827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Mon cousin le jour de ses 18 ans
Cette histoire s'est passée à Montréal, ville francophone pour ceux qui connaissent. Dans un temps où le danger de certaines relations était moins risqué d'aujourd'hui... Pour des personnes avertis, je m'appelle Alex et j'ai 19 ans cheveux noir yeux bleu foncé, 1m75, et culotte bien garnie.
Qu'est-ce qui peux bien sonner à plus de trois heures du matin ? Je me lève et je mets mon boxeur Calvin car je dors toujours nu. Oui, oui j'arrive en marmonnant, je demande à l'Intercom qui est là. Une drôle de voix me dit : - C'est moi, Max, ton cousin. Qu'est-ce qu'il me veux celui-là, ce fils à papa et prétentieux par dessus tout.
- Ok, ok, je t'ouvre mais arrête de parler si fort, le monde dort ici.
J'ouvre la porte et le voici qui arrive. Il ne sait pas où il va tellement il est ivre.
- Qu'est-ce que tu fais ici à cette heure. - Ben, c'est mon anniversaire et mon chum ne voulait pas me reconduire. Il trouve que je demeure trop loin de chez lui et il ne veux pas perdre son permis de conduire pour moi. Je lui ai dit que je connaissais quelqu'un qui avait son appart pas loin et il m'a déposé devant chez toi. J'ai pensé que tu m'hébergerais pour la nuit comme on est samedi et que personne ne travaille demain. - Je t'ai dit de baisser le ton, grouille toi et rentre tu vas réveillé tout le monde.
Il marche mal et accroche tout à son passage. Je dois le prendre par sous le bras pour qu'il ne tombe pas.
- As-tu quelque chose à boire, c'est mon anniversaire et je veux m'éclater car je suis majeur et je ne dois plus de compte à personne et encore moins à mes parents. - T'as bien changé pour parler comme ça Max. - J'ai fini d'être le bon garçon. Je veux faire ma vie, en plus mon père m'a supprimé les clés de la voiture parce que j'étais rentré trop tard le mois passé. Un heure c'est pas si tard que ça.
Il était vraiment dans le brouillard. Je le supportais tant bien que mal car il était mou comme de la gelée. Je dépose son Packsac à terre et je lui enlève sa veste de cuir pour me m'apercevoir qu'il est pas mal dans son jean noir et sa chemise blanche Tommy. J'accomplissais un tour de force pour qu'il ne tombe pas part terre. Ce n'est pas le moment qu'il se casse quelque chose chez-moi.
Et c'est à ce moment là que s'est produit cet évènement inattendu. J'ai senti une chaleur se rependre sur moi. Mais oui, il était en train de me pisser dessus, le con
- Eh, réveille-toi, il y a des toilette ici. Je ne suis pas un mur pour me faire uriner dessus.
Il ne répond même pas. Il est vraiment KO. Je le traine aux toilettes en bouillant de rage ; me faire ça à moi. Je l'assoie sur les toilettes et retourne nettoyer ses dégâts.
De retour à la salle de bain je commence à le déshabiller : soulier, bas et la chemise et à se moment-là, il recommence à pisser. Je me dis ça suffit, tu vas voir de quel bois je me chauffe. Je lui baisse la fermeture éclair et j'introduis mon pénis et lui montre que moi aussi je suis capable de lui pisser dessus. En plus, j'en avais envie, mais tout en faisant, j'ai commencé à bander car ce que je ressentais était nouveau. Je ne pensais pas que cela me ferait fantasme sur lui. Plus je le regarde, plus je le trouve beau et sexy. Je me sens coupable de me venger sur lui, mais il l'a cherché, pas vrai ?
Maintenant il faut que je nettoie tout ça. Je continue donc à le dévêtir. Tout nu, il est mangeable. Je suis surpris de voir un pénis pas très gros, mais d'une longueur supérieure à la normal. Sacré morceau, je me dis, et en plus bien rasé. Mais là, je me suis posé de grosse question sur son orientation sexuelle car je ne l'avais croisé que très rarement dans des réunions familiale.
Bon maintenant il faut laver ce beaux jeune homme blond aux yeux noir gueule de rocker avec une barbe de deux jours. Je le fais pénétrer dans la douche et je commence à le frotter avec du savon partout. Quand j'arrive à son pénis, il commence à bander. Son pénis prend un peu de volume, mais s'allonge encore. Il doit mesurer environ 21 à 23 cm, de quoi mette l'eau à la bouche à tout gay qui se respecte. Je l'entends gémir lors de ma manipulation de son sac d'amour, mais quand je touche ses fesses et son anus. Là, il en frémit de plaisir et il se met à m'embrasser avec passion. Sa langue explore ma bouche avec gourmandise comme s'il s'était retenu depuis un éternité. J'ai impression qu'il est au bord de la jouissance, mais je me dit qu'il doit prendre son mal en patience, car il est trop saoul. La douche c'est bien beau, mais il faut sortir un moment donner. Je l'aide à sortir et je l'essuie tant bien que mal car il n'est pas encore dessaoulé. Les jambes sont encore molles. Maintenant, au lit et au dodo. On verra la suite demain matin, car je ne veux pas me faire accuser de viol et par quelqu'un de la famille. Méchant scandale en perspective !
Ça ne prend pas deux minutes et il se met à ronfler. Je retourne dans la salle de bain et je ramasse le bordel. Je remarque son sac à dos dans l'entrée et je me dis que j'espère qu'il a apporté du linge de rechange, bien que il est ma taille. Je pourrai lui en prêter. je vais chercher son sac et je regarde dedans et quelle est ma surprise. Il y a du linge, mais aussi le kit du jouisseur : préservatif, gel, gode vibrateur, anneaux de cuir et cassette porno. On dirait qu'il a dévalisé un sexe shop, ma foi. À la vue de son attirail de jeune pervers, je me mets à rebander. Cette fois il va falloir faire quelque chose parce que je ne peux pas aller me recoucher dans ce état et à côté de ce beau petit mâle. Mais là un flash, je me dis pourquoi ne pas essayer son kit pour me faire plaisir après toute la corvée qu'il m'a donné.
Je vais au salon et regarde sa cassette. Elle montre de jeunes gays soumis et dans leur attirail de cuir sado maso, tout plus beaux les uns que les autres. Une vraie belle brochette avec leur maitre qui les dirige et leur fait atteindre le maximum de la jouissance par totale soumission. Il faut que je me soulage, parce que ma queue me fait mal à force quelle est bandé dur. Je commence à faire installation de anneau 5 cm en métal extenseur de testicule. Ouf, ça ralentit les mouvement. Pourquoi pas un peu de gel et je vais introduire le gode vibrateur pour voir. Pour la pénétration, un peu douloureux parce que je suis novice dans ce domaine, mais voilà c'est fait. Maintenant je teste la vibration du gode. Bordel que c'est bon, je le sens vibrer jusqu'au bout de mon pénis et je suis tellement excité que je n'ai pas le temps de me toucher pour me branler que j'explose comme jamais. J'en ai partout, même sur le visage, ce n'est pas désagréable comme sensation. On m'aurait dit ce qui allait arriver cette nuit, je ne l'aurais pas cru. Bon un petit lavage rapide et on range tout dans son sac, et au dodo. Je me couche à côté de mon bel adonis et on part pour de beaux rêves. Je n'ai pas le temps de m'endormir que Max viens se coller sur moi. Je sens son corps tout chaud, son long pénis sur ma cuisse et sa jambe qui passe par dessus-moi. On dirait un tendre amant dans les bras de Morphée. je m'endors dans cette position. C'est trop agréable pour bouger et donc perdre cet instant de rêve éveillé. Pourtant, le sommeil me gagne.
Je me réveille vers 11h du matin. Je sens quelque chose de très dur dans le pli de mes fesses. Le temps que je me réveille et je me rappelle la nuit dernière et de mon cousin qui est couché à côté de moi à poil. Je me rends compte que c'est son pénis si long et dur entre mes fesses. Agréable réveil, mais je me rends compte qu'il dort toujours. Son rêve est érotique pour ne pas dire sexuel. J'ai une petite idée derrière la tête pour ne pas dire ailleurs. Je veux en avoir le coeur net sur mon orientation sexuelle comme je m'étais fait plaisir hier soir je fais attention et me recule lentement. Son pénis rencontre le chemin de ma rosette et s'introduit tranquillement mais surement. Une fois que je suis bien embroché au plus profond de mon intimité par sa belle queue longue et dure, je m'organise pour qu'il se réveille dans cette position tout en faisant semblant de dormir encore pour voir ce qu'il va faire. Il se réveille et il se rend compte de sa position. Il ne bouge pas tout en m'examinant pour voir si je dors, je sens son pénis durcir encore. Il ne bouge toujours pas, mais sa respiration change. Il frémis, mais ne bouge toujours pas. Je bouge un bras, je le sens se raidir de peur car il réalise dans quelle position compromettante il se trouve. Il commence à vouloir sortir sa queue, mais je bouge encore un peu. Il s'arrête, mais ce petit jeu me fais bander à mon tour et j'ai envie de m'amuser un peu. Je fais comme si de rien n'était et je me recule pour mieux m'enculer, encore plus profond sur sa queue. Là, j'entends un petit gémissement étouffé qu'il essaie de cacher. Au même moment, il se tend encore plus et jouit soudainement. Il me remplit les entrailles de son jus de jeune mâle. Comme il n'a plus le contrôle de ses mouvements, je fais semblant de me réveiller et fait le surpris de me voir et surtout de sentir dans la position où je me trouve. Lui, est énervé, il se retire et commence à bafouiller me disant qu'il ne comprend ce qui lui a pris et même ce qu'il fait couché chez moi tout nu dans mon lit. Je lui explique qu'il était bourré et qu'il est venu frapper à ma porte entre 3 et 4h. du matin. Je lui ai rappelé dans quel état il était. Je lui ai expliqué qu'il m'avait pissé dessus et que j'ai dû le laver et le coucher tout nu car il était trop ivre.
À ce moment, il m'explique qu'il m'avait toujours trouvé à son gout et qu'il avait découvert qu'il était gay, mais ne savais pas comment me le dire, ne sachant pas si je l'étais moi aussi. Comme c'était son anniversaire hier soir, il avait pris un coup avec un de ses amis gays qui lui avait fait un tas de cadeaux très osés. Il m'a dit que bien que majeur, il était puceau car timide et renfermé à cause de parents très sévères. Au même moment, je lui dis je lui avais tendu un piège car moi aussi il ne me laissait pas indifférent, au contraire. Je me sentais très attiré par lui, moi aussi j'étais gay. Je l'ai vu se détendre et il a commencé à m'embrasser avec passion et fougue.

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.