827 histoires gay et récits érotiques, textes homosexuels et bisexuels... Parce que la lecture est un plaisir, histoires-gay.com vous fait partager ses histoires excitantes et passionnantes, où s'entremêlent sexe, érotisme, homosexualité et parfois bisexualité.

Le boxer usé
Stéphane, beau grand gars de 19 ans, faisait souvent de menus travaux pour les amies de sa mère, pour l'aider à défrayer le coût de ses études. Ce matin-là, il devait en aider une à faire son grand ménage du printemps. Après lui avoir mentionné par quelles pièces commencer et lui avoir dit où trouver des linges propres, elle partit pour aller faire des courses. Elle serait donc absente durant au moins trois heures.
Il remplit donc son seau d'eau et alla prendre les linges propres où elle lui avait indiqué. En fouillant dans l'armoire, il tomba sur des vêtements usés ayant sans doute appartenus à ses fils. Toutes les mères récupèrent ainsi les tissus de coton. Il remarqua un boxer Calvin Klein blanc très usé. Il était même déchiré et troué à quelques endroits.
D'après la taille indiquée sur l'étiquette, il ne pouvait qu'appartenir au fils aîné, Bruno, qui portait cette marque de sous-vêtement. Comme il était beau gars et bien baraqué, et que Stéphane avait eu l'occasion de le voir à quelques reprises en boxer, il se mit à l'imaginer déambulant devant lui avec ce boxer usé. Et il en était très excité...
Seul dans la maison, il décida alors de s'offrir une petite séance de masturbation fétichiste. Il monta à la salle de bain de l'étage, pour profiter du grand miroir qui s'y trouvait. N'ayant aucunement peur d'être dérangé, il ne prit même pas la précaution de fermer la porte. Il enleva ses vêtements et il enfila ce boxer qui le faisait fantasmer.
Super ! ! ! Trippant ! ! ! Bandant ! ! ! Les déchirures et les trous étaient aux endroits stratégiques. Il y avait une déchirure sur la fesse droite, un trou à la hauteur du pubis et enfin un autre trou à l'entrejambe. Il banda instantanément en se voyant ainsi affublé. Il se mit à se masturber en imaginant le beau Bruno devant lui avec ce boxer.
Il imaginait entrevoir ses belles fesses musclées de sportif par la déchirure arrière, les poils de son pubis par le trou du devant et enfin il imaginait voir pendouiller un de ses gros testicules par le trou de l'entrejambe. Il bandait comme un porc, et sa main allait et venait prestement sur sa queue.
Étant à l'étage de cette grande maison, il n'entendit pas que quelqu'un venait d'entrer. Toujours occupé à ses petits plaisirs solitaires, en se regardant dans le miroir, il ne se rendit compte qu'il y avait quelqu'un dans la maison qu'au moment où il entendit des pas dans l'escalier. Il referma aussitôt la porte de la salle de bain, mais en oubliant de la verrouiller.
Bruno revenait de l'école. Son cours ayant été annulé et le suivant ne se donnant que dans l'après-midi, il avait décidé de rentrer chez-lui. Sa mère ne lui avait pas mentionné que Stéphane venait faire des travaux cette journée-là, puisqu'elle savait qu'il avait des cours tout l'avant-midi. C'est donc sans prévenir, et tout à fait machinalement, qu'il ouvrit la porte de la salle de bain...
Stéphane était toujours là à se branler, la queue sortie par le trou du devant du boxer. Bruno resta aussi surpris que lui. Stéphane ne put que dire : ‘'Merde ! ! ! Moi qui étais sur le point de jouir ! ! !'' Bruno lui dit : ‘'Ouais ! J'te pensais pas comme ça !'' Stéphane lui répondit, mal à l'aise : ‘'C'est pas c'que tu penses Bruno. C'est juste un fantasme. C'est tout !'' Bruno enchaîna : ‘' Avec c'que j'ai vu, c'est un fantasme assez fort ! ! !'' Puis, il ajouta, plus sérieux : ‘'T'en fais pas avec ça, j'en parlerai à personne. Allez ! J'te laisse finir. Soulages-toi ! ! !'' Complètement frustré, Stéphane lui dit : ‘'C'est pas la peine, t'as gâché mon fun, j'suis complètement débandé !''
Ce que Bruno lui dit ensuite le stupéfia. Il lui dit : ‘'As-tu besoin d'aide ?'' Abasourdi, Stéphane lui demanda : ‘'As-tu déjà essayé ça avec un gars ?'' Il lui répondit : ‘'Non, mais j'y ai déjà pensé, comme tous les gars j'suppose. On peut essayer si ça t'tente ! ! !''
Si ça lui tentait ! Et comment ! Bruno lui dit : ‘'Viens dans ma chambre, on va essayer d'arranger ça !'' Ils entrèrent dans sa chambre, qui jouxtait la salle de bain. Bruno enleva aussitôt ses vêtements, ne gardant que son boxer, malheureusement neuf et sans trous celui-là. Stéphane s'est assis sur le lit. Bruno prit place à ses côtés. Il dit alors à Stéphane : ‘'Par où on commence ?'' Stéphane lui suggéra alors de commencer à se masturber chacun pour soi. Ils ont commencé à caresser leurs queues, qui bientôt tendirent le tissu de leurs boxers. Stéphane avait tellement envie de caresser ce beau corps athlétique qu'il décida de faire les premiers pas.
Il posa la main sur le torse de Bruno et commença à faire bander ses mamelons. Celui-ci se laissait faire, les yeux fermés, la queue plus bandée que jamais. Il passa un bras derrière sa tête. Stéphane resta là quelques instants à l'admirer, voulant enregistrer pour toujours dans sa mémoire cette vision magique.
Il remonta ensuite sa main le long de la cuisse musclée et velue. Il atteignit les couilles qu'il serra doucement. Il commençait à avoir chaud ! ! ! Puis, il remonta le long de sa queue, la sentant palpiter sous ses doigts. Il se mit à le masturber par dessus son boxer et, déjà, il voyait qu'il mouillait abondamment. Il posa ses lèvres sur son gland, mouillant généreusement le tissu de salive. Il était vraiment très excité...
Bruno ouvrit les yeux et lui dit : ‘'Vas-y Stéphane, suce-moi ! ! !'' Il lui enleva son boxer et il le prit en entier dans sa bouche. Bruno soufflait de plus en plus. Il passa sa main entre les jambes de Stéphane et commença à le caresser par dessus le boxer usé. Son gland sortit par le trou du devant et Bruno commença à le caresser, répandant bien le liquide tout autour. Hmmmm ! ! ! Stéphane le suçait de plus en plus avidement, serrant bien fort sa queue dans sa main. De son autre main, il caressait les couilles bien lourdes et il s'aventurait parfois à risquer son doigt dans la région anale.
Bruno devait apprécier, car il s'arc-bouta en relevant les fesses. Stéphane introduisit lentement un doigt, puis deux. Bruno râlait de plaisir : ‘'Ahhh ! Ouiiii ! C'est bon Stéphane ! ! !'' Celui-ci le sentait tressaillir sous ses caresses, puis il sentit sa queue devenir soudainement plus grosse encore. Bruno cria : ‘'Oui ! ! ! J'vais jouir ! ! !'' Il saisit la tête de Stéphane à deux mains et, après quelques petits coups rapides, il gicla avec force, son foutre allant s'écraser contre les amygdales de Stéphane. Il était couvert de sueur. Stéphane releva la tête. Bruno le regardait, un sourire béat aux lèvres, et il lui dit : ‘'Merci Stéphane ! C'était extra !''
Stéphane s'allongea ensuite sur le matelas et Bruno se pencha sur lui pour l'embrasser. Un long baiser fougueux et passionné. Sa main parcourait le corps tout entier de Stéphane. Il posa sa main sur son gland qui sortait toujours par le trou. Puis, il tira violemment sur le tissu, le déchirant sans peine, découvrant entièrement la queue et les couilles de Stéphane. Il saisit à son tour cette queue et la masturba fermement. Puis, sa bouche descendit, s'attardant quelques instants sur les tétons durcis de Stéphane, avant d'atterrir sur sa queue qui piaffait d'impatience. Il l'aspira d'un seul coup jusqu'aux couilles et se mit à le sucer. Stéphane regardait la bouche de Bruno gober son membre jusqu'à la racine. Il y prenait un plaisir évident et, de le voir ainsi, décuplait son plaisir.
Depuis longtemps excité, il fallut peu de temps à Stéphane avant de ressentir les prémices de la jouissance. Il prévint Bruno en lui disant : ‘'J'vais jouir bientôt Bruno ! ! !'' Sans doute désireux de lui rendre ses faveurs, il continua à le pomper comme un pro, et ses doigts se mirent à fouiller son anus. Lorsque Stéphane sentit que Bruno voulait enfoncer un doigt, il releva les jambes, lui facilitant la tâche. Il en introduisit un premier, puis un second, et après quelques instants un troisième. Il se sentait le cul dilaté au max. C'était encore mieux que lorsqu'il le faisait lui-même.
De longs frissons lui montaient le long de l'échine. La jouissance arriva enfin et il cria `s son tour : ‘'Ouiiii ! C'est bon Bruno ! ! Tu m'fais jouir ! ! ! Ahhhh ! ! ! !'' Il éjacula dans la bouche de Bruno, celui-ci continuant à le sucer comme s'il ne voulait pas en perdre une seule goutte.
Extasiés, satisfaits, repus, ils se sont mutuellement remerciés pour ces instants de plaisir, se promettant de recommencer bientôt l'expérience...

Cette histoire t'a excité ? Rejoins le t'chat Sexe !

Actualité
827 histoires gay sont actuellement disponibles à la lecture !
Accès membre
Inscrivez-vous gratuitement &agreve; l'espace membres et bénéficiez de facilités et d'offres exclusives réservées aux membres !
Bonne nouvelle
Vous avez désormais accès gratuitement à la totalité des histoires.