827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Ludo et moi,
À 19 ans, je passais beaucoup de temps avec mon meilleur copain, Ludo (18 ans),
il habite à quelques kilomètres de chez moi. Nous nous connaissions par coeur,
nous nous disions tout, comme des frères. Nous passions des journées entières ensemble, allions voir des amis, faisions du sport ensemble, pendant tout le week-end.
Souvent je passais chez lui le samedi, nous allions faire un peu de basket sur un terrain communal l'après-midi puis nous allions manger chez lui le soir et nous traînions dans un bar le soir avant d'aller se coucher chez lui. J'avais énormément envie de lui, mais il était très attiré par les filles, et il n'avait pas de mal pour en rencontrer une à chaque fois que nous sortions le soir.
Souvent il prenait sa douche devant moi, dans sa salle de bain pendant que je le regardais et discutions de choses et d'autres, il me demandais souvent de faire ainsi. Je n'osais jamais essayer quelque chose avec Ludo, car je tenais tellement à lui que je ne voulais surtout pas le perdre comme meilleur ami. Un week-end où ses parents se sont absentés dans le sud de la France, comme à l'accoutumée je viens le voir le samedi en début d'après-midi pour savoir où nous allions passer le reste de la journée. Il rentrait du boulot, me dit comme d'habitude :

- Je vais prendre ma douche. Viens ! On va discuter. Et je le suis jusque dans la salle de bain, m'assois sur le tabouret face à la baignoire. Il enlève ses vêtements un à un, une fois dans la baignoire, il ne se cache pas et me parle comme si de rien n'était, nous nous racontons nos semaines, dans nos lycées respectifs. Je ne pouvais jamais m'empêcher de regarder longuement son sexe pendant qu'il se masse le corps de savon. Ce corps superbe qui se dresse devant moi (1.65m, 65 Kg, blond aux yeux bleus et un sexe imposant de la même taille que le mien), me fais toujours avoir une érection conséquente, mais je me débrouille toujours pour que cela ne se voit pas.
Une fois sa douche terminée, il se rhabille avec les vêtements propres qu'il me demande d'aller chercher dans l'armoire de sa chambre.
Puis nous partons au terrain de basket faire quelques smash et lancés francs. La fin de l'après-midi approche, on se rend au bar du village pour aller boire un petit apéro avant d'aller engloutir les spaghettis bolognaises qu'il prépare toujours de façon exquise.
Le soir nous retournons à ce même bar, discutons un peu avec les amis du bourg et rentrons chez lui tous les deux lassés d'entendre les ragots.
Depuis toujours nous dormions ensemble dans son lit, tous les deux en caleçon. Chaque nuit passée ensemble, une énorme érection me prenait, j'avais tellement envie de m'approcher de lui, je n'avais que quelques centimètres à faire pour me retrouver serré contre Ludo. Mais non, je ne voudrais surtout pas qu'il me rejette, alors je préfère rêver et ne pas bouger. Cette fois-ci comme d'habitude, nous montons dans sa chambre, nous déshabillons, et nous nous enfilons sous la couette froide. Il laisse la petite lampe allumée, nous discutons un peu, écoutons de la musique et nous décidons de dormir. Il éteint la lampe et chacun souhaite bonne nuit à l'autre.
Quelques secondes plus tard, il me demande si je suis fatigué, je lui réponds que non, il rallume la lumière et continuons à discuter. Un peu après alors qu'un silence de quelques secondes s'était instauré, il me dit :

- J'ai une crampe à la bite. Je me suis demandé ce qu'il lui arrivait, je ne comprenais plus, je me suis dit que c'était peut-être un appel qu'il me lançait. Alors je décide de lui répondre :

- Moi aussi.
- J'en ai marre de me faire sucer par des salopes, j'ai envie d'essayer autre chose ce soir, ça te dit de me sucer ?
Je réponds aussi sec :

- Oui si tu veux ! Il abaisse la couette jusqu'à ses chevilles, enleva son caleçon, je vois pour la première fois, sa verge érigée comme la statue de la liberté. Je le regarde,
il sourit et dans un silence profond, je commence à prendre son sexe dans ma main, je fais glisser la peau pour pouvoir apercevoir son gland. Un gland d'un rouge vif, humide juste ce qu'il faut. Mon coeur battait à vive allure, je ne savais plus où j'étais, j'avais l'impression de rêver.
Je positionne ma bouche juste au dessus de sa bite, mes lèvres commencent à entourer, ses couilles durcies qui semblent bien remplies. Tandis que ma main commence à exercer un va et vient, lentement le long de cet objet d'art qui se dresse devant moi, il positionna sa main droite derrière mon crâne pour accentuer les gestes de ma tête. Je décide de rentrer son engin dans ma bouche,
comme c'est bon de sentir la chaleur de sont pénis le long de ma langue. Le va- et-vient devient de plus en plus rapide, il émet des gémissement de bonheur à chaque mouvement. Soudain, il m'avertit qu'il va jouir mais je préfère continuer et voilà que je prends tout son sperme dans ma bouche, j'avale son jus d'homme au fur et à mesure car la quantité est très importante. Il profite que les voisins les plus proches habitent à 2 km pour pousser un cri à chaque spasme de son éjaculation.
Je reste environ 10 minutes à le lécher pour ne pas en laisser une seule goutte puis il me dit :

- Jamais une fille ne m'a si bien sucé, maintenant c'est à mon tour ! C'était pourtant ma première expérience. Je ne m'y attendais pas, je pensais qu'il voulais juste se faire sucer et qu'il ne me sucerais pas. Je m'allonge sur le lit, il me baisse mon caleçon énergiquement. Nous nous retrouvons tous les deux nus sur son lit et commence à me lécher entre les cuisses en remontant jusqu'aux testicules, passe ses mains derrières mes fesses, me décalotte le gland avec le bout de ses lèvres et commence à tout prendre dans sa bouche, il suce à merveille, lui aussi pour sa première expérience, il se défendait très bien. Il me serre la bite avec ses lèvres et effectue un va-et-vient complet des couilles jusqu'au bout du gland, de plus en plus vite, de plus en plus fort.
Mois aussi, je l'avertis de la venue de mon sperme, il retire sa bouche l'ouvre en grand devant mon gland, approche sa main droite pour continuer le va-et- vient et ma fontaine de jus jaillit dans sa profonde bouche. Je cris aussi tant que je peux, tellement mon bonheur est immense.
Nous finissons par décider de dormir et nous remettons sous la couette, tous les deux nus serré l'un contre l'autre. Le lendemain matin en me réveillant, je crois avoir rêvé, mais non je suis bien à poil dans son lit. Nous nous levons tous les deux, mais aucun de nous ne fait allusion à notre expérience de la veille. Nous nous rhabillons.
Et depuis, nous exécutons le même rituel, mais rarement, environ 2 à 3 fois par an lorsque nous ne sommes pas chacun avec une fille, ce qui nous permet d'obtenir toujours un immense plaisir à le faire. Mais n'en parlons jamais.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.