827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Le "Bourgeois " de 22 ans
Cette histoire m'est arrivée quand j'avais 25 ans. Alors que je vivais avec un mec nous logions un mec A, de 22 ans, ayant des problèmes relationnels avec sa famille. Un soir, alors que mon mec était en déplacement, il invita son nouveau copain à manger et dormir. Quand ce mec arriva avec une heure de retard, sans avoir prévenu, il ne dit même pas bonjour et partit prendre une douche sans rien me dire. Excédé, j'appelle A pour lui expliquer la situation : - qui c'est ce mec qui ne me dit même pas bonjour, ne me demande pas si il peut prendre une douche et te demande de lui préparer à manger. Pour qui il se prend. A se perdait en excuses. Puis le mec revint, A l'avait prévenu de mon mécontentement. Les yeux baissés il vint vers moi et dit : - excuse moi, c'est vrai, je t'ai pas dit bonjour et demandé si je pouvais prendre une douche. Je n'ai pas fait bonne route et je suis fatigué. - cela n'excuse rien. Puis je décide d'accepter ses excuses. Mais quel petit con, avec ses cheveux longs et ses fringues à la dernière mode de grandes marques. Durant les deux jours où il est resté chez moi, il n'a parlé que de lui, hyper narcissique et hautain. Je lui donnais le surnom : « le bourgeois ». Un peu plus d'un an après, j'ai quitté mon copain et je vivais seul. Je me rendais souvent à Toulouse pour sortir et peut être trouver un mec pour baiser. Donc, un soir à Toulouse, dans une boite gay, la soirée est bien entamée et je suis du côté où il n'y a que des mecs. Je m'assois dans la salle vidéo non pas pour regarder la vidéo mais pour siroter mon verre. Je remarque un jeune mec brun les cheveux court, bien habillé qui me regarde en souriant. Je réponds à son sourire et ne voulant pas perdre de temps je vais vers lui et lui parle : - salut, je t'offre un verre ? - oui ok S. Je suis surpris il connaît mon prénom. S'apercevant de mon trouble il me dit : - tu ne me reconnais pas ? - non. - Je suis, venu, chez toi je sortais avec A à l'époque. Il parait que tu m'as surnommé « le bourgeois ». Je souris un peu gêné, il me dit : - ne t'inquiète pas, c'est vrai je suis un bourgeois. Mes parents ont du fric, je ne manque de rien et j'en profite. Sourires complices. Je le trouve extrêmement plus mignon avec ses cheveux courts et je le lui dis. Il me répond : - c'est vrai ? Merci. Quand je t'ai vu la première fois je t'ai trouvé pas mal non plus. Sans plus attendre on s'approche et on s'embrasse. Puis il me demande si je veux aller chez lui. - bien sur. Dans la voiture, il me parle de ses études et de ses loisirs. Il est toujours aussi narcissique et ne parle que de lui. Il remarque que ça me saoule et stop. On va enfin partager une discussion plus intéressante Arrivé chez lui, en effet il a un joli appartement avec tout le confort moderne. Grande télé, magnétoscope (à l'époque c'était bien) ordinateur tout neuf... Il me demande si je veux prendre une douche, ravi j'accepte. Tout en s'embrassant on se déshabille et on se retrouve sous la douche. Dés que je vois son sexe je suis agréablement surpris. C'est la première fois que je tombe avec un mec qui a un sexe qui ressemble au mien, d'une longueur acceptable, épais, avec un gros gland rouge d'excitation. On s'embrasse puis il se met à genoux pour prendre ma queue bandée à mort dans sa bouche. Je sent la chaleur se ses lèvres et de sa langue sur ma queue qui me fait extrêmement du bien. Il suce bien et avec gourmandise. Je me laisse aller au bien être qu'il me procure. J'entends les bruits que fait sa bouche mêlée à l'eau qui coule sur nos corps. Peu après, je prends sa place, c'est merveilleux, j'aime cette queue qui frémit sous mes expertes succions. Il pousse des grands soupirs d'aise. Je comprends qu'il apprécie. Puis nous nous séchons et il m'emmène dans son lit. Là, je vais vivre une aventure grisante. Allongés dans le lit, nous nous sommes longuement embrassés et caressé. Puis lentement, de petit baiser en petit baiser, je passe de son visage à son torse puis à son ventre, pour finir le visage face a son sexe turgescent. Je commence d'abord à passer ma langue sur son gland très rouge, il frémit de plaisir. Puis je prend sa bite dure comme de la pierre dans la bouche et me met à la sucer avec ferveur. A l'entendre souffler et a le voir se tordre, manifestement je lui fait beaucoup de bien. Il stop ma fellation de peur de me jouir dans la bouche et prend place entre mes jambes pour me rendre la politesse. Je me laisse aller à son experte succion. Peu après, c'est à moi de l'arrêter, moi aussi je vais jouir s'il continu. A ce moment il me regarde fiévreusement et me demande si je veux le prendre. Je répond par l'affirmative son petit cul me plait terriblement. Il me procure préservatif et gel et après avoir emballé et lubrifié ma queue, il se met sur le dos je lui relève les jambes et les places sur mes épaules et passe un peu de lubrifiant sur son anus tout chaud, ce qui lui provoque un gémissement de bonheur. Il me dit : - va s'y, j'en peux plus, fais moi du bien ! Donc, je pointe mon sexe sur son anus et avec plus de facilité que je le pensais, je m'enfonce en lui nous provoquant à tout les deux une exclamation de bien être. Pendant de longues minutes, je vais le limer avec ardeur alors que lui m'encourage; Je bouge et l'embrasse sans arrêt. Le plaisir est trop fort, je ne peux pas me retenir très longtemps et je jouis dans le préservatif encré au plus profond de lui. Il n'a pas éjaculé mais me dit qu'il a pris beaucoup de plaisir. Nous nous reposons un peu mais mon excitation est telle que j'ai encore envie de sexe, je sent que lui aussi. Il me caresse les fesses je comprends ce qu'il veut. Je lui dis : - c'est à ton tour de me sodomiser. Il se met préservatif et gel sur sa bite et se jette sur moi très excité. Je prends la même position que lui et relève mes jambes, il se place entre celle-ci et me masse l'anus avec un peu de gel, je ferme les yeux de délectation. Puis il va me pénétrer avec son sexe. Je suis tellement en transe, qu'il rentre en moi avec lenteur mais sans douleur. Il va me baiser comme ça pendant près de 20 minutes, retenant toujours plus sa jouissance. Moi je n'en peux plus je prends ma bite pour la branler. Et dans des derniers coups de queue dévastateurs il jouit enfin dans mon cul et moi sur mon ventre. Nous nous sommes endormis après s'être lavés. J'ai rouvert les yeux environ une heure plus tard en sentent une sensation délicieuse. Le bourgeois est en train de me sucer. Il est insatiable. Je lui demande : - t'as encore envie ? - tu es tellement bon que je veux encore profiter de ton corps. Il me sucera longuement et quand j'ai voulu le stopper il s'est accroché à mes cuisses et à avaler mon sperme (sûrement moins abondant vu les événements de la nuit). Gêné, je lui dis que ce n'est pas très safe. Je m'aperçois qu'il bande comme un étalon prêt pour la saillie, alors je me ru sur sa queue pour la sucer avec tout mon savoir faire. Je vais lui faire une superbe fellation et au moment ou il a joui, moi aussi j'ai tout avalé, enfin presque, car son sperme était encore très abondant. Je n'avais jamais avalé de sperme et j'avoue que cela ne m'a pas déplu, je n'ai jamais recommencé, vous savez pourquoi. Nous nous sommes à nouveau endormi. Au réveil, il m'a offert un petit déjeuner et m'a accompagné à la gare pour que je puisse rentrer chez moi. Je l'ai revu plusieurs fois, mais à chaque fois nous voulions passer la nuit ensemble, des imprévus nous en on empêchés Dommage car j'avais passé une nuit et début de journée superbes.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.