récompense d'une bonne pipe, je ne m'en priverai pas. Cette chaleur qui nous recouvre, c'est extra ! -Tant que ça ? C'est mon tour en revenant ce soir alors !, affirma-t-il avec un regard en coin.
Vite, on se prépare, et on sort veiller. Maintenant, les filles reprennent leur place d'honneur dans nos esprits, et rapidement, nos regards se posent sur les magnifiques corps de ces dames au bar.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.