827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Du soleil et un agriculteur
Je vais vous raconter ma première expérience gay avec un agriculteur. Etant célibataire, et n'ayant pas beaucoup d'argent, cette année, je prévois mes vacances à la campagne dans une pension chambre à la ferme.
L'annonce indique Loue petite chambre dans petit village en Bourgogne, possibilité de baignade dans étang privé, et initiation à la vie de la ferme etc.
Après avoir pris contact avec ce Monsieur, le prix étant très intéressant, je décide de réserver immédiatement pour deux semaines.
Le jour J, arrive, je ne me suis pas trop chargé pour les vêtements, quelques shorts et t-shirt et c'est tout.
Après 2 heures de route, et quelques détours, j'arrive enfin à la sortie du village ou un petit panneau indique chambre à la ferme. Je tourne et commence à m'engager dans un petit chemin de terre ' Je ne sais pas pourquoi, mais je commence a regretter, mais bon ont verra...
Après 45 minutes de trajet cahoteux, j'arrive enfin vers une petite maison un peu délabré, ou quelques belles vaches broutent autour en liberté.
Je descends de ma voiture, et marche vers la maison. Je regarde par le carreau, frappe et attend une réponse. Il semble que personne ne soit la.
Un peu plus loin, j'entends du bruit dans la grange. C'est comme la ferme célébrités, en bas quelques moutons et chèvres. Puis à la première étage des montagnes de foin.
Y'a quelqu'un ?
Oui par là, monte je suis en haut.
Je grimpe l'échelle, et je découvre un jeune homme de 31 ans torse nu dégoulinant de sueur en boxer qui me laisse voir nettement qu'il est pourvu comme un taureau.
Salut, je suis Anthony, moi c'est François.
Soit le bien venu, je vais te montrer ta chambre et surtout fait comme chez toi.
Ma chambre se trouve au même niveau que le foin, dans une petite pièce au fond de la grange. Quelle vue magnifique, il n'y a que des champs et des vaches. Je défais mes affaires, puis m'allonge nue sur mon lit. Je regarde et m'étonne de découvrir un énorme miroir accroché au plafond. Je contemple mon corps nu et brillant de sueur et commence à bander doucement. Je caresse mon cou descends sur mon torse et pince très fort mes tétons. Mon sexe est au garde a vous, il me fait mal. Ma main droite descend sur mon bas ventre et attrape juste le bout de mon gland qui mouille. Je tends le bras et attrape une corde qui sert a attaché les bottes de pailles. Je fait un noeud coulissant, et introduit mon sexe dedans et serre très fort la base puis remonte entre mes testicules et entoure mon sexe jusqu'en haut pour finir par un noeud.
Ligoté comme un saucisson, mon sexe n'en finit pas de couler. De me voir ainsi, je me caresse l'anus, puis mon attention est attirée par un petit trou dans le mur. J'ai eu l'impression que quelqu'un m'observais. Je me trompe sûrement car François est parti livrer du lait.
J'empoigne mon sexe ligoté, et me masturbe tout en me doigtant l'anus. Après 15 minutes à ce rythme la, j'explose et joui à travers la corde. Je me détache et réccupère mon sperme que je porte à ma bouche.
Vers 18 heures, François toujours en boxer m'explique qu'il ne prend pas chère pour le séjour, mais qu'il faut mettre la main à la pâte. Ce qui ne me déplait pas. L'ont doit commencer par rentrer les vaches à l'étable, et les traire. Choses que je n'ai jamais faites. Tout en marchand, mon regard ne peut se détourner du cul de ce jeune et beau fermier.
Vers 19h30 après la traite, il me propose un bain, mais je n'ai vue ni douche, ni lavabo. En faite il n'y a pas d'électricité et pas d'eau courante. Le bain se prend dans l'étang. A peine arrivé, François enlève son boxer libérant son engin et plonge dans l'eau. Timide je le regarde, il me demande de faire pareil. A poil je plonge aussi. Que c'est bon l'eau sur mon corps nu, sans peur d'être vu et je ne sais pourquoi, de voir le corps de ce mec me fait bander. Il se rapproche de moi, et fait un sous l'eau, il m'effleure les testicules. Etonné, je me déplace un peu. Il recommence, et cette fois ci, c'est ça bouche qui s'empare de ma bite. Surpris, mais excité, je le laisse faire. Il refait surface et m'ordonne sèchement de sortir de l'eau et de m'allonger dans l'herbe. Je m'exécute. Comme une petite femelle, il m'écarte les jambes et me lèche l'anus, puis sans rien dire, remonte et me pénètre sans préservatif. Ayant des fantasmes gay, je me suis laissé faire. Il me laboure l'anus, son énorme sexe me fait mal, mais le plaisir arrive très vite. Je suis plaqué au sol, il m'introduis sa langue dans la bouche et me roule une pelle comme jamais une femme ne me la fait. Il accélère puis éjacule dans mon cul. Je sens les contractions jusqu'au fond de mon ventre. Je vais pour me lever, mais il me fait mettre à quatre pattes, et me lèche l'anus coulant de sperme tout en me branlant énergiquement, et au moment fatidique, gobe mon gland pour avaler tout mon sperme.
La soirée se termina avec un bon barbecue, et il m'expliqua, que sa femme l'a quitté il y 1 an quand elle la surpris en train d'enculer un vacancier comme moi.
Les jours suivirent, et ne se ressemblait pas. Un jour je me suis fait sauter dans un champ de blé, un autre jour dans une remorque fermé dans une coopérative alors que des mecs étaient à coté sans savoir ce qui ce passait dans la paille au milieu des animaux.
Deux jours avant de partir, un matin vers six heures, François entre dans ma chambre, entièrement nu le braquemart à la main, à peine les yeux ouverts, il enfourne directement son sexe dans ma bouche. Agréablement surpris, je suce, je lèche ce gland rose et lisse qui a une petite odeur d'urine. Il me dit de lui vider les couilles et de nettoyer pour qu'il ne reste plus rien. Tout en me regardant le pomper, il pousse une planche vers la tête de lit, et sort une corde avec des anneaux, puis m'attache les bras et les pieds en croix. Très excite je bande, mais il m'attrape le sexe et accroche un cockring en fer avec des pointes qui me fonts mal. Il me dit d'accélérer ma fellation, car il est en retard. Ce que je fait, et ne fut pas long à jouir une grande quantité de sperme dans ma bouche qu'il m'obligea à avaler. Puis j'ai cru qu'il allait me libérer. Mais non, il clipse un fil sur le cockring, et le branche sur une petite boite ou il introduit des piles, et le mets en marche. Oh la la, des petites décharges électriques passes par les pointes en fer et arrive sur la base de mon sexe qui rebande aussitôt. Et François me laisse la, à poil et attaché.
Je suis resté toute la journée comme ça !
Ma bite a du verser un litre de liquide tellement mon excitation était forte, et j'ai joui deux fois sans me toucher. Chose qui ne m'ai jamais arrivée avant.
A sont arrivée, nu évidement, il ne parle pas, et enlève le cockring, puis m'introduit un gode dans l'anus qui sur le même système envoie des petites décharges.
Sous les contractions de mon anus, mon sexe se met au garde à vous, et François, s'empale sur mon sexe tout gluant de mon sperme.
Ce grands gaillard, se tortille, se soulève, et se laisse tomber pour mieux s'empaler, il me triture les testicules, les pinces, les tirent. Il se masturbe, tout en m'insultant de petite pute de fermière.
Puis ma jouissance monte, et je lui décharge tout dans le cul. Restant bien planter sur ma bite qui ne débande pas, il se masturbe et se retourne pour me jouir sur le torse. François me roule une pelle, et me détache. Nous avons encore baisé toute la nuit, puis au petit matin il ma demandé de rester vivre avec lui.
N'étant pas prêt à quitter mon travail, ma vie, nous nous sommes quitté, en nous promettant de nous revoir très prochainement.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.