827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Visite médicale à l'Armée
Ce matin, en vue de mon intégration dans la Marine Nationale, c'est visite médicale. Je patiente dans la salle d'attente, et quand c'est enfin mon tour, me présente au garde à vous devant le médecin chef. Celui-ci approche les 60 ans, mesure 1m70 et doit pesé dans les 60kg. Pas ce qu'on appellerait une bête de muscle ! Il ferme la porte, s'installe à son PC et de me demande de passer dans la salle d'à coté, en slip, chaussettes. Je m'exécute et il me rejoint deux minutes plus tard, alors que je me tiens début à coté du lit d'examen. Je me couche dessus à sa demande et il commence son examen : contrôle des articulations, de la respiration etc... Il baisse ensuite mon caleçon pour contrôler mes testicules. Il les malaxe un moment. Etant hétérosexuel, et pratiquant souvent la chose avec des jeunes filles, la sensation d'un homme qui me ‘touche' ne devrait pas me plaire. Bah justement, si ! Au moment où il les prend en main, un petit « Hum » sort de ma bouche. Je pose mes mains sur mes lèvres et prends une mine confuse. Mais que se passe-t-il ? me demandais je. Ce n'était finalement pas si mauvais que j'aurais pu le penser. Lui n'a surement pas remarqué mon cri et sa mine intriguée me confirme dans mes pensées. Il continue son examen, et 10 minutes plus tard étant arrivé au terme de celui-ci, il me regarde. « Tu as eu mal quand j'ai sous-pesé tes testicules ? - Heu non monsieur, c'est juste que... (mon visage rougit tellement que je crus qu'il faisait 50°C dans la salle)... j'ai aimé. - Ah bah il fallait le dire, j'ai cru que j'avais mal fait mon travail. Rhabilles-toi je te pris. » Je me levai, me tourna et pris la direction de mes affaires. Une fois que je lui tournais le dos, il me demanda de me stopper, et de ne pas bouger. Il me dit que j'avais un grain de beauté au bas du dos qu'il voulait contrôler. A ce moment, encore confus de ma révélation, je n'y pensai même pas : je n'ai aucun grain de beauté à cet endroit là ! Il posa ses mains là où il inventa mon grain de beauté, tripota la zone en question. Quand tout à coup, il fit descendre sa main droite dans mon boxer et me caressa la fesse droite. « Tu as aimé quand je t'ai touché, ais au moins le courage de voir ce qu'un homme peut t'offrir sexuellement » Je ne savais que faire, immobilisé par la peur, tétanisé, j'obéis. Il baissa mon boxer, continua son petit jeu de mains sur mon postérieur. Il me demanda de me pencher en avant, de telle sorte que la paume de mes mains touche le sol, me donna un coup de pied dans chaque cheville pour les écarter et écarta mes fesses. A ce moment là, ma testostérone fit en sorte que je ne pensais même plus à réagir, à protester et protéger mon anus de l'intrusion d'un inconnu. Il mouilla deux doigts et sans préavis me les inséra dans mon fion. A ma grande surprise, et soulagement en quelque sorte, je ne sentis pas grand-chose. Il fit quelques allés retours et avec sa main gauche commença à me masturber. « Tu vas voir, tu vas aimer ! » me dit-il. C'est à ce moment là que je compris où il voulait en venir. C'est quand j'entendis son pantalon tombé par terre, suivi de près par son slip que je compris que la sodomie était au programme de mon instruction militaire ce matin. Il tapota son sexe sur mes fesses et de nouveau sans prévenir me sodomisa d'un coup sec. En ressentant son engin en moi, là ça faisait mal, je puis à peu près imaginer qu'il possédait un dard d'une quinzaine de cm de long pour 3-4 de large. Pour une première fois, je vous assure que ça fait mal ! Il fit quelques vas-et-viens pendant un laps de temps qui parut être une éternité pour moi, et poussa un cri. Je me rendis compte de l'utilité de ce cri quand je sentis un liquide chaud me remplir le cul. Il se dépêcha de sortir son sexe de mon anus et vida ce qu'il en restait de sperme dedans sur mes fesses qu'il n'avait cessé de claquer durant l'intrusion de ses 15cm. C'est aussi à ce moment précis que je me suis souvenu qu'il me masturbait, quand je sentis le liquide me monter vers le gland et atterrir sur mon visage. Je ne pouvais en effet bouger du fait de ma position. Je me retrouvais donc avec son sperme dégoulinant de mon anus, coulant sur mes fesses et mon dos, ainsi qu'avec le mien sur le visage. « Il vaudrait mieux que tu avales, sinon ça va tacher la moquette et se serait dommage que tu dois nettoyer » A contre coeur je me léchais le contour de la bouche pour ramasser le ‘maximum' de liquide. Il me dit de ne pas bouger, quitta la pièce et revient avec une serviette en papier. Il me nettoya l'anus, les fesses et le dos. Je crus qu'il allait jeter la serviette quand il me la présenta au sol et m'ordonna de laver la serviette avant qu'elle ne tache le sol. Je fus donc obligé de boire une quantité énorme de sperme pour ma première fois homosexuelle. Pas forcément le pied comme on dit. Je fus tellement occupé en quelque sorte par ma douleur à l'anus que je ne me souciais même pas du goût du sperme que je buvais. Toujours dans cette même position inconfortable, il m'aida à me relever. Mais au moment où ma bouche passa devant sa bite, il me saisi les oreilles et m'ouvrait la bouche avec les pouces. Avant que je ne puisse réagir je me retrouvais avec son sexe dans ma bouche. C'est à ce moment que je me rendis compte du gout du sperme, qui était mélangé à mes secrétions anales, mon excrément. Ce fut horrible mais j'étais dans une telle position que je ne pouvais réagir, il appuyait sur mes oreilles et la douleur, bien qu'insurmontable, serait encore plus forte si je tentais de me dégager. Il poussa un autre râle, et je sentis qu'il allait ré-éjaculer en moi. Tant pis pour les oreilles, je tentai le tout pour le tout et réussis à me dégager, pas suffisamment tôt cependant et reçu une quantité non négligeable de sa semence sur mon visage et sur mon buste. Il poussa un autre râle, nettoya sa bite avec une des serviettes en papier, se rhabilla et passa dans la salle à coté. Il demanda d'en faire autant. Je le rejoins, un peu sonné par ce qu'il venait de me faire, entre plaisir et questionnement (comment moi, hétéro ais-je pu aimer ceci ?). Il regarda mon dossier. « Tient, un peu de tension artérielle ? Bon passons outre, la tension de votre anus est suffisante ! » Il me rendit mon dossier, me pria de sortir et me demanda d'appeler le suivant. Depuis ce jour, je surfe sur les sites internets à la recherche de couple libertins, la femme pouvant satisfaire mon sexe, et l'homme mon anus et ma bouche.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.