827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Plan sur la plage
Pour la première fois de ma jeune vie, je me suis décidé à allez en autobus jusqu'à la plage.
Un rêve...un fantasme...voilà ce que je vais vous raconter dans le texte qui va suivre. J'aimerais tant que ça m'arrive, mais je sais bien que ce ne sera jamais le cas. Mais on a bien le droit de rêver...
C'était une belle journée ensoleillée. On était au beau milieu des vacances d'été et il faisait un temps doux, ni trop chaud, ni trop froid. La journée idéale quoi. Et j'allais découvrir qu'elle allait être bien plus parfaite que je pouvais le croire.
Je m'ennuyais ferme chez moi et comme tous mes amis étaient déjà sortis, je n'avais vraiment rien du tout à faire de mon temps. Pour la première fois de ma jeune vie, je me suis décidé à allez en autobus jusqu'à la plage. C'était la première fois que j'allais là-bas tout seul, mais c'était quand même mieux que rester chez moi à m'emmerder. Je pris donc l'autobus et me rendit jusqu'à la plage. Vivant dans une grande ville, ça me prit un certain temps me rendre à la plage qui était à l'autre bout du monde !
Une fois arriver là-bas, je me dis immédiatement que je n'aurais pas dû venir ! La plage était bondés de monde venu profiter de la température parfaite. Moi qui voulais seulement lire mon livre tranquillement, couché sur le sable. J'allais rebrousser chemin quand je me suis souvenu que ma tante me disait souvent que la plage regorge de petits coins tranquilles, isolés des gens. Il suffisait juste de bien chercher pour les trouver.
Je n'avais vraiment rien à perdre, alors je me mis à la recherche d'un endroit isolé pour pouvoir lire mon livre en paix. Ça me prit un bon trente minutes, mais je finis par trouver un petit bout de plage, complètement à l'abris des bruits et même du regard des autres.
Je me suis alors dit pourquoi pas me mettre tout nu ! De l'endroit où je me trouvais, je pouvais entendre très clairement toute personne qui s'approcherait de loin, alors je n'aurais qu'à me rhabiller si quelqu'un venait troubler ma lecture.
J'étais donc là, complètement nu, en train de lire calmement mon livre quand j'entendis un bruit de pas se rapprochant de moi. Croyant que la personne était encore bien loin, je pris tout mon temps pour fermer mon livre et remettre mon maillot. Mais à peine ai-je refermé mon livre que je vois un garçon tout juste devant moi, à un mètre au grand maximum.
Mais je fis de grand yeux quand je m'aperçu qu'il ne s'agissait pas de n'importe quel garçon. Je le connaissais bien en fait ce gars là devant moi, il s'agissait de Daniel. Il avait été dans le même groupe que moi durant plusieurs années, mais bien plus encore. Il avait été la première personne dont j'étais tombé amoureux ! J'avais toujours gardé tout ça au fond de moi, mais de le revoir dans une situation si étrange ranima en moi bien des sentiments. Je me sentais vraiment bizarre.
Réflichissant à tout ça dans ma tête, j'avais carrément oublié que j'étais complètement nu, dévoilant toute mon intimité à ses si beaux yeux. J'allais cacher mon sexe avec mes mains, mais je vis quelque chose qui me laissa complètement sur le choc. Lui aussi était en tenu d'Adam !
J'avais souvent regardé son beau corps juste assez musclé dans le vestiaire avant les cours d'éducation physique, mais je l'avais toujours vu avec au moins un boxer sur le corps. Pour la première fois, je voyais l'intégralité de son physique. Et malgré toute l'étrangeté de toute cette situation, c'était vraiment loin de me déplaire ! Quelle magnifique sexe il avait ! Il n'était même pas à moitié bandé et malgré tout, il devait mesurer au moins 18 cm déjà. Je n'imaginais pas quand il était dressé ! Mais n'allez pas me prendre pour un obsédé, ce qui m'attirait le plus chez lui, c'était son si beau visage. Je ne lassais jamais de le regarder en cours, faisant fit de la moindre parcelle de subtilité pour m'adonner à ce petit plaisir. Il était tellement trop beau ! J'aurais vraiment fait n'importe quoi pour lui, et voilà qu'il se tenait là devant moi, entièrement nu. Tout ça ne laissait pas mon corps indifférent et ma tige était déjà bien dressé et me faisait pratiquement mal tellement mon érection était forte.
Ça devait faire un bon cinq minutes que je l'avais aperçu quand mon cerveau retourna à la réalité. Que pouvait-il bien faire là, me dévoilant tout son corps sans la moindre gêne. Je ne voulais pas me faire de scénario de peur que ça ne soit qu'un simple incident. Prenant alors tout le courage que je pouvais avoir et essayant tant bien que mal de cacher le mont qui s'était formé entre mes jambes, je pris la parole :
-Euh...salut Daniel...qu'est-ce que tu fais là ? lui dis-je avec hésitation.
J'ai alors très bien remarqué que lui aussi n'était pas indifférent à tout ça et qu'il bandait comme un fou. Était-ce le stress de se retrouver nu devant quelqu'un qu'il connaissait qui lui faisait cette effet ? Ou bien était-ce moi ? Toutes sortes d'idées se mêlaient dans ma tête, je ne savais vraiment plus ce que je devais penser de tout ça ! Daniel y mit fin en prenant à son tour la parole :
-Écoute Simon, je ne vais pas y aller par quatres chemins. J'ai remarqué tous ses regards que tu me lançais durant les cours, mais par peur, je n'ai jamais osé y répondre. J'aurais tellement voulu en être capable, car oui Simon, tu me plaît beaucoup mon mignon ! Je crois bien que je t'aime en fait ! Alors quand en marchant sur la plage je t'ai aperçu seul, j'ai décidé de me jeter à l'eau. Je me suis même mis nu pour être certain de ne pas pouvoir repartir en arrière. Voilà, maintenant tu devrais comprendre mieux ce que je fais ici tout nu et bander comme jamais...
Je n'en revenais tout simplement pas ! Celui que j'avais tant aimé et dont je n'avais jamais osé tenter quelque chose avec était en train de me dire qu'il m'aimait ! Je devais rêver, c'était bien trop beau pour que tout ça m'arrive réellement ! Je pris même mon bras pour me pincer et au lieu de retrouver dans mon lit sortant d'un rêve merveilleux, mais non j'étais toujours allongé sur la plage avec celui pour qui mon coeur avait tant battu, nu à mes côtés. Je ne savais vraiment pas quoi faire, c'était trop splendide pour que j'arrive à faire le moindre geste. J'avais peut-être enfin trouvé mon vrai amour, qui lui serait réciproque...
Daniel mit fin au fil de ma pensée en se penchant sur moi et en venant chercher mes lèvres avec les siennes. Ce fut comme un choc électrique parcourant chaque recoin de mon corps. Ni lui, ni moi n'embrassait bien, on devait même avoir l'air de vrai idiot comme ça, mais peu importe, c'était vraiment trop bon comme sensation. J'avais déjà eu des expériences sexuelles avant, mais jamais rien comme embrasser, juste du sexe à vrai dire. Je vis comme un simple baiser pouvait être 1000 fois mieux que ça ! Nos langues se touchaient, se tortillaient dans tous les sens dans la bouche de l'autre. C'était nos premiers baisers et quel baiser ! On resta au moins 20 minutes comme ça, profitant de la bouche de l'autre, ne voulant jamais interrompre se moment d'amour parfait.
Ça bouche goûtait si bonne. On aurait dit le goût de l'amour que je sentais faire frémir mes papilles gustatives. J'aurais bu sa bouche toute ma vie durant, je l'aimais plus que tout et sa salive entrait en moi comme de l'eau venant de la fontaine de jouvence. Je me sentais véritablement revivre, comme si je venais de trouver un sens à ma vie. Oui Daniel, tu venais de devenir le but même de ma vie, ma raison d'exister sur cette Terre. Et tout ça après un simple, tendre et surtout magique baiser.
On se regardait droit dans les yeux pendant que nos bouches et nos langues fusionnaient. Je voyais le reflet de l'amour au fond de ses pupilles. J'espèrais maintenant que cette flamme qui nous animait ne disparaisse jamais. Pour finir, nos baiser devinrent de plus en plus intense et on se serrait dans les bras pendant tout ce temps. Je sentais son corps nu toucher le mien, ne formant plus qu'un seul être, l'amour même.
Nos corps réclamaient plus que de simples baiser ou de tendres câlins. On se regarda droit dans les yeux, faisant un signe à l'autre voulant lui dire que l'on était près pour aller plus loin dans notre amour. Le sexe entre deux personnes qui s'aiment n'est pas qu'un plaisir, c'est aussi l'union des corps, la démonstration de notre amour le plus profond.
Cette fois-ci, c'est moi qui pris l'initiative. Je sorti ma langue de sa bouche pour la descendre dans son cou. Il était tellement doux et lui aussi goûtait la saveur de l'amour. Doucement, sans me presser, je descendis ma langue sur son torse. Plusieurs poils ornaient ce torse bien bâtit. Ma langue les senti et les trouva d'une incroyable douceur. Je lichais tendrement ses petits tétons qui devinrent rapidement durs sous mes carresses bucales. Daniel commença à pousser de petits cris de jouissances, alors j'ai commencé à lui mordiller ses petits mamelons. Il avait l'air si heureux, je l'aimais tellement. Je descendis jusqu'à son nombril tout mignon. Ma langue glissa à l'intérieur, ce qui lui fit avoir un frisson dans tout le corps que je vis à ses poils un peu hérissés. Je le regardais dans les yeux, il me souriait, un sourire d'amour totale. Alors je me suis relevé et je suis venu lui donner un autre baiser tout en le serrant de tout mon coeur dans mes bras.
Je voulais plus et lui aussi. On voulait se prouver notre amour de la plus belle façon possible. Alors, ma langue retourna jouer sur son beau torse, mais cette fois-ci, elle en fit rapidement le tour pour se rendre plus bas. Rendu au pubis, elle lécha le tout en évitant habillement son membre fièrement dressé. Ses poils étaient coupés cours et le tout goutait la sueur mélanger à son propre goût corporel. Un vrai délice que j'aurai bu boire toute ma vie tellement il me rendait heureux. Daniel était au bord de la jouissance mentale sous l'effet de mes caresses. Il ne tenait carrément plus en place ! Voyant que je le faisais trop languir, je me décidais enfin à toucher au centre de sa virilité. Je caressais lentement avec ma main son sexe qui ne pouvait être plus gorger de sang qu'il ne l'était en ce moment même. Comme il était beau à voir si fier dans toute sa longueur et sa largeur. Il devait faire pratiquement 24 cm et ne manquait vraiment pas de largeur. Mon amant n'était pas simplement beau, la nature lui avait donné tous les atouts possibles. Un être si merveilleux m'aimait d'un amour fou, j'étais au paroxysme du bonheur.
N'en pouvant plus de ces petites caresses avec ma main, ma langue commença de petits léchages partout sur son sexe. Elle commença à se concentrer sur le gland, en titillant tout doucement chaque petite parcelle ce qui eut pour effet de faire sortir de la bouche de mon beau Daniel de puissants petits cris de jouissances. On était en pleins dans une plage public, le risque de se faire prendre était bien présent, mais on ne voulait pas retarder la consommation de notre puissant amour l'un pour l'autre. Alors le monde pouvait bien aller voir ailleurs pour voir si on y était !
Ni moi, ni Daniel ne pouvait supporter que dure plus longtemps ses simples titillements. Alors, j'engloutis son sexe dans ma bouche. Je ne pu pas le mettre en entier dans ma bouche vu sa longueur pratiquement monstrueuse et surtout avec mon peu d'expérience. Je ne le suçais peut-être pas comme un expert, mais peu de personnes pouvaient se vanter d'avoir été sucé avec tant d'amour. Je fis bien attention d'éloigner mes dents, je ne voulais surtout pas lui faire le moindre mal, abîmer la moindre parcelle de sa beauté. J'esseyais à chaque fois de l'engouffrer le plus profond possible dans ma gorge, jusqu'à ce que je ne tienne plus et que je doive le recracher pour à nouveau retenter de le mettre au complet de ma bouche. Mais il était bien trop gros et je ne pu jamais le mettre en entier dans ma gorge. Ma langue ne restait pas inactive pendant tout ce temps. Elle happait tout ce qui passait lors de mes va et viens, se concentrant surtout sur le gland et le frein d'une douceur incroyable.
Je vous avais dit que son pubis avait un goût tout simplement incroyable ? Et bien son pénis en avait un mille fois meilleur. Un mélange de toute sorte de saveurs qui faisaient jouir mes papilles gustatives. Et l'odeur, quelle odeur ! L'odeur la plus belle que j'ai pu sentir sur cette Terre. Daniel sentait le bonheur à l'état pur et son sexe lui sentait la jouissance en toute sa force possible. Juste cette odeur aurait pu me faire jouir si je me serais concentré de toutes mes forces dessus.
Daniel n'était vraiment pas froid devant toutes ses sensations que je lui donnais. Il hurlait pratiquement, risquant d'ameuter tous les passants. Mais peu importe, l'amour passe avant toute chose !
Je sentais qu'il n'allait pas tarder à venir au paroxysme de la jouissance. Mais on ne voulait pas que tout ça soit déjà fini. Alors avec regret, je lâchais ce membre qui m'avait apporté tant de plaisir à gouter et à exciter et je commençais à m'occuper de ses deux magnifique grosses boules. Je les léchais goulûment, les faisant tourner dans ma bouche. Daniel adorait ça !
Et puis, il trouva que je lui avais donné assez de plaisir et que c'était à son tour de m'en procurer. Il me ramena vers lui et m'embrasse goulûment avec passion et amour. Mon coeur était en toutes parties en sa possession. Puis il fit comme moi et descendit sur mon torse. Mais il ajouta sa petite touche personnelle à ses caresses. Il me mordilla chaque centimètre de mon ventre. Il était tellement mignon à voir faire tout ça. Et sa langue et ses dents faisaient jouir tout mon corps à l'unisson. C'était divin !
Il alla derrière moi et commença à m'embrasser et me lécher le cou. C'était pratiquement un fantasme pour moi de me faire embrasser là. Et lui l'avait découvert par lui-même. Quelle plus belle preuve d'amour aurais-je pu avoir ? Il descendit alors sur mon dos et me fit un véritable massage avec sa langue. J'étais tellement trop bien avec lui.
À son tour, il alla plus loin dans son travail. Il plaqua son nez sur mon pubis et en renifla toutes les parcelles en profitant des effluves de senteurs qui en ressortaient. Il le recouvra ensuite entièrement de salive avec sa belle langue rose. Mon corps était secoué de frisson et de petits chocs électriques qui ramenaient à mon cerveau des sensations incroyables.
Il ne tenait plus et étant visiblement moins patient que moi, il s'enfonça directement ma tige au fond de la gorge. J'ai pratiquement hurlé tellement la sensation que je reçu était bonne. Il était habille malgré son manque d'expérience. Il faisait le même manège que moi afin d'avoir mon pénis le plus profondément dans sa bouche. Mon sexe étant plus petit avec c'est 18 centimètres, il réussit presque à le mettre en entier dans sa bouche. C‘était tellement bon de sentir cette chaleur et cette langue me caresser le sexe en entier. Et surtout de le voir à l'oeuvre. De regarder son si magnifique visage avec mon sexe dedans était si beau à voir. Je lui fis un beau sourire d'amour, tout en continuant mes petits cris de jouissances qu'il m'arrachait grâce à ses divines caresses buccales.
Lui aussi dû cesser son travail vu qu'à mon tour je ne tarderais pas à l'arroser s'il continuait. Il se releva et encore une fois, on s'échangea un baiser mêlant toute la passion que pouvait contenir notre nouvel amour. Je lui glissa quelques mots dans le creux de son oreille tout en la mordillant avec douceur :
-Je veux que tu me prennes mon amour. J'en ai tellement envie ! Unissons nous dans une pénétration. Fait moi jouir de toutes tes forces !
Alors, il me mit sur le dos et me fit lever les jambes, lui dévoilant ainsi mon endroit le plus intime. Il cracha sur son doigt, le recouvrant de sa précieuse salive. Il crressa tendrement ma rondelle qui commença à se détendre sous l'effet de son doigt. Quand il vit que mon anus était prêt, il inséra son doigt qui se fit rapidement gober par mon cul. Comme c'était bon de sentir ce corps étranger pénétrer ma chair. J'ai même commencé à me dandiner afin que son doigt rentre encore plus profondément avant. Il y inséra un autre doigt. Quelle joie de se sentir ainsi pénétrer par celui que l'on aime. Je n'en pouvais tout simplement plus. Je m'écria :
-Allez Daniel, pénètre moi ! Je ne tiens plus !
Alors il retira ses deux doigts et cracha sur mon anus et sur son membre afin qu'il puisse rentrer sans difficulté au plus profond de mon intimité. Alors, il installa son gland à l'entrée de mon petit cul mouillé de toute sa salive. Il était vraiment immense ce gland ! Je me demandais s'il arriverait à le rentré. En tout cas, je l'espérais énormément !
Il poussa doucement, mais fermement et à mon grand soulagement, il réussti à rentrer. Quelle sensation il me procurait. Je sentais ma chair s'écarter à son maximum, me procurant un plaisir violent. Je poussais des hurlements de bonheur, l'incitant à aller plus loin dans la découverte de mes entrailles. Il y alla tout doucement, craignant de me faire mal au moindre mouvement qu'il faisait. Il réussit à l'insérer en entier en moi. Je sentais ses testicules toucher mes fesses. Il avait donc réussi à m'insérer sa verge de 24 centimètres en moi ! Je l'aimais dans cette union que faisaient nos deux corps, ainsi joint dans le plus profond des plaisirs.
-Va y Daniel, n'es pas peur de me faire mal. Tant que tu aimeras ça, j'aimerais ça ! Alors va y à fond !
Il ne se fit pas prier et commença de lents va et viens qui me firent monter au 20eme ciel, sinon encore plus haut ! Tout mon être vibrait au rythme de son sexe qui bougeait à l'intérieur de moi.
Il accéléra le mouvement jusqu'à ce que ses mouvements deviennent de véritables coups de butoir. Mon amant me défonçai carrément le cul. C'était mieux que je l'aurais vu dans mes rêves les plus fous. Tout mon corps jouissait d'un orgasme qui semblait sans fin. Chaque coup que son membre donnait en moi était autant de plaisir que mon corps n'avait jamais vécu auparavant. Le plaisir était trop fort, j'hurlais tout comme lui. Nous étions les deux seuls dans ce monde, rien d'autre n'existait. Il n'y avait que nous deux, amants, qui ne formions qu'une seule jouissance sans fin. Mon plaisir était violent, puissant, presque douloureux. Mais mon corps ne pouvait plus s'en passer. Sentir cette présence en moi, dans le creux même de mes entrailles, me rendait fou. J'hurlais, je lui disais d'y aller encore plus vite et plus fort. Mon corps n'était plus que plaisir,
Je sentis son membre grandir en moi, c'était la fin, il allait faire la jouissance suprême. Il accélérait encore plus ses mouvements. Je m'émerveillais devant sa forme physique qui lui permettait de garder un tel mouvement infernal !
Puis, dans un râle terrible, il inonda mes entrailles avec ce liquide précieux qui s'échappait de son sexe. C'était tout chaud et mon cul se sentit bien comme jamais il ne l'avait été. Presque au même instant, sans même que je ne touche mon sexe, il déversa lui aussi ce liquide blanc sur le sable beige de la plage. Il se retira doucement de moi, laissant ma rondelle récupérer sa taille normale. Puis, épuisés, nous nous effondrons dans les bras de l'autre et chacun couvre l'autre de baiser.
Ce que je peux t'aimer Daniel, je voudrais rester dans tes bras pour toujours. Je ne veux plus du reste du monde, tout ce qui compte maintenant pour moi, c'est toi. Je viens de vivre le plus beau moment de ma vie et je ne veux pas que ce bonheur se tarit un jour. Il me dit qu'il m'aime et je lui dis que moi aussi. Nous sommes tellement bien ensembles sur ce petit bout de plage.
Après une dizaine minutes de ce repos plus que mérité, il me dit :
-Je voudrais que tu me pénètres toi aussi mon Simon, je veux ressentir ce que tu as ressenti tout à l'heure. Je t'en pris, prend moi mon ange.
Je ne suis pas pour lui refuser un tel plaisir, surtout que j'ai bien envie de savoir ce que je ressentais en rentrant dans son beau petit cul. Alors, comme je l'ai vu faire tout à l'heure, j'enduis un de mes doigts et doucement je l'insère dans son intimité. C'est tout chaud, je sens ses muscles se serre sur mon doigt et commencer à se détendre quelque peu. J'entendis Daniel pousser de petits cris signifiant qu'il ne détestait vraiment pas ce que je lui faisais. J'inséra alors un deuxième doigt que son anus avala lui aussi. Il était en train de s'ouvrir devant mes caresses. Après quelques minutes de ce traitement, Daniel me supplia pratiquement de le pénétrer à son tour.
Alors, j'humecta son anus de ma salive et je fis de même avec ma tige qui était, comme celle de Daniel redevenu bien droites et dures. J'ai approché mon gland de sa rondelle et doucement j'ai poussé l'entrée de ses entrailles. J'ai senti tout son corps frémir et sa gorge crier son plaisir de me sentir en lui. C'était tout chaud et mon pénis se sentait tellement bien à l'intérieur de mon cher amant. Quand je sentit qu'il était près, j'ai commencé à remuer un peu son intérieur. C'était trop bon de sentir toute cette chaleur se transmettre dans mon corps tout entier.
Plus le temps avançait et plus j'y allais fort dans le cul de mon Daniel. Il adorait se sentir ainsi pénétrer et moi j‘adorais toute cette chaleur qu'il me transmettait. Je le faisais jouir du cul, il me faisait jouir tout entier. C'était un parfait échange de plaisirs et d'amour. Je ne voulais plus jamais sortir de son cul et lui voulait à jamais sentir ma présence dans son intimité
Puis le temps vint de nouveau où nous devions exprimer notre jouissance. Avec une dernière accélération, je jouis dans son intimité, répandant mon liquide dans ses entrailles.À son tour, il pu jouir sans même se toucher, peinturant de blanc la sable fin de notre petit coin de plage.
Je me retirai de lui et de nouveau nous fûmes sur le sable en plein câlin. Nous étions épuisés de tant de démonstration de notre éternel amour. Nous nous endormîmes dans cette position, au beau milieu de la plage et sans même nous cacher de tous les indiscrets. Seul notre amour avait du sens à nos yeux.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.